03 mai 2014

Two To Go [Pilot Script]

20443688 (1)

TWO TO GO

Comédie (Single-Camera) // 22 minutes

44030377 

Ecrit par Bryan Shukoff & Kevin Chesley (The Hard Times of RJ Berger). Réalisé par Craig Zisk (United States Of Tara, Nip/Tuck, Brooklyn Nine-Nine). Produit par Jason Bateman (Growing Up Fisher) & Steve Burgess (The Office US, Super Fun Night). Pour NBC, Universal Television, Aggregate Films & David Janollari Entertainment. 33 pages.

Amis de longue date, Kurt et Laura sont faits l'un pour l'autre. Du moins, c'est ce que pense leur entourage qui tente sans cesse de le leur prouver. Alors qu'ils sont les derniers célibataires de leur groupe d'amis, ils décident de coucher ensemble, juste pour voir, et ils ne vont pas tarder à la regretter...

Avec Christine Woods (Flash Forward, Hello Ladies, Go On), Michael Stahl-David (Cloverfield, My Generation, The Black Donnellys), Echo Kellum (Ben & Kate, Sean Saves The World), Angelique Cabral (Enlisted), Dana DeLorenzo, Kim Shaw (I Just Want My Pants Back)...

 

   Décidément, NBC a réussi à dégoter pour cette saison des pilotes de beaux projets côté comédies. Dans un tout autre style que A to Z ou Love Is Relative, Two To Go est une sorte de Happy Endings avec des personnages un peu plus adultes, déjà parents pour certains, sur le point de se marier pour d'autres, où le point de départ importe finalement peu, le but étant simplement d'enchaîner les scènes amusantes voire franchement drôles en compagnie d'une bande d'amis attachants. La base quoi. Et ça fonctionne franchement super bien sur le papier !

   On doit Two To Go à deux auteurs débutants qui n'ont quasiment rien fait précédemment mais qui ont clairement un ton, un style, qui leur est propre et qui, je le répéte, se rapproche de Happy Endings si une comparaison devait être faite. Le pilote est rythmé, fluide et chaleureux. On sent très vite que ces six là pourraient très rapidement beaucoup nous plaire. Et même s'il y a un couple central, qui n'est d'ailleurs pas (encore) tout à fait un couple, les deux autres ne sont pas en reste, ils ne font pas office de faire-valoir. Commençons par eux d'ailleurs. Il y a donc Anne et Nick, mariés depuis quelques années, parents de deux enfants, et bien partis pour divorcer selon les prostonics de leurs très encourageants amis. Ils n'ont à peu près rien en commun et passent leur temps à se chamailler. Eux pensent que c'est leur force et on aurait tendance à leur donner raison. Ils vivent dans leur petit monde à eux que l'on prend plaisir à découvrir. Leur complicité est parfaite et leurs répliques de très bonne facture. Il y a un bon équilibre entre la vanne pour la vanne et la blague qui en dit long sur leur couple. Nous avons ensuite Darcy et Rachel, un couple de lesbiennes classique avec la butch et la beauté. Elles viennent de se fiancer et paniquent à l'idée de de se marier, notamment Darcy qui ne l'avait jamais vraiment souhaité ni envisagé étant donné que c'était encore impossible pour deux femmes de se marier quelques mois en arrière. Alors elles se prennent gentiment la tête, mais c'est mignon, adorable même et super moderne. On les aime d'emblée. Darcy a un humour ravageur, notamment quand elle se retrouve avec les mecs de la bande. Il y a quelques scènes avec les "garçons" d'un côté et les filles de l'autre qui fonctionnent à merveille.

   Puis on en vient donc à nos deux héros : Kurt et Laura. Lui est du genre à enchaîner les conquêtes sans jamais s'attacher, ce que Laura trouve immonde car cela le conduit souvent à faire des coups vraiment pas cools à ses copines, et il la force à en être complice; elle sort tout juste d'une rupture difficile et essuie les échecs depuis plusieurs années, une poisse en amour qui ne semble pas vouloir s'arrêter. Leur alchimie est évidente, leurs amis la pointe du doigt depuis des années. Eux ont toujours refusé cette idée, estimant qu'ils se connaissent vraiment trop bien, dans le moindre des détails scabreux, un peu comme un couple qui a vécu ensemble pendant 40 ans. Sauf qu'ils n'ont jamais été un couple et n'ont jamais vécu ensemble. Après une soirée arrosée, ils se disent qu'après tout, foutu pour foutu, ils feraient bien d'essayer. La scène où ils se lancent est très drôle. Ils sont très embarrassés et disent et font un peu n'importe quoi. Le lendemain, l'alcool en moins, ils ont honte de leur comportement, ils ne sont pas du tout satisfaits de leur nuit passée ensemble, et se font la promesse de ne jamais en parler à leurs amis ! Là encore, passage très drôle lorsqu'ils se retrouvent à devoir parler de tout ça avec des mots codés car les enfants d'Anne et Nick sont avec eux en train de jouer ! 

