22 juin 2012

Nurse Jackie [Saison 4]

20021712

Saison 4 // 550 000 tlsp. en moyenne

44030376


vlcsnap_2012_06_01_23h29m46s134 vlcsnap_2012_06_02_00h10m07s30

   Cette année, Jackie Peyton n'a pas seulement laissé pousser ses cheveux -ce qui va bien mieux à Edie Falco entre nous soit dit- elle a aussi... évolué, changé... Oui, enfin ! Après une première bonne saison, une saison 2 décevante et une saison 3 catastrophique (j'en témoigne vigoureusement ICI), la dramédie de Showtime qui a tué United States Of Tara -je ne lui pardonnerai jamais- a enfin accepté de raconter autre chose sur son héroïne que ses habituelles jérémiades stériles et ses coups fourrés. Résultat : on s'ennuie beaucoup moins et on apprend à redécouvrir cette femme, toujours détestable par certains aspects mais nettement plus attachante au bout du compte. Tout est partie d'une prise de conscience, liée au choc de sa rupture avec Kevin qui a inévitablement conduit à des changements radicaux dans sa vie de mère, d'infirmière, de femme et d'addict. Le passage en rehab, bien que trop court à mon goût -ils auraient au moins pu y consacrer trois bons épisodes, depuis le temps que l'on attend ça- l'a libérée en partie de ses démons. Elle ne se drogue plus. Et, étonnamment, alors que la tentation a dû être aussi grande pour les scénaristes que pour le personnage, elle ne rechute pas une seule fois. Le cliffhanger de fin de saison pourrait tout à fait remettre cela en cause mais on n'en est pas là... La Jackie sobre est touchante car on saisit avec plus de clarté pourquoi elle est tombée dans cet enfer en premier lieu et pourquoi elle a si longtemps refusé de s'en sortir, au-delà du phénomène incontrôlable de l'addiction : parce que quand elle plane, elle ne ressent plus toutes ces émotions qui l'envahissent. Elle ne pleure plus. Et Jackie est une hypersensible qui n'a pas du tout confiance en elle et qui ne croit pas pouvoir se contrôler par elle-même. Elle (se) prouve pourtant tout au long de la saison 4, et malgré les tempêtes -le divorce, la pression à l'hôpital- qu'elle en est capable. La constante, quel que soit son état, c'est qu'elle est une bonne infirmière, excellente même. Un exemple pour tous ses collègues. Cela dit, ce n'est encore pas cette saison que les cas médicaux auront été marquants ou même intéressants. De mémoire, il n'y en a eu qu'un qui m'a plu, celui de la femme que tout le monde croit enceinte alors qu'elle ne l'est pas du tout, incarnée par Rosie Perez. Elle a apporté des dialogues intelligents et beaucoup d'humour le peu de temps qu'elle a passé dans les locaux du All Saints Hospital. 

