18 juillet 2007

Bilan 2oo6-2oo7 [Partie 2]

Les Nouvelles Saisons

Très Bien

Lost

65089_10Après avoir encensé la 1ère saison, les critiques et une large partie des téléspectateurs avaient renié LA série de ces 5 dernières années. Pas moi. Non pas que je sois un fan aveuglé qui n’admet aucune critique, mais très sincèrement j’ai beaucoup aimé la saison 2 de Lost. Pour moi la saison 1 était une mise en jambe, une saison pour poser les bases des nombreux mystères et nous faire découvrir les personnages et leur passé. Une excellente introduction mais c’est en saison 2 que les choses sérieuses commencent, avec l’ouverture de la trappe et la découverte du bunker. C’est vrai que la saison a trop été axée sur ce bunker, c’est vrai que l’on étouffait parfois dans ces galeries souterraines mais les plus mauvais épisodes, à bien y regarder, n’était pas ceux qui se passaient six feet under. Et puis il y au l’apparition de Ben et ce final à mourir ! Un des meilleurs season finale qui ait été fait toutes séries confondues.

Et la saison 3 alors ? Eh bien disons sans détour : c’est la meilleure saison et globalement, c’est le sentiment qui ressort parmi les fans et les moins fans. Ceux qui réclamaient des réponses ont été servi. Les ours polaires, les pouvoirs de l’île, les tatouages de Jack, la paraplégie de Locke, le vrai Sawyer, le fameux câble de la saison 1, la tour radio, Jacob. Beaucoup beaucoup de choses !! Bien sûr chaque nouvelle réponse entraîne une nouvelle question. Et j’ai envie de dire, encore heureux ! Nous avons appris que la série durerait encore 3 saisons, de 16 épisodes chacune. Les producteurs et la chaîne ABC ont réussi à se mettre d’accord et on ne peut que s’en réjouir. Bien que j’ai toujours eu l’impression que les scénaristes savaient où ils allaient, je suis encore plus rassuré maintenant.

Au niveau des points faibles de cette 3ème saison, deux choses sont à relever. D’abord les flashbacks. Lost ne serait rien sans ses flashbacks, c’est sa marque de fabrique, c’est une clé de son originalité, c’est ce qui en fait un drama aussi. Jusqu’ici j’en étais plutôt satisfait. Chaque flash-back nous emmenait dans un univers et regorgeait de surprises. Bien sûr il y en a eu des moins réussis que d’autres. En saison 3, le système commence à prendre l’eau. Déjà parce que Jack et Locke sont particulièrement mis en avant et leurs flashbacks sont nombreux. Du coup, ça empêche d’autres personnages d’en avoir et on se demande ce qu’il y a encore à dire sur eux. Locke a eu son flash-back de trop dans le 3o3. J’aime bien cet épisode mais le flash-back, sans être ennuyeux ne fait que nous prouver une nouvelle fois que Locke est un homme faible et facile à berner. On l’avait bien compris. Et puis Jack … on est content d’en savoir plus sur ses tatouages mais bon, tenir tout un épisode là-dessus c’est léger. Il y a des personnages dont on aimerait des flashbacks. Je pense en particulier à Rousseau, nul doute que ça finira par arriver au moment opportun. Outre les flashbacks, nos chers producteurs ont voulu introduire deux nouveaux losties mais on se demande encore pourquoi ? J’ai beaucoup aimé le flash-back consacré à Nikki et Paolo mais il ne fait pas vraiment avancer l’histoire. J’aurai aimé en voir plus de ces deux là. Par contre, leur épisode a permis de nous prouver deux choses : les techniciens de la série sont fantastiques. Ils ont réussi à insérer Paolo et Nikki à des scènes datant du pilot et ils ont su transformer des scènes au premier abord anodines en des scènes drôlement bien pensées. Preuve qu’ils savent bien ce qu’ils font …

Du coté des points positifs, outre les réponses, je dirais les Autres. Jusqu’ici on ne les connaissait pas vraiment, on ne comprenait pas bien leurs motivations. Nous avons maintenant une idée un peu plus claire de leur raison d’être et de leur combat. Nous ne savons pas tout, loin de là mais c’est déjà pas si mal. Juliet, en fine manipulatrice est géniale. Elisabeth Mitchell signe une interprétation magistrale ! En une saison, Juliet devient un personnage majeur. Ses flashbacks sont passionnants et sa relation ambiguë avec Jack est très intéressante. Ben est également un gros point fort de la saison. C’est un salaud attachant et son petit coté Harry Potter Cosettifié dans son centric aide pas mal … Il est machiavélique et impressionnant, là aussi, on peut dire bravo à Michael Emmerson. Grand acteur ! (J’espère que ces deux là gagneront des prix pour leurs rôles)

Je pourrais parler de la saison 3 de Lost pendant des heures et vous faire une dissertation de quinze pages mais je m’arrêterais là. Il y a tellement de choses à dire … J’espère que la prochaine saison sera aussi bonne et pourquoi pas encore meilleure ! J’attends beaucoup donc j’espère ne pas être déçu … Lost assoit sa position de série culte.