   Two To Go est vraiment le genre de comédie ultra-efficace qui repose entièrement sur d'excellents dialogues et des personnages bien croqués, une bande de potes que l'on prend plaisir à retrouver semaine après semaine. Ce n'est pas d'une originalité folle mais ça marche à fond. Toutefois, si NBC ne doit en choisir qu'une dans ce style, A To Z a plus de chances, voire Marry Me si l'on s'en tient aux dernières tendances des pilotes les plus en vus...

Posté par LullabyBoy à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


29 décembre 2010

Perfect Couples [1x 01]

19622634_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20101216_120853

44030376

Perfect Tens // 3 56o ooo tlsp.

What About ?

Trois couples d'amis ont trois définitions très différentes de la perfection amoureuse...

Who's Who ?

Créée par Jon Pollack (Joey, 30 Rock...). Avec Christine Woods (Flash Forward) dans le rôle de Julia, Kyle Bornheimer (Worst Week, Romantically Challenged) dans le rôle de Dave, David Walton (Quarterlife, 100 Questions) dans le rôle de Vance, Mary Elizabeth Ellis (Philadephia) dans le rôle de Amy, Hayes MacArthur (How I Met Your Mother, Worst Week) dans le rôle de Rex et Olivia Munn (Greek, Chuck) dans le rôle de Leigh...

So What ?

Sûrement parce que je préfère les relations longues aux one-night stand, ce premier épisode de Perfect Couples -qui n'est techniquement pas le pilote dans l'ordre de production- m'a donné envie de suivre les aventures de Dave, Julia et les autres quelques semaines supplémentaires, histoire de voir s'il y a là matière à perdurer. Tout repose, selon moi, sur le duo formé par Christine Woods et Kyle Bornheimer (les producteurs ont été bien inspirés de le faire remplacer Kyle Howard). Ils sont les plus normaux de la sitcom, ceux auxquels on peut le plus facilement s'indentifier, et l'alchimie est là. Bon et puis j'aime vraiment beaucoup Christine Woods, la révélation de FlashForward, et je suis ravi de la découvrir dans ce registre qui lui va bien. Les deux autres couples nous offrent des intrigues plus déjantées mais pas nécessairement drôles. Le délire de Rex autour de l'Italie était lourd, pas inspiré, il sera certainement LE personnage énervant de la sitcom. Forcément, sa femme, Leigh, en pâtit. On la voit peu dans cet épisode et il est difficile de situer à quel degré elle se trouve sur l'échelle de la folie. Amy et Vance m'inspirent davantage, même si les deux acteurs en font un peu trop.

Cet épisode, dont le découpage laisse un peu à désirer, donnant parfois l'impression de se retrouver dans une version US de la shortcom de M6 Scènes de Ménage, réussit malgré tous ses scènes de groupe. Si les femmes sont un peu en retrait, la bande de potes masculins est plus convaincante et occasionne quelques sourires bienvenus. Sur la longueur, cela pourrait devenir problèmatique de se forcer à réunir les personnages mais Modern Family, par exemple, a prouvé qu'elle en était capable intelligemment. Perfect Couples est un peu le Modern Family du couple, sauf que la finesse n'est pas de mise et que l'ensemble sent le réchauffé. Combien de sitcoms du même style sont apparues ces dernières années et n'ont pas survécu ? Combien de sitcoms équivalentes ont été ou vont être lancées cette saison ? Cinq autres : Better With You, Traffic Light, Friends With Benefits, Happy Endings et Mad Love. Autant dire que Perfect Couples risque bien vite de se fondre dans la masse. Et puis que vient-elle faire dans le carré du jeudi de NBC ? On se le demande... 

25 juillet 2010

[DNES Awards 2009/2010] Révélation Féminine

Comme pour les révélations masculines, et peut-être même plus encore, il était très difficile de faire un choix, j'ai dû éliminer de sérieuses candidates avec regret. Vous remarquerez que j'ai placé deux nominées aux Emmy Awards (Lea Michele et Archie Panjabi) dans une catégorie qui leur convient mieux à mon sens...

Revelationfem

Revelationfem2

Dans la catégorie "Révélation féminine" de la saison 2009/2010, les nommés sont : Katie Cassidy pour Melrose Place 2009, Lea Michele pour Glee, Archie Panjabi pour The Good Wife, Brittany Robertson pour Life Unexpected, Deborah Ann Woll pour True Blood et Christine Woods pour FlashForward

Elles n'ont pas mérité de rejoindre cette catégorie : Ashlee Simpson-Wentz (Melrose Place), Jessica Lucas (Melrose Place)... 

Elles n'ont pas démérité et ça me crève le coeur : Nina Dobrev (The Vampire Diaries), Dianna Agron (Glee), Amber Riley (Glee), Alison Brie (Community), Jane Adams (Hung), Laura Vandervoot (V)...

