11 avril 2011

The Event [1x 11 & 1x 12]

carruseldeseries_the_event_nbc_logo

And Then There Were More // Inostranka

5 23o ooo tlsp.

44030377


 vlcsnap_51711 vlcsnap_24941

    Je poursuis mes critiques de The Event, toujours avec un retard considérable, et ces deux épisodes se doivent donc d'être replacés dans leur contexte : ils ont été diffusés sur NBC après trois mois de pause. Cela se ressent dans l'écriture car, clairement, les scénaristes ont choisi de passer à la vitesse supérieure en se débarrassant une bonne fois pour toutes du superflu et des intrigues qui ont trop duré. Je pense évidemment d'abord à la cavale de Sean et Leïla, dont la fin avait été amorcée à l'épisode précédent, et qui trouve ici un terme. Non seulement Leïla retrouve sa soeur Samantha, accompagnée de ses copines vieilles comme le monde, mais aussi son père ! En quelques scènes, il lui explique qui il est vraiment mais l'essentiel sera raconté hors-caméra. L'émotion n'est pas vraiment au rendez-vous, ce qui est bien dommage puisque les acteurs sont bons. C'était une de ses forces à la base, c'est ce qui lui permettait de se différencier de pas mal d'autres séries du genre (FlashForward ? V ?), mais les scénaristes ne s'attardent plus vraiment là-dessus. Ils préférent l'action, à moins qu'on leur ait demandé de changer de fusil d'épaule vu les résultats d'audience catastrophiques... Que va-t-il désormais advenir des Buchanan ? Je me le demande franchement. Si le père a clairement un rôle important à jouer dans le futur, cela semble moins évident pour les deux soeurs. Quant à Sean, il prend la tangente. Pour aller où ? Pour faire quoi ? Il ne doit pas encore le savoir lui-même, et ça, ça m'intrigue...

   Du coté du gouvernement, la tension grimpe d'un cran grâce à l'arrivée d'un nouveau personnage incarné par la (gonflée) Virginia Madsen en Sénatrice arriviste qui veut comprendre ce qui se trame dans son état d'Alaska. On ne peut pas dire que ses manipulations soient particulièrement captivantes pour le moment mais il y a du potentiel. Pendant ce temps-là, l'opposition entre Thomas et Sophia se dessine plus clairement. L'un souhaite faire venir les siens sur Terre, et leur envoie ainsi un message pour les prévenir, tandis que l'autre veut repartir avec les siens chez eux, comme il en a toujours été question avant la scission. Pour le moment, c'est le fils qui l'emporte sur sa mère. Cette dernière n'a d'ailleurs plus beaucoup d'alliés (connus) à part Simon. Thomas parvient à faire libérer les prisonniers d'Inostranka, non sans violence. Toutes les scènes qui se déroulaient là-bas étaient excellentes, tant du point de vue de la réalisation et des décors que du jeu des acteurs. C'est assez rare que l'action soit accompagnée de bons jeux d'acteurs et de bons dialogues quand on y pense. The Event nous offre ça. Le duo Zeljko Ivanek/Clea DuVall était particulièrement efficace. On les quitte blessés au milieu du désert blanc... Et le président Martinez dans tout ça ? Hum. Toujours aussi inutile.

vlcsnap_14617 vlcsnap_8727


// Bilan // Lorsque The Event prend la décision de passer à la vitesse supérieure, elle ne le fait pas à moitié ! Cela s'explique sans doute à la fois par l'urgence de la situation (il fallait à tout prix redresser la barre pour reconquérir le public) et l'envie d'en raconter le plus possible avant que la sanction funeste ne tombe (car elle tombera forcément). Sa mort anticipée lui va si bien... 