vlcsnap_2012_06_05_18h14m09s254 vlcsnap_2012_06_05_14h12m24s102

    Le lien qui s'est créé entre Jackie et l'ado Charlie, rencontré en cure, lui aussi touché par le même mal, a été assez bien exploité et c'était une excellente idée que d'en faire le fils du Dr Cruz, le nouveau boss de Jackie, donc son nouvel ennemi. Il n'aurait pas été inintéressant de nous expliquer plus en profondeur le comportement totalement désinvolte de celui-ci à l'égard de son fils, mais c'est peut-être quelque chose qui viendra suite à sa mort tragique. Cela dit, après tout ce qu'il a fait subir au personnel de l'hôpital et les humiliations qu'ils lui ont réservé en retour, je ne suis pas certain que ce serait très logique de le faire rester à son poste. Gloria était bien meilleure ! C'était d'ailleurs marrant de la voir redevenir une "simple" nurse mais elle m'a quand même moins fait rire que d'habitude et ça vaut, de toute façon, pour tous les personnages secondaires. J'ai l'impression que les auteurs n'arrivent pas à soigner et Jackie et sa troupe en même temps. C'est soit l'un soit l'autre. Cette année, c'était clairement elle. Zoey reste l'atout comique le plus efficace et on ne se lasse pas une seule seconde de ses excentricités. Sa colocation avec Jackie et ses filles était une brillante idée, parfaitement exploitée ! Sa relation amoureuse avec l'ambulancier a en revanche été traitée par-dessus la jambe. Je crois que personne n'a vraiment compris les raisons de leur séparation. Ce qui a super bien marché aussi, c'est le trio Jackie/O'Hara/Zoey. Par contre, j'ai été très déçu pour tous les autres : je ne parle pas de Thor ou de Sam, qui n'ont jamais servi à rien mais qui ont peut-être été encore plus inutiles lors de cette nouvelle salve, mais plutôt de O'Hara, à qui la grossesse n'a vraiment pas réussi comiquement parlant, du Dr Cooper, encore drôle de temps à autres mais beaucoup moins souvent, d'Eddie, plus  absent qu'autre chose, de même que Kevin, dont on a beaucoup entendu parler mais que l'on a peu vu, ce qui n'était pas si dérangeant que ça en soit, certes. Même la petite Grace n'a pas bénéficié de beaucoup de temps d'antenne mais, dans le dernier épisode, elle m'a ému. Ce sentiment de liberté retrouvé, partagé par la mère et la fille, était ennivrant. Le plus beau moment de la saison sans doute. Le plan sur le toit de l'hôpital à la toute fin, avec ce dessin géant de Jackie imaginé par "Jesus", avait une belle et forte symbolique. C'était d'ailleurs beaucoup plus convaincant que le parallèle hyper convenu naissance/mort, bien que l'émotion était présente là aussi.  

vlcsnap_2012_06_05_18h05m02s154 vlcsnap_2012_04_22_03h17m08s8


// Bilan // J'avais bien failli ne pas me pencher sur la saison 4 de Nurse Jackie, encore dégoûté par la médiocrité de la précédente, mais j'ai finalement craqué et je ne le regrette pas : sans être exceptionnelle, loin s'en faut, elle a au moins permis de faire évoluer son héroïne et l'amener là où nous ne l'avions encore jamais vue. Une belle opportunité pour Edie Falco de changer un peu de registre et elle l'a pleinement saisie ! Malheureusement, tout cela s'est fait au détriment des autres personnages, condamnés à ne jamais vraiment sortir de l'ombre et à n'être que des accessoires comiques, souvent cassés. Avec le départ des deux créatrices et showrunners de la série, remplacées par un ancien de Dexter, la série va subir de nouveaux changements en saison 5. Fallait-il vraiment la renouveler ? J'ai comme un doute...


23 juillet 2011

Nurse Jackie [3x 03 > 3x 12]

dnes_season4_nursejackie_mi

Saison 3 // 576 ooo tlsp. en moyenne

63506040


vlcsnap_2011_07_22_23h21m13s138 vlcsnap_2011_07_22_19h22m44s34

   La saison 3 de Nurse Jackie avait mal commencé, comme en témoigne ma critique peu élogieuse des deux premiers épisodes de la saison, et dix épisodes plus tard, le bilan est absolument catastrophique ! Le niveau a dramatiquement chuté et je suis d’autant plus en colère que les téléspectateurs ont encore préféré cette année regarder Nurse Jackie plutôt que United States Of Tara. Résultat : il y en a une qui est renouvelée mais qui ne le mérite pas, d’autant qu’elle n’a déjà plus rien à dire, et l’autre est annulée alors qu’elle était excellente et qu’elle avait sûrement encore de belles histoires à raconter. C’est injuste, incompréhensible et franchement rageant.

