20 octobre 2007

Pushing Daisies [1x o3]

pushingbanni7The Fun in Funeral

Audience : 9 86o ooo.

dnesblog4starsjj0B


vlcsnap_250061

Le début de l'épisode nous entraine vers l'enfance de Ned, alors qu'il découvrait encore ses pouvoirs, dans une ambiance très Harry Potter, avec toujours en fond cette voix-off grave et profonde. La suite de l'épisode est plutôt réussie même si je suis moins enthousiaste que pour les deux premiers épisodes. Peut-être parce que l'on commence à s'habituer à l'univers de la série et on est donc moins supris ? Ou peut-être est-ce l'affaire du jour qui était moins délirante ? Ca reste quand même très très très agréable à suivre. Cette fois, on renoue avec les événements du pilot et c'était plutôt innatendu. En effet, pour sauver Chuck, Ned a dû laisser mourir quelqu'un qui était dans les parages à ce moment-là. Et ce fut un croque-mort, pas le plus honnête de tous. Il avait l'habitude de voler tout ce que les morts avaient de bijoux. Il s'est donc retrouvé avec une véritable petite fortune : des bracelets, des bagues, des montres, des pendentifs de toutes sortes ... Mais le jour où cela s'est passé, Ned a été vu sur les lieux par un ninja (on va dire ça comme ça) et celui-ci est bien décidé à mener la vie dure à Ned. Une enquête très sympathique qui a permis plein de scènes très drôles, notamment quand Emerson est coincé dans la fenêtre ou quand Ned se prend pour un escrimeur expérimenté.

Au-delà de cette petite enquête, où Emerson et Chuck s'entendent encore comme chiens et chats, olive est toujours aussi jalouse de Chuck. Cela va la mener de fils en aiguilles chez les tantes de Chuck, que l'on prend beaucoup de plaisir à revoir, et elle va découvrir une partie du secret de Ned. Les tantes de Chuck croient leur petite nièce morte alors que Olive sait très bien qu'elle est vivante ! Hâte de voir comment ça va se passer dans le prochain épisode ! En tous cas, j'aime déjà beaucoup moins Olive. C'est une idiote certes mais surtout une petite peste ! C'est l'amour qui la rend folle j'en suis sûr. L'épisode se termine sur un joli petit happy-end, je crois que ce sera comme ça à chaque fois et ça ne me dérange pas. C'est le propre de la série, comme dans un conte de fée tout est bien qui finit bien ! (Un p'tit cliff' de temps en temps ne serait pas désagréable cependant)

vlcsnap_250629


// Bilan // Pushing Daisies s'impose comme une valeur sûre de cette rentrée, en terme de qualité puisqu'en terme d'audience, c'est un peu moins ça. Les scores restent néanmoins corrects et pour une série de ce type, aussi spéciale, c'est pas si mal.

Posté par LullabyBoy à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 octobre 2007

Pushing Daisies [1x o2]

pushingbanni7Dummy

Audience : 1o 26o ooo.

dnesblog5starsqq3B

Pushing Daisies est un ravissement de chaque instant. Ce second épisode confirme ce que je pensais : c'est la série la plus originale et la plus belle que j'ai vu ! L'univers dans lequel Ned et ses amis évoluent est tellement poétique et romantique. La fin de l'épisode est magnifique à cet égard. Ned a transformé sa voiture de façon à ce que Chuck et lui puisse se tenir la main. C'est tellement bien amené que ce n'est pas ridicule un seul instant. Je sais très bien que certains trouveront la série cucul mais pour ma part, je suis aux anges devant tant de qualité. Il y a une minutie et une importance des détails hallucinante. Je pense par exemple au nom de cette voiture futuriste "Dandy Lion". Ou encore à Chuck qui appelle un frigidaire une "Cheese Box". Tous les commentaires de la voix-off sont extrêmement bien écrits. C'est de la littérature !

Comme on pouvait s'y attendre, il y aura une enquête par épisode. C'est une idée qui me déplaisait au départ mais avec cet enrobage de loufoque, ça n'est absolument pas un problème. Au contraire. L'enquête de cette semaine était très sympa et on se demande parfois où ils sont allé chercher tout ça ! Chaque personnage est original et apporte quelque chose à la série. La petite scène chantée par Olive était très jolie par exemple. Et ce second épisode m'a permis d'apprécier son personnage qui était encore un peu flou dans le pilot. Elle semble moins idiote que prévu. En tous cas, elle est drôle ! Tout comme Emmerson qui tricote à ses heures perdues ! Voilà qui est innatendu. Sous ses airs bourrus, il a un bon fond. Il n'aime pas Chuck, il est jaloux en fait. Je suis sûr qu'il va apprendre à l'aimer. Pour ma part, je suis sous le charme. Elle est rayonnante et elle ne se laisse pas faire. Ned est toujours aussi mignon et touchant. Je regrette néanmoins que l'on ne voit pas les tantes de Chuck cette fois.

