01 mars 2010

Music Mix [Janvier-Février 2010]

44068120

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche


Amel_Bent_____Ou_Je_Vais____2009__www_FRURap_ruAMEL BENT // OU JE VAIS  44030376

   Depuis la Nouvelle Star, j'ai toujours eu un faible pour Amel Bent. Outre sa superbe voix, elle est d'une grande humilité et reste fidèle à elle-même alors que le succès aurait pu facilement lui tourner la tête, comme elle a tourné la tête à beaucoup d'autres. Ce troisième album n'est pas son meilleur, il est en dessous du premier et surtout en dessous du troisième que j'avais trouvé particulièrement émouvant et marquant. Les mélodies sont un peu moins inspirées, les paroles moins touchantes et surtout, le style de l'album n'est pas bien défini. Ce n'est pas du R'n'B, pas de la variété française typique... C'est un peu idiot de vouloir absolument l'identifier et le ranger dans une case, je le reconnais. Mais cela participe au fait qu'il soit si inégal. Reste malgré tout quelques beaux titres, des refrains accrocheurs et une voix qui ne perd pas en émotion.

Le meilleur : Un Bout de Papier, A trop t'aimer, Le Mal de Toi, Où je vais, Famille décomposée

Le pire : Je ne suis pas elle, Forte.


Florence_and_the_Machine_CDFlORENCE + THE MACHINE // LUNGS  44030378

   Cet album est sorti en Juin 2009, il a ravi la presse britannique mais il a fallu du temps avant qu'il n'atterrisse sur nos ondes françaises. C'eut été scandaleux de passer à coté de ce petit bout de femme qui a du coffre et du coeur, et beaucoup de talent à revendre. Son premier album, Lungs, est d'une richesse émotionnelle incroyable, doublé d'une production soignée (limite trop parfois tant les instruments se superposent). Elle possède, comme on dit, une vraie signature vocale mais sa voix peut agacer sur la longueur. Elle a tendance à un peu trop "crier" mais ça fait partie en même temps de la puissance de certains morceaux alors... Les paroles sont loin d'être idiotes, ce qui ne gâche rien, et un véritable univers, très organique, commence à se dessiner. Un coup de maître !

Le meilleur : Dog Days Are Over, Howl, Between Two Lungs, Rabbit Hearse, Cosmic Love, Blinding, Hardest of Hearts...   

Le pire : None.


echoLEONA LEWIS // ECHO  44030375_p

   Autant vous le dire tout de suite : j'ai une dent contre Leona Lewis et ce pour deux raisons. La première parce que j'ai l'impression qu'elle essaye de se donner de grands airs de diva, particulièrement inspirés de Mariah Carey, mais ça ne lui va pas. Et puis si elle a une belle voix, il n'y a pas de quoi tomber à la renverse non plus. La deuxième raison est toute simple : oser reprendre d'excellents titres pop/rock comme Run de Snow Patrol ou sur cet album Stop Crying Your Heart Out d'Oasis pour en faire de la soupe navrante devrait être passible de prison. Le pire, c'est que certains ignorants pensent que ces chansons sont les siennes. J'ai tout de même essayé d'écouter cet album sans a priori et force est de constater qu'Echo ne vaut pas grand chose. Les mélodies sont souvent accrocheuses, certes, mais tout sonne terriblement creux et on a l'impression d'avoir déjà entendu tous ces morceaux. Quant à la seule tentative hors ballades, Outta My Head, elle est digne de Cascada : horripilante et inécoutable.

Le meilleur : Happy, I Got You, Alive, Naked.   

le pire : Outta My Head, Stop Crying Your Heat Out, Lost Then Found, Brave, Can't Breathe.


2s8gtv9KE$HA // ANIMAL  44030376   

   Le moins que l'on puisse dire, c'est que Ke$ha n'est pas du genre à prendre des pincettes pour dire ce qu'elle a à dire ! Résultat : son premier album est à son image, d'une grande vulgarité. Inutile de s'amuser à traduire les paroles, on comprends très rapidement que tout tourne autout du cul, de la baise, du sexe. Etonnament, en admettant que l'on veuille bien rentrer dans son jeu, il y a quelque chose de rafraîchissant dans tout ça et on admire presque sa liberté de ton. Plusieurs morceaux sont dans le même esprit que le premier single Tik Tok, c'est-à-dire hyper faciles de tous les points de vue mais diablement efficaces ! Vocalement, la sale gosse est très limitée et je crains des prestations catastrophiques en live mais si l'énergie est là, ma foi... Cet album est fait pour se lâcher ! En tous cas, je ne peux pas m'enlever une image de la tête à l'écoute de cet album : j'ai l'impression d'entendre Amanda d'Ugly Betty chanter ! La voix est similaire. Pensez à son inoubliable version de Milkshake... Bref Ke$ha ne fera pas long feu mais elle se sera bien amusée.         

Le meilleur : Tik Tok, Blah Blah Blah, Backstabber, Take It Off, Your Love is My Drug...   

Le pire : Stephen, V.I.P., Dinosaur


quentin_mosimann_exhibitionQUENTIN MOSIMANN // EXHIBITION  44030375_p

   Ce garçon est insupportable. Il est d'une prétention incroyable. C'était déjà le cas avec son album "concept" précédent consistant à reprendre des daubes des années 80 en version jazzy, c'est encore pire avec ce second album "festif" où tout sonne faux, sauf peut-être sa voix. Il a décidé de se la jouer "mec de la night" hyper branché qui drague tout ce qui bouge, qui se croit irrésistible et qui se tape au final une fille différente par soir. Ce ne peut être qu'un personnage puisqu'il n'est sexy que dans sa tête et ce besoin de prouver sa soi-disante virilité cache forcément quelque chose. La plupart des morceaux prêtent donc à rire avec ces sons "électro" faciles, sans aucune ambition, et ces paroles d'une connerie invraisemblable. Les jeux de mots débiles se suivent et se ressemblent. Quand il calme enfin ses ardeurs mégalo, on se retrouve avec des ballades super niaises. Quand est-ce que Quentin Mosimann comprendra qu'il est meilleur à mixer dans une salle des fêtes pour un mariage que derrière un micro sur scène ou en studio ? C'est un peu violent, je sais. Mais il tend le bâton pour se faire battre franchement...

Le meilleur : Toc Toc, I Love I Love, Vibrer (pour leur efficacité), Gainsbourg Zéro-Dix (Un hommage à Gainsbourg qui a dû le faire se retourner dans sa tombe mais c'est le meilleur titre de l'album, c'est dire le niveau...).