    Alors que la saison 2 était très décevante du point de vue de l’héroïne et de sa non-évolution, elle tenait encore la route du coté de la galerie de personnages secondaires malgré quelques ratés (le départ de Momo, l’arrivée de Sam, la petite forme de Zoey…) En cette troisième année, même eux n’ont pas réussi à la sauver. A vrai dire, je crois que je ne regarde plus la série que pour Zoey. Dans le final encore, elle m’a fait éclater de rire avec son cri de cinglée après avoir fait la rencontre des filles de Jackie. Sa folie douce peut sauver une mauvaise scène. La performance de Merritt Wever est à saluer car, à mon avis, c’est elle qui fait 80% du travail, pas les scénaristes. Je suis toujours assez client d’O’Hara mais elle a tout de même été très en retrait cette saison, quasi-uniquement liée à Jackie, sans histoire à elle. Et comme il s’agissait la plupart du temps de les faire se disputer… Mon chouchou, le Dr. Cooper, m’a pas mal déçu. Jusqu’ici, il arrivait encore à me faire rire et je dirais même que ce sont tous ses défauts et tous ses caprices énervants qui le rendaient attachants mais je ne marche plus. Sa réaction suite à la séparation de ses mamans, c’était le summum de la puérilité et de la bêtise, tout comme son mariage soudain, inutile, prévisible et très mal géré scénaristiquement. Bref, je misais tout sur Gloria, ma dernière cartouche mais malheureusement, là encore, ce fut la débandade : entre son combat contre l’obésité qui n’a pas été marrant longtemps et son obsession pour les statuts de la chapelle, je ne sais pas ce qui était le plus mal trouvé. Elle est parvenue à me faire sourire voire rire de temps à autres mais ce n’était pas suffisant. Reste donc Thor, toujours cliché, toujours pas drôle ; Eddie, moins psychopathe donc plus à sa place; et Sam, toujours sans intérêt et les auteurs n’ont même pas cherché à lui en trouver un pour tout dire. Un petit nouveau a tenté de se frayer un chemin dans les derniers épisodes, il avait un certain potentiel, mais apprendre que lui aussi était addict, c’était juste trop. Tous les infirmiers et infirmières de New York sont-ils accros ? 

vlcsnap_2011_07_22_19h34m13s6 vlcsnap_2011_07_22_23h14m03s188

   On en vient à cette bonne vieille Jackie qui ne change désespérément pas. Ce n’est même plus la peine d’espérer. J’ai pourtant cru en début de saison que l’on allait se diriger petit à petit vers une sorte de rédemption, ou au moins une tentative. Mais non. Elle reste droite dans ses boîtes, fière de ce qu’elle est et absolument pas motivée à se sortir de l’enfer dans lequel elle est entrée. O’Hara se sera donné du mal pour l’aider mais ça n’aura pas été suffisant. Le pire dans tout ça, c’est que les personnages à être au courant de son addiction sont maintenant plus nombreux mais elle arrive pourtant, encore et toujours, à s’extirper de n’importe quelle situation délicate, que ce soit par son ingéniosité ou grâce aux pirouettes super faciles et pas crédibles du tout imaginées par l’équipe de scénaristes. Que Gloria jette finalement le test d’urine, c’est juste super énervant. Le cas Kevin est encore un autre problème, qui n’a pas su être réglé correctement. Sa rébellion a été de courte durée et son aveu final, sous forme de cliffhanger, était d’une part relativement prévisible grâce à quelques indices pas très discrets disséminés au courts des derniers épisodes, et d’autre part super agaçant puisque Jackie trouve le moyen de se faire passer pour une victime. Alors oui, elle se retrouve du coup dans une situation inédite, où elle est libérée de son mari et d’une certaine pression, qui pourrait déboucher sur une saison 4 enfin différente, mais je me suis déjà fait avoir trois fois, je ne me ferais pas avoir une quatrième fois ! Tout ce que j’ai trouvé d’intéressant et surtout de bien écrit, c’est les quelques passages consacrés à la petite Grace. C’était trop redondant par rapport aux deux premières saisons, certes, mais néanmoins émouvant et traité avec beaucoup de justesse. Edie Falco n’a jamais été aussi bonne que dans ces moments-là. Le reste du temps, elle est en pilotage automatique et on ne peut pas lui en vouloir : on ne lui donne rien de nouveau à jouer ! 