24 mars 2011

The Event [1x 10]

carruseldeseries_the_event_nbc_logo

Everything Will Change //

60059201


vlcsnap_32525 vlcsnap_28343

    Ayant un retard considérable sur The Event, je me dois de replacer cet épisode dans son contexte : il a été diffusé juste avant la longue pause dont a été victime la série. Une pause imposée à la production par la chaîne. Sa fin n’a donc pas été spécialement pensée pour tenir en haleine les téléspectateurs. Du moins, pas plus que d’habitude. Découvrir que le père de Leila est un extra-terrestre est une réelle surprise. Je ne l’avais en tous cas pas envisagé. Avec du recul, c’est assez logique. Sa présence dans l’avion s’explique plus clairement, ainsi que ce qu’on lui a demandé de faire (à moins qu’il ne mente depuis le début). Mais surtout, on comprend tout de suite mieux pourquoi nos chers visiteurs souhaitent mettre la main sur Leila et pourquoi ils gardent rageusement Samantha : elles sont a priori le fruit d’une union entre un extra-terrestre et une humaine. Des êtres hybrides donc. Elles ne sont pas uniques pour autant. L’homme qui ne veut pas parler à Leila et Sean malgré leur insistance est également le père d’une enfant hybride. Est-ce que ces enfants ont quelque chose de spécial ? Sans doute, sinon ils ne les étudieraient pas de la sorte. Leila a pourtant l’air tout à fait normale… A partir de maintenant, on peut officiellement dire que la cavale des jeunes amoureux et toutes les autres intrigues se rejoignent. Ca ne peut qu’être une bonne pour la cohérence des événements à venir.

 

   Dans sa mécanique, cet épisode était très classique. La série a définitivement perdu ce qui la rendait un peu différente de ce que l’on a déjà vu (mille fois). Je ne vais pas le répéter chaque semaine mais les aventures de Sean et Leila auraient très bien pu avoir lieu dans Prison Break, les aliens mis à part. On est exactement dans le même type de rythme et de rebondissements. Du coté des petits bonhommes pas verts, justement, on avance lentement mais sûrement. Ils ont réussi à transmettre un message via satellite aux leurs. Les effets-spéciaux étaient plutôt pas mauvais. Mais c’est sûr que voir ça quand on ressort d’une saison entière de V… c’est autre chose disons. La partie politique  m’a franchement ennuyé. Certainement parce que le président Martinez ne m’est toujours pas sympathique. Il me laisse plus indifférent qu’autre chose et il n’y a rien de pire. Ses conseillers énigmatiques sont bien plus intéressants que lui mais trop en retrait maintenant que leurs épisodes sont passés.

vlcsnap_28578 vlcsnap_40756


// Bilan // Malgré quelques doutes il fut un temps, je ne compte pas abandonner The Event. Je me souviens qu’à cette même période, FlashForward m’ennuyait profondément la saison dernière (avant de remonter la pente). C’est plutôt bon signe…

21 mars 2011

The Event [1x 08 & 1x 09]

carruseldeseries_the_event_nbc_logo

For The Good Of Our Country // Your World To Take

44030376 // 44030377


vlcsnap_36000 vlcsnap_34588

    Après Simon et Sterling, c'est au tour du vice-président Raymond Jarvis d'obtenir son épisode, émaillé de flashbacks plus ou moins intéressants. Je regrette toujours que la série ait perdu la (dés)tructure de ses premiers épisodes, qui rendait l'ensemble moins monotone. For The Good Of Our Country s'efforce à nous présenter à la fois comment Jarvis a obtenu son poste et quelle est la nature de sa relation avec le président Martinez, et comment il est devenu l'un des pions d'une conspiration encore très floue. Le véritable rôle du vieux Dempsey, interprété par l'excellent Hol Hollbrook, est cependant un peu plus clair : il n'est pas l'ennemi pervers que l'on imaginait. Il agit pour la bonne cause, si l'on peut dire. Celle de son pays, comme le titre de l'épisode l'indique. Et du monde peut-être aussi, mais on s'interdit de l'évoquer. Vous savez le problème dans tout ça, le truc qui risque vite de me faire décrocher ? C'est le syndrôme Prison Break (ou 24, comme vous préférez). Les retournements de situation interminables, les personnages qui ne sont pas ceux que l'on croit, et qui retourne leur veste à de multiples reprises selon le sens du vent. Ca me gonfle. Ca empêche de s'attacher aux personnages, à force de tous les soupçonner lorsqu'un climat de paranoïa s'installe. The Event n'a pas encore atteint le point de non-retour, et ne l'atteindra sans doute jamais vu que sa vie risque d'être courte. Mais je regrette son penchant pour ce type de rebondissements. 