04 juin 2010

FlashForward [1x 21 & 22]

dnes_season4_flash_benford_

Countdown // Future Shock (Series Finale)

4 75o ooo tlsp. // 5 22o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_84748 vlcsnap_93020

   FlashForward, c'est fini. Je me revois il y a plus d'un an, tout excité à l'idée que ce projet de série puisse voir le jour. Je me souviens de la promotion orchestrée par ABC qui avait commencé très tôt. Je me souviens du casting de Sonya Walger puis de Dominic Monaghan plus tardivement. Je me souviens de la projection du pilote à l'auditorium de TF1 le lendemain de sa diffusion aux Etats-Unis. Je l'avais beaucoup aimé et j'avais trouvé le cliffhanger -sur le suspect zéro- très excitant. Je me rappelle avoir cru possible que FlashForward soit le digne successeur de Lost. Je me souviens de tout ça. Un an plus tard, la série-événement de l'année, pour laquelle ABC a déboursé beaucoup d'argent, se termine dans l'indifférence la plus totale. Des 12,5 millions de téléspectateurs de départ, il n'en reste même pas la moitié. Certainement l'un des échecs les plus retentissants de ces dernières années. Dans un an, on l'aura tous oublié. Une drôle d'histoire un peu triste en somme. Cette désertion du public était-elle méritée ? Oui et non. Après un excellent pilote, la série n'a fait que décevoir avec des épisodes passablement ennuyeux, très bancals. Le public a fuit petit à petit et n'est jamais revenu. ABC a poussé la série dans la tombe en interrompant sa diffusion pendant plusieurs mois. Evidemment, FlashForward était dès lors condamnée. Pourtant, depuis son retour, les épisodes étaient bien meilleurs, certains étaient même très bons. Du gâchis donc mais il aurait fallu se réveiller plus tôt...

   La plus grande faiblesse de FlashForward a toujours été et jusqu'au bout ses personnages. Les scénaristes ont échoué précisément là où ceux de Lost ont excellé. Si Jack Shephard m'agaçait un peu en saison 1, ce n'est rien à coté de Mark Benford ! Je ne crois pas que Joseph Fiennes soit le plus à blâmer dans cette catastrophe. Son jeu mono-expressif n'a certes pas aidé mais il n'est pas responsable de la bêtise de son personnage ! Il aura été con et borné jusqu'à la dernière minute. Ca en devenait impressionnant ! Ce ralenti sur sa course folle dans les bureaux du FBI était particulièrement ridicule. Tout ce que j'ai passablement apprécié le concernant dernièrement, c'est sa conversation avec sa fille Charlie. Mon désintérêt pour le personnage m'a empêché d'être ému mais on était pas loin d'obtenir une scène touchante. Voilà encore un domaine dans lequel la série a échoué, et c'est évidemment lié à ses personnages. Combien de passages vous ont ému franchement depuis le pilote ? Si peu. Les histoires d'amour étaient mièvres ou inutiles. Elles ont commencé comme ça et elles se sont terminées comme ça. Bryce a trouvé sa Keiko et, pour ne pas faire de malheureux, Nicole a aussi trouvé son promis qu'elle ne cherchait même pas, escroquerie à la clé. Parce que le coup du mec qui la noyait dans son flashforward et qui la sauve ici, c'est juste une honte ! Qu'on n'essaye pas de nous faire croire que l'on avait mal interprété le passage : les choses étaient claires à ce moment-là. Je ne dis pas qu'ils ne savaient alors pas ce qu'ils allaient faire de cette intrigue. Juste qu'ils ont sciemment menti pour nous berner. Le tableau des personnages inutiles ne serait pas complet sans Aaron, qui aura été discret dans ce final avec toujours de très courtes scènes vides de toute émotion malgré la supposée mort de sa fille. Une sorte d'aveu de la part des scènaristes qu'ils avaient bien merdé avec cette histoire mais qu'ils étaient bien obligés de la conclure.