Bien

greys_anatomyGrey’s Anatomy

Les deux premières saisons étaient super efficaces, cette saison 3 l’était tout autant même si le soap prend peu à peu de plus en plus de place …

On ne peut pas nier que la série a su renouveller le genre de la série hospitalière. On avait Urgences depuis une dizaine d’années, dans le style du pure drama et on avait Scrubs dans la comédie bien potache. Grey’s est entre les deux, une dramédie quoi. Grey’s a donné un sacré coup de vieux à Urgences et brille au sommet des séries, rares, qui dépassent chaque semaine les 2o ooo ooo de téléspectateurs. Autant de téléspectateurs, ce n’est pas un hasard …

Le premier mot qui me vient à la bouche que je pense à la série, c’est EFFICACE. Tout est efficace, à commencer par les personnages. Ils sont tous attachants, chacun à ses chouchous. Pour ma part, ce sont Cristina, Addison et Callie. D’autres vous citeront Georges, Izzie ou Derek ! Ces personnages sont à la fois drôles et touchants, très humains et l’identification auprès des 15-35 ans est immédiate ! Les dialogues sont truculents et les situations souvent cocasses. En saison 3, le coté médical est passé au second plan tandis que les différentes histoires de cœur ont pris toute la place. J’avoue que ça ne m’a pas dérangé puisque c’est précisément les histoires de cul et de cœur qui m’intéressent le plus. Et pour le coup, quand il est question de cas médicaux, Grey’s se la joue un peu trop « cas extraordinaires » Ca amène souvent des scènes soient très marrantes, soient super émouvantes mais bon, ça manque de simplicité. Sur ce point, Urgences est plus forte.

Au rayon des points faibles de cette saison, je dirais les derniers épisodes ! Ca devient de moins en moins crédible et certains rebondissements sont un peu faciles. Le syndrome « tout le monde couche avec tout le monde » est en marche et bien des séries se sont cassées la gueule à cause de ça … Il serait temps d’ajouter de nouveaux personnages. Mais à condition qu’ils soient aussi bons que les autres. Meredith est un autre point noir de la saison. C’est l’héroine et elle est atteinte du syndrome Dawson. Les scénaristes trouvent le moyen de la rendre antipathique au profit de d’autres personnages. Au fond, c’est un peu anti-héroïne Meredith. Elle fait beaucoup d’erreur, elle est souvent déprimée, perdue, elle ne sait pas faire des choix. En fait, elle fuit le bonheur même quand il lui tend les bras. Sa relation avec le Dr Mamour a le don d’énerver même si cette saison, c’est plutôt lui le boulet.

Malgré bien des défauts, cette saison 3 est très agréable à suivre, la bande-son est toujours aussi bien choisie. En coulisses, il y a eu beaucoup de guéguerres, entre T.R Knight et Isaiah Washington notamment et pourtant à l’écran ça ne se ressent pas. Addison, Kate Walsh, est en route pour sa série, Private Practice, que j’attends avec impatience puisque l’épisode d’introduction en deux parties m’avait beaucoup plus !

How I Met Your Mother

himUne bande de potes à New York qui se retrouvent régulièrement dans un bar, ça vous dis quelquechose non ? How I met your mother, c’est un peu la reléve de Friends même si la narration n’est pas la même. Y’a un petit quelquechose d’original qui fait que la sitcom se démarque de toutes les autres. Le ton est différent et on rit beaucoup ! Barney est un peu au centre de tout et sa seule présence est parfois suffisante pour rendre un épisode extra. Lily, Marshall, Ted et Robin sont aussi excellents, chaucn dans leur style. En saison 2, Robin a changé, elle est moins transparente et l’épisode qui lui est consacré est excellentissime, peut-être le meilleur épisode de la série jusqu’ici. Contrairement à ce que l’on pouvait craindre la relation Lily-Marshall ne tourne pas en rond. Leur séparation momentanée aura été bénéfique. Quant à Robin et Ted, ils sont mignons et ils m’ont fait beaucoup rire à certains moments. La saison 1 était vraiment super sympa, la saison 2 est exactement aussi bonne. Je n’ai pas noté de baisse de régime.

Au niveau des audiences, cette saison aura été un peu compliquée, une annulation était à craindre et puis finalement CBS a fait confiance aux scénaristes pour une saison de plus. Et j’en suis personnellement ravi puisque c’est la seule sitcom que je suis actuellement.

Passable

Desperate Housewives

603795306_smallAie Aie Aie. Si la saison 2 de nos beautés espérées était déjà un cran en dessous de la saison 1, que dire de la saison 3 ? Franchement, j’ai cru parfois que les scénaristes avaient perdu la tête. Toute une partie de l’équipe, Marc Cherry en tête, avait travaillée sur Melrose Place à la grande époque. Quand on sait ça, on est moins étonné par le niveau très moyen de cette saison 3. Melrose Place était un excellent guilty-pleasure et assumé comme tel par les producteurs. Mais Desperate Housewives n’avait pas cette fonction au départ et je crains que cela s’accentue dans le futur si les scénaristes ne se sortent pas le doigt du cul.