   Sean et Leila retrouvent peu à peu leur place de héros après avoir été écartés quelques épisodes. Les scénaristes n'avaient visiblement pas grand chose à dire les concernant dans le premier épisode puisque l'on doit se contenter d'une blessure et de la recherche d'un médecin de toute urgence. La détermination et le courage de ces deux-là ne sont plus à prouver. Alors on s'ennuie un peu. Dans le deuxième épisode en revanche, le rythme s'accélère un peu puisqu'ils sont fin prêt pour partir à la recherche de la petite Samantha, toujours perdue quelque part avec des gamines qui ont des têtes de vieilles. Ils ne vont pas apprendre grand chose mais la course-poursuite dans les hautes-herbes était palpitante et particulièrement bien réalisée. C'est bien de savoir s'en contenter.

   Un peu comme dans V où il faut toujours se tourner vers les visiteurs pour passer les meilleurs moments, c'est avec les extra-terrestres que The Event fascine le plus. La lutte de pouvoir entre Sophia et son fils est évidemment infiniment plus passionnante et mieux écrite que les aventures d'Anna et ses sbires. Les portraits des deux protagonistes sont approfondis, autant que faire se peut. Ils ne sont pas unidimensionnels. Les interprétes sont excellents. Toutes les conditions sont réunies pour les rendre attachants. Je ne portais pas tellement d'intérêt à Thomas jusqu'ici mais je suis prêt à raviser mon jugement.

 

vlcsnap_306358 vlcsnap_312594


// Bilan // The Event a réussi à confectionner en peu de temps de solides portraits d'hommes et de femmes. Le problème à l'heure actuelle est que les intrigues qui les accompagnent ne sont pas dignes d'intérêt, pas toujours à la hauteur. Je crois encore beaucoup en la série. Pas en son succès, qui n'arrivera plus, mais en sa qualité.  

08 février 2011

The Event [1x 06 & 1x 07]

carruseldeseries_the_event_nbc_logo

Loyalty // I Know Who You Are

44030377 // 44030376


vlcsnap_101313 vlcsnap_103766

   Après une longue pause me concernant, je suis heureux de retrouver The Event, la seule série de cette saison à offrir du thriller haletant et des mystères. Ce qui m'hallucine toujours, c'est la vitesse à laquelle les réponses nous sont données, petites ou grandes. Ce qui me déçoit un peu en revanche, c'est que sa forme puzzlesque des débuts à laisser place à de simples flashbacks qui ne sont pas sans rappeller Lost. La manoeuvre est simple : expliquer pourquoi les personnages que l'on suit depuis quelques épisodes sont devenus ceux que l'on connait, quel a été leur parcours. Et de ce point de vue là, c'est bien exécuté, bien interprété, mais pas très inspiré. Ainsi, Simon a vécu une histoire d'amour contrariée, il a dû abandonner la femme qu'il aimait à cause de sa nature (extra-terrestre donc). Quant à Blake, il a été trahi par celle qu'il aimait puisqu'il s'agissait d'une taupe qui surveillait le moindre de ses faits et gestes, mais qui l'aimait certainement. Ces deux passés reflétent parfaitement la situation dans laquelle ils se trouvent aujourd'hui. On peut donc considérer que tout cela est plutôt bien pensé et écrit. Ca l'est ! Mais, encore une fois, c'est déjà vu et presque trop facile. Ces différents couples nous renvoient forcément au couple-star de la série, peu mis en avant dans ces deux épisodes, sans doute pour la bonne cause.