Le pire : Made In Paris (imbuvable), Golden Boy (insupportable), Gimme A Break (honteuse), Pas compliqué (les rimes sont infâmes), Je la vois (dans toutes les filles).      


VVBrownV.V. BROWN // TRAVELLING LIKE THE LIGHT  44030377

   En principe, qui aime la musique ne peut que fondre à l'écoute de Shark In The Water, un titre très réussi qui a révélé V.V. Brown, une sorte de Amy Winehouse lucide et belle. De nombreux morceaux de l'album sonnent joliment rétros, comme I Love You par exemple, une déclaration simple et superbe, ou Quick Fix, très sixties, très rock'n'roll.  Chaque chanson refléte une ambiance, elles sont toutes différentes mais elles se complètement bien et forment un ensemble cohérent et forcément très riche. On a parfois l'impression d'écouter des gold qui n'auraient pas pris une ride. S'ils étaient sortis il y a 30 ans, ils seraient sans doute devenus des classiques. Le point faible de l'album est aussi un point fort : V.V. Brown n'a pas forcément une voix très reconnaissable si l'on compare à tout ce qui se fait dans le genre mais elle n'en est pas moins excellente.

Le meilleur : Crying Blood, I Love You, Shark In The Water, Back In Time, Quick Fix...   

Le pire : L.O.V.E.      


02 janvier 2010

Music Mix [Octobre-Novembre-Décembre 2009 / Part.2]

44068120

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche


lady_gaga_the_fame_monster_pochettes_L_1LADY GAGA // THE FAME MONSTER  44030377

   Il y a eu deux phénomènes musicaux cette année : Susan Boyle et Lady Gaga. Deux styles radicalement différents. La mamie anglaise m'inspire une certaine sympathie, mais c'est la cinglée des dancefloors qui l'emporte haut-la-main ! Elle élève l'excentricité au rang d'art. Même si l'on aimerait que sa musique soit aussi barrée que sa personnalité et ses tenues, elle offre de la dance pop de qualité et aligne logiquement les tubes. The Fame était un peu faible, en dehors des gros tubes justement, cet album-supplément lui en apporte encore un peu plus ! Les huit nouveaux titres sont excellents, on a même droit à Speechless, qui nous permet de découvrir une autre Gaga, émouvante. Le duo avec Beyoncé est dispensable tant on a l'impression de l'avoir déjà entendu mais il n'est pas désagréable. Contrairement à un Mika déjà mort artistiquement, j'ai l'impression que Lady Gaga est là pour un moment. Et tant mieux ! Elle a du talent, une belle voix, un univers, elle soigne chacune de ses prestations : elle a tout d'une grande ! Il ne lui manque plus qu'un peu d'expérience. Comme on ne sait toujours pas, un an après, qui elle est vraiment et quel est son vrai visage, on a sans doute encore beaucoup à découvrir...

Le Meilleur : Bad Romance, Monster, Dance In The Dark, Alejandro.

Le "Pire" : Telephone.   


Nelly_Furtado___Mi_Plan_Official_Album_CoverNELLY FURTADO // MI PLAN  44030376

   Attendue au tournant après le succès planètaire de Loose, Nelly Furtado a opté pour une voie surprenante mais qui ne m'étonne pas d'elle. Elle a délaissé les sons enivrants de la team Timbaland pour revenir à ses racines et offrir un album de chansons en espagnol, qui manquent un peu de caractère, c'est vrai, mais qui sont authentiques. Même si j'ai adoré la Nelly de la période Loose, je retrouve avec Mi Plan celle dont je suis tombé amoureux il y a quelques années. Plus sincère mais toujours solaire. Bien que cet album soit sorti dans le monde entier, il s'adresse clairement à la communauté hispanique avant tout grâce à des collaborations pas très parlantes pour qui n'en fait pas partie. C'est dépaysant, les mélodies sont belles et se retiennent facilement mais rien n'est addictif. On se lasse même assez vite. Une bonne mise en bouche en attendant le prochain album anglais qui ne saurait  tarder et qui, j'espère, ne sera pas bâclé. J'aimerais dans l'idéal quelque chose dans l'esprit de Folklore mais je ne me fais pas trop d'illusions. Cela restera son chef d'oeuvre !

Le Meilleur : Màs, Mi Plan, Silencio, Manos al aire, Feliz Cumpleano.    

Le Pire : Fuerte, Suficiente Tiempo.


bv000028NOLWENN LEROY // LE CHESHIRE CAT ET MOI  44030376

   De tous les Star Academyciens et toutes les Nouvelle Stars, Nolwenn Leroy a toujours été ma préférée. Avec ce troisième album, elle suit davantage les traces d'Elodie Frégé en proposant quelque chose de plus intimiste, sans doute trop pour rencontrer un large succès, mais qui a le mérite de lui ressembler plus que jamais. Sa voix se suffit presque à elle-même, elle n'a pas besoin de tas d'artifices pour faire passer son émotion. Les cordes, très présentes, sont superbes. Les textes sont simples mais poétiques malgré quelques maladresses. Utiliser l'imagerie d'Alice au pays des merveilles n'est pas d'une grande originalité mais ça correspond tout à fait à l'univers qu'elle s'est créée depuis son deuxième album, à la fois enfantin et excentrique. Les trois titres en anglais me donnent envie de croire que si elle le voulait et si on la laissait faire, elle pourrait se faire une petit place à l'étranger... Le gros défaut de Le Cheshire Cat et Moi, c'est qu'il manque singulièrement de tubes. Une suite de jolies petites balades mais ça ne va pas au-delà. C'était presque réussi. Mais quelle classe !

Le Meilleur : Cauchemar, Faut-il faut-il pas ?, Le Cheshire Cat, Mademoiselle de la gamelle, Textile Schizophrénie.

Le Pire : Feel Good, Valse au sommet.


norah_jones_the_fallNORAH JONES // THE FALL  44030377

   J'ai toujours été attiré par la musique de Norah Jones sans jamais en tomber follement amoureux. Peut-être parce que son premier album, hormis quelques titres, était super chiant, et que j'ai suivi la carrière des suivants de loin. Je suis complètement passé à coté du précédent album par exemple. Je ne saurais dire si The Fall est meilleur mais ce qui le différencie, c'est un glissement de plus en plus prononcé du jazz à la folk. Les riffs de guitare ont été préférés au piano et débutent chaque morceau. On peut dire que musicalement tout se ressemble, mais il s'en dégage une atmosphère toujours très apesante et de plus en plus sensuelle ! Certaines paroles m'ont d'ailleurs presque étonné pour du Norah Jones. Elle se lâche et je ne vais pas m'en plaindre. L'ensemble est également plus enjoué, plus positif finalement. Sa voix a beau être superbe, il n'y aucune prise de risques de ce coté-là. Peu de variations qui contribuent à plomber un peu l'ambiance. 

