18 mars 2014

Forever [Pilot Script]

20443686

FOREVER

Drama // 42 minutes 

44030376-bis

Ecrit et produit par Matthew Miller (Chuck, Las Vegas, 666 Park Avenue). Co-produit par Dan Lin (Lego 1 & 2, Sherlock Holmes 1,2,3). Pour ABC, Warner Bros. Television & Lin Pictures. 59 pages.

Le Dr Henry Morgan, un médecin légiste discret mais brillant, étudie la mort pour une raison bien précise : il est immortel. Depuis deux siècles, il parcourt le monde et cherche un remède à sa condition qu'il considère comme une malédiction, aidé par un son meilleur ami, un vieux chauffeur de taxi roublard. Après un accident de métro au cours duquel il a (encore) perdu la vie, il fait la rencontre de la détective Jo Martinez, une veuve au caractère bien trempé avec qui il ne va pas tarder à faire équipe pour résoudre d'épineuses affaires criminelles...

Avec Ioan Gruffudd (Les 4 Fantastiques, Titanic, Ringer), Alana de la Garza (New York Police Judiciaire, Los Angeles Police Judiciaire), Judd Hirsch (Damages, Taxi, Numb3rs, Independance Day), Joel David Moore (Avatar, Bones, Médium), Barbara Eve Harris (Prison Break, Les Experts), Donnie Keschawarz (Damages, 24, Les Soprano, Homeland)...

 

    Il y avait -et il y a toujours- Castle et Beckett, il y aura peut-être bientôt Morgan et Martinez. Avec Forever, ABC semble avoir trouvé le successeur de Castle, même si cette dernière a certainement encore quelques années supplémentaires à vivre. La série est en tout cas exactement dans le même esprit, avec cet équilibre parfait entre polar, comédie et romance, qui a également fait le succès de Bones. On a d'ailleurs droit ici aussi à des scènes de dissection bien dégueulasses que Brennan n'aurait pas reniées ! Et puis il y a cette dimension fantastique supplémentaire, suffisamment bien amenée pour paraître presque naturelle. A travers une voix-off, le héros explique sa malédiction et ce qui l'a amené jusqu'à New York. Les textes ont tendance à se répéter à la longue, martelant toujours les mêmes idées comme si le téléspectateur était stupide mais c'est ainsi que les pilotes de network fonctionnent, afin que celui qui arrive en cours de route puisse comprendre bien tout comme il faut ce qu'il découvre, et reste. Et quand on propose un programme de ce type, très grand public, c'est un mal nécessaire. Mais c'est dit avec suffisamment d'humour et de second degré pour faire sourire et se laisser porter.

   Le pilote est émaillé de quelques flashbacks plus ou moins longs, se déroulant à différentes époques -et plus particulièrement les années 50- qui nous dévoilent une petite partie du mystère qui entoure Henry Morgan. Ca m'a fait un peu penser à ceux de Vampire Diaries. Ou ceux du pilote d'Arrow. Prenez-le comme vous voulez, mais sous ma plume, c'est plutôt positif. Un peu plus et il s'appellait Harry Morgan notre héros dites, comme le papa de Dexter. Je viens juste de m'en rendre compte. Bref. La scène d'ouverture -un accident de métro- est plutôt marquante. Avec Warner Bros. aux commandes, on devrait avoir quelque chose de léché en plus et non des fonds verts de piétre qualité. Une bonne raison de se réjouir. Il y a ensuite un passage se déroulant à la fin du 19ème siècle, sur un navire en train de couler et notre héros se noyant au plus profond des eaux. Qu'est-ce qu'il l'a amené jusque là ? La réponse viendra certainement dans un futur épisode. Le pilote pose des bases et lance plein de boués, qui seront attrapées en temps et en heure. Bien entendu, Harry a perdu son grand amour, Abigail, il y a bien longtemps. Et il y a peu de chance que ce soit de mort naturelle. Une réponse nous est toutefois gracieusement donnée dans ce premier épisode, quant à la véritable identité de son meilleur ami, Abe. Et je dois dire que ça m'a beaucoup plu, d'autant que je ne l'avais pas du tout vu venir. C'est touchant. Au fil des pages, une petite mythologie se dessine et sur deux siècles, il y a des tas de choses à imaginer. Les scénaristes auront de quoi se renouveler. C'est une belle perspective. 