   Maintenant que Sean a retrouvé sa belle, la cavale perd un peu de son piquant. Bien sûr, il y a encore des tas de choses à découvrir et à comprendre, mais le coeur n'y est plus vraiment. On tente de nous intriguer intelligemment avec une scène pour le moins curieuse dévoilant que la jeune soeur de Leila n'est pas la seule petite fille à avoir été enlevé. Mais ces autres petites filles ont des visages... de vieilles ! On ne peut pas nier que The Event ose ! Les morts-vivants d'il y a quelques épisodes, c'était déjà pas mal dans son genre... Je ne sais absolument pas vers quoi on se dirige mais c'est étrangement excitant. J'ai la conviction que tout cela va mal se terminer, dans le sens où personne ne va être satisfait, mais j'ai très envie d'assister à tout ça ! Parmi les scènes marquantes de ces deux épisodes, celle de l'effrondrement de l'immeuble était particulièrement réussie, malgré quelques effets-spéciaux un peu limites à certains moments. C'est quand même pas mal du tout pour de la télévision. On sent que NBC a mis les moyens nécessaires (pour combien de temps encore ?). L'avantage de la série, par rapport à un Flashforward par exemple, c'est que les acteurs sont bons et la plupart des personnages fascinants. La série "s'assume" également davantage. Mais impossible de s'enlever de la tête que tout ça n'est pas très original, intrigue par intrigue. C'est l'idée de les réunir qui est brillante ! 

vlcsnap_107212 vlcsnap_248047


// Bilan // The Event est définitivement une bonne série, portée par d'excellents acteurs. Mais, après un départ tonitruant, on sent que le soufflé retombe peu à peu. Comme si l'essentiel avait déjà eu lieu, comme si le meilleur était forcément derrière nous... 

12 octobre 2010

The Event [1x 02 et 1x 03]

carruseldeseries_the_event_nbc_logo

To Keep Us Safe // Protect Them From The Truth

9 06o ooo tlsp. // 7 56o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_172110 vlcsnap_197884

  Il y a déjà beaucoup de choses que j'adore dans The Event mais je crois que ce qui me plaît le plus, c'est que pour une fois et c'est de plus en plus rare, la série ne cherche pas à copier ce qui a été fait précédemment ailleurs mais à s'en inspirer pour créer quelque chose de nouveau. On compare toujours une nouvelle série à une autre, c'est humain, on a besoin de points de repères. Mais The Event est une synthèse jusqu'ici digeste de 24, de Lost, je dirais même de Prison Break... C'est assez admirable même si elle ne peut pas encore arriver à la cheville des séries sus-citées. Dans ces deux nouveaux épisodes s'ajoute une nouvelle dimension qui, pour ma part, me met dans tous mes états parce que j'adore ça : les extra-terrestres ! Et on pense forcément à X-Files, son invasion et sa conspiration. Evidemment, ça fait peur à toute une partie du public qui a fuit peu à peu. C'était prévisible et c'est certainement pour ça que NBC a tenu à garder le secret le plus longtemps possible. La bande de Sophia est donc une espèce très proche des humains dont 1% seulement de l'ADN diffère. Ça permet d'éviter le kitsch habituel, à la V par exemple. Les similitudes avec cette dernière sont assez frappantes avec trois groupes distincts : les aliens, les êtres lambdas et la "résistance". Sauf que le résultat est plus crédible. Notons que beaucoup de questions posées dans le pilote trouvent une réponse dès le second épisode. On sent bien que Lost est passée par là. Il reste cependant un gros mystère : quelles sont les intentions cachées des visiteurs ? On a failli le savoir, mais c'eut été trop facile. Ravi à ce propos de l'arrivée de Clea Duvall au sein du casting !

   Le système d'allers-retours est toujours passionnant à suivre et surtout, il a un sens. Je dis ça avec d'autant plus de conviction que je déteste ça en général. Ça donne une dimension considérable à l'histoire et de multiples possibilités. On peut revenir deux heures en arrière comme retourner en 1944. La partie "au coeur du pouvoir" est nécessaire mais c'est celle qui sonne le moins juste, malgré le magistral Zeljko Ivanek qui complique la tâche à un Blair Underwood, déjà pas super convaincant en temps normal. Le reste est du pain béni, notamment la cavale de Sean qui est absolument passionnante. Le personnage est ni trop malin, ni pas assez, ce qui le différencie des héros habituels qui énervent vite. Il fait des erreurs, il se rattrape, il a un peu de chance... Il est, et ce sera le mot clé de la review : crédible ! En plus, il est super attachant. Preuve que les scènes comme celle de sa rencontre avec Leila sont primordiales. Elles ralentissent peut-être le rythme mais elles approfondissent le récit. Le cliffhanger de la fin de l'épisode 3 pousse un peu plus loin l'aspect fantastique du show, ce qui est génial en terme d'audace mais certainement risqué. On peut espérer que les 7,5 millions de téléspectateurs récents sont prêts à rester jusqu'au bout après avoir déjà avalé pas mal de choses !

vlcsnap_227540 vlcsnap_176674


// Bilan // The Event est d'ores et déjà fascinante ! Je suis archi-fan.