// Bilan // La série a perdu 3 ooo ooo de télespectateurs entre son pilot et son deuxième épisode. Après l'avoir vu, on ne peut qu'en être désolé ... Ce serait vraiment dommage que la série ne dure que le temps de quelques épisodes tant elle est réussie. Elle dénote complêtement dans le paysage télévisuel actuel et c'est à la fois sa force et sa faiblesse.

vlcsnap_374322 vlcsnap_374688 vlcsnap_375249

Posté par LullabyBoy à 22:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 septembre 2007

Pushing Daisies [Photos Promo]

La série la plus attendue de la rentrée sera diffusée dans un mois presque tout pile (le o3 Octobre) sur ABC et en attendant voici quelques photos promo à se mettre sous la dent !

pudpromo01iy4

Nous avons appris cette semaine que Jayma Mays, qui a participé à Heroes cette saison dans le rôle de la serveuse Charly qui tombe sous le "charme" de Hiro, jouera un nouveau personnage, Elsita, qui vit et travaille dans un moulin ! (Soooo Pushing Daisies !) Et ce dès le 4ème épisode.

pudpromo02red pudpromo05red pudpromo03red

pudpromo06red pudpromo04red pudpromo07red

A l'image de la série, tout cela est très coloré !

Posté par LullabyBoy à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2007

Pushing Daisies [Pilot Pre-Air]

It's Not Weird, It's Magical

24_pushingdaisies

Dès les premières secondes de ce pilot, on devine que Pushing Daisies est une série atypique, pas du tout comme les autres. Le premier plan est à l'image du reste de l'épisode : très coloré, avec ce champ de fleurs jaunes éclatant. La réalisation est extrêmement soignée, les références sont claires : on est à mi-chemin entre du Tim Burton et du Jean-Pierre Jeunet, au niveau de l'image mais aussi en termes de scénario. On a beau être à la télévision, on se croirait au cinéma. On ne s'étonnerait pas de voir Ned, le héros, croiser au détour d'une ruelle la toujours guillerette Amélie Poulain. Le début du pilot est consacré à la jeunesse de Ned et à la découverte de son pouvoir : il peut ressusciter les être-humains simplement en les touchant. Le monde de l'enfance est magnifiquement représenté avec toutes ces couleurs, avec ce ciel bleu parfait et avec cette nature enchanteresse. Ned est amoureux de sa petite voisine qu'il surnomme Chuck. Le jour où sa mère meurt subitement, Ned choisit de la réveiller mais c'est sans compter sur les conséquences de cet acte. En effet, le pouvoir de Ned a des limites : si au bout d'une minute il n'a pas touché à nouveau la personne précédemment ressuscité, une autre personne mourra pour respecter l'équilibre de la vie. Et cela peut tomber sur n'importe qui, ce jour-là c'est tombé sur le père de Chuck. Alors elle dû partir vivre avec ses étranges tantes. Et pendant ce temps là, Ned s'en est beaucoup voulu ... Le pitch de départ sonne comme un conte à la fois romantique et cruel, un conte un peu morbide aussi. Un conte très Burtonnien. Comment ne pas penser à Big Fish ?

C'est 19 ans plus tard que l'on retrouve Ned, il a bien grandi, au sens propre comme au sens figuré mais il n'a pas perdu son âme d'enfant. Sa mère était une cuisinière hors-pair dont la spécialité était la tarte (aux pommes ?), alors il a ouvert son Pie Hole, restaurant où l'on déguste des tartes, rien que des tartes ! Même la serveuse est tarte ! Une bimbo blonde (je sais, c'est redondant) qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui n'hésite pas à sortir toutes sortes d'âneries amusantes. Le décor du restaurant est superbe ! Une ambiance rétro/sixties étonnante. Le meilleur client de Ned est un détective et c'est en quelque sorte son associé. En effet, nos deux compères résolvent des crimes ! Grâce au don de Ned, ils réveillent les morts et leur demandent tout simplement qui les a tué. Une manière originale d'enquêter en somme. Tout se complique le jour où Chuck meurt à son tour, étouffée dans un sac en plastique rose, par un inconnu cagoulé. Forcément, Ned la fait revenir d'entre les morts et ne peut se résoudre à la toucher une seconde fois et l'a laissé mourir. Alors ils vont tous les 3 partir à la recherche du meurtrier, cela les conduira chez les tantes de Chuck. Elles sont délirantes, de vrais personnages cartoonesques. Elles vivent reclues dans ce qui ressemble à un petit château, forcément très coloré, c'est leur petit monde à elle, kitsh mais charmant. A la fin de l'épisode, nous avons qui a tué Chuck et nous comprenons que l'amour que se porte mutuellement Ned et Chuck depuis leur plus tendre enfance va être soumis à rudes épreuves puisqu'il ne peut plus la toucher, sinon elle mourra.