   Et puis il y a l'enquête du jour et tous les tics habituels des séries policières classiques qui vont avec. Je déteste ça donc j'ai soupiré lors de ces passages, fort heureusement peu nombreux. Je n'ai pas du tout aimé le dénouement d'ailleurs. Plus précisément les motivations du meurtrier. J'ai trouvé ça con, vraiment très con. Mais je me fais la même réflexion à chaque fois que je tombe sur un Esprits Criminels ou autres alors ce n'est pas vraiment un indice sur ce que Forever a dans le ventre de ce point de vue. On va dire qu'il n'y a rien de nouveau. On retrouve un peu de Sherlock Holmes / Elementary chez Henry Morgan dans le sens où il fait des déductions incroyables avec rien, sous prétexte que sa longue expérience de vie fait qu'il sait repérer les signes. Vous pouvez être sûr que si je vivais deux siècles, je serai toujours aussi nul au jeu de devinettes ! Le concept a ses limites. C'est un peu ridicule. Mais bon Casle qui comprend tout parce qu'il a écrit trois romans policiers dans sa vie, c'est pas tellement plus crédible. Pourquoi je cherche à défendre Forever au bout du compte ? Parce que je pense qu'elle a vraiment le potentiel de fonctionner, de plaire et de vivre longtemps, très longtemps. Mais peut-être pas éternellement quand même ! Je ne vous ai pas encore touché un mot sur la complicité entre Henry et Jo, mais elle est évidente, attendue, tout ce qu'il y a de vu et revu. Mais ça plaît toujours, non ? Le parallèle intéressant -sans être d'une incroyable finesse on en conviendra tous- c'est d'opposer un immortel à une veuve. Ils ont deux expériences très différentes de la mort et, au fond, il n'y a que lui qui peut la soigner de son infinie tristesse : il ne mourra jamais. Enfin, sachez que si Jo ignore tout de son "don", il y a quelqu'un quelque part qui sait tout et qui le harcèle anonymement pour le lui faire savoir. Quelqu'un qui clame aussi être immortel mais qui reconnaît être mauvais. On l'a notre fil rouge !

   Forever possède les défauts et les qualités du genre auquel elle appartient, la série policière. Mais grâce à son héros immortel qui a vécu mille et une vies, elle a le potentiel de raconter beaucoup d'histoires dans des ambiances très différentes, d'être plusieurs séries dans la même série. On peut déjà s'imaginer des épisodes spéciaux, d'autres chargés en réponses mythologiques (du côté des fins de saisons), même si l'ensemble sera certainement assez classique, répondant à une formule bien rodée. Le nouveau Castle, c'est lui !

Posté par LullabyBoy à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


04 février 2013

Do No Harm [Pilot]

Do_No_Harm_Poster_NBC_Season_1

Pilot // 3 100 000 tlsp.

44030375_p

 

What About ?

Le combat quotidien d'un neurochirurgien dont le dangereux alter ego menace de céder à la folie à tout moment et ainsi détruire son équilibre personnel et professionnel...

Who's Who ?

  Créé par David Schulner (The Event, Trauma, Kings). Réalisé par Michael Mayer (Smash). Avec Steven Pasquale (Rescue Me, Up All Night), Alana De La Garza (New York District), Phylicia Rashad (The Cosby Show), Michael EsperRuta Gedmintas,Mousa Kraish...

So What ?