L’arrivée d’Orson sonnait pourtant bien au départ, après le désastreux mystère des AppleWhites on avait la sensation que là, enfin, on allait nous proposer quelque chose de plus excitant. Eh bien non, après quelques épisodes, l’intrigue patauge déjà et à cause de la grossesse de Marcia Cross, le mystère Orson trouve un dénouement en plein milieu de saison. Mais de toute façon, grossesse de Marcia ou pas, ça sentait le pâté et quinze épisodes pour arriver à une telle finalité était bien suffisant. Quand je compare la série à Melrose Place c’est surtout à cause de ça. La série m’a beaucoup déçu quant à ce qu devait être le meilleur de la saison ! Sans compter que le personnage de Bree est devenu terriblement passif et finit les répliques bien senties. Bree devient l’ombre de son ombre tandis que Andrew s’assagit et rentre dans le rang (a priori, ça n’est que temporaire, une salope sommeille en lui, elle se réveillera tôt ou tard)

Concernant Gabrielle, à partir du moment où la story line autour du bébé est évacué (et de manière affligeante) elle doit se contenter d’histoires plus nulles les unes que les autres et sans inventivité. On sourit quand même parfois mais ça reste bien décevant. Gaby avait évolué en saison 2, on pensait en toute logique que la transformation se poursuivrait en saison 3, eh bien non. Les scénaristes en ont décidé autrement et bien mal leur en a pris. Le mariage a la fin de la saison sonne terriblement faux, c’est bien trop rapide et on sait déjà que ça va se terminer en eau de boudin.

Linette a vécu une saison chaotique dans le sens où les scénaristes sont un peu parti dans tous les sens avec elle. D’abord il y eu sa rivalité avec Nora, plutôt marrante, puis la prise d’otage a bouleversé le cours des choses. L’arrivée du présumé pédophile Art aura été un coup d’épée dans l’eau. C’était pourtant bien parti, c’était osé de traiter de ce sujet dans une série aussi grand public mais ils n’ont pas eu les couilles d’aller jusqu’au bout. Tout ce que j’espère c’est qu’ils gardent Art en réserve et qu’un jour il reviendra violer un des gamins de Linette (Oui je suis horrible mais on est dans une série donc l’intérêt est d’oser montrer même ce qui est très dur, parce que ça fait aussi parti de la vie !) Puis il y a eu la pizzeria, un peu boulet mais qui a amené de bonnes choses dont Rick. J’ai aimé qu’elle lui résiste. Et on termine par ce cancer qui laisse présager de grands moments d’émotion la saison prochaine. Une bonne idée. Comme d’habitude Felicity Huffman démontre ses grands talents d’actrice et relègue ses collègues de la série bien derrière.

Susan n’a pas eu de chance, elle s’est coltinée toute la saison le pire boulet que la série ait connue (pire encore que Zach et son père, c’est dire …) Du coup, ça a sérieusement plombé l’ambiance. Quelques moments malgré tout très drôles dans la pure tradition Susannesque ! Puis il y ale retour de Mike, ça devait arriver. Comme à chaque fois qu’ils sont ensemble c’est un peu nian nian. Mais ça détonne dans une série qui n’est pas vraiment nian nian donc j’aime bien.

Eddie a fait de l’intérim pendant l’absence de Bree et elle a fait ça comme une chef ! Sa relation avec Carlos est aussi inattendue que réussie. Par contre le suicide final ne colle absolument pas avec le personnage même si on tente de nous l’expliquer bêtement avec les apparitions fantomatiques de sa mère … Et puis soyons sérieux ! On sait très bien qu’elle ne mourra pas. Tout ce que j’espère c’est qu’elle continuera à être aussi présente dans la saison 4.

Au final, cette saison 3 est bien moyenne mais il y a quelques petites choses de-ci de-là qui font que ce n’est pas totalement à jeter. Il serait quand même bon de relever le niveau parce que les audiences sans devenir catastrophiques ont quand même bien chutées et il n’y a pas d’autre explication qu’une grande déception du public.

Nip/Tuck

niptucks4Depuis la saison précédente Nip/Tuck ce n’est plus ce que c’était. On a gardé le trash mais on a perdu la subtilité et le coté classe de la série. Puis quoi qu’on en dise, les portraits psychologiques des personnages étaient plutôt pas mal maîtrisée. A partir de la saison 3 et la story line file rouge du découpeur (qui s’est révélée bien décevante), on est dans un pure guilty-pleasure qui va très loin dans la surrenchère. Les situations les plus improbables se multiplient, Christian se tape plus de femmes encore qu’Eddie Barclay (je ne sais pas pourquoi je parle de lui), quoique non je suis de mauvaise langue. Il se pose un peu. Sean fait toujours et encore n’importe quoi …

Cette saison 4 a pour intrigue principale un traffic de reins et c’est vraiment très agréable à suivre. Le personnage interprété par Jacqueline Bisset est excellent. Globalement tous les nouveaux personnages récurrents sont tops : Michelle, Burt, Marlowe … C’est aussi la saison des retours avec celui de Bobolit ou encore d’Escobar. Et tout est assez bien ficelé. Beaucoup de guest-stars (Alanis Morissette, Catherine Deneuve, Brooke Shields, Rosie O’Donell …), la palme revient quand même à Melissa Gilbert en femme qui se fait lécher la chatte par son chien. Du pur Nip/Tuck quoi. Mettre davantage en lumière Liz était une excellente idée, son personnage gagne en sensiblité et il faut avouer qu’elle fait souvent pitié, dans le bon sens si je puis dire.