   Olivia n'a pas non plus été un personnage attachant même si elle s'est un peu rattrapée sur la fin. Sonya Walger méritait clairement mieux en tous cas. Dans la première partie du final, j'étais content de voir qu'elle était la seule à chercher à échapper à son flash. Au moins une quoi ! Malheureusement, Simcoe a tout gâché dans la deuxième partie en allant la chercher et en réussissant à la convaincre qu'ils étaient faits l'un pour l'autre et que le flash devait se réaliser absolument. Seule satisfaction : Olivia ne finit pas avec Mark. C'est ce que je craignais dans un dernier rebondissement. On en vient donc au trio gagnant, celui qui m'a fait tenir jusqu'au final et qui ne m'a pas déçu dans l'ensemble : Demetri/Janis/Simon. Le premier était vraiment attachant pour le coup. La deuxième, malgré un retournement de situation improbable, a su me convaincre aussi. Quant au dernier, disons que Dominic Monaghan a fait une bonne partie du boulot. Il n'était pas excellent mais il a su apporter son truc en plus à un personnage qui aurait peut-être été fade interprété par un autre. Tout cela reste de l'ordre de la supposition. Et puis ce rôle de méchant pas vraiment méchant est mille fois plus intéressants que tous les autres personnages réunis de toute façon. Le final s'est s'efforcé de rassembler les pièces du puzzle avec plus ou moins d'efficacité. Tout s'est plus ou moins passé comme dans les flashs, aucune surprise n'a donc été au programme. C'est ce que je craignais, ça n'a pas raté. La série se termine sur un cliffhanger avec un deuxième flashforward. Hyper prévisible là encore. Je crois que j'aurai pu la parier dès le pilote ! Ce nouveau flash aurait pu au moins nous donner des regrets quant à la fin de la série mais même pas ! Tout ce qu'on nous montre est très brouillon et pas accrocheur pour un sou. Même pas l'image d'une Charlie vieillie qui annonce qu'ils ont retrouvé son père. Cela dit, imaginer une saison 2 sans Mark Benford est une belle façon de clôturer cette demi-masquarade.       

vlcsnap_69178 vlcsnap_89242


// Bilan // Clairement, je ne regretterai pas FlashForward, surtout pas après ce final prévisible de bout en bout. Mais je n'aime pas tirer sur les ambulances, encore moins quand elles ne sont pas si défaillantes que ça. La série a échoué à plusieurs niveaux mais elle avait un bon potentiel en terme de trame générale et elle était impeccablement réalisée, utilisant à merveille le budget alloué. Il lui manquait "juste" de bons personnages et peut-être aussi un plan plus précis sur le long-terme qui lui aurait permis d'avoir un rythme plus régulier. Ce qu'il faut déduire de tout ça, c'est que le successeur de Lost n'est pas prêt d'arriver, s'il arrive un jour. Et il ne faut surtout pas le chercher. Il viendra tout seul, sans crier gare. 

21 mai 2010

FlashForward [1x 20]

dnes_season4_flash_benford_

The Negociation // 4 75o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_30467 vlcsnap_39418

  C'est triste de constater que plus les épisodes sont bons, plus les audiences baissent. FlashForward vient d'être officiellement annulée, tandis que V a été renouvelée. D'un point de vue créatif, donc sans tenir compte des audiences (qui sont quand même mauvaises dans les deux cas), c'est FlashFoward qui méritait le plus d'obtenir une saison 2. Cela dit, je ne vais pas plaindre l'équipe de scénaristes qui s'est réveillée bien trop tard... Cet épisode est l'exemple type de ce que la série aurait dû être depuis le départ : bourrée d'action et de rebondissements. Il aurait aussi fallu que les personnages soient plus intéressants mais ça, c'est foutu pour de bon. Même les scènes de Aaron en Afghanistant étaient pas mal. C'est un exploit ! Le bonhomme m'endors habituellement. Il a donc fini par retrouver sa fille et tout converge pour que son flashforward se réalise. Sauf que ça n'arrivera pas. Trop prévisible. J'en met ma main (et tout le reste) à couper ! Le black-out était imminent (J-1), il n'est pas le seul à se rapprocher de son flash. C'est la terre entière qui s'y prépare, mais surtout le FBI quand même ! Je pense que l'on retrouvera les deux cas dans le final : ceux dont les flashs se réalisent exactement comme ils les avaient vus, et ceux pour qui le destin sera tout autre. Dans quelle catégorie tomberont chacun des personnages principaux ? Je vois bien Demetri mourir. A moins qu'il ne se décide à prendre l'avion pour rejoindre sa belle ? Si on veut nous la jouer happy-end, Olivia ne choisira pas Simcoe mais Mark. Et puis Janis perdra son bébé, je le sens comme ça ! Par la faute de Simon ? Possible, puisqu'il semble vouloir se servir d'elle en dernier recours. En tous cas, on a confirmation que le père de l'enfant de Janis n'est autre que Demetri ! Pas une révélation de grande importance mais content de le savoir quand même. Saura-t-on un jour comment ils ont procédé ? Ca c'est intéressant bon sang !