26 septembre 2010

The Event [Pilot]

19511376_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100916_012128 19511374_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100916_012127 19511375_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100916_012127

19511368_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100916_012010 19511373_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100916_012126 19511371_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100916_012125

I Haven't Told You Everything (Series Premiere) // 1o 88o ooo tlsp.

44030378

What About ?

En enquêtant sur la disparition mystérieuse de sa fiancée, Sean Walker, un homme ordinaire, se retrouve au beau milieu d'une conspiration qui implique le nouveau Président des Etats-Unis, Elias Martinez, Sophia Maguire, à la tête d'un groupe de détenus, et le père de Leila, la bien-aimée disparue de Sean. Les destins de ces protagonistes vont être amenés à se télescoper, tous embarqués dans un complot de grande envergure qui pourrait bien bouleverser le sort de l'humanité.

Who's Who ?

Créée par Nick Wauters (scénariste d'épisodes de Medium, Eureka et les 4400). Avec Jason Ritter (Le Monde de Joan, The Class, Parenthood) dans le rôle de Sean Walker, Blair Underwood (Dirty Sexy Money, Sex & The City, In Treatment) dans le rôle du Président des Etats-Unis Elias Martinez, Laura Innes (Urgences) dans le rôle de Sophia Maguire, Zeljko Ivanek (Damages, Big Love, 24, True Blood) dans le rôle de Blake Sterling, Ian Anthony Dale (Day Break, Surface) dans le rôle de Simon Lee, Sarah Roemer dans le rôle de Leila Buchanan, Scott Patterson (Gilmore Girls) dans le rôle de Michael Buchanan et Bill Smitrovitch (Corky, The Practice) dans le rôle du vice-président Raymond Jarvis.

So What ?

Merci mon Dieu ! Je misais énormément sur The Event pour nous sortir de la torpeur ambiante cette saison et au regard du pilote, la mission est accomplie ! Voilà un départ tonitruant, solide et prometteur. L'expérience nous a appris qu'il fallait se méfier et que pour ce type de show, un bon pilote n'est pas synonyme d'une bonne série. Les exemples ne manquent pas : The Nine, Day Break... et plus récemment bien-sûr l'échec FlashForward. Je pensais d'ailleurs au départ bâtir ma critique sur une comparaison entre The Event et cette dernière mais ce ne serait pas très pertinent à vrai dire. Hormis le genre auquel elles appartiennent, elles n'ont pas beaucoup de points communs. Et tant mieux !

    Je sais que la déconstruction temporelle du pilote en a dérangé plus d'un et c'est curieusement ce qui m'a le plus plu. On peut arguer que c'est une technique facile pour diluer l'action tout au long de l'épisode et pas seulement dans les 20 dernières minutes, mais je ne vois pas où est le problème en fait. C'est un pilote, il faut absolument accrocher le public et le plus vite possible. Les chaînes scrutent les audiences quart d'heure par d'heure et dans le cas de The Event, chose assez rare, l'audience a augmenté entre le premier quart d'heure et le dernier en passant de 10,3 à 11,5 millions. Ils ont donc choisi la bonne technique. Imaginez ce même épisode avec les scènes dans l'ordre : il y aurait eu 20 bonnes minutes d'escapade romantique tout à fait charmantes mais pas très accrocheuses pour un début de série. Le public serait parti au fur et à mesure et aurait raté l'essentiel. Là, au contraire, on commence par un grop coup de pression intriguant, on poursuit avec des scènes tantôt légères tantôt prenantes (sachant que les scènes légères sont assez prenantes aussi mais d'une manière différente) et on termine en apothéose avec un beau cliffhanger qui donne très envie de revenir au second épisode. C'est toujours amusant de décortiquer la structure d'un bon pilote.

