03 février 2013

Parenthood [Saison 4]

73416033

Saison 4, 15 épisodes // 5 310 000 tlsp.

61074943_bis


 vlcsnap_2013_01_06_14h08m09s36 vlcsnap_2012_12_24_00h58m48s245

   "'Parenthood' makes me happy and makes me sad at the same time. Everytime. #TeamBraverman". Voilà une phrase que j'avais tweetée en toute innocence en novembre dernier, sous le coup de l'émotion d'un épisode à nouveau magistral, et qui a été retweetée par le compte officiel de la série, en y ajoutant : "We call it the Braverman effect!". Et c'est exactement ça. Mon ressenti après cette très belle saison, aussi bonne que la précédente qui était déjà la meilleure à ce jour, pourrait se résumer à cela. Je dois dire que c'est un déchirement de n'avoir encore pu passer à leurs côtés que 15 semaines. Mais il me parait raisonnable de s'en satisfaire et s'en contenter. Jusqu'ici, la série est passée entre les gouttes de l'annulation grâce à la faiblesse globale de NBC, mais ça ne pourra pas durer éternellement. Cela dit, je crois en une saison 5. Le président de la chaîne l'a avoué récemment à demi-mots. Et ce ne sont pas les programmes de mi-saison qui peuvent prétendre prendre sa place (Deception, Do No Harm...). Et puis des saisons plus courtes, ça a l'avantage de forcer les scénaristes à ne pas perdre de temps, à ne pas tirer en longueur certaines intrigues. Mais ça a le désavantage de les forcer à faire l'impasse sur certains personnages. Je pense surtout à Camille, que l'on avait jamais aussi peu vu depuis la saison 1 ! Bonnie Bedelia en est vraiment réduite à faire de la figuration. Zeek a pris un tout petit peu plus de place grâce à l'introduction de son protégé, Ryan, mais c'est tout. Les intéractions entre les frères et les soeurs, qui n'ont jamais été énormes, en ont aussi fait les frais. J'ai très peu de souvenirs de scènes entre eux, à part dans l'épisode de Noël et une soirée entre filles. De par leur travail, Adam et Crosby sont souvent ensemble. Mais les autres ? J'essaye de me convaincre que c'est justement assez réaliste de ne pas les voir toujours fourrés ensemble. J'avoue que cela vient aussi de mon deuil de Brothers & Sisters qui n'a jamais été terminé. Mais j'aime vraiment bien quand Sarah vient demander conseil à Adam. Ou que Julia sort de sa belle maison pour parler à Crosby. C'est trop rare à mon goût. Mais fini les jérémiades. Passons aux nombreux compliments !

   On aurait pu imaginer que le départ d'Haddie pour l'université -premier grand moment d'émotion de la saison- permettrait d'offrir plus de place à Amber, puisque les auteurs ont toujours eu tendance à alterner leur présence, mais il a pourtant fallu attendre un bon moment avant que la jeune femme ne se distingue. Et ça valait le coup de patienter ! Sa romance avec Ryan m'a beaucoup plu. Elle a été présentée dès le départ comme une évidence. Et j'aime les évidences. Traiter du traumatisme de la guerre et de la reconstruction nécessaire au retour à travers le prisme de leur histoire était une jolie idée. Matt Lauria n'est pas le plus grand acteur de sa génération, mais elle a su faire passer correctement le trouble de son personnage. J'ai également apprécié ses scènes avec Joel et sa persévérance, encouragée par Zeek et Amber. Il a rapidement su trouver sa place dans l'ensemble, la rupture a donc été déchirante. La mise en scène de ce passage était d'ailleurs parfaite. Les dialogues, les prestations... tout sonnait parfaitement juste ! Lorsqu'Amber a évoqué le passé amoureux de sa mère pour montrer à quel point il était important pour elle de ne pas commettre certaines erreurs, Parenthood était alors en pleine possession de ses moyens, prouvant sa profondeur et son intelligence. Et des erreurs, Sarah en a encore commis des tas dans cette saison 4 ! Le moment de parler de Hank est arrivé. Je sais que beaucoup ont détesté ce personnage. Je ne fais pas partie de ceux-là. En tout cas plus maintenant. Il a ruiné tout ce que Sarah et l'adorable Mark avaient construit et pour cela, il ne mérite que du mépris, mais il a aussi ajouté la dose de drama nécessaire afin de rendre le couple encore plus fort. Je pensais que Ray Romano ne devait rester à l'origine que quelques épisodes, mais ils ont bien fait de le garder car Hank est vraiment un personnage qui s'apprivoise avec le temps et qui n'a dévoilé son potentiel qu'en bout de course. Je n'ai jamais ô grand jamais voulu qu'il remporte le coeur de l'héroïne, mais au fur et à mesure du temps, j'ai compris ce qu'elle pouvait lui trouver. Cette incartade m'a donc semblé crédible. Et puis ça fait du bien de pouvoir dire que là, Sarah, est allée trop loin et ne pas être capable de lui trouver d'excuse. Dans la "vraie vie", ce sont des choses qui arrivent et qui ne s'expliquent pas. J'ai adoré la résolution de l'intrigue dans le dernier épisode : Sarah n'a plus vraiment de choix à faire car il fuit. Littéralement. C'est tout à fait dans l'esprit du monsieur. Il avait trop peur de perdre. Alors maintenant, quel nouveau défi attend Sarah et Mark ? Le bébé... enfin ? Ces deux-là forment l'un des plus beaux couples de la télévision actuellement. Ils ne cessent de m'émouvoir.