Le Meilleur : Chasing Pirates, Young Blood, I Would'nt Need You, Even Tough.

Le Pire : Back To Manhatten, Man Of The Hour, Stuck.


rihanna_rated_r_coverRIHANNA // RATED R  44030376

   Pas facile pour Rihanna de faire suite à l'album de tous les succès, Good Girl Gone Bad. Elle a voulu ne pas refaire la même chose, elle a eu raison. Mais ce qu'elle a essayé de faire n'est pas à la hauteur des espérances. Elle a laissé tomber les sons R'n'B pour quelque chose de plus rock et a abandonné les propos de minette pour parler de ses douleurs, les mêmes qui ont été exposées dans la presse à scandales pendant de longs mois. J'aurai voulu un album dans l'esprit de Disturbia, torturé mais dansant et efficace. Torturé, Rated R l'est. Dansant et efficace, pas tellement malgré quelques exceptions notables. Trop de balades peu inspirées, une voix trop imparfaite, des mélodies pauvres... Les défauts sont nombreux. Mais parmi les qualités, on peut dire qu'une certaine sincérité se dégage de tout ça, un peu d'émotion aussi. Peut-être que la énième réédition dans un an avec dix titres supplémentaires vaudra le coup ! En attendant, on devra se contenter de l'excellente esthétique de ses clips, plus forts que les chansons elles-mêmes. Tout cela ne m'empêche de considérer Rihanna différemment de la plupart de ses consoeurs. Elle a le truc en plus qui lui permettra peut-être de durer...

Le Meilleur : Stupid In Love, Cold Case Love, Rude Boy, Wait Your Turn, Te Amo.

Le Pire : The Last Song, Rockstar 101, G4L, Hard.


shakira_she_wolf_coverSHAKIRA // SHE WOLF  44030375_p

   Depuis son premier album en partie en anglais, qui était aussi son premier succès planêtaire, Laundry Service, Shakira n'arrive pas à retrouver grâce à mes yeux. Je la trouve de moins en moins naturelle, de moins en moins intéressante. Elle perd à chaque nouvel album ce qui faisait son charme et ce qui la différenciait des autres. Le son du premier single She Wolf était pourtant prometteur mais tout le reste est terriblement décevant, pas inspiré du tout et la production laisse souvent à désirer. Ce n'est pas aussi propre et recherché que ce que peut faire Timbaland par exemple, pour comparer ce qui est comparable. Elle essaye tant bien que mal de garder une touche latino mais c'est plus factice qu'autre chose, l'impression qu'elle se sent obligée de toujours caser un petit quelque chose qui sonne musique du monde, histoire de. Puis le mélange hispaniquo-arabisant-bollywoodien n'est pas très convaincant, en plus d'être lourd. Quant à sa voix, je ne la supporte en plus. Elle n'est pas agréable à l'oreille, surtout en anglais à vrai dire. Ressortent deux-trois titres moyens, dont on se contente faute de mieux. Absence totale de balade à la Underneath Your Clothes, grave erreur. Je ne dirai rien sur ses prestations télé, qui se limitent à un mouvement de bassin et un secouage de seins. Shakira, ce n'est plus pour moi. 

Le Meilleur : She Wolf, Men In This Town, Did It Again.

Le Pire : Gypsy, Why Wait, Spy (peux pas m'empêcher de trouver ses digressions nasales ridicules).

28 décembre 2009

Music Mix [Octobre-Novembre-Décembre 2009 / Part.1]

44068120

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche


american_idol_adam_lambert_for_your_entertainmentADAM LAMBERT // FOR YOUR ENTERTAINMENT  44030376

   Ex-finaliste d'American Idol, Adam Lambert, ouvertement gay, a pas mal fait parler de lui ces derniers temps grâce à une prestation osée lors des American Music Awards, qui se réduit finalement à une simulation de fellation pas bien méchante. Mais que vaut son premier album ? Il vaut déjà mieux que ce que sa pochette d'une laideur extrême peut laisser penser. Du Quentin Mossimann à l'américaine ? Presque. Disons qu'il a une plus belle voix que le petit français et que c'est un vrai showman et l'on en manque cruellement actuellement. Du Britney Spears au masculin ? Oui, clairement. Il s'est d'ailleurs adjoint les services de Max Martin, l'homme derrière de nombreux succès de la miss. On reconnaît bien son style sur certains titres. Ils se sont tous bousculés pour lui offrir des chansons puisque Lady Gaga, Pink, Linda Perry et des rockeurs issus de The Darkness, Muse et Weezer ont collaboré à l'album. Le résultat est un peu brouillon. For Your Entertainement se veut tantôt dance, tantôt rock, et ne cesse de chercher son identité sans vraiment parvenir à la trouver. Les ballades sont mièvres et ennuyeuses pour la grande majorité. Ce petit a du talent et pourrait avoir une belle carrière sur le long terme mais il va avoir besoin de temps pour affirmer sa personnalité, derrière sa couche de maquillage bien superflue...

Le Meilleur : Music Again, Whatya Want From Me, Pick U Up, Sleepwalker, For Your Entertainment.

Le Pire : Fever (du mauvais Lady Gaga), Soaked, Broken Open, Strut.


untitledALICIA KEYS // THE ELEMENT OF FREEDOM  44030378

   La reine Alicia Keys revient avec un 4ème album encore plus réussi que les précédents. Meilleur que As I Am, ce n'est peut-être pas difficile. Il n'était pas mauvais mais pas mémorable. Meilleur que Songs In A Minor et The Diary of Alicia Keys, c'était déjà plus dur. Il se trouve qu'il n'y a rien à jeter sur son dernier bijou. Rien ! Il y a bien deux-trois titres plus faibles mais tout de même sympathiques. On redécouvre sa voix, plus belle que jamais, et ses talents d'écriture ne sont plus à prouver mais ils se sont affinés. Elle a (un peu) lâché son sacro-saint piano pour découvrir d'autres sonorités qui lui vont bien et cela donne des titres singleisables très efficaces, à l'image de Try Sleeping With a Broken Heart, une perle ! Les mélodies sont superbes, il s'en dégage une grande sincérité et beaucoup d'émotion. On regrettera l'absence de son duo génial avec Jay-Z, Empire State Of Mind, mais elle nous offre une part.II divine. Un bien bel hymne à New York. Son duo avec Beyoncé prouve qu'elle n'a rien à lui envier !