La force de ce pilote est également de nous présenter les personnages principaux avec beaucoup d'efficacité, tout en les entourant d'une grande part de mystère. Le héros, Sean Walker, est d'emblée attachant. Ca vient peut-être du fait que j'adore Jason Ritter depuis The Class. Je trouve que l'acteur s'en sort très bien dans le rôle de Mr. ToutLeMonde. Il en fait ni trop ni pas assez, il est dans la juste mesure. Les scènes de la croisière sont superbement filmées, les décors sont magnifiques et malgré tout, on sent la menace. Bon, Sarah Roemer est pas mal mais n'importe quelle autre actrice pas trop mauvaise aurait pu incarner ce rôle. Les passages centrés sur le président des Etats-Unis sont assez réussis et c'est ceux que je craignais le plus. On nage en général en plein cliché et ça a le don de m'énerver. Pas cette fois. J'ai été surpris par la prestation de Blair Underwood, plus sobre qu'à l'accoutumée, et emporté par la présence de Zeljko Ivanek, comme d'habitude. J'ai littéralement adoré les scènes de Laura Innes. D'abord parce que je suis amoureux de l'Alaska, même si on en voit pas grand chose. Mais la base militaire perdue, ensevelie sous les neiges, ça me rappelle un peu l'ambiance d'X-Files. Impossible de ne pas adhérer. Et puis la prestation de l'actrice est sans fausse note. On ignore qui elle est vraiment mais elle en impose. Je suis moins convaincu par Ian Anthony Dale mais je l'aime bien lui aussi. Il a sans doute hérité du personnage le moins bien défini. Il lui faudra sans doute du temps pour s'imposer. Pour reprendre ma comparaison initiale avec FlashForward, on sent tout de suite la différence : The Event possède des personnages intéressants, sans boulets apparents pour le moment.

Alors, qui sont-ils ? Qui sont "Them" ? Des aliens ? Je suis assez partagé sur la question. J'aimerais vraiment que ce soit le cas parce que j'adore ça et que ce n'est pas avec V que je vais être satisfait, mais j'ai très peur que ça fasse fuir une partie du public. Or, il faut que The Event marche. Pour le bien de l'humanité (je pèse mes mots). D'un autre coté, je ne demande qu'à être surpris car je ne vois pas du tout ce que ça pourrait être d'autre. Si vous avez une idée, n'hésitez pas à nous en faire part en commentaires.

Le pilote de The Event m'a littéralement soufflé. Voilà enfin une série ambitieuse et qui semble maîtrisée, avec un casting quatre étoiles et des personnages fascinants. J'ignore de quoi ses lendemains seront faits mais le départ est plus que convaincant !    

19 septembre 2010

[Saison 2010/2011 - Drama] 1- The Event

19508791_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100913_010552

What About ?

En enquêtant sur la disparition mystérieuse de sa fiancée, Sean Walker, un homme ordinaire, se retrouve au beau milieu d'une conspiration qui implique le nouveau Président des Etats-Unis, Elias Martinez, Sophia Maguire, à la tête d'un groupe de détenus, et le père de Leila, la bien-aimée disparue de Sean. Les destins de ces protagonistes vont être amenés à se télescoper, tous embarqués dans un complot de grande envergure qui pourrait bien bouleverser le sort de l'humanité.

So What ?

Je vais faire relativement court au sujet de The Event pour la simple et bonne raison que dans environ 48 heures, j'aurai vu le pilote comme beaucoup d'entre vous. En fervent admirateur de séries ultra-feuilletonnantes, originales et complexes (oui oui, Lost me manque déjà terriblement), je ne pouvais que fonder beaucoup d'espoir en cette nouveauté ambitieuse. Elle a de très grandes chances de se planter : parce qu'elle est sur NBC, parce que les téléspectateurs américains nous ont prouvé par exemple avec FlashForward que ce n'était pas le genre de séries qu'ils préféraient et parce que les attentes sont énormes. Mais j'ai la foi. J'espère que je ne serai pas le seul. Alors pour Jason Ritter, pour Laura Innes, pour Zeljko Ivanek, pour le bien du monde de la télévision, pour la survie de NBC, je croise les doigts très très forts pour ne pas être déçu et pour que The Event devienne vraiment l'événement de cette rentrée ! On en reparle très vite...