vlcsnap_2012_10_27_00h58m09s206 vlcsnap_2012_11_14_21h57m11s27

vlcsnap_2012_10_27_16h19m54s64 vlcsnap_2012_09_29_22h53m34s131

    Plus les saisons passent et plus Drew sort de l'ombre de sa mère et de sa soeur. Je l'aime vraiment bien ce petit. Sa fragilité transpire de chacune de ses répliques. Son histoire avec Amy n'a pas été un focus de la saison, vu que leur séparation est arrivée très tôt, mais ils nous ont offert quand même l'une des meilleures intrigues, de loin la plus osée en plus. On le sait, l'avortement est un sujet tabou aux Etats-Unis, tès controversé, et lorsque la télévision ose en montrer un, il y a polémique. Peut-être parce que les mentalités évoluent quand même un peu, peut-être aussi parce que Parenthood est très discrète, mais il n'y en a pas vraiment eu suite à la diffusion de cet épisode, hormis quelques articles sur internet. Et tant mieux ! Cela aurait été triste de détourner une si belle réussite. C'était si bien fichu que j'ai pleuré pendant tout l'épisode, et j'avais même sangloté devant la bande-annonce une semaine plus tôt ! Les larmes de Drew dans les bras de sa soeur puis de sa mère, je ne les oublierais pas. A noter que c'est la deuxième fois que Jason Katims parvient à imposer une telle histoire. Il l'avait déjà fait dans Friday Night Lights, sans qu'on ne lui tombe dessus là encore et sans que la chaîne y oppose son véto ! Bien joué. En même temps, dans une série comme celle-ci qui met en avant les valeurs du mariage et de la famille, un avortement est un accident bien malheureux, pas la traduction d'un état d'esprit, ni le résultat d'une débauche. C'est pour Amy le fruit d'une simple négligence,  comme pour la plupart des jeunes filles qui sont confrontées à cette expérience douloureuse. Pour une fois, elles ont pu s'identifier à un personnage. Vous l'aurez compris, cet épisode m'a marqué. Mais le grand arc de cette saison, on le doit à Kristina et son cancer. Beaucoup de séries ont traité du sujet. C'est même devenu un classique, quelque part. Brothers & Sisters l'avait fait avec brio il n'y a pas si longtemps que ça. Les différentes étapes de sa maladie n'ont donc plus de secrets pour nous, des séances de chimiothérapie à la scène du rasage de crâne. L'annonce faite à toute la famille, en présence de Haddie, est finalement le passage qui m'a le plus marqué. Je l'ai vu deux fois d'ailleurs, et j'ai pleuré deux fois. Couper le son en ne se concentrant que sur les visages heureux puis décomposés des Braverman était une brillante idée. Le pan de l'intrigue au cours duquel Adam fait preuve de goujaterie en offrant une perruque à sa femme était intéressant aussi. J'ai juste trouvé too much le message vidéo de Kristina à l'attention de sa famille, "au cas où". Ce qui ne m'a pas empêché de chouiner bien entendu. Monica Potter a été exceptionnelle tout du long et j'espère, sans trop me faire d'illusion, qu'elle sera au moins nommée aux Emmy Awards pour ça. Il serait temps que son talent soit reconnu et que Parenthood ne soit plus totalement snobée... Peut-être que ça viendra sur le tard, comme Friday Night Lights