   Après The Mob Doctor, qui tentait d'introduire des éléments du thriller à la série médicale classique -et qui a échoué lamentablement- Do No Harm fait plus ou moins le même pari, mais en s'appuyant sur la mythique histoire de Dr. Jekyll & Mr Hide, comme pour se donner d'emblée plus d'assurance et de consistance. Et elle échoue aussi, mais un peu moins lamentablement. L'ambitieuse idée aurait pu faire l'objet d'une mini-série en cinq ou six épisodes. Là, peut-être aurait-elle tenu ses promesses ? Steven Moffat l'avait apparemment brillamment réussi pour la télévision anglaise avec son Jekyll il y a quelques années. Mais dans un format drama habituel, avec un pilote de 42 minutes qui se doit à la fois de présenter efficacement non pas un mais deux héros, et de mettre en place une histoire complexe, rien ne fonctionne car rien n'est creusé. Mais ce serait trop facile de se contenter de blâmer les circonstances. Après tout, avec un pitch pas si différent et tout aussi audacieux, si ce n'est plus, Awake avait fait des merveilles l'an passé. Le fait est que Do No Harm est ratée parce qu'elle est mal écrite. 

   Lorsque l'on se lance sur une thématique comme celle du double, il est primordial d'éviter à tout prix le manichéisme en opposant un personnage profondément bon à un personnage profondément vil. Do No Harm fait cette erreur dès le départ en ne proposant aucune nuance. Le Dr Joe Cole est un bourreau de travail et un chirurgien d'exception, comme tout médecin de télévision qui se respecte. Il est apprécié, tant par ses collègues féminines, charmées par sa beauté et sa bonté, que par ses patients, pour qui il a forcément beaucoup d'empathie. Ian Price, son double maléfique, est un fêtard à la libido insatiable, qui violente les femmes et qui mijote des plans diaboliques par se venger de son alter ego qui l'a fait taire pendant cinq ans à coup de médicaments. Ni l'un ni l'autre ne sont attachants, car ni l'un ni l'autre ne bénéficient d'un portrait subtil. Les transitions qui permettent au personnage de passer de l'un à l'autre de ses états sont ridicules. On est dans une imagerie qui relève plus du fantastique, comme s'il allait se transformer en loup-garou. Cela aurait pu être intéressant si la série ne s'était pas prise au sérieux et n'avait pas cherché à s'ancrer dans une certaine forme de réalisme. C'est loin d'être le cas ! Du coup, Steven Pasquale, un acteur relativement neuf qui aurait pu s'épanouir dans ce rôle et se faire connaître, se démène du mieux qu'il peut pour donner vie à ces deux visages, mais c'est peine perdue. Les dialogues ne sont vraiment pas à la hauteur, tout particulièrement en début d'épisode. Le script est paresseux, mal agencé. La scène d'ouverture est particulièrement ratée. Il aurait fallu commencer sur quelque chose de plus frappant qu'une opération somme toute classique. On nous demande d'accepter des choses improbables sans les contextualiser, les expliquer. L'auteur a voulu en garder sous le pied pour plus tard et se refuse donc à nous montrer des moments clés du passé du personnage qui nous auraient pourtant aider à le comprendre. La réalisation tient à peu près la route, en revanche. Les personnages secondaires ne sont d'aucune utilité puisqu'ils n'apportent strictement rien à l'univers de la série. Pas même la jolie Alana de la Garza, convaincante mais pas suffisamment pour que l'on s'attache au possible futur couple.

   Do No Harm manque de caractère et de personnalité, un comble quand on bâtit son histoire sur un héros qui doit assumer une double identité. Ce pilote nerveux avance douloureusement et ne laisse jamais entrevoir le potentiel d'une grande série. Il faudrait être maso pour s'en infliger un deuxième épisode... 

What Chance ?

 En réalisant le plus mauvais score pour le lancement d'une nouvelle série sur un des 4 grands networks de toute l'histoire, on pourrait presque s'étonner que NBC n'ait pas annoncé l'annulation de Do No Harm dans la foulée ! Une chose est sûre : la sentence devrait tomber très rapidement...

How ?



Posté par LullabyBoy à 12:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,