Les défauts de la saison ? D’abord Christian qui en début de saison se pose des questions quant à sa sexualité. Quitte à en parler autant aller jusqu’au bout ! Eh bien non, étonnament les scénaristes n’ont fait qu’effleurer le sujet, j’espère pour mieux y revenir plus tard. La relation entre Sean et Julia commence sérieusement à énerver. Ils s’aiment mais se quittent, se remmettent ensemble je ne sais combien de fois pour finir par se séparer à nouveau … C’est très lassant. La relation que développe Julia avec Marlowe est très intéressante par contre. Beaucoup moins celle de Monica et Sean. Du coté du fils boulet, j’ai nommé Matt, eh bien il fait toujours plus ou moins n’importe quoi en se mettant avec Kimber. Leur relation assez sérieuse et posée est bonne mais la scientologie vient un peu gâcher tout ça. L’autre gros défaut de la saison c’est le final. Tout ce qui a été construit en une saison, surtout en ce qui concerne Christian et Michelle, est réduit en fumée de manière ridicule. Alors l’idée du nouveau départ à Los Angeles est très bon, la série en avait furieusement besoin mais la manière d’amener les choses est plus que discutable. Peut-être est-ce un mal pour un bien ?

Saison 4 donc en demi-teinte mais globalement meilleure que la précédente en tous cas. J’ai même supporté un second visionnage des épisodes sans m’ennuyer !

The OC

Newport_Beach_Cast1La malédiction de la saison 3 avait aussi frappée The Oc la saison dernière. La mort de Marissa a sans aucun doute redonner un nouveau souffle à la série. Ou alors est-ce la plus grande importance accordée au personnage de Taylor ? Elle aurait méritée un spin-off à elle toute seule tellement ses apparitions sont jouissives à chaque fois et ses répliques souvent tordantes. Autumn Reeser est vraiment excellente en plus d’être très très mignonne. C’est elle la star de la saison 4. La relation qu’elle dévellope avec Ryan est d’abord surprenante pour devenir finalement très convaincante. Ce qui m’a un peu déçu cette saison c’est la transparence de mon chouchou Seth, il perd en humour et sa relation avec Summer est ennuyeuse au possible. Bon il est toujours aussi cute. Consolation de taille. Summer mûrit, ce n’est plus la fille légère des premières saisons. C’est bien de l’avoir fait évoluer mais le problême c’est qu’elle devien inintéressante. J’ai eu le plus grand mal à supporter ses trips révolutionnaires et son pote Ché est lourd de chez lourd. Au final, ce qu’on retient de Summer cette saison c’est Pancake, son lapin. L’ajout de la sœur de Marissa dans un rôle récurrent n’aura servi à rien. Kailtin est antipathique et sans intérêt. A oublier ! Par contre, Julie Cooper est toujours aussi géniale, peut-être même plus encore que dans les saisons précédentes. Son deuil est très émouvant, sa nouvelle vision de la vie fait plaisir à voir. L’actrice est rayonnante. Sandy et Kirsten sont peu présents, ils filent le parfait amour. Le series finale est très décevant parce que trop classique et trop happy-end à mon goût. La série se termine donc sur une note un peu moyenne mais le plaisir à la suivre reste quasi-intact.

Veronica Mars

Veronica_Mars_2006Kristin Bell est toujours aussi rayonnante et Veronica still kicks ass. Ca c’est pour la bonne nouvelle. Par contre la saison 3, accessoirement la dernière, est bien moyenne. Le passage à la fac n’est pas vraiment réussi. Ce n’est pas l’mabiance de la fac qui est à mettre en cause, c’est un élément que j’ai apprécié. C’est plus les scénaristes et producteurs qui ont fait des choix discutables. Plusieurs arcs dans une même saison et pas un seul grand comme pour les saisons précédentes et des personnages secondaires en intérim, le pire est peut-être pour Wallace que l’on voit à peine. Les nouveaux, comme Piz, mettent bien du temps avant de prendre vraiment de l’importance dans les intrigues et puis la relation boulet Logan-Veronica a du mal à se terminer. Je préfére nettement Piz pour Veronica, beaucoup plus aimant et stable. On ne voit pas assez Mac mais quand on la voit c’est souvent très sympa. Parker, sa colcoataire, n’est pas hyper intéressante, on aurait pu s’en passer. Le second arc autour de la mort du doyen est très mauvaise. Il faut attendre la fin de la saison pour retoruver le format classique de la série et là on respire ! Malgré deux derniers épisodes excellents et qui relancent vraiment la série, The CW n’a pas souhaité renouveller la série, elle se termine donc comme ça, sans véritablement de fin, et on reste sur notre faim ! Très triste de quitter un personnage aussi attachant que celui de Veronica. On parle d’une suite en BD. Mouais, super. Ah et j'allais oublier de parler du nouveau générique ! Excellent !!!

Mauvais

Prison Break

prison_break2Je crois que je pourrais déblatérer des heures sur ma déception quant à la saison 2 de Prison Break. J’avais aimé passionnément la première, je ne tarissais pas d’éloge, j’ai forcé mes proches à la regarder, j’en ai fais des tonnes … Et là, saison 2, rien ne va plus.