   Max m'a bien éclaté avec son histoire de distributeur automatique. C'était un fil rouge amusant. J'ai absolument adoré l'épisode où il commence à se poser des questions sur la sexualité. Avant que les auteurs ne l'abordent, j'avoue ne pas avoir pensé qu'il allait forcément rencontrer des difficultés dans ce domaine. J'espère que la série durera suffisamment longtemps pour que l'on puisse assister à ses premiers émois. Cela promet d'être déchirant, et pas seulement pour lui, pour ses parents aussi... A côté de toutes ces storylines très fortes, on aurait pu s'attendre à ce que Julia et Joel, à nouveau, héritent des restes mais cela n'a pas été le cas. Ils ont été bien mis en avant à travers l'adoption complexe de Victor. On a l'habitude de voir dans les séries des greffes qui se font relativement facilement. Elles ne prennent en tout cas jamais vraiment le temps de développer le sujet. Parenthood s'est payée ce luxe. Cela a montré ses limites parfois, avec un sentiment de redite inévitable sur certains épisodes, mais ça valait la peine au bout du compte de s'ennuyer de temps en temps. Ce petit Victor était terriblement attachant, et la détresse de Julia m'a plus d'une fois bouleversé. A la limite, ce que je regrette, c'est que l'impact sur Sydney de cette arrivée dans la famille n'a pas été centrale. J'aurais aimé plus de scènes où Julia et Joel lui expliquent la situation. Hormis quelques vexations passagères, elle s'en sort plutôt bien la petite. Mais bon, après tout, tout n'a pas toujours besoin d'être super compliqué non plus. La déception de la saison, et encore, revient donc à Crosby, Jasmine et Jabbar. Disons qu'il ne leur est rien arrivé de passionnant et que, sur la fin de la saison, la guéguerre avec la belle-mère n'était vraiment pas très inspirée. Elle avait même tendance à rendre chacun d'entre eux agaçants : lui parce qu'il ne supportait rien; elle parce qu'elle était incapable de tenir tête à sa mère; et cette dernière parce qu'elle a abusé de leur hospitalité, agissant un peu comme une diva. Bof bof.

 vlcsnap_2012_12_24_00h25m19s117 vlcsnap_2012_11_14_21h51m41s55


// Bilan // Parenthood, ou le plaisir des choses simples. Le bonheur sans cesse renouvelé de se pencher sur les maux des Braverman. Avoir envie de leur dire que tout va bien se passer. Sentir qu'on fait un peu partie de la famille maintenant.  Ne plus vouloir jamais les quitter.


17 novembre 2011

Parenthood [3x01 > 3x 08]

65716625

 Saison 3, épisodes 1 à 8 // 5 370 000 tlsp.

44030377


   vlcsnap_2011_11_10_22h59m16s79 vlcsnap_2011_11_10_23h01m20s39
    

   Maintenant que les Walker de Brothers & Sisters ont définitivement quitté l'antenne, il ne me reste plus que les Braverman pour pleurer. Je dois dire qu'ils se donnent du mal pour m'émouvoir et ils échouent rarement. Combien de fois ai-je eu les larmes aux yeux en ce début de saison ? Trois ou quatre. C'est une bonne moyenne sur seulement 8 épisodes ! Bravo donc en premier lieu à Michael B. Jordan alias Alex, qui, lors de sa scène d'adieux avec Kristina, m'a ému aux larmes. Cette séparation avec Haddie était absolument déchirante et surprenante, car rien ne le laissait présager à l'épisode précédent, mais plus vraie que nature. Oui, parfois, on cesse d'aimer sans que cela ne réponde à aucune logique. C'est aussi difficile à admettre pour la personne quittée que pour la personne qui s'en va. Parenthood a su raconter cela avec justesse. La petite "protégée" de Julia m'a touché elle aussi. L'actrice y est pour beaucoup. Je la trouve particulièrement naturelle et son sourire est incroyable. L'intrigue en elle-même est probablement la meilleure que Julia et Joel aient eu jusqu'ici (ce qui n'est pas très difficile). Dommage qu'elle soit à ce point sans surprises... C'est pile le problème que rencontrent Crosby et Jasmine dans leurs nouvelles vies l'un sans l'autre. On s'ennuie un peu car on a déjà vu mille fois ce qu'une séparation lorsque l'on a un enfant peut provoquer chez les différents protagonistes. Pour le coup, ça a même été fait mieux ailleurs. Mais l'émotion est là, alors...