Le Meilleur : Try Sleeping With a Broken Heart, Un-thinkable (I'm Ready), Doesn't Mean Anything, Empire State Of Mind, This Bed, Distance And Time, Pray For Forgiveness.

Le Pire : Nothing (et ce n'est pas un titre de chanson).


Cover_Charlotte_Gainsbourg_IRMCHARLOTTE GAINSBOURG // IRM  44030377

   On peut bien se moquer de la voix fluette et peu assurée de Charlotte Gainsbourg, son album n'en est pas moins bon. Elle a su s'entourer de pointures, Beck en tête, et l'alliance de leurs deux talents ont accouché d'une bien jolie chose, parfois expérimentale, toujours tendre et habitée. On croit écouter un ange, ou un fantôme ? Et c'est beau. La pop/folk va bien à Charlotte et les meilleurs titres de l'album sont dans ce style. Et en même temps, quand il s'agit de se lancer dans une grande tirade proche de la balade, elle s'en sort avec les honneurs. La Collectionneuse est superbe par exemple. Mais Vanities aussi. Au final, on s'ennuie moins que quand elle bossait avec Air, même si c'était loin d'être mauvais. IRM est plus joyeux, plus vivant et super élégant. Une belle histoire en somme.

Le meilleur : La Collectionneuse, Time Of The Assassins, Me And Jane Doe, Heaven Can Wait, Trick Pony.

Le pire : Voyage, Dandelion. Par défaut.


diams_sos_nouvel_album_L_1DIAM'S // S.O.S.  44030376

   J'écoute peu de rap mais j'adore celui de Diam's depuis son premier album. Peut-être parce qu'il a un coté plus variétoche que chez ses collègues. Ses musiques sont souvent super belles, ça fait toute la différence à mon sens. Ses textes, toujours écorchés, toujours à vif, sont très beaux, souvent poétiques, mais il faut bien reconnaître que sur cet album, ils tournent un peu en rond. Le précédent, Dans ma bulle, était plus inspiré. Mais je crois qu'elle s'y ait livré comme jamais et qu'elle a tout dit. Beaucoup de réglements de compte dans S.O.S, envers les journalistes, envers les médecins qui l'ont pris pour folle, envers les cons, envers Sarko (envers les cons quoi !). Ca laisse peu de place à l'émotion pure, à l'amour qu'elle racontait si bien. Trop de haine. Et puis il y a toute cette affaire de sa conversion à l'islam, du port du voile. J'aimerais ne pas prendre en compte ces éléments mais c'est difficile. Elle qui parlait de féminisme... Etrange. C'est un peu la Loana du rap quoi. Je l'aime bien mais elle me fait de la peine. Les titres légers sont peu nombreux sur cet album et pas aussi efficaces que La Boulette, D.J. ou Jeune Demoiselle. Dommage. Mélanie peut mieux faire !   

Le Meilleur : Si c'était le dernier, Enfants du désert, Coeur de Bombe, S.O.S.

Le Pire : Sur la tête de ma mère, I Am Somebody, Rose du bitume.


emilie_simon_the_big_machine_L_1EMILIE SIMON // THE BIG MACHINE  44030378

   Après avoir brisé la glace avec La marche de l'empereur, après avoir pris racine avec Végétal, Emilie Simon s'urbanise dans les rues de New York et nous offre son meilleur album. The Big Machine sonne comme du Kate Bush modernisé, de la musique à la voix. Comme toujours, chaque chanson est un travail d'orfèvre où chaque son, chaque note n'est pas là par le fruit du hasard. Des mélodies complexes, surprenantes; des paroles intelligentes, poétiques. Ca pourrait être froid et cérébral, c'est tout le contraire. Il n'y a rien de plus humain et de plus sincère. On sent que cet album vient du coeur et qu'Emilie Simon en a dans le ventre ! Tantôt rétro, tantôt futuriste, tantôt Times Square, tantôt Brooklyn, cet album est un chef d'oeuvre musical mais également un bien bel objet. Si tous les artistes suivaient son exemple, HADOPI n'existerait peut-être pas. Cet album, on le veut chez soi et pas seulement dans son MP3. On le veut partout et tout le temps !

Le Meilleur : Dreamland, The Cycle, Rainbow, Closer, The Devil At My Door, The Way I See You, Rocket To The Moon, Fools Like Us.

Le Pire : Chinatown, Nothing To Do With You, This Is Your World. Si vraiment il faut en désigner.


gossip_music_for_men_300x300GOSSIP // MUSIC FOR MEN  44030376

   Gossip, c'est le groupe à la mode underground, comme il y a eu récemment MGMT ou The Ting Tings. C'est vachement bien, c'est clair. Mais n'est-ce pas parfois un peu surestimé ? C'est le sentiment que j'ai eu en écoutant l'album. Le son est bon, c'est assez original dans l'ensemble mais toutes les chansons, ou presque, se ressemblent, peu ressortent au final. Chaque titre individuellement est d'ailleurs trop répétitif. Un peu indigeste donc. Le charisme incroyable de la chanteuse et sa voix démentielle font que Gossip en impose mais pour combien de temps ? A écouter avec parcimonie, mais Music For Men fout la pêche et le tube Heavy Cross est imparable ! C'est déjà pas mal !

Le Meilleur : Heavy Cross, Men In Love, Four Letter Word, Love Long Distance.

Le Pire : Dimestore Diamond, For Keeps.

25 octobre 2009

Mariah Carey [Memoirs Of An Imperfect Angel]

44068120

02337264_photo_mariah_carey_memoirs_of_an_imperfect_angel

44030376

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche

   Mariah Carey, la poule de luxe de la musique, nous a encore pondu un album, peu de temps après les précédents, The Emancipation Of Mimi et E=MC². Elle poursuit dans les noms d'albums tartes d'ailleurs avec Memoirs of An Imperfect Angel. Les années passent et la recette est immuablement efficace : une voix douce et chaude, que je considère personnellement comme la plus belle voix de la chanson actuelle, une gestuelle impeccable digne de la diva qu'elle a toujours voulu être, des poses lascives et suggestives sur la pochette et puis une tripotée de tubes bien produits, jamais d'une grande originalité mais qui nous font toujours passer un bon moment, si tant est que l'on accepte les conditions suivantes : prendre son personnage avec tout le second degré nécessaire, accepter son profond désir de guimauve et aimer le style Mariah, inimitable. Je remplis toutes ces conditions, donc j'aime. Mais pas tout...