// Bonus //


Récapitulatif du Top :

1- The Event

2- Lone Star

3- The Walking Dead

4- Undercovers

5- Falling Skies

6- Off The Map

7- Shameless

8- Harry's Law

9- Game Of Thrones

10- Luck / The Miraculous Year

11- The Kennedys

12- Hawaii Five-O

02 septembre 2009

Dirty Sexy Money [2x 14]

dnes_v2_dirty_mini_ban

The Bad Guy (Series Finale) // 2 2oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_142174

   Mais quelle horreur que ce Series Finale ! Au-delà du fait qu'il n'a pas du tout la gueule d'un dernier épisode (alors que les scénaristes auraient pu le prévoir), il enchaîne les intrigues sans intérêt et ne dénoue pas grand chose. On apprend quand même la vérité sur la mort de Dutch : ben il est pas mort ! Cette révélation aurait peut-être eu un peu plus d'éclat si on ne nous y avait pas préparé depuis deux-trois épisodes. Et puis comme cette annonce se fait dans la toute dernière scène, on n'en saura jamais plus et on ne le rencontrera jamais. En même temps, c'est pas comme si ça m'intéressait... Un des trucs qui m'a le plus irrité dans cet épisode, ce sont les pseudo-révélations de Simon Elder, entrecoupées de complications médicales suite au coup de poignard porté par Nola. Elles ne révélaient en réalité rien du tout, rien d'important en tous cas, et ça traînait encore et encore pour pas grand chose. Les scénaristes ont même réussi à sous-entendre que Simon n'était pas "le bad guy", ce qui est d'une connerie sans nom !

   La storyline de Patrick était jusqu'ici amusante et divertissante mais elle a pris un tournant plus "dramatique" beaucoup moins réussi. Ca se termine avec un chantage classique dont on se serait bien passé, et lui aussi ! Letitia et Brian ne servent plus à rien du tout. La preuve : ils se sont transformés en Valérie Damidot des beaux quartiers. Dans le genre vide intersidéral, on ne pouvait pas faire mieux. Cette pauvre Lisa est devenue une grosse bitch avant de redevenir toute gentille. Elle a fait ce yoyo pendant toute la saison 2 et c'est devenu plus qu'usant. Et puis le meilleur revient quand même à Karen qui est tombé dans les escaliers et qui, par conséquent, a perdu son bébé ! On ne pouvait pas faire plus soapesque et plus cliché ! Etait-ce bien nécessaire ? Enfin, Nola et Jeremy se sont momentanément séparés (pour la énième fois) et c'est à peu près le seul moment émouvant de l'épisode, et encore, émouvant est un bien grand mot. J'aimais bien leur couple et puis j'adore Lucy Liu de toute façon...

vlcsnap_114869


// Bilan // Après une saison 1 très moyenne, Dirty Sexy Money avait fort à faire pour s'améliorer et agrandir son public. Elle a échoué dans ses deux objectifs, même si le début de la saison 2 était plutôt correct. Le destin télévisuel des Darling ne pouvait qu'être tragique. 

28 août 2009

Dirty Sexy Money [2x 13]

dnes_v2_dirty_mini_ban

The Unexpected Arrival // 1 8oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_55102

   Dirty Sexy Money touche à sa fin et rien ne semble pouvoir rattraper le coup pour les derniers épisodes. De toutes les intrigues développées, seule celle de Patrick tient à peu près la route et c'est assez étonnant puisque c'est lui qui écope d'habitude des intrigues les plus chiantes. Dès le départ, on comprend bien que le personnage de John Schneider est de mèche avec sa femme, c'est donc sans surprise mais au moins, c'est amusant. Par contre, je ne m'attendais pas au coup de la caméra dans la chambre à coucher ! Un nouveau scandale sexuel pour Patrick ? Voilà qui permet à la série de justifier le "sexy" de son nom. Parce que depuis le début, c'est surtout le "Money" qui prédomine. En parlant de ça, on remarquera que Andrea a bien changé en quelques épisodes. Elle qui ne voulait pas du luxe des Darling, elle semble s'en être bien accommodée. Une fois de plus, son intrigue avec Brian est sans intérêt, et les scènes chez Nick censées être drôles ne le sont pas vraiment.