vlcsnap_2011_11_11_17h32m58s122 vlcsnap_2011_11_10_22h44m20s78

   Pour le moment, je trouve la saison 3 plus équilibrée dans l'utilisation des personnages. Personne n'est vraiment mis sur le bas coté, même pas le jeune Drew. Il n'est définitivement pas homosexuel, ce qui me chagrine toujours un peu, mais sa première histoire d'amour est toute mignonne à suivre, pas à pas. Les auteurs ont eu la bonne idée d'avancer doucement, sans brusquer les événements. C'est d'autant plus réaliste. Amber est plus en retrait mais son besoin d'indépendance et ses fêlures sont toujours traités avec autant de soin. J'ai beaucoup aimé son intervention auprès de son père pour "sauver" sa mère de la peine qu'elle était sur le point de s'infliger à nouveau. Si Seth est dépendant à l'alcool et à la drogue, Sarah est addict à son ex-mari et c'est tout aussi destructeur au final. Lauren Graham et John Corbett ont une belle alchimie qui a été très bien utilisée. Mais rien ne vaudra JAMAIS Mark. C'est fou l'effet que Jason Ritter me fait dans ce rôle ! Il est tellement parfait... Il ne faut plus toucher à leur couple, m'sieurs-dames les scénaristes. Faites-les construire ensemble mais ne les séparait plus. JAMAIS.

    De leur coté, Adam et Kristina goûtent à nouveau aux déboires et aux joies de l'arrivée d'un nouveau né dans la famille. Cela se traduit par de l'épuisement, du dégoût de son propre corps, de l'amertume... mais beaucoup d'amour aussi. Je ne voudrais pas abuser du terme "réaliste" mais c'est pourtant celui qui convient le mieux. Je suis nettement moins fan de l'intrigue professionnelle d'Adam et Crosby (notamment le passage ridicule où l'aîné se déguise en rappeur bling bling - Parenthood manie bien l'humour dans les dialogues mais pas tellement dans les situations). L'avantage, c'est qu'elle raccroche la série à cet esprit musical très seventies qui participe à son charme discret. C'est bien le seul que je vois. Combien de temps avant que Crosby ne couche avec sa hot standardiste ? Zeek et Camille font toujours partie des meubles. Leurs interventions sont donc rares mais pertinentes. C'est sans doute mieux ainsi.

vlcsnap_2011_10_30_15h16m44s131 vlcsnap_2011_11_12_15h45m09s52


// Bilan // Pas d'évolutions majeures dans Parenthood en ce début de saison 3. La vie des Braverman suit son cours plus ou moins tranquillement et il fait toujours bon passer quelques instants à leurs cotés. 

09 janvier 2011

Parenthood [2x 11]

19243396_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100204_111611

Damage Control // 5 98o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_171621 vlcsnap_192619

   Youpi ! J'ai vraiment aimé cet épisode de Parenthood, comme au bon vieux (Ok pas si vieux) temps de la saison 1 ! La différence avec les précédents ? Des tracas quotidiens qui débouchent sur de réelles émotions et de belles scènes, pas des moments de vie successifs qui n'apportent rien. La mort du petit oiseau de Sydney aurait pu ne se transformer qu'en une énième dispute gentillette entre Julia et Joel sur la façon d'éduquer leur enfant. Ce fut plus subtil que cela. Le discours sur la mort était poignant, réaliste et je me suis rendu compte que c'était même assez original dans le fond. Des parents qui disent la vérité, la vraie, c'est pas si souvent... Joel ému aux larmes, ça valait le détour. C'était tout simple, tout joli, tout mignon. L'intrigue de Crosby était moins inspirée dans son déroulement mais l'émotion finale m'a touché là aussi. Mais il entre dans le rang et ça, je ne l'accepte toujours pas. Il a perdu toute son originalité. Jasmine en desperate housewife est moyennement crédible.