   Le secret de Janis est révélé au grand jour et ça ne fait pas autant de vagues que prévu. Mark se montre relativement compréhensif, tout comme Demetri. C'est sans doute mieux comme ça. Janis ne méritait pas une débâcle générale si près du but. Sa confrontation avec Mark était intense, celle avec Demetri plus émouvante. Quand les deux personnages les plus intéressants sont réunis, forcément... Le secret de Simon est également révélé aux yeux du monde : il est le suspect zéro. Bon, nous, ça fait 10 épisodes qu'on le sait en gros. Ca n'empêche pas une belle tension entre Simon et ses divers interlocuteurs. J'en profite pour faire une petite parenthèse : Dominic Monaghan a beau ne ressembler à rien, il a quelque chose qui le rend sexy. Ca me choque toujours un peu, mais c'est cool en même temps ! Du coté du FBI et de l'enquête de Mark, disons que Gabriel est d'une grande aide et d'une grande efficacité. Heureusement, il ne ressemble pas à un simple moyen de faire avancer les choses. Il vaut plus que ça. Et James Callis l'interpréte à merveille ! J'avais quelques réserves au départ mais ce jeu exagéré a fini par me convaincre. Puis ça apporte de l'humour et ce n'est pas négligeable dans une série qui se prend autant au sérieux, à tort ou à raison. En revanche, Olivia fait de la figuration. Elle est juste la nounou de Gabriel. Sonya Walger méritait décidément bien mieux que ça.

vlcsnap_25270 vlcsnap_40162


// Bilan // Encore quelques défauts mais pas une seconde d'ennui pour une fois et une histoire globale qui méritait définitivement un meilleur traitement. Ou de meilleures complications afin de tenir 22 épisodes, pas 10.


03 mai 2010

FlashForward [1x 17 & 18]

dnes_season4_flash_benford2

The Garden Of Forking Paths // Goodbye Yellow Brick Road

5 53o ooo tlsp. // 5 17o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_287191 vlcsnap_245351

   Enfin FlashForward use de tout son potentiel pour nous offrir deux excellents épisodes qui se penchent davantage sur l'action pure que sur les personnages. Encore que le premier épisode est très axé sur Demetri puisque la date de sa supposée mort est arrivée, et le deuxième sur cette chère Janis qui nous avait décidément caché bien des secrets... Mais parlons d'abord de Dyson Frost, le personnage le plus mystérieux de la série qui s'est enfin dévoilé. Pas complètement bien-sûr mais un peu quand même. Ses motivations ne sont toujours pas très claires mais son mode opératoir, lui, est explicité. La vérité, c'est que cet homme est fou. Un fou extrêmement intelligent mais un fou quand même, qui finira par mourir de sa folie d'ailleurs. Ses excentricités m'ont bien plu même si elles sont difficilement justifiables. Les scénaristes n'ont même pas essayé de le faire d'ailleurs. Le joli petit piège qu'il a confectionné pour Demetri était assez hallucinant. Du Saw en moins inspiré. Il a pensé à tout, même à effacer toutes les informations sur le futur qu'il a amassés au fil des années. On découvre également que ses expériences sur les humains ne se sont pas arrêtées en Somalie. Il en a également fait sur le sol américain, forçant des dizaine de personnes à subir plusieurs flashforwards. L'un d'entre eux, Gabriel, se souvient de tout et vient à la rencontre d'Olivia puisque pour des raisons que l'on imagine hasardeuses, il l'a toujours vu dans ses flashs, et avec Lloyd s'il vous plaît ! Pas avec Mark. Je ne sais pas si tout son cinéma over ze top aura un intérêt au final mais il était temps qu'Olivia prenne une place prépondérante dans les événements. On nous explique au passage que c'était lui qui lui avait envoyé un texto disant que Mark buvait dans son flash. J'avais oublié ce détail mais c'est bien de le résoudre. James Callis est convaincant dans son rôle même si on a dû lui en demander d'en faire un peu trop...

   Un qui ne sert toujours pas à grand chose et qui casse systématiquement l'ambiance, c'est Aaron. Il est arrivé en Afghanistan pour retrouver sa fille et il est accueilli par Ravi Kapoor. Une simple étape avant que les choses sérieuses ne commencent pour lui, si elles commencent un jour. Je désespère mais j'imagine que l'on ne nous a pas infligé tout ça pour rien. So We'll See... Par ailleurs, les scénaristes se sont décidés à se pencher sur le cas Janis en nous révélant ce qui se cache vraiment derrière le twist très surprenant d'il y a quelques épisodes. Ils s'en sont très bien sortis avec une explication surprenante et convaincante. Janis n'est pas aussi mauvaise qu'on a voulu nous le faire croire : elle est en fait une sorte d'agent triple ! Elle travaille pour le FBI mais aussi pour la CIA qui lui a demandé depuis deux ans d'accepter toutes les demandes d'une troisième entité qui l'a approché pour surveiller le FBI à l'aube du blackout. Dans tout ça, le rôle de Simon notamment reste à définir. Mais celui de Vogel est plus clair, à moins d'un nouveau retournement de situation : il est un agent de la CIA en mission.  On avance et l'intérêt ne faiblit plus ! Mark était pas mal présent évidemment et je commence à le supporter. Le jeu de Joseph Fiennes laisse toujours à désirer mais je crois qu'on s'y fait. Mark poursuit les boulettes quand même et me fait pas mal penser au Jack de Lost. Il retrouvera sans doute sa place de héros au final, lui aussi... On nous donne une petite explication sur la bague anti-blackout mais le principe étant ridicule à la base, difficile d'en faire qelque chose de crédible.   

vlcsnap_252273 vlcsnap_281392


// Bilan // Si tout n'est pas encore parfait, je dois dire que FlashForward m'a plus que convaincu avec ces deux derniers épisodes. Que Brannon Braga et son équipe improvisent ou non, ils s'en sortent plutôt pas mal. J'ai vraiment envie de voir comment tout ça va se terminer, d'autant que je n'attends rien de particulier. 