Je vais essayer de faire court. L’enfermement en saison 1 était un atout énorme, l’univers carcéral n’avait plus été abordé en télé depuis l’excellente Oz. En saison 2, on perd ça. Et pas que ça. On perd un nombre incalculable de personnages, c’est un véritable massacre. A tel point qu’aucune mort ne nous surprend. Les rebondissements sont tous plus invraisemblables les uns que les autres. En saison 1 ça me semblait plus subtil. En tous cas, les retournements de situation n’étaient pas encore éculés. Ils n’ont pas su se renouveler. Le nouveau personnage de Mahone est très bien interprété par William Fichtner (que j’avais déjà beaucoup apprécié dans Invasion) mais son personnage est très lourd et ne sert finalement qu’à éliminer les prisonniers en fuite un par un (souvent parce que les scénaristes ne savent pas quoi faire d’eux, la palme revient à Haywire qui apparaît un épisode sur six et qui finit par crever sans avoir rien apporter) Tous les évadés sont plus ou moins boulets, mais surtout Sucre avec sa Maricruz il nous aura encore bien bassiné. Les scénaristes n’ont pas peur de faire dans le ridicule avec T.Bag et sa main. Par contre ils ont très bien su gérer l’histoire de C. Note et sa petite famille. C’était souvent très émouvant. Et pour revenir à T.Bag quelques instants, j’ai le sentiment que les scénaristes n’ont pas été assez loin, il y avait un vrai potientiel avec lui, ils auraient pu faire très fort et ils se contentent finalement de pas grand-chose. Je pensais que sa vengeance serait terrible. Eh pas du tout ! Quel dommage … Le truc le plus jouissif c’est Bellick qui se retrouve en prison.

Lincoln est toujours aussi bête et impulsif, contrairement à son frère si intelligent et réfléchi. Cette saison, Michael Scoffield a quand même eu beaucoup de fil à retordre et il lui a fallu improviser. Il s’en est pas mal sorti ma foi. Par contre, Wentworth Miller confirme bien ce que je pensais : il ne connaît qu’une expression de visage qu’il nous ressort à toutes les sauces. Vraiment pas un super acteur. Il a beau être mignon, ça ne pardonne pas tout. Et puis sa voix … Oui elle est sexy mais à la longue ça devient ridicule de susurrer tout et n’importe quoi. Heureusement qu’il y a Sara et leur belle romance ! Un des rares points positifs de cette saison  Quand Kellerman est aux trousses de Sara c’est pas mal non plus.

2 séries de 3 épisodes m’ont beaucoup plu : qaunt la petite troupe se retrouve dans une maison de l’Utah pour récupérer le butin de Westmoreland. Très sympa et ambiance saison 1. Parfait donc. On retrouve le suspens qui m’avait tant plu. Et puis les 3 épisodes autour de la présidente et l’excellente Patricia Wettig étaient passionnants. Tout le reste était très moyen, surtout la fin, à mon goût baclée. Tout ça pour ça. Une saison 3 n’était vraiment pas nécessaire mais les quelques pistes sur lesquels on nous laisse peuvent être intéressantes. Tout va dépendre de leur traitement. Grosse déception donc pour cette seconde saison.

Voilà donc pour ce bilan de la saison, pas vraiment glorieux puisque beaucoup de déceptions. Espérons que les choses s’arrangent l’année prochaine !

Posté par LullabyBoy à 17:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


18 juin 2007

Bilan 2oo6-2oo7 [Partie 1]

SERIES : Le Bilan de la saison 2oo6-2oo7

Avant toute chose, je tiens à préciser que le bilan qui suit est tout à fait personnel, il rend compte de mon ressenti. Je ne prétends pas avoir l’ Avis mais un avis parmi tant d’autres et je souhaitais vous le faire partager ici. Bien sûr tout le monde ne sera pas d’accord avec moi et tant mieux ! Je vous invite d’ailleurs à le faire savoir dans vos commentaires. Je tiens également à dire que je n’ai évidemment pas regardé TOUTES les séries de la saison mais une bonne partie. Vous ne trouverez rien sur les différentes séries policières, je n’en regarde aucune.

Les Nouveautés

La saison a été riche en nouveautés, toutes ne s’en sont pas sorties, loin de là. La machine impitoyable de l’audience a fait son œuvre mais globalement on peut dire que la qualité a été récompensée. Ce qui n’est pas toujours le cas … Partons à la découverte de ces nouveautés, classées par mentions, comme à l’école, pour plus de clarté.

Très bien

Brothers & Sisters

brothers_and_sisters

S’il y a une série sur laquelle il faudra compter à l’avenir, c’est bien Brothers & Sisters. Tout commence le jour où le patriarche de la famille Walker meurt subitement d’une crise cardiaque, laissant derrière lui sa femme, ses enfants et sa maîtresse. Nous allons donc suivre la vie de chacun des membres de cette famille entre joie, peine, coups de cœurs et coups de gueules.

Une des forces de la série est ce savoureux mélange entre drame et comédie. On passe du rire aux larmes avec ce sentiment de faire parti intégrante de cette famille si singulière. Chaque personnage est attachant à sa manière. Chaque acteur nous propose une composition époustouflante. Il faut dire que ce ne sont pas des novices ! Le casting est quatre étoiles : Sally Field (Urgences), Calista Flockhart (Ally McBeal), Rachel Griffiths (Six Feet Under), Ron Rifkin (       Alias), Patricia Wettig (Prison Break), Rob Lowe (A la maison blanche) et tant d’autres … A tel point que l’on s’étonne à chaque épisode du talent de toute cette troupe !