   Pour une fois que les scénaristes se penchaient sur le cas de Drew, je m'attendais à ce qu'ils se vautrent et c'était assez mal partie à vrai dire avec une rebellion à deux francs à base de copains idiots et de bières. Heureusement, Drew est bien trop intelligent pour cela. La bienveillance de son grand-père faisait plaisir à voir. Si l'équipe créative a bien réussi quelque chose, c'est la réhabilitation du patriarche Braverman ! Une fois de plus, tout cela a conduit Lauren Graham à exercer son grand talent de pleureuse. On sent que son ex-mari, père de ses enfants, est sur le point de revenir. On prépare le terrain discrétement. Ce sera sans doute toujours mieux que ses histoires de coeur avec son patron ! Et je vais terminer par l'intrigue la plus réussie de l'épisode, celle d'Haddie et de son nouveau petit-ami qui passent à l'étape supérieure avec la rencontre (forcée) des parents. Le dîner était amusant, grâce à la présence de Max qui dit toujours tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Emouvant, un peu moins, tant la vie de ce pauvre Alex est exagérement misérable. Malgré sa grande bonté d'âme, Adam et Kristina n'ont pas été convaincus et ont demandé à Haddie d'arrêter de le voir. Ca m'a vachement surpris en fait. Je m'attendais à ce qu'ils l'adoptent, ce qui nous aurait changé par rapport à la précédente relation amoureuse de la jeune fille qui était passée par la même étape. Impossible de ne pas prendre le parti de Haddie. Comme elle, j'ai détesté ses parents lorsque le couperet est tombé. C'était simplement injuste. On va voir maintenant comment la gentille Haddie va devenir maîtresse dans l'art de mentir et de dissimuler...   

vlcsnap_181297 vlcsnap_174248


// Bilan // Cet épisode est bien la preuve qu'en faisant quelques efforts, Parenthood peut prendre une dimension moins anecdotique. Cela étant dit, à partir de maintenant, je ne ferai plus qu'une review en fin de saison. Je trouve que la série ne donne pas assez de matière à discuter. On est souvent dans le sympathique dispensable et ça ne me suffit plus. Je n'abandonne pas les Braverman pour autant...

27 décembre 2010

Parenthood [2x 10]

59661299

Happy Thanksgiving // 4 47o ooo tlsp.

60059201


vlcsnap_71425 vlcsnap_65302

   Chez les Braverman, Thanksgiving n’est pas vraiment synonyme de règlements de compte et de coups de sang. Oh, il y a bien Adam et son futur ex-beauf-patron qui se cherchent pendant tout le repas puis pendant la partie de baseball traditionnelle mais rien de bien méchant. Ils n’en viendront pas aux mains. En revanche, Sarah servira de dommage collatéral puisqu’elle se fait plus ou moins larguer de manière brutale et peu crédible. Son couple avec Gordon ne m’a jamais tellement convaincu donc leur séparation ne m’a pas peiné. Sarah s’en remettra ! Elle ne trouvera de toute façon jamais mieux que Jason Ritter ! C’est dans ces moments-là que je regrette l’existence de The Event, même si j’aime bien.

   A part ce pseudo-événement, la tablée est bien trop sage. Oui, je sais. C’est réaliste ! Mais je m’en fous que ce soit réaliste à partir du moment où c’est plat et chiant. On a envie que ça bouge, on a envie qu’il se passe quelque chose, on a envie de rire… Si c’est pour me retrouver dans un repas de famille encore plus chiant que les miens (en vérité, ils ne le sont même pas), alors à quoi bon regarder cette série ? Que les événements dépeints soient authentiques, c’est très bien. Mais que les personnages réagissent de manière aussi détachée, ce n’est juste pas possible. A la limite, j’ai beaucoup aimé la réaction de Kristina quand elle surprend Haddie en train d’embrasser Alex. Elle ne sort pas de sa voiture en hurlant comme une cinglée. Elle ne dit rien, elle observe et pose des questions calmement. Les scènes entre Zeek et Drew étaient pas mal aussi dans leurs genres, touchantes et amusantes. J’ai moins été séduit par les tourments de Julia, puisque ce sont toujours les mêmes depuis 20 épisodes. Puis la scène avec Camille était trop niaise. Le couplet habituel sur ce qu’est une bonne mère… Pas grand-chose à dire sur Crosby dont l’intrigue tenait sur un mouchoir de poche.

vlcsnap_76231 vlcsnap_60636


// Bilan // Parenthood me rappelle à quel point la vraie vie peut-être ennuyeuse parfois. Je veux du rêve…

05 décembre 2010

Parenthood [2x 08 & 2x 09]

19243396_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100204_111611

If This Boat Is A Rockin' // Put Yourself Out There

5 ooo ooo tlsp. // 4 81o ooo tlsp.