   Le problème est toujours le même avec les albums de Mariah : pour quelques tubes, il faut se coltiner un certains nombres de titres de remplissage (sauf sur le précédent). Ainsi, sur celui-ci, The Impossible, Inseparable, Up Out My Face et It's A Wrap sont d'une grande inutilité. C'est du Mariah bas-de-gamme, chiant, en mode automatique sans inspiration. De même, elle les avait abandonnées depuis quelques temps mais elles devaient lui manquer : les interludes d'une trentaine de secondes, au nombre de quatre cette fois, que l'on zappe systématiquement lorsque l'on écoute l'album sur chaîne hi-fi et que l'on ne prend même pas la peine de charger sur iPod. Les écouter une fois suffit. Elles n'apportent rien, à part l'impression, lorsque l'on achète le CD, d'en avoir pour son argent : "Han, un album de 17 titres !". Oui mais non. Une fois ces quatres chansons nulles plus ces quatre interludes fantômes enlevées, il reste quoi ? Neuf petites bombes ! C'est pas si mal.

   Bon, quand je dis, bombes, j'exagère un peu. More Than Just Friends et Candy Bling sont fort sympathiques mais on a un peu l'impression de les avoir entendues dix fois dans son répertoire et même ailleurs. Le premier single, Obsessed, se serait parfaitement fondu dans les deux albums précédents, on va dire qu'il assure parfaitement la transition, mais il fait un peu tâche dans cet album. Pas qu'il soit mauvais mais Memoirs est plus tourné vers l'émotion, avec toute la niaiserie que cela implique chez Meuuuriah. Ce titre est plus "fun" dans l'esprit. Parmi mes plus gros coups de coeur, il y a Standing O. Elle est addictive, sa construction un peu différente des autres titres la fait se démarquer, tout comme ses paroles amères mais amusantes. On sent une inspiration du coté du refrain du Umbrella de Rihanna mais c'est léger. A sortir absolument en single (et j'ai un peu peur puisque le meilleur titre de l'album précédent, Migrate, n'est jamais sorti et je ne me l'explique toujours pas). Angels Cry est dans la plus pure tradition de la chanteuse et met particulièrement bien en valeur sa voix. Fan fan fan ! H.A.T.E.U et Ribbon me plaisent énormément également, elles sont toutes mignonnes. La dernière aurait gagné à ne pas avoir des voix de rappeurs un peu partout mais bon, ça compense la guimauve. La reprise de I Want To Know What Love Is m'a fait redécouvrir cette chanson tant entendue. J'aime beaucoup la version de Mariah jusqu'aux choeurs gospel too much qui gâchent tout. Et puis il y a un petit chef d'oeuvre qui entre directement dans mes chansons préférées de Mariah : Betcha Gon Know. Elle a tout : des paroles touchantes, une jolie mélodie et un petit je-ne-sais-quoi qui la rend unique. L'album manque juste d'une grande ballade du niveau d'un Hero ou d'un Without You finalement. Mais je crois que je vais l'attendre encore longtemps...


// Bonus // H.A.T.E.U. en live au Today Show. Elle assure grave.

17 septembre 2009

Whitney Houston [I Look To You]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

whitney_houston_i_look_to_you_written_by_r_ke_L_2

dnes_v2_poll_stars3

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche

   Whitney Houston ! On avait presque oublié son existence à force d'une absence prolongée. Nous a-t-elle manqué ? Pas vraiment. Est-elle indispensable au monde de la musique ? Pas vraiment. Mais qui peut l'être ? Après ses multiples déboires personnels, à base d'alcool et de drogues en tous genres, la diva est de retour et elle s'en sort honorablement...

   Inévitablement, plusieurs chansons de ce nouvel album intitulé I Look To You font réfèrence au passé douloureux de la star. Le témoignage le plus touchant est sans aucun doute I Didn't Know My Own Strength, une balade pleine d'espoir écrite par Diane Warren. On doit à cette dernière des tubes comme I Don't Wanna Miss A Thing de Aerosmith, Unbreak My Heart de Toni Braxton ou encore There You'll Be de Faith Hill. Ce n'est pas pour rien qu'elle est surnommée "Queen Of The Ballad" ! Ce titre est donc dans la plus pure tradition Warrenienne. On sent l'émotion dans la voix fragile de Whitney. A vrai dire, sa voix a plus que morflé. Elle crachotte tous les deux mots et a beaucoup de mal avec les "ch". Autant dire que ça devient vite un calvaire quand elle prononce "strength". La puissance est toujours là en revanche, mais ce n'est plus aussi fort qu'avant. Contre toutes attentes, l'album est chiche en balades. Il y en a une autre, qui porte le nom de l'album, I Look To You. On peut difficilement faire plus classique et mielleux, R.Kelly s'est surpassé ! Mais c'est efficace, et c'est le principal.

   Le reste de l'album est beaucoup plus punchy. Rien n'y est vraiment mauvais mais rien n'y est vraiment bon non plus. Whitney a fait appel à Akon pour un duo sympathique : Like I Never Left. C'est gentillet, le refrain se retient bien. Elle a également demandé une chanson à Alicia Keys, que j'aime beaucoup, et qui lui a ainsi offert le single Million Dollar Bill. Légèrement rétro, il est parfait pour ouvrir l'album. On y retrouve la Whitney des débuts. Il aurait été intéressant que tout l'album soit dans cet esprit. Malheureusement, c'est un cas à part. Plusieurs titres sont très agréables, comme par exemple Nothin' But Love et Call You Tonight, mais ils sont très lassants. Les choeurs, très présents, donnent un coté ringard à l'ensemble, et les arrangements ne sonnent pas non plus toujours de première fraîcheur. Pourtant, sur un titre comme I Got You, mon favori de l'album, ça rend bien. C'est sans doute ce qui empêchera l'album de vraiment décoller dans les charts du monde entier. Au rayon des curiosités abjectes, il y a A Song For You, une reprise totalement ratée d'une chanson même pas bonne à la base. Elle commence comme une balade piano-voix et se poursuit en dance pourrave. A oublier. 

  En bref, on prend plaisir à retrouver Whitney Houston même si ce n'est plus comme avant. C'est comme une amie que l'on a pas vu depuis longtemps. On est content de la revoir mais on n'a plus grand chose à lui dire et à partager. Et puis on se rend compte que malgré les années, elle n'a pas beaucoup évolué. Il se dégage quand même une jolie émotion de l'album et il contentera sans doute les fans de la première heure tout en intéressant un peu la nouvelle génération qui n'a pas grandi avec la chanteuse. Malheureusement, l'album My Love Is Your Love, sorti en 1998, sonne plus actuel que I Look To You. Ce dernier ne lui arrive pas à la cheville.