22 avril 2010

FlashForward [1x 16]

dnes_season4_flash_benford_

Let No Man Put Asunder // 4 98o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_116876

   Au risque de paraître vulgaire : FlashForward péte plus haut que son cul et c'est un de ses grands problèmes. Ca m'a frappé quand je me suis rendu compte que le cliffhanger de l'épisode précédent, à savoir que Janis est une taupe au FBI, serait gentiment mis de coté pour cet épisode. Quand on est une série en première saison qui peine à fédérer, on a la décence d'offrir au public ce qu'il attend sans trop le frustrer. Je m'attendais à ce que l'on revienne sur cette révélation énorme et il n'en est rien. Cela dit, on prend plaisir à guetter le moindre de ses faits et gestes à la recherche d'un indice qui la trahirait. On apprend aussi en passant qu'elle est enceinte... Le prochain épisode lui sera peut-être consacré ? C'est tout ce que j'espère. Celui-ci était en grande partie dédié à Demetri, qui est, je le répéte, un des meilleurs personnages de la série. Son histoire n'a pas toujours été bien traitée et ne l'est toujours pas d'ailleurs mais il a offert les meilleurs passages de l'épisode. Mourra ? Mourra pas ? Tout s'emballe avec le retour de Dyson Frost qui le kidnappe, et qui compte visiblement emmener la petite Charlie avec lui. A moins qu'il ne lui donne quelque chose ? On ne sait pas grand chose de ce personnage finalement mais il intrigue et donne envie de revenir.

   La grande question qui revient sur le devant de la scène est très simple : les flashforwards vont-ils tous se réaliser ? Réponse dans deux semaines. J'aurai tendance à dire que non mais c'est juste une intuition. Je crois que les scénaristes s'amusent avec nous. Ils nous ont fait croire dans un premier temps qu'ils allaient se réaliser, avant de se rétracter, et ils égrainent maintenant des indices qui tenderaient à penser que finalement si ! M'est avis que c'est un dernier leurre. Ainsi, Olivia est sur le point de tomber dans les bras de Simcoe. Le rapprochement se fait sans aucune subtilité, Olivia cherchant clairement à ce que ce qui doit se produire se produise. Revirement de situation peu crédible. La scène où Charlie se casse une dent avec Simcoe qui arrive à sa rescousse était ridicule. Regardez comme il est prévenant. Oh quel bon père ! Beurk. Le flash d'Aaron est bien parti pour se réaliser aussi. Le voilà en direction de l'Afghanistan après interventions de la vice-présidente des Etats-Unis (on découvre à cette occasion son flash mais qui se souvenait d'elle ?)et celle de Wedeck. Toujours difficile de voir clair dans le jeu trouble de ce dernier. Mais il ne m'intéresse pas tellement à vrai dire. Je ne serais pas étonné qu'il soit finalement de mèche avec Janis. Ca n'aurait pas de sens mais on n'est plus à ça près ! Pendant ce temps-là, Joseph Fiennes fronce les sourcils...      

vlcsnap_121868


// Bilan // Si FlashForward n'avait pas tous ces problèmes de rythme, ce serait sans doute un bon divertissement qui ne vole pas aussi haut qu'il aurait pu. Mais il a ces problèmes de rythme alors on s'ennuie une scène sur deux...

12 avril 2010

FlashForward [1x 15]

dnes_season4_flash_simon_mi

Queen Sacrifice // 5 42o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_71802