44030377 // 44030376


vlcsnap_473182 vlcsnap_471799

   Trop d'émotion tue l'émotion. Avec tous ses personnages à fleur de peau, toujours au bord des larmes, Parenthood est en train de tomber dans l'émotion facile, accompagnée de jolies petites musiques folk pour souligner la simplicité des événements. Pour que moi, qui suis hyper client de ça habituellement, je le reproche, c'est bien qu'il y a quelque chose qui cloche ! Trop c'est trop. Par exemple, j'en ai marre que Lauren Graham pleure une scène sur deux. En l'occurence, elle s'en moque elle-même dans une de ses séquences avec Mae Whitman/Amber mais ça n'en reste pas moins lourd, surtout quand les gens autour d'elle fondent en larmes également ! Ca donne l'impression de revoir encore et toujours les mêmes scènes. Heureusement, ça n'enlève rien au talent des interprétes. Si les scénaristes ont conscience de ce défaut, qu'ils le mettent en sourdine ! De la même façon, était-ce bien nécessaire que Camille verse une larme lorsque Haddie se confie à elle sur son crush ? Les Braverman sont vraiment trop sensibles ! Je suis content que l'on se soit penché sur le cas d'Haddie depuis quelques épisodes, parce que Sarah Ramos a un talent fou. Son jeu me fait un peu penser à celui de Calista Flockhart. C'est troublant parfois. Son histoire avec Alex met du temps à se mettre en place et c'est appréciable. Ca change des personnages qui se tombent dans les bras à une vitesse folle. Ravi aussi que Camille retrouve momentanément la lumière, elle qui est en général transparente. Ses scènes avec Zeek étaient superbes, en particulier celle où elle lui reproche d'être incapable de changer. C'était presque injuste tant Zeek a fait des efforts. Mais dans le fond, elle a raison. IL ne changera jamais vraiment. A elle de l'accepter ou de le laisser filer. C'est assez rare que l'on traite à la télévision la séparation d'un couple âgé. C'est fait avec beaucoup de justesse ici.

   Kristina aussi fait partie des personnages qui pleurent dès qu'ils le peuvent. On comprend que la situation de Max, très pesante, conduise à ce genre d'état. Adam en est aussi victime, bien qu'il ne craque pas aussi facilement. J'émet toujours quelques réserves quant au traitement de cette intrigue dans le sens où elle sonne juste la plupart du temps mais elle est trop répétitive. J'ai le sentiment qu'on a fait le tour de la question mais Max ne va pas redevenir un petit garçon normal tout à coup. Quand on tente d'amener Adam sur d'autres terrains, c'est moins passionnant. Kristina, elle, n'a pas eu cette chance. On la cantonne à son rôle de mère. Tout comme on cantonne Joel à son rôle de père d'ailleurs. Oui, je sais. La série s'appelle Parenthood. Mais les personnages ne peuvent pas être que des parents ! Dans ces deux épisodes, c'est à peine si l'on voit Julia. A la place de l'actrice, je me sentirais un peu mise à l'écart quand même... L'intrigue de Crosby et de son bateau qu'il doit quitter est celle qui m'a le plus touché au cours de ces deux épisodes. J'en avais déjà parlé mais je trouve ça triste qu'il lui faille abandonner ses rêves et sa singularité pour entrer dans le rang et mener une vie semblable à celle de ses frères et soeurs. C'est ça grandir paraît-il... Alors c'est drôlement triste de grandir, non ? 

vlcsnap_62832 vlcsnap_487638


// Bilan // Le charme de Parenthood opère toujours. Ses défauts en font partie. Malgré leur maladresse et leur hyper-sensibilité, je tiens un peu aux Braverman.

15 novembre 2010

Parenthood [2x 06 & 2x 07]

19243396_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100204_111611

Orange Alert // Seven Names

4 87o ooo tlsp. // 4 94o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_95011 vlcsnap_167951