// Bonus // I Didn't Know My Own Strength en live chez Oprah !


31 août 2009

La Roux [La Roux]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

la_roux

dnes_v2_poll_stars4

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche

   Et si l'électro-pop avait trouvé sa nouvelle diva ? La Roux, qui maîtrise visiblement bien mal le français, ce n'est pourtant pas qu'une chanteuse, c'est en réalité un groupe composé de deux éminents membres. Eleanor Jackson est le visage et la voix du duo tandis que Ben Langmaid occupe la place de co-compositeur et de co-producteur, sans jamais dévoilé la moindre mèche de cheveux. Peut-être qu'il est terriblement laid. Tous deux avouent s'inspirer grandement des années 80 pour composer leurs titres. Ceci dit, ne vous attendez pas à retrouver par-ci par-là un bout de Partenaire Particulier ou une ambiance à la Voyage, Voyage. Elly ne s'autorise pas autant de délires capillaires que Desireless, bien qu'elle affectionne la mèche ultra-épaisse et ultra-ondulée, et elle se permet d'écrire des choses simples mais souvent poétiques. On est donc bien loin de Je te survivrai, niveau profondeur. Un vent de nostalgie souffle sur La Roux...

   Ici, les années 80 se résument à quelques sons électroniques soigneusement mêlés à des sons bien d'aujourd'hui. Le mélange est divin. La pièce maîtresse de leur premier album, sobrement intitulé La Roux, est sans aucun doute Quicksand, qui est à la fois la première véritable collaboration du duo et le premier single. Ce titre est d'une efficacité incroyable, plein d'énergie et de good vibes. Les paroles évoquent un désir coupable et une obsession. Il a obsédé mon été.... "Oh when you touch me I'm in the Quicksand"... Le second single, In For The Kill, réussit l'exploit d'être aussi bon et met particulièrement bien en valeur la voix très intéressante de la chanteuse. Je ne saurai la décrire. Elle déraille toujours un peu et elle est puissante. Je la trouve magnifique et entêtante. Tigerlily la met également très bien en avant, avec un petit plus qui contribue au style de nombreuses chansons de l'album : la voix d'Elly se dédouble, voire se triple, une dans les graves, l'autre dans les aïgues, comme s'il n'y avait pas qu'une chanteuse mais plusieurs... "I can see you burning with desire for a kiss"... Le troisième single, Bulletproof, n'est sans doute pas mon titre préfèré, la pauvreté du refrain n'y est pas pour rien. C'est celui qui sonne le plus synthétique de l'album, avec beaucoup de synthé 80s justement. En revanche, le 4ème et dernier single, I'm Not Your Toy, est dangereusement efficace. Deux "ballades" figurent sur l'album, Cover My Eyes et Armour Love. Elles dévoilent une autre facette du groupe, plus touchante. Colourless Colour est sans doute mon titre préféré hors-single, et ce sont ses paroles à la fois nostalgiques et rêveuses qui m'ont le plus séduit. Elles m'ont parlé comme rarement des paroles m'ont parlé... Je vous en laisse un petit aperçu :

   "Been dreaming of blue skies
New horizons and sights for my eyes
The discovery of the unknown
Is something to tell the folks back home
I want to get away
To feel the sun on my skin
To feel it really sinking in"

   La Roux signe une entrée remarquée dans le monde de la musique avec un album redoutable d'efficacité, qui sonne comme aucun autre album. Une curiosité qui mérite toute notre attention et toute notre affection et plus encore. Dommage qu'il ne soit composé "que" de dix titres, on tourne vite en rond.


// Bonus // Le clip de Quicksand

12 août 2009

Black Eyed Peas [The E.N.D.]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

black_eyed_peas_the_end_cover

dnes_v2_poll_stars4

   The Energy Never Dies : Un titre d'album accrocheur qui tient toutes ses promesses ! Si l'on doit ne retenir qu'une chose de cet album, c'est qu'il fout une pêche d'enfer. Après avoir été abreuvé de bon et de moins bon Timbaland pendant plusieurs mois, les Black Eyed Peas sont de retour et en très grande forme. Alors que le précédent album, Monkey Business, était assez décevant, celui-ci relève le niveau. La force du groupe, c'est de proposer à chaque fois un univers cohérent rempli d'influences diverses. Avec The E.N.D., ils s'éloignent de leurs origines, le R'n'B, pour se tourner davantage vers l'électro, en témoigne leur collaboration avec David Guetta, qui a mixé une grande partie de l'album et à qui l'on doit quelques uns des titres les plus efficaces (mais je n'ai pas dis les plus réussis).

   Le premier single, Boom Boom Pow, illustre parfaitement la direction électro qu'a pris le groupe ainsi que cette idée d'énergie qui parcourt tout l'album, comme une ligne de (sur)vie. C'est sans doute un des titres les plus difficiles d'accès finalement puisqu'il s'apprivoise avec le temps, contrairement à beaucoup d'autres qui accrochent tout de suite mais qui lassent aussi vite. Et c'est là que Guetta intervient. On reconnaît tout à fait son style dans I Gotta Feelin', le deuxième single, et Missing You. D'ailleurs, il s'est contenté de reprendre le sample de Love Is Gone à l'infini, les membres du groupe ont ensuite brodé autour. Ces titres sont donc diablement efficaces, on ne peut plus dansants, mais leurs refrains deviennent rapidement insupportables, surtout sur Missing You avec la voix de Fergie qui n'a jamais été aussi irritante. Y'a pas à dire, David Guetta, c'est plus ce que c'était. On est loin du temps de Just A Little More Love ou Love Don't Let Me Go.

   Une des grandes récurrences de l'album, c'est le vocoder. Il est surrutilisé mais c'est aussi ce qui participe à la cohérence de l'album. Sa meilleure utilisation reste dans Rock That Body qui est excellente de bout en bout et qui fait un peu penser à du Daft Punk. Pourtant c'est du Guetta, si je m'abuse ! Alive est moins efficace mais là encore, le vocoder fait de jolis miracles. Pour les autres titres, il s'agit juste de petites touches ça-et-là qui passent bien. Plusieurs titres se distinguent par une ambiance générale légèrement différente, notamment Imma Be, que je n'aime pas beaucoup mais qui a le mérite de davantage ressembler à du BEP de l'époque Elephunk. Now Generation est très déroutante par son esprit rock, à la limite même de la country. Elle sied parfaitement à la voix de Fergie. Si un jour les BEP ne marchent plus, elle devrait songer à se reconvertir en chanteuse country. One Tribe est une espèce d'infamie. On est à mi-chemin entre la compagnie Créole pour la musique et les chansons démagos de Michael Jackson que l'on adore, genre Heal The World, pour les paroles. Rockin To The Beat est bien funky, bien sympa; Electric City est bien ragga, bien sympa aussi; et Mare est un gros mix electrobollywoodien indigeste qui termine malheureusement l'album sur une note négative.