   Du coté de Karen, on s'ennuie un peu. Elle est enceinte du diable, bon et alors ? C'est pas comme si sa famille était uniquement composée de saints. Le passage sur l'éventuel avortement m'a bien plu : d'abord parce que le mot a été prononcé, ce qui n'est pas si courant dans les séries US, surtout celles d'ABC (Desperate Housewives ? Ugly Betty ?) et puis aussi parce que s'il n'a pas lieu, ce n'est pas parce que Karen considérerait ça comme quelque chose de mal mais simplement parce qu'arrivée à son âge, c'est peut-être sa seule chance d'avoir un enfant. En revanche, on se serait bien passé des passages niais avec Nick. Leur couple a quand même du mal à être crédible. Les machinations de Simon Elder vont de plus belle et ça devient ridicule mais très soap, c'est sûr. On est malheureusement plus proche des Feux de l'amour que de Dallas. Le cliffhanger n'est pas mauvais, il donne envie de voir le dernier épisode. Simon tué par Nola ? J'en doute. Nick va sauver tout ce petit monde in extremis.

vlcsnap_32847


// Bilan // Une série définitivement pas assez "dirty".

      

19 août 2009

Dirty Sexy Money [2x 12]

dnes_v2_dirty_mini_ban

The Convertible //

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_57158

   Ah les Darling... Si prometteurs... Mais si décevants... Cette famille avait tout pour réussir. Dirty Sexy Money aurait dû revitaliser le genre du soap de prime-time. La série s'est vite transformée en rendez-vous manqué et pourtant, les scénaristes se sont donnés du mal, avant de visiblement lâcher l'affaire. Cet épisode montre à quel point ils ne savent plus quoi raconter sur certains personnages alors qu'ils sont excellents à la base. J'ai toujours eu un faible pour Brian Darling mais il a passé toute la saison 2 à se lamenter sur son pauvre sort et sur celui de son ex, redevenue sa femme. Résultat : ce qui lui arrive ne m'intéresse plus. Histoire de le sortir un peu de son intrigue avec Andrea, on lui a inventé le retour d'une de ses ex et ça n'a servi strictement à rien. Ca aurait pu faire passer le temps sympathiquement mais même pas. La storyline de Patrick Darling n'avait pas grand intérêt non plus mais elle a davantage réussi à nous divertir. Par contre, je n'en peux plus de retrouver John Schneider partout, à toutes les sauces. C'est quand même un acteur très moyen.

   L'idée du flight trip de Nick, Karen et Brian n'était pas mauvaise, même si on a souvent frôlé le ridicule. Je pense surtout à cette scène de fortes turbulences dans l'avion : on sentait bien qu'elle était à prendre au second degré mais ça manquait de quelque chose pour que ce soit bien clair. Tout ce qui a tourné autour de la banque de sperme de Karen était très réussi, surtout les jeux de mots grivois. Le fait qu'elle soit enceinte de Simon Elder par contre, on aurait pu s'en passer. De toute façon, vu que la série est finie dans deux épisodes, je doute que ça puisse nous mener quelque part. Je passerai sur l'intrigue de Nick, qui est liée comme d'habitude à Lisa et une de leur énième dispute. Je pensais que les faire divorcer permettrait d'abandonner ce genre de scènes ennuyeuses vues et revues mais les scénaristes insistent. En même temps, quand on y réfléchit bien, que raconter d'autre sur Nick ? Il n'a pas l'étoffe d'un héros. Tous les autres personnages sont tellement plus funs (quand ils veulent). L'intrigue de Jeremy et Nola était très soapesque et très prévisible, sauf l'explosion en fin d'épisode mais elle ne change pas grand chose. Les producteurs ont dû faire péter le budget (ce qui explique sans doute les décors douteux à de nombreux moments de l'épisode); le cliffhanger est ridicule mais là encore, il faut tenter de le prendre au second degré. Sauf que Simon Elder n'en a pas.

vlcsnap_71644


// Bilan // Dirty Sexy Money meurt à petit feu. On ne s'ennuie pas mais l'épisode est aussi vite oublié qu'il est regardé. Les personnages n'évoluent plus et se coltinent des intrigues bateaux.