   Ca y est : les scénaristes de FlashForward ont craqué ! La série vire au grand n'importe quoi. Cet épisode m'a fait penser à du -mauvais- Prison Break. Pas mal d'action donc, plus ou moins prenante, et des retournements de situation invraisemblables, amenés de manière tordue. Je pense avant tout à l'enquête sur la taupe au sein du FBI. C'était plutôt bien mené, c'était même la partie la plus sympa de l'épisode. J'ai bien aimé les remarques de Simon, très second degré, qui permettent de détendre un peu l'atmosphère. Quand il s'en prend à Mark, c'est d'ailleurs excellent. On a presque envie de le remercier. C'était plaisant aussi de revoir Seth McFarlane dans son petit rôle. Il finira d'ailleurs pas se faire tirer dessus. Nul ne sait s'il est mort ou pas mais à vrai dire, tout le monde s'en fout. Demetri et Wedeck font pratiquement de la figuration. Et puis il y a Vogel qui est devenu insupportable avec son air suffisant mais qui a le mérite de changer des autres personnages. Là où ça devient n'importe quoi, c'est quand on apprend que la taupe est un personnage que l'on connaît à peine, que l'on a croisé vite fait une ou deux fois par le passé. Ce n'est évidemment pas à la hauteur de l'attente. Et puis les scénaristes essayent de se rattraper en nous révélant qu'il n'y avait pas une mais deux taupes ! Et la deuxième nous est bien connue pour le coup, c'est même un des meilleurs personnages de la série, celui que le public aime le plus sans doute : Janis ! Et vlan ! On ne peut pas nier que c'est surprenant, ça procure même pendant une demi-seconde une sensation de satisfaction. On se dit qu'on nous a bien eu, que c'était bien joué ! Oui mais en y réfléchissant bien, ça n'a aucun sens. Ca n'a ni queue ni tête. Il va falloir que l'on nous fournisse une explication en bêton car je ne vois pas comment Janis peut être passée du personnage que nous connaissions à celui-ci. Quelles sont ses motivations ? Au moins, ça donne envie de voir la suite rien que pour ça...

   L'épisode contient son lot de scènes inutiles et/ou ennuyeuses. Keiko est de retour et elle part bosser dans un garage clandestin. Du coup, elle se fait arrêter par la police. Voilà qui réduit ses chances de croiser un jour Bryce. C'est bête, juste une vitre les séparait à un moment donné. Ce genre de scène où l'on nous montre avec des gros warning partout que le destin est parfois bien mal foutu m'agace au plus haut point. Ca n'apporte rien à une intrigue qui n'a déjà pas grand chose pour elle. Heureusement que Keiko et Bryce ne sont pas antipathétiques. Le baiser furtif entre Bryce et Nicole était sans intérêt bien qu'inéluctable. Sinon, la séparation entre Mark et Olivia a bien lieu. Il déménage. Le rapprochement entre Olivia et Simcoe s'opére. Tout cela ne procure pas tellement d'émotion malheureusement. Et puis le cas D Gibbons avance un peu, encore une fois de manière bien tordue avec cette histoire de codes qui se cachent dans une partie d'échecs. Les scénaristes cherchent des trucs alambiqués pour faire "style" mais c'est plus ridicule qu'autre chose au final. Un peu comme la taupe qui fait on ne sait quoi avec le sucre de son café ! Plus de simplicité les gars... 

vlcsnap_72462


// Bilan // FlashForward multiplie les erreurs dans cet épisode mais il faut avouer que la curiosité reste intacte au final. On a envie de savoir ce qui se passera d'ici à la fin de la série, même si Brannon Braga a annoncé que la saison (donc la série) se terminerait sur un cliffhanger. Histoire d'enfoncer le clou...

07 avril 2010

FlashForward [1x 14]

dnes_season4_flash_benford2

Better Angels // 5 o4o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_187515

   FlashForward traîne désormais comme un boulet tous ces personnages principaux qui n'en sont pas et qui ralentissent considérablement le rythme des épisodes. Je pense bien-sûr à Aaron, encore que son intrigue secondaire semble rejoindre petit à petit la grande intrigue de la série, mais surtout à Nicole et Bryce qui ne servent vraiment à rien. Ils n'ont que trois petites scènes dans cet épisode, toutes relativement courtes, mais elles ne suscitent ni amusement, ni émotion, ni exaspération en fait. Juste une grande indifférence et il n'y a rien de pire. Sans eux, on aurait passé vraiment un bon moment, je crois. Bon, il y aussi malheureusement nos deux héros, Mark et Olivia, qui en sont toujours au même point au bout de quatorze épisodes. Que faire de ce qu'ils ont vu en flashforward ? Et nous de nous demander ce que l'on peut bien en avoir à faire... On se dirige doucement vers LA séparation tant attendue. Grosse déception du coté de la petite Charlie ! J'espérais que le secret de son flashforward serait plus étonnant que cela. Je ne vais pas dire que je l'avais deviné, ce serait faux, mais disons que ce n'est pas surprenant, ça ne suscite, là encore, pas grand chose. Si ce n'est que Vogel paraît tout à coup bien louche. Serait-il du coté de D Gibbons ?