vlcsnap_2011_07_22_23h13m24s54 vlcsnap_2011_07_22_19h01m09s135


// Bilan // Nurse Jackie est en train de prendre exactement le même chemin que sa cousine Californication : une première saison accrocheuse puis les suivantes qui ne font que se répéter en rendant, en plus, leurs héros détestables. La série n’est plus vraiment drôle, plus tellement médicale (pas un seul cas ne m’a marqué cette année), quasiment plus émouvante, carrément plus profonde. Elle n’est plus grand-chose, juste l’ombre d’elle-même. Peut-elle encore être sauvée ? Tant que les téléspectateurs continueront à la suivre aussi assidument, je ne vois pas pourquoi les auteurs se remettraient en question. Dès lors, aucune amélioration n’est possible. Il serait préférable que la saison 4 soit la dernière et qu’elle conclut, aussi dignement que possible, cette histoire d’une femme à qui tout pouvait réussir mais qui a préféré tout détruire, toute seule, comme une grande. La vraie vie, pourtant, c’est bien une dramédie. Et prends ça dans les dents Jackie ! 

07 avril 2011

Nurse Jackie [3x 01 & 3x 02]

dnes_season4_nursejackie_mi

Game On // Enough Rope

61o ooo tlsp. // 49o ooo tlsp.

44030375_p // 44030376


vlcsnap_176373 vlcsnap_189184

   Les retours ratés semblent être à la mode du coté de Showtime. Après Tara, dont le Season Premiere était relativement décevant, c'est Jackie qui fait des siennes. En revanche, je ne parlerai pas là de déception puisque ça fait bien longtemps que je me suis fait une raison : Nurse Jackie a beau avoir une belle galerie de personnages et d'excellents acteurs pour les interpréter, elle est vouée à la non-évolution. Ce premier épisode de la saison 3 le confirme. Tout comme les scénaristes avaient choisi d'ignorer le cliffhanger de fin de saison 1, ils ignorent, mais de manière heureusement moins scandaleuse, celui de la saison 2. L'infirmière addict aurait logiquement dû se retrouver en rehab suite à la découverte d'un de ses secrets par son mari et sa meilleure-amie. Au lieu de ça, elle ment effrontément et avec brio au premier tandis qu'elle tente de se racheter une conduite auprès de la deuxième, sans vraiment s'excuser mais en trouvant les mots justes. C'est vrai : cette héroïne est fascinante car elle va très loin dans la manipulation, l'air de rien. Mais ses pirouettes ne m'amusent plus et je commence à la trouver simplement détestable. C'est certainement le but d'ailleurs, pour mieux nous la rendre attachante et émouvante par la suite, quans elle se rendra compte de ses multiples erreurs. Nancy Bowtin a traversé la même zone de turbulences dans Weeds, mais pas aussi tôt, pas dès la saison 2 !

   Conséquences et changements, voilà deux mots bannis de la writer's room de la série. Au bout de quelques minutes, après une introduction assez réussie sur Don't Rain On My Parade, la routine repart de plus belle dans les couloirs du All Saints Hospital. Jackie continue de se droguer en cachette tout en soignant à merveille ses patients et elle trouve toujours un moyen de se tirer de n'importe quelle situation embarrassante. La venue de son mari sur son lieu de travail, dont quasiment aucun de ses collègues ne connaissent l'existence, en est une par exemple. Les scènes avec ses filles et son mari sont toujours aussi ennuyeuses, d'autant que Kevin ne se rebelle pas bien longtemps. Je ne m'attendais pas à ce qu'il se calme si vite... Heureusement, les personnages secondaires sont là pour relever le niveau avec leurs historiettes sympathiques et souvent tordantes. Je crois que plus Jackie m'est antipathique, plus les autres me sont sympathiques. J'ai toujours du mal à voir l'utilité de Thor et Sam, mais je suis par contre toujours sous le charme du Dr. Cooper (son petit mot d'excuse lu en pleine salle d'attente m'a fait mourir de rire), emballé par les mimiques hilarantes de Merritt Wever, sans compter ses anecdotes toujours très inventives, et juste amoureux de Gloria. Cette femme est énorme ! J'ai oublié de parler d'Eddie ? Rien à dire à son sujet. Il ne trouvera d'intérêt que quand Kevin découvrir la vérité sur son "ami". C'est pas demain la veille donc...  Les patients ? Quels patients ?   

vlcsnap_190252 vlcsnap_187505


// Bilan // Indestructible, Jackie Peyton n'est toujours pas prête à évoluer. Par conséquent : sa série non plus. Je regrette que les scénaristes ne se soient pas remis en question suite aux déboires rencontrés en saison 2. Cela dit, le public ayant été fidèle, avaient-ils vraiment besoin de s'inquiéter ? Je commence cette saison 3 pessimiste. J'espère la terminer dans un autre état d'esprit !