Brothers & Sisters c’est un peu l’anti-thèse de 7 à la maison. Je crois que l’image est parlante. Ici pas de discours religieux, pas de leçon de morale, pas d’histoires sans intérêt, pas de dialogues niais et surtout pas de caricatures ! Un des fils de la famille est gay ? Allons bon, ses aventures amoureuses sont traitées sur le même plan que celles de ses frères et sœurs. Une des filles est républicaine ? Eh bien la série aborde avec brio les thèmes du 11 Septembre, de la guerre en Irak. Elle propose même un débat d’idées entre républicains et démocrates. Là non plus pas de propagande, juste une peinture fidèle de l’Amérique avec ses qualités et ses défauts. La série peut donc adopter un ton plus sérieux, plus engagé tout en faisant le grand écart avec des scènes comiques, légères. Le réalisme côtoie le burlesque et il en ressort une impression de grande jouissance télévisuelle.

Sur ABC la série a réuni chaque semaine en moyenne plus de 11 millions de téléspectateurs pour sa première saison et c’est sur Fox Life que vous pourrez la découvrir en France dès le mois d’Août. TF1 en a également acquis les droits et la diffusera prochainement. C’est pour moi LA série de la saison.

Men In Trees

menintreesCette série revient de loin. Son parcours a été plutôt chaotique (changements de case horaire en cours de saison notamment) mais elle s’en sort plutôt bien puisqu’une seconde saison a d’ores et déjà été commandée. C’est France 2 qui la diffusera en France. Enfin disons que c’est France 2 qui va la ranger dans ses placards et qui la ressortira, ou pas, un jour. Elle lui trouvera une jolie case horaire où son sort sera joué d’avance, puis l’arrêtera en plein milieu de sa saison pour ne jamais diffuser la suite. Moi, pessimiste ? Non, réaliste.

Marin Frist (Anne Heche) est une écrivain à succès, elle coache ces hommes et ces femmes qui cherchent désespérément leur âme sœur sans jamais réussir à la trouver. Elle, elle a trouvé un mari … jusqu’au jour où elle apprend que ce dernier la trompe. Alors elle annule son mariage et décide de s’exiler dans une petite ville d’Alaska pour écrire son prochain livre. Et contre toutes attentes elle va y trouver bien plus que de l’inspiration.

C’est typiquement le genre de séries que les filles vont adorer. Mais les garçons sensibles aussi ! On rit beaucoup dans Men In Trees, il faut dire que la galerie de personnages secondaires est particulièrement bien fournie. Ils sont tous drôles et profondément humains. Résultat on devient vite accro à cette ville et à ses habitants. Les paysages sont magnifiques, les dialogues sont savoureux, le tout est vraiment rafraîchissant.

Ce qu’on pourrait reprocher à la série c’est d’être trop prévisible. Malgré cela on se laisse prendre au jeu et ce qui importe ce n’est pas les choses qui se passent mais comment elles se passent. Certains trouveront peut-être que la série manque d’originalité. C’est vrai que ce mix entre Sex & the city et Everwood n’a rien de novateur. Oui mais voilà, c’est super efficace et c’est tout ce qui compte non ?

Dexter

dexterMaintenant, on change d’univers par rapport aux deux précédentes séries. C’est le moins que l’on puisse dire. Place à un polar sanglant et classieux qui met en scène un expert médico-légal le jour qui se transforme en serial killer la nuit. Dexter Morgan.

Qui aurait cru que l’on réussirait un jour à rendre un serial killer attachant ? C’est exactement ce que parvient à faire la série. Michael C.Hall (Six Feet Under) est magistral dans ce rôle. Il est tour à tour inquiétant, effrayant et émouvant. Dans l’ambiance moite de Miami, la saison s’articule autour d’une enquête passionnante pour retrouver un serial killer dont Dexter admire les méthodes. Il a trouvé là un rival de choix. Et son but va être de trouver son identité. Bien sûr ses collêgues et amis ne sont pas au courant de la double vie de Dexter. Par ailleurs, notre anti-héros a quelques problêmes d’ordre sexuel : il ne ressent aucun désir. Sa petite amie est un peu paumée comme lui depuis qu’elle s’est faite violer.

La série est adaptée du roman de Jeff Lindsay Ce cher Dexter et la critique comme les télespectateurs l’adorent. Je dirais même que personne n’a été déçu par la série. Il suffit de s’y plonger pour ne plus en décrocher. Si les premiers épisodes sont un peu mous, le rythme s’accélère rapidement et la deuxième moitié de la saison est vraiment palpitante avec de nombreux rebondissements. La psychologie des personnages est extrêmement bien travaillée et l’ambiance qui se dégage de la série est envoutante.

Dexter a très bien fonctionné sur Showtime et la seconde saison commencera en Octobre prochain tandis que c’est Canal + qui la diffuse en ce moment chez nous. Etonnament, TF1 l’a également achetée. A voir et à revoir. Une série déjà culte.

Brothers & Sisters, Men In Trees et Dexter sont donc pour moi les 3 meilleures nouvelles séries de l’année. Voyons maintenant celles qui n’ont pas démérité sans être excellentes.

Bien

Vanished

vanished_castVanished c’est la série maudite de la saison. Elle a beau être de bonne voire très bonne facture, le public Américain n’y a pas adhéré et elle s’est arrêtée après 13 épisodes (dont les derniers n’ont été diffusé que sur le net). M6 la diffusera malgré tout prochainement et rassurez-vous, il y a une fin, partielle, mais une fin quand même.

