25 juillet 2013

Horizon [Pilot Script]

 usa_network_logo

HORIZON

 Drama // 42 minutes

44030376_bis

Au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, Lauren Howl, une secrétaire du FBI, découvre que son mari, soldat, a peut-être été tué lors d'un affrontement entre des humains et des extraterrestres dans le Pacifique Sud. Obsédée par sa quête de vérité, elle se retrouve alors au centre du conflit avec bien peu d'alliés acquis à sa cause...

Créé par Bridget Tyler (Burn Notice). Produit par Gale Anne Hurd (Terminator, The Walking Dead...). Réalisé par Yves Simoneau (V, Les 4400, Beauty And The Beast) Pour Universal Cable Productions & Valhalla Entertainment. 58 pages.

Avec Ruth Bradley (Nick Cutter), Mark Famiglietti (Young Americans, Flash Forward), Meg Steedle (Boardwalk Empire), Taylor Handley (The OC, Hidden Palms, Vegas)...

 

   Oubliez tout ce que vous connaissez des séries de USA Network ces dernières années ! Point de politique du ciel bleu dans Horizon, malgré ce que pourrait laisser entendre son titre -il s'agit en fait du nom de code d'un dossier top-secret du FBI- même si la scène inaugurale se déroule bien dans la mer... mais une mer où flottent des cadavres. On connaît le goût de la chaîne câblée pour les divertissements légers et inoffensifs, à tel point qu'ils en deviennent franchement dispensables. Horizon ne se situe pas dans la même mouvance, même si elle parvient, malgré les événements dramatiques, à garder de l'humour, en particulier grâce au petit jeu de séduction dangereux entre l'héroïne et son boss, essentiellement à base de vannes et piques bien senties. L'aspect divertissant de l'affaire n'est pas négligeable au bout du compte : la petite enquête de Lauren, bien qu'un peu facile, est prenante; les divers rebondissements vous tiennent en haleine; et l'action s'invite à plusieurs reprises avec une certaine efficacité. Et puis on a quand même droit à LA scène obligatoire quand on parle d'extra-terrestres : l'apparition du vaisseau descendu du ciel, qui sera réussie ou ridicule selon les moyens accordés à la production. Mais alors, qu'est-ce qu'elle a de spécial cette série ?

   On a tendance à l'oublier au fil des pages car on se laisse volontiers entraîner par les personnages -sympathiques, au fort potentiel attachant- mais le point de départ de toute cette histoire est hautement improbable. Pour ne pas dire risible. On nous mêle quand même les Nazis aux extra-terrestres, sous-entendant qu'il a existé une alliance entre eux pendant la Seconde Guerre Mondiale ! Et bien vous savez quoi ? Moi qui suis allergique à tous les récits de guerre en général, je me suis précisément laissé prendre au jeu grâce à cela ! On sort indéniablement des sentiers battus et rebattus sur le sujet. Sans compter que les aliens sont une espèce en voie d'extinction à la télévision depuis quelques années, et c'est fort dommage. Il ne faut pas s'attendre à ce que Horizon vire au X-Files. Mais Horizon ne sera pas non plus, a priori, le Falling Skies de USA. Il n'est pas question ici de survie dans un milieu post-apocalyptique, ni d'affrontement direct entre humains et aliens, en tout cas pour le moment. Le mot "conspiration" n'est jamais lâché pendant le pilote, mais c'est bien de cela dont il s'agit. L'idée se révèle donc excitante, mais j'ai quand même quelques inquiètudes quant à la suite. C'est toujours le même problème avec ce genre de récit ambitieux : ça tourne vite à l'anecdotique en attendant que la "grande histoire" avance. Et USA a déjà connu ça avec Les 4400... Au niveau de l'ambiance, l'essentiel de l'action se situant à Washington, et plus particulièment dans les bureaux locaux du FBI, on ne peut pas dire que ce soit lumineux. Le script insiste peu sur les détails du décor, si bien qu'à la lecture, on n'a pas franchement le sentiment d'être dans les années 50. On notera quand même cette description amusante au sujet des dactylos du FBI : "Imagine the cast of GOSSIP GIRL with the fate of WWII literally at their fingertips and you’ve got the idea". Horizon se veut également glamour à travers son héroïne, sa facétieuse meilleure amie et l'élégance des femmes de l'époque, ou tout du moins la représentation que l'on veut bien s'en faire. Le casting, tant du côté des acteurs que des actrices, est d'ores et déjà un plaisir pour les yeux. La production de Horizon ne perd pas le Nord !

   Horizon a toutes les cartes en main pour nuancer de couleurs plus sombres la palette de séries un peu trop criarde de USA Network. On mise ici davantage sur l'intrigue et sur les personnages que sur l'ambiance et le relâchement des cerveaux. Le script du pilote est toutefois suffisamment bien fichu pour ne pas se perdre en conjectures. Il va droit au but et il le fait efficacement. Malheureusement, il n'offre aucune garantie sur la suite.