   On attendait cela avec une certaine impatience en début de saison, avant de finalement s'en foutre, et l'on y revient enfin pour notre plus grand plaisir : la tour en Somalie est visitée par notre fine équipe, composée des membres les plus intéressants pour l'occasion à savoir Janis, Demetri, Simon et Vogel. Ce qui m'a plu à vrai dire, au-delà du contexte de ce pays en guerre qui nous change un peu de ce que l'on a l'habitude de voir, c'est le coté Lostien de l'affaire ! Voir Dominic Monaghan courir dans les couloirs sombres de la tour, c'était un peu comme revoir Charlie courir dans les couloirs des bunkers Dharma. La salle des squelettes faisait forcément penser à la fosse commune Dharma. Et les messages vidéos de D Gibbons ressemblaient à ceux de la Dharma avec Pierre Chang. Bref, ça ne pouvait que me plaire ! Le cliffhanger est d'ailleurs très efficace même s'il va être compliqué à expliquer. Que D Gibbons s'adresse en 1991 à Demetri passe (il a pu voir le futur), mais que ce message vidéo passe comme de par hasard lorsque Demetri est dans le coin, c'est louche. Et ce sera certainement une simple facilité scénaristique pour faire avancer les choses. On a envie de pardonner les scénaristes, c'est pas comme s'ils leur restaient quatre saisons pour dérouler le fil de leur histoire maintenant ! Il y a d'autres facilités dans l'épisode mais il est inutile de les relever une par une. Sinon, j'ai bien aimé les moments de complicité entre Janis et Demetri, et individuellement ce sont les seuls personnages attachants de la série. En prime, on revient sur une des premières théories que j'avais évoqué dans les premières critiques : Demetri serait-il le père de l'enfant de Janis (si toutefois il voit le jour) ? On s'en rapproche...   

vlcsnap_185777


// Bilan // Assurément un bon épisode qui donne son petit lot de réponses et qui attise la curiosité, ce qui devenait urgent ! On a vraiment le sentiment d'avancer dans l'intrigue. Il y a évidemment des passages ennuyeux et à jeter mais ils sont moins nombreux que dans l'épisode précédent par exemple.

30 mars 2010

FlashForward [1x 13]

dnes_season4_flash_benford_

Blowback // 6 17o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_103000

   C'est avec tristesse que je vous annonce que le pessimisme ambiant au sujet du futur de FlashForward m'a contaminé. Autant j'étais assez impatient de retrouver la série la semaine dernière et le double épisode ne m'avait pas déplu, autant cette semaine je n'avais pas envie de regarder le nouvel épisode et même s'il était très correct, je ne suis pas impatient de visionner le prochain. C'est bizarre. De voir certains acteurs de la série partir sur de nouveaux projets (Zachary Knighton et Christine Woods en tête), ça refroidit quelque peu. Ils assurent sans doute simplement leurs arrières mais vu les audiences, comment la série pourrait être renouvelée ? Le public ne reviendra plus et la série dite événement ne sera plus. On l'oubliera comme on a oublié en leur temps The Nine ou Invasion (qui n'étaient pourtant pas mauvaises). Bref, je n'y crois plus beaucoup alors je n'arrive pas à m'impliquer dans la série. Et puis comme la plupart des personnages manquent cruellement d'intérêt...

   Il y en a deux que j'adore, c'est Demetri et Zoey. Ils sont vraiment mignons, mais pas dans le genre niais, et les scénaristes ont trouvé un moyen de davantage impliquer Zoey en la faisant carrément bosser sur le cas Demetri pour empêcher qu'il ne meurt. C'est peu crédible mais ça a le mérite de faire avancer les choses et de rendre l'investigation plus prenante. En revanche, il n'y a rien à faire : le couple de héros ne suscite pas grand chose, voire rien du tout. La faute en partie à Joseph Fiennes que je ne chercherais plus à défendre. Son jeu est extrêmement limité et son personnage insupportable. On ne saura jamais à qui revient la plus grande part de responsabilité. La faute aux scénaristes qui ont écrit un personnage plus qu'uni-dimensionnel ou la faute à Fiennes qui n'est pas capable de lui donner du poids et de la force ? Le débat est ouvert ! Et puis il y a aussi Aaron et sa fille Tracy. J'ai toujours eu du mal à m'intéresser à cette intrigue bancale et même quand ça avance considérablement, ça ne le fait toujours pas pour moi. L'ennemi est désormais incarné (par James Remar, il y a pire) et c'est une très bonne chose mais ce vers quoi on se dirige ne me plaît pas tellement. Du moins c'est le sentiment que j'ai. On verra bien... Quant à Janis, je l'aime bien, mais son histoire de grossesse commence à prendre l'eau. J'ai envie de savoir si elle va vraiment tomber enceinte mais je n'ai pas envie de la voir se lamenter en attendant que ça ait lieu ou non. On s'ennuie. Pour terminer, tout ce qui touche aux tours en Somalie me passionne pour le coup et on devrait être servi la semaine prochaine avec un petit voyage là-bas. Ca ne suffit pas à me rendre hyper impatient mais je m'accroche à ça, c'est mieux que rien. 

vlcsnap_66211


// Bilan // Un épisode que je qualifierais "de transition". On galvaude un peu trop ce terme à mon goût mais il me paraît cette fois bien correspondre. Entre les révélations de la semaine dernière, celles plus minimes de cette semaine et celles probables du prochain épisode, on sent une envie de bien faire et de retenir l'attention du public. Ca ne marche pas car c'est trop tard mais je n'accablerais pas les scénaristes qui font ce qu'ils peuvent...