La femme d’un grand sénateur Américain est kidnappée, commence alors une grande enquête pour la retrouver. Nous suivons simultanément les agents chargés de l’enquête, une reporter aux dents longues qui cherchent à tous prix LE scoop et bien sûr la famille du sénateur qui essaye tant bien que mal de supporter la situation.

Ce qui est très intéressant c’est que derrière ce kidnapping semble se cacher une grande conspiration. Chaque membre de la famille a ses secrets, tout le monde est possiblement impliqué. L’enquête est passionnante. Un peu à la manière de Prison Break on retrouve une grande tension, des musiques stressantes, des personnages douteux. Au casting nous avons entre autres Gale Harold (Queer As Folk), Ming Na (Urgences) et Rebecca Gayheart (Beverly Hills, Dead Like Me). Je vous la conseille même si au final on est un peu frustré.

The Riches

the_richesUne série très sympathique et plutôt originale que The Riches. L’histoire d’un couple de gîtans arnaqueurs et de leurs trois enfants qui à la suite d’un accident de voiture vont totalement changer de vie. En effet, ils vont usurper l’identité de la famille morte sur le coup au cours de l’accident, en s’installant dans leur villa de Louisiane. Pour la première fois de leur vie les enfants vont devoir fréquenter une école, huppée qui plus est. Il va leur falloir s’adapter à cette nouvelle vie.

La série est bourrée d’humour et la plupart des personnages ont un grain. La mère, interprétée par Minnie Driver est complêtement folle. Certaines scènes sont hilarantes. Le père n’a rien à envier à sa femme et il trouve toujours un moyen de se sortir des situations les plus délicates. Il s’improvise tout de même avocat d’une grande société. La série s’amuse avec les clichés du rêve Américain et les détourne régulièrement.

Là où il est plus difficile d’adhérer à la série c’est du point de vue du réalisme. On a bien du mal à croire que ce soit possible de prendre la place d’une autre famille sans que personne ne se rende compte de rien. C’est parfois un peu dérangeant mais à part ça, c’est une bonne série. Pour l’instant aucune chaîne française ne semble l’avoir achetée.

+ The Class

Ces derniers temps les sitcoms n’ont plus tellement la côte. Il y en malgré tout quelques unes qui parviennent à sortir du lot. C’est le cas de The Class, qui malgré des audiences convenables ne connaîtra pas de seconde saison. Elle est diffusée actuellement le samedi soir sur TPS Star.

David Crane (créateur de Friends) nous présente une dizaine de personnages qui étaient ensemble au lycée et qui se retrouve dix ans après. Leurs vies ont bien changé mais ils vont réussir à re-créer des liens d’amitié. Certaines scènes sont vraiment très drôles, certains personnages sont excellents. D’autres le sont beaucoup moins, et c’est probablement ce qui a perdu la série, ce manque d’équilibre. Cela reste un divertissement très agréable qui change un peu des sitcoms familiales habituelles.

Passable

Heroes

heroes_castLe pet foireux de l’année c’est Heroes. Attention, je ne dis pas que la série est mauvaise. Je dis juste qu’elle est clairement surestimée. Oui elle a marché aux Etats-Unis, oui c’est devenu un mini-phénomène. Mais non, ce n’est pas si extraordinaire que ça.

Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant c’est l’histoire de gens ordinaires qui se rendent compte qu’ils possédent des pouvoirs extraordinaires. La réalisation est très efficace, l’univers des comics est parfaitement retranscrit. On sent qu’il y a des moyens derrière, les effets spéciaux sont efficaces. Globalement, quand il y en a de l’action, on nous en met plein les yeux, comme au cinéma.

Il faut aimer les histoires de super-héros. Ce qui n’est pas mon cas. On sait d’avance comment tout cela risque de se terminer : un magnifique happy-end sur le thème « On a sauvé le monde ». Parfois j’ai vraiment l’impression de regarder un Smallville en plus classe. Les personnages sont loin d’être attachants pour la grande majorité, certains sont même très enervants (Hiro, le Japonais qui crie à tout va par exemple), certains sont ennuyeux (le policier qui se prend pour Jeanne d’Arc). Reste tout de même la cheerleader et son père dont la storyline est vraiment sympathique à suivre. Et puis il y a le grand méchant, Sylar. Il est formidable. J’avoue m’être souvent endormi devant certains épisodes, les premiers surtout, soporifiques. Puis il y eu un mieux. Et le final de la saison est très très mauvais. Tout retombe comme un souflet, on reste sur notre faim.

A mon avis, Heroes aura du mal à tenir sur la longueur et le phénomène s’essouflera dès la prochaine saison. Vous pourrez la découvrir sur TF1, en prime-time, chaque samedi de l’été. A vous de juger !

Dirt

dirtEnfin une ex-Friends a réussi sa reconversion ! Courteney Cox s’est transformée en Lucy Spiller, impitoyable rédactrice en chef d’un magazine à scandales américain et on est bien loin de la maniaque Monica Geller. La prestation de l’actrice est l’atout principal de cette série qui laisse une impression mitigée. Certains épisodes sont franchement ennuyeux, tandis que d’autres se laissent agréablement regarder. On ne peut décemment pas dire que c’est mauvais mais la série ne provoque aucune addiction.