  C'est quand même triste de voir tous ces bons acteurs cantonner à des rôles qui manquent tant d'envergure. Lauren Graham est géniale, les scénaristes la bichonnent, mais au bout du compte, que fait-elle depuis le début de la saison ? Elle se cherche un mec. Elle en trouve deux potentiels qui lui tournent autour mais rien, ou presque, ne se passe. Elle trahit la confiance de sa fille, qui lui pardonne à nouveau, et elle prend son rôle de soeur très à coeur en offrant à son frère toute sa sympathie et une épaule pour pleurer s'il le souhaite. Et beaucoup de cafés aussi. Car en toute bonne stagiaire qui respecte, elle ne fait apparemment que ça. Quand est-ce qu'on va prendre notre pied à la voir jouer au juste ? A quel moment elle va nous balancer tout un tas d'émotion à la tronche ? J'attends, et ça ne viens pas. Et je m'ennuie. Malheureusement, les autres intrigues ne rattrappent pas l'affaire, bien au contraire ! Parlons de Crosby. Que fait-il ? Il demande Jasmine en mariage et envisage même de quitter sa péniche pour une maison tout ce qu'il y a de plus conventionnel. On est en train de perdre le seul personnage qui sortait un peu de l'ordinaire. Il était paumé avant mais il était vachement plus attachant. Il entre dans le rang et tout ça ne sent pas très bon. On invente une contrariété sans intérêt pour faire passer le temps, à savoir l'absence de réaction de Jabbar suite à l'annonce du mariage. Le pauvre petit est le seul, même s'il l'ignore, à comprendre qu'un mariage, au fond, ce n'est pas grand chose... Bon j'avoue que je suis complètement aigri ce soir. Mais cette manie du mariage dans toutes les séries commencent à me pomper l'air ! Pas étonnant que Parenthood y succombe cela dit, elle fait comme les autres mais pas spécialement en mieux.

    Je dois reconnaître une chose à l'épisode spécial Halloween : il a su se servir de cette fête traditionnelle américaine pour créer une certaine tension -du coté de chez Max et ses parents notamment- et offrir un beau défilé de costumes ! C'est vrai qu'en général, Halloween est traité de manière assez superficielle dans les dramas, au contraire des comédies. C'est une vague toile de fond. Là, c'était un peu plus que ça. Il y a eu un véritable effort au niveau des décors aussi. On sentait l'importance de cette fête. C'est rare. Le deuxième épisode n'avait pas cette chance. Il était tout ce qu'il y a de plus commun dans Parenthood, avec peut-être moins de cris que d'habitude. Les réalisateurs ont trouvé la bonne astuce : mettre de la musique pour couvrir le fond sonore. J'ai toujours du mal à accepter le vide intersidéral des intrigues de Julia et Joel. Je sais bien que c'est important dans une série comme celle-là d'avoir un couple authentique avec de vrais petits tracas mais qu'est-ce qu'on s'ennuie à les suivre. Heureusement que la petite Sydney est trognon ! Quant à Haddie, qui revient sur le devant de la scène, on lui a trouvé un nouvel amoureux ! Le lancement de cette intrigue est très classique et prévisible mais ça pourrait donner de bonnes choses par la suite... 

vlcsnap_104640 vlcsnap_97332


// Bilan // Parenthood ne m'inspire pas grand chose, c'est dingue. Jamais je ne dirai qu'elle est mauvaise, mais elle est incapable de se servir de son potentiel pour nous faire vibrer. C'est tout tranquille, c'est tout simple... ça ne fait pas rêver une seule seconde. Désolé mais moi j'ai besoin de ça (un peu). 

16 octobre 2010

Parenthood [2x04 & 2x05]

19243396_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100204_111611

Date Night // The Booth Job

5 16o ooo tlsp // 4 66o ooo tlsp.

44030376


   vlcsnap_73456 vlcsnap_27800

   Il m'a fallu du temps mais je crois avoir enfin saisi ce qui me dérangeait dans Parenthood et en particulier en ce début de saison 2. Ce n'est pas simplement un problème d'historiettes, mais de concept. J'ai l'impression qu'on a déjà fait le tour des relations parents/enfants dans la série. Les dynamiques sont très bien établies, sans grandes surprises et donc le concept est devenu très réducteur. Quand on décortique le 4ème épisode, on se rend bien compte que chaque intrigue est liée à une relation parent/enfant : celle de Joel et sa fille qui l'empêche d'avoir une "vraie" vie (c'est plus compliqué que ça mais ce n'est pas approfondi); celle de Crosby et son fils, qui devrait se simplifier avec le retour bienvenu de Jasmine; celle de Kristina avec Haddie et celle de Kristina/Adam/Max qui ne permet pas au couple de s'épanouir comme il le voudrait; et puis celle de Sarah et Drew, qui reste un territoire inexploré, d'où mon vif intérêt pour celle-ci et rien que pour celle-ci. Mais là aussi il y a un souci : c'était une intrigue commune qui s'est vite tournée vers le point de vue de Sarah. Sarah mère poule, Sarah mère fun, Sarah mère meurtrie... Et Drew dans tout ça ? Déjà que c'est un des personnages les plus discrets depuis le début de la série mais quand on s'intéresse enfin à lui, ce n'est que pour mieux mettre en avant Sarah. Toujours est-il que c'était touchant. Par contre, je reste sur ma première impression : Drew aurait dû être homosexuel ! Ca aurait été intéressant de traiter du sujet dans Parenthood justement via son concept. Dans Brothers & Sisters c'était établi depuis le début, dans 7 à la maison c'était hors-de-question... Aucune série familiale ne l'a traité en fait. Puis fallait pas prendre un acteur maniéré. Il est bon au demeurant, mais certains gestes le trahissent. Gay Radar en marche ! Le 4ème épisode dans son ensemble était plan-plan. J'ai bien aimé que l'on réunisse à nouveau Crosby et Gaby mais je ne suis pas certain que les scénaristes projetent d'aller plus loin...