   Parmi les titres que j'adore vraiment et dont je ne me suis pas encore lassé : Meet Me Halfway, avec son refrain chanté au fond du cave, qui joue la carte de l'émotion avec un certain succès; Little Simple Melody, qui est juste mon gros coup de coeur de l'album -il s'agit pourtant d'un bonus track- elle est super entraînante et met de bonne humeur au réveil -je ne sais pas pourquoi, je l'imagine très bien en générique d'une série TV-; Ring-A-Ling, un gros délire interminable qui m'amuse beaucoup; Showdown, qui met particulièrement bien en avant la complicité des membres du groupe et la fameuse énergie; et puis Party All The Time, qui est devenu mon hymne de l'été, qu'il serait un crime de ne pas sortir en single. "If we could party all night and sleep all day and throw all our problems away, Our lives would be easy". Le propos est complètement con mais ce que ça fait du bien d'entendre ça, c'est tellement vrai en fait ! 

   The E.N.D. est donc le parfait album pour nous accompagner pendant tout l'été et même à la rentrée pour se donner du courage. C'est souvent facile mais c'est tellement bien produit et si dansant qu'il est impossible de ne pas craquer sur au moins quatre ou cinq titres. Les Black Eyed Peas réussissent leur passage progressif vers l'électro et on espère juste que ce n'est pas la fin...


   Après mes nombreux déboires avec les lecteurs pour accompagner vos visites sur le blog, j'ai décidé de me rabattre sur une valeur sûre : Deezer. Seul souci, il n'y a pas toujours les chansons que je voudrais vous faire découvrir, en particulier ici Simple Little Melody. Dans le lecteur en haut de la colonne de droite, vous pouvez retrouver une playlist que je mettrai régulièrement à jour avec des titres extraits des albums que je critique. Pour The E.N.D., j'ai choisi Party All The Time, Rock That Body et Meet Me Halfway. Bonne écoute !

13 juillet 2009

Christophe Willem [Caféine]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

cafeine

dnes_v2_poll_stars3

   Il y a maintenant 3 ans, Christophe Willem triomphait à La Nouvelle Star, et l'on se disait qu'une grande carrière l'attendait s'il trouvait des compositions à la hauteur de son talent. On peut le dire aujourd'hui : il mérite mieux, qu'il s'agisse de son premier album Inventaire ou du deuxième sorti en Mai dernier, Caféine. C'est loin d'être mauvais mais il manque toujours quelque chose. On voudrait presque qu'il se contente de faire des albums de reprise, là où il excelle. Si Inventaire contenait quelques tubes, dont le fameux Double Je, il y avait aussi beaucoup de remplissage avec des chansons anecdotiques, pourtant parfois écrites par de grands noms. Caféine a un peu plus de mal à convaincre puisqu'il n'a pas de véritable tube, au mieux quelques chansons hautement sympathiques.

   Caféine est extrêmement bien produit et c'est à la fois son plus bel atout et son plus grand défaut. On sent bien que le mec qui a mixé l'album s'est éclaté. On l'imagine très bien trifouiller avec enthousiasme tous les multiples boutons de sa console. Il y a donc plein de petits sons bien agréables à l'écoute. Les poussées electro, on va les appeller comme ça, donnent une certaine cohérence à l'album, qui en manquerait autrement singulièrement. Oui mais le problème c'est que la voix de Christophe, qui est superbe, n'est absolument pas mise en valeur. Elle est parfois noyée dans la musique et elle n'est jamais émouvante. C'est tout de même hyper dommage quand on se souvient de ses interprétations de True Colors ou La chanson des vieux amants à la Nouvelle Star ! Dans un autre style, Jacques a dit sur son premier album était un très beau titre, sur un texte signé Zazie. Dans Caféine, pas d'équivalent à Jacques a dit. Il y a bien Si je tombais mais elle est plus ennuyeuse qu'autre chose. La mélodie de Fragile ne nous emporte jamais, malgré un texte pas laid du tout. La seule vraie bonne surprise, c'est Plus que tout, le second single. Mais ce n'est ni du up-tempo, ni une balade. Les paroles sont mignonnes, la mélodie reste bien en tête, il faut juste ne pas en abuser sinon elle saoule vite. Entre nous et le sol, reprise en français d'un des titres que Britney Spears n'avait finalement pas retenu pour son album Blackout, possède une ambiance moite très agréable mais elle ne décolle jamais. Sensitized, le duo avec Kylie Minogue, n'a aucun intérêt puisque la voix de Christophe a simplement été posée sur la version originale. Aucune complicité ne s'en dégage, forcément.   

   Berlin est l'exemple parfait du titre bien produit qui manque d'âme, accompagné en plus d'un clip ridicule. Dans le même genre, mais en moins efficace, on pourrait citer Coffee, Trash et l'horrible Tu te fous de nous, plus agaçant et répétitif tu meurs. La demande est amusante, L'homme en noir aurait pu être vraiment bonne avec moins d'effet, et puis Yaourt et Lavabo n'a pas de refrain et c'est bien dommage. Elle commence si bien... Le seul vrai bijou de l'album, Heartbox, n'aura certainement pas le destin qu'il mérite, à l'image de Kiss The Bride sur le précédent album. Ce sont deux chansons qui paraissent tout droit sorties des années 80, on pourrait même croire que ce sont des reprises tant elles nous semblent familières. Elles bougent bien, le refrain est enivrant et, il faut bien le reconnaître, le texte en anglais colle beaucoup mieux à la voix de Christophe et au style de la musique. Il aurait fallu que tout l'album soit dans cet esprit, avec quelques balades plus inspirées, et c'eut été parfait !

   Caféine ? Il aurait peut-être fallu que Christophe Willem en abuse un peu plus ! Ce deuxième album manque d'âme et d'émotion, malgré quelques tentatives, et ne met pas sa magnifique voix en valeur. Par contre, il est super bien produit et il ressemble, je crois, à ce que le chanteur voulait. C'est un peu comme un café dans lequel on aurait mis trop de sucre et de lait. L'essentiel du goût passe à la trappe !