Il y a beaucoup de personnages, certains sont bons, d’autres moins. Le meilleur ami de Lucy, paparazzi de son étât, a des délires très particuliers qu’il est parfois difficile de suivre. Dirt aurait du être une série trash, parfois elle l’effleure mais s’en éloigne aussi vite, comme si les scénaristes n’osaient pas aller au bout de leur délire et c’est dommage, on sent leur retenue. Il s’en fallait de peu pour que ce soit un Nip/Tuck version presse à scandales, là ça aurait  pu être vraiment bien. Au fond la série manque de personnalité. Passable donc.

+ The Nine

La promesse de la série était pourtant simple : à chaque épisode vous découvrirez un passage de la prise d’otages dont nos héros ont été les victimes. Le pilot était excellent, les épisodes suivants décevants. Ce qui intéresse le téléspectateur c’est le déroulement de la prise d’otage et les mystères qui l’entourent. Ce n’est pas ce que deviennent les personnages après cet événement. Résultat: la série a fait un flop monumental alors que pourtant la qualité revenait petit à petit. Les 13 épisodes seront diffusés cet été sur France 2 chaque dimanche soir après Urgences. Jetez y un œil, ça pourrait vous plaire.

+ October Road

Le retour de l’enfant prodige dans sa ville natale. Nick est un écrivain à succès et il va devoir faire face à sa famille et à ses amis qu’il a abandonnés pour vivre son rêve 1o ans plus tôt. L’accueil ne va pas être aussi chaleureux qu’il l’aurait espéré. Le pitch est relativement classique et la série est elle-même plutôt convenue. Certains personnages deviennent très rapidement attachants tandis que d’autres agacent. Les dialogues manquent d’humour et les acteurs, sans être mauvais, ne sont pas plus enthousiasmants que ça. La première saison est courte (6 épisodes) et les histoires stagnent beaucoup. La seconde saison devrait être mieux maîtrisée et plus passionnante. Ce n’est pas la série de l’année mais c’est plaisant quand on a rien de mieux à se mettre  sous la dent.

Mauvais

Jericho

jericho_castC’est l’histoire d’une petite ville des Etats-Unis qui se trouve livrée à elle-même après que le pays a été frappé par des explosions nucléaires. On pourrait facilement la renommer « La petite menace nucléaire dans la prairie » tellement les bons sentiments dégoulinent de part en part. L’idée de départ est pourtant bonne. Oui mais voilà :les scénarios patinent, les intrigues n’avancent pas et les acteurs sont tous plus mauvais les uns que les autres. On retiendra quand même une story line, celle de la famille Hawkins, nouvelle arrivante dans la petite ville, dont le patriarche semble bien mystérieux. Il en sait plus que quiconque sur ce qui se passe dans le pays.

L’avenir de la série a été récemment scellé. Elle ne dépassera pas les 22 épisodes que compte sa première saison. Si elle a fait des scores honorables dans un premier temps, elle s’est par la suite effondrée. C’est M6 qui en a acquis les droits en France et qui devrait la diffuser à la rentrée. Pas sûr que le public adhère.

Six Degrees

sixdegreesSix Degrees ou la série la plus ratée de la saison. Vous connaissez le principe des six degrés de séparation ? Eh bien le pitch se résume à ça : une demi-douzaine de personnages habitent New York et la vie de chacun influe sur celles des autres. Quand on a dit ça, on a tout dit. Non seulement les personnages ne sont pas attachants mais en plus la série est ennuyeuse au possible. Les histoires ont déjà été vues milles fois : la femme trompée sur le point de se marier, le golden boy qui tombe amoureux de la plus belle fille du quartier, la veuve qui élève seule ses enfants …

TF1 la diffusera prochainement. Un conseil : si vous avez des insomnies, enregistrez les épisodes et regardez les tard le soir, vous verrez, vous vous endormirez sur le champ.

+ Ugly Betty

Si vous aimez l’insipide version Allemande de la série Le destin de Lisa, alors vous aimerez sûrement Ugly Betty. C’est à peu près la même chose mais avec plus de moyen et avec le savoir-faire redoutable des américains.

Moi, je n’aime pas. La plupart des gags tombent à l’eau, ils sonnent faux. Le coté caricatural a beau être assumé, ça ne passe pas. Les acteurs ne sont pas mauvais, Americana Ferrara qui interprète Betty est plutôt douée et convaincante. Au fond, c’est une série qui s’adresse avant tout à un public jeune. Les enfants adoreront mais pour les adultes, ce sera plus délicat. Ou alors il faut avoir gardé une grande grande âme d’enfant. TF1 la diffusera prochainement sur son antenne et ça risque de cartonner.

Rendez-vous dans quelques jours pour la seconde partie sur les nouvelles saisons des séries que l'on connaît bien !

Posté par LullabyBoy à 16:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 juin 2007

Prochainement ...

Je vous proposerais prochainement sur ce blog, et ailleurs, un bilan de la saison télévisuelle écoulée (2oo6-2oo7) en 2 parties. La 1ère partie sera consacrée aux séries qui ont fait leur apparition cette saison. Le meilleur et le pire. Idem pour la 2ème partie dédiée aux séries que l'on connaît tous et leur nouvelle saison. A la hauteur ou non ?

L'article est un peu long et pas encore terminé mais ça ne va pas tarder.

Posté par LullabyBoy à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]