28 août 2009

Nurse Jackie [1x 12]

nursejackie

Health Care And Cinema (Season Finale) // 1 o7o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_152931

   Ainsi  s'achève la première saison de Nurse Jackie, exactement comme elle a commencé : Jackie allongée sur le sol, délirant sa vie sous l'effet de médicaments puissants. Si la série avait dû s'arrêter là, la boucle aurait été bouclée. Heureusement, elle a très bien fonctionné sur Showtime et elle reviendra l'été prochain. Le moment est venu de tirer un bilan de cette première saison, faite de beaucoup de hauts et de quelques bas.

    Le Season Finale a un défaut, qui est au fond aussi une qualité : il ne s'y passe absolument rien d'incroyable. Il s'agit presque d'un épisode comme un autre. Si Eddie sait maintenant la vérité sur la vraie vie de Jackie, il se contente de boire et d'approcher Kevin pour assouvir sa curiosité et se faire encore un peu plus mal. Il aurait pu lui dire toute la vérité, il aurait pu littéralement exploser lors de sa petite visite à l'hôpital et dire tout le mal qu'il pense aujourd'hui de Jackie. Il reste finalement assez sage et complètement humain. Les gens qui tapent des scandales incroyables dans le hall d'un hôpital, est-ce que ça existe vraiment dans la vraie vie ? Sans doute, mais ils sont rares. La réaction d'Eddie m'a plu car elle était normale. Alors forcément, en termes d'intensité dramatique, c'est un peu décevant. La réaction de Jackie face à tout ça est complètement logique : elle se rabat sur sa drogue. Bref, aucune surprise à aucun moment mais une cohérence à toute épreuve qui prouve que cette série n'est pas écrite avec les pieds...

   Comme d'habitude, c'est la légéreté qui prédomine, même lorsque les intrigues traitées ne sont pas forcément amusantes à la base. Je pense évidemment à Zoey et au critique de cinéma qu'elle a mis dans le coma. C'est censé être tout sauf drôle mais entre les mimiques de Merritt Wever et ses dialogues avec les uns et les autres, on rit beaucoup. Gloria coincée dans l'ascenseur, c'était juste énorme. Anne Deavere Smith a un pouvoir comique qu'elle ignorait sans doute elle-même. "Inacceptable !". Mo-Mo et le Dr Cooper qui se racontent leurs histoires de coeur, c'était pas mal non plus. Ca aurait peut-être mérité que l'on s'y attarde un tout petit peu plus, surtout concernant Mo-Mo puisque l'on ne comprend pas trop de quoi il parle, il a très peu évoqué son copain depuis le début de la série. Une fois n'est pas coutume, Eleanor ne nous a pas fait tellement rire et pour cause : sa mère est à l'hôpital. Là encore, on manque un peu d'explications pour bien comprendre l'enjeu de l'intrigue mais les larmes du médecin ne peuvent qu'émouvoir.

vlcsnap_149097


// Bilan // La saison 1 de Nurse Jackie est une jolie réussite et la série a su imposer un ton qui lui est propre très rapidement, avec beaucoup d'efficacité. Elle se distingue d'abord par le charisme de son personnage principal, parfaitement interprété par Edie Falco. On n'en attendait pas moins d'elle. Et elle bénéficie également de personnages secondaires, qui gravitent autour de Jackie, tout aussi charismatiques/drôles/attachants. Le rythme des épisodes est soutenu et les 26 minutes sont toujours bien remplies, même si l'on regrette bien-sûr que ce ne soit pas du 42 minutes, cela permettrait certainement certains développements que l'on attend et qui ne viennent jamais. La saison 2 aura pour mission de nous faire découvrir un peu plus en profondeur tous ces personnages, notamment Jackie qui reste une énigme...