Ce premier épisode de Pushing Daisies est proche de la perfection et c'est rare. Ca ne guarantit cependant pas que les épisodes suivants seront aussi bons mais la base est extraordinaire. C'est Bryan Fuller qui est à l'origine du scénario, il est déjà l'auteur de Wonderfalls (review du pilot à venir sur le blog) et de l'excellente Dead Like Me, qui traitait elle aussi de la mort mais de manière originale (L'histoire d'une adolescente qui meurt écrasée le jour de ses 18 ans par une lunette de WC tombée du ciel et qui a pour mission de faucher les être-humains en les emmenant vers la mort ...) D'ailleurs, Bryan Fuller ne cache pas que la série aurait dû être un spin-off de Dead Like Me, si cette dernière ne s'était pas arrêtée prématurément. Effectivement on est dans un univers très proche mais encore plus abouti. Il est également l'heureux producteur de Heroes, on comprend donc bien pourquoi l'image est si formidablement soignée. Le pilot est réalisé par Barry Sonnenfeld, un habitué du cinéma (Men In Black, Wild Wild West, The Adams Family ...). La musique fait beaucoup à penser à celle de Desperate Housewives, avec cet aspect toujours très tragi-comique. Beaucoup de références donc. Les dialogues sont très bons et les acteurs à la hauteur de leurs rôles, à commencer par Lee Pace qui joue un Ned instantanément attachant. Anna Friel campe une Charlotte pétillante et touchante (la scène dans le cercueil, quand elle voit défiler sa vie) et Chi McBride c'est mon chouchou ! Il a déjà oeuvré dans Boston Public, The Nine, House ... Son rôle est pour l'instant un peu moins tranché que celui des autres, c'est un gentil y'a pas de doutes mais certaines de ses intentions ne sont quand même pas des plus honnêtes. J'aime beaucoup ce passage où il regarde avec désespérance les deux tourtereaux sur leur petit nuage. Et n'oublions pas de mentionner "la voix" qui est très présente tout le long du pilot. Ce qui aurait pu être énervant ne l'est absolument pas, c'est un petit plus qui rajoute à l'atmosphère déjà bien captivant de la série.

Parce que nul ne peut être parfait, ce pilot est inquiétant. Pour deux raisons. La première est qu'il laisse à penser que l'on pourrait se retrouver face à des épisodes loners (un épisode = une histoire) par la suite. Du style une enquête sur un meurtre plus les petits tracas de nos personnages en filigrane. Et ce serait à mon sens bien dommage. Il faut bien que ce pouvoir serve à quelque chose, certes, mais de là à en faire uniquement un outil pour enquêter sur des meurtres ... Ce serait gâcher la marchandise. Et puis la relation Ned/Chuck est dès le pilot "coincée". Ils ne peuvent se toucher, à moins de trouver un remède à cela, on risque vite de tourner en rond. De toute façon, il apparaît clairement que ce n'est pas une série faite pour durer une dizaine de saisons. 2 ou 3 suffiront probablement. Cela nous amène au second problême. Pushing Daisies va-t-elle survire aux dures lois de l'audience ? Elle est diffusée sur un grand network, ABC, alors même qu'elle ressemble en tous points à une série dites "du câble", à audience restreinte donc. Cela va être très difficile de l'imposer, bien que le mercredi à 2oh la concurrence ne soit pas trop rude. Ca passera, ou ça cassera. ABC n'est pas vraiment habituée à faire de cadeaux. Si les premiers épisodes ne marchent pas, on pourra dire adieu à la série très vite et là on se dira que c'est quand même dommage que la série n'ait pas été diffusée sur uen chaîne plus confidentielle, là au moins elle aurait pu durer ... Enfin nous n'y sommes pas, si ça se trouve ça va cartonner !!

// Bilan // Les critiques sont unanimes, je suis unanime. Pushing Daisies est une série d'exception, un véritable bijou comme on en rencontre rarement. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une série culte, si j'étais vous (et si ça n'est pas déjà fait) je jeterais un oeil et une oreille attentive à ce pilot.

A venir : le pilot de Chuck.

Posté par LullabyBoy à 23:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]