   Est-ce que quelqu'un pourrait prévenir le styliste de la série que Lauren Graham et Mae Whitman ressemblent de plus en plus à des catins de super-marché ? Merci ! J'étais ravi que l'on se penche enfin sur Amber, discrète depuis le début de la saison 2 mais qui nous avait offert parmi les meilleurs moments de la saison 1. Déception, sort of. Le but de ses scènes était de nous montrer qu'elle lutte pour rester dans le droit chemin malgré des frénquentations peu recommandables. Hum. Un peu léger. Come d'habitude. C'est à peu près le cas avec toutes les autres intrigues. On survole mais on n'entre jamais dans le vif sujet. Zeek et la vieille dame digne (c'est comme ça que je l'appelle puisque j'oublie toujours son prénom... ah oui, Camille !) ont toujours quelques problèmes de couple mais point trop de drama. On n'assiste pas à leur thérapie de couple, ce qui n'est pas indispensable j'en conviens, mais on n'assiste pas non plus à grand chose d'autre. Un cours de danse raté, mais assez marrant pour nous grâce à l'intervention d'un certain Tony. Et une Camille qui fait la gueule et qui ne sait pas très bien ce qu'elle veut au final. Je ne lui en veux pas : être mariée à Zeek doit être compliqué. Je préférais le laps de temps où ils s'étaient quittés. Ca avait du sens. Oh et puis voilà... Pas tellement envie de parler du reste. C'était gentillet, ça voulait nous faire rire mais ce n'était pas suffisant. Et les histoires de coeur de Sarah, je n'ai absolument rien contre mais ça n'avance pas assez vite.

  vlcsnap_80238 vlcsnap_26348


// Bilan // Parenthood a beau être une série de qualité, elle multiplie les erreurs ces derniers temps : mauvaise gestion du large casting, qui conduit à des intrigues soient trop brèves soit trop lentes, un ton de plus en plus neutre qui oscille entre l'émotion légère et la comédie inoffensive... Sans dire que ses audiences sont méritées, je comprends juste pourquoi elles ne remontent pas. Ca manque de punch !   

21 juillet 2010

[DNES Awards 2009/2010] Révélation Masculine

dnes_s16

La catégorie des révélations de l'année n'existe pas aux Emmy et je trouve ça bien dommage. Ca permettrait de récompenser des acteurs et actrices qui ne méritent sans doute pas d'atteindre directement la place de "Meilleur Acteur" ou "Meilleur Actrice" mais qui n'ont pas démérité, et parfois dans des séries de seconde zone. Mais ce seront peut-être les stars de demain... Je précise que les personnes choisies n'ont pas forcément rien fait avant cette année. Mais leur rôle de cette année leur a permis de véritablement exprimer leur talent.

revelationmasc

revelationmasc2

Dans la catégorie "Révélation Masculine" de la saison 2009/2010, les nommés sont : Matthew Bomer pour White Collar, Chris Colfer pour Glee, Matt Czuchry pour The Good Wife, Matthew Morrison pour Glee, Dax Shepard pour Parenthood et Alexander Skarsgard pour True Blood.

Ils n'auraient pas mérité d'être nommés dans cette catégorie : Cory Monteith (Glee), Logan Huffman (V), Tahmoh Penikett (Dollhouse)...

Ils n'ont pas démérité mais il faut choisir : Steven R. McQueen (The Vampire Diaries), Kristoffer Polaha (Life Unexpected), John Cho (FlashForward)...