   Comme vous l'aurez remarqué, le petit IPod de la colonne de droite n'aura pas survécu bien longtemps ! Je ne sais pas ce qui s'est passé du coté de l'hébergeur mais ça ne marche plus ! Cela devient de plus en plus compliqué de vous faire découvrir des chansons d'album qui ne soient pas des singles...

Heartbox

Plus que tout

Posté par LullabyBoy à 00:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 juin 2009

Lily Allen [It's Not Me, It's You]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

untitled

dnes_v2_poll_stars4

   "It's Not Me, It's You", voilà un titre qui définit bien la personnalité de Lily Allen ! Cette phrase un peu enfantine et espiègle est à l'image de sa musique et de son deuxième album. On pourrait qualifier ce qu'elle fait de pop sucrée mais ce serait légèrement réducteur puisque du coté des paroles, elle se lâche, c'est tout sauf innocent et inoffensif. Parfois, on se dit qu'elle joue la provoc' pour se donner un genre mais je la sens sincère dans sa démarche. Le titre Fuck You par exemple, hymne contre l'homophobie et contre la connerie tout court, tombe vite dans la démagogie mais l'initiative est louable. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si elle a été beaucoup utilisée ces derniers jours sur internet à travers des vidéos pour lutter contre l'homophobie. Le titre est franchement entêtant et, malgré les nombreux "fuck you", il s'en dégage une certaine classe. Le premier single extrait de l'album, The Fear, est diablement efficace et assez surprenant au premier abord quand on connaît son premier album (que je n'avais pas trop aimé soit dit en passant). Sa voix est parfaitement mise en avant et, même si elle n'est pas spécialement originale, tout est dans l'accent ! Comment ne pas craquer ? Par moment, on pourrait d'ailleurs la confondre avec Kate Nash tant leurs deux voix et leurs deux accents sont similaires.

   L'album contient de nombreuses perles et ma préférée est Not Fair, le second single, dont les paroles sont très amusantes et le refrain addictif à souhait ! Elle y parle de son mec qu'elle aime vraiment vraiment beaucoup mais qui ne l'a fait vraiment vraiment pas grimper aux rideaux. Et ça, c'est vraiment vraiment injuste ! "I spend ages giving heads"... Quand je vous dis qu'elle se lâche ! Back To The Start, avec ses petits sons électroniques, est très réussie, tout comme Everyone's At It. Aucune chanson ne se ressemble vraiment, elles possédent toutes une ambiance bien particulière et l'ensemble reste malgré tout cohérent. Never Gonna Happen, avec son coté "gîtan" disons, me plaît bien mais elle a vite tendance à soûler. C'est un peu le même problème avec 22. Him est mignonette, la chanteuse y parle de Dieu de manière étonnante : "I wonder who he votes for ?"; elle n'est pas à mettre entre les oreilles des vieilles bigottes anglaises je crois. Tout comme le reste de l'album d'ailleurs ! C'est gentiment piquant, Lily marque encore des points !  A coté de toutes ces chansons raffraichissantes et pas très matures, il faut bien le dire, se cachent quelques ballades pas extraordinaires, pas émouvantes et même un peu chiantes. Lily perd des points pour le coup. J'aime bien I Could Say, elle y donne sa vision assez réaliste de l'amour, mais ça s'arrête là.

   Lily Allen n'est pas une grande chanteuse, ni une grande auteuse (!), mais elle a un don pour vous emporter dans son univers (presque) unique où se cotoient légèreté et humour. Cet album est une petite merveille qui vous remonte le moral si besoin est et qui vous procure un petit moment de bonheur dans tous les cas ! Ca ne se refuse pas par les temps qui courent ;-)


MUSIC MIX de la semaine

Ecoutez-les dans le lecteur IPod en haut de la colonne de gauche

1. untitled  2. untitled 3. untitled

                    *Not Fair*                             *Fuck You*                           *I Could Say*

4. 51eYlk9YjLL__SS500_ 5. _a_me_vexe_capitol_records

                                      *Les Saisons*                          *Ca Me Vexe*

Posté par LullabyBoy à 18:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 juin 2009

Emmanuel Moire [L'Equilibre]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

emmanel

   dnes_v2_poll_stars2

   La dernière fois que l'on avait croisé Emmanuel Moire, il portait une grosse perruque moisie et se la jouait Roi Soleil, prétextant que c'est difficile d'Etre à la hauteur. Le voilà de retour -il y a eu un premier album solo entre temps mais qui s'en souvient franchement ?- le crâne rasé, le teint hâlé et plus adulte et sexy que jamais. C'est lui qui le dit et ce n'est pas faux ! Ce premier single est surprenant d'abord pour du Emmanuel Moire puisqu'il tend plus vers l'électro, toutes proportions gardées, et qu'il est entêtant avant de devenir sérieusement agaçant. Je ne sais pas vous mais moi je ne peux déjà plus l'entendre et je ne m'en suis pas gavé pourtant. Les paroles sont assez affligeantes et le clip les met en images de la manière la plus tartignole qui soit. Le message ? Que l'on est tous adultes et sexy bien-sûr ! Y'avait moyen de faire un truc plus osé, genre une partouze générale. Certes, d'autres l'ont déjà fait. Mais c'est dommage, je croyais qu'il était devenu rebelle le petit et pas du tout. La tendance se confirme à l'écoute de l'album !

   L'équilibre, c'est son titre. Très content qu'il l'ait trouvé son équilibre mais musicalement, j'ai surtout l'impression qu'il a trouvé le juste milieu entre la mièvrerie et l'entraînant. A l'écoute de certaines chansons, j'avais l'impression qu'il me chevauchait avec tendresse en me soufflant des niaisieries au creux de l'oreille. C'est agréable au début mais ça tourne vite au ridicule. Il a une belle voix, on ne peut pas le nier. Mais alors il a des façons de prononcer certains mots, c'est simple : on dirait Line Renaud ! Autant dire que le fantasme ne dure pas longtemps. Et puis pourquoi vouloir se la jouer lover à tous prix sur quasiment chaque titre ? C'est si peu naturel. A ce petit jeu-là, c'est certainement Dis-moi encore qui est la plus insupportable, au contraire de Promis, qui est une petite merveille toute moite. L'Adversaire est un bon titre aussi, un plaisir coupable électronique. A coté de ces chansons rythmées, agréables à l'oreille, Emmanuel Moire retombe dans ses travers, c'est-à-dire dans la soupe écoeurante. J'imagine que c'est surtout pour ne pas dérouter son public. Sans dire un mot est la plus supportable de toutes, si toutefois on s'arrête au premier couplet. Mieux vaut toi que jamais est à peine écoutable, Habillez-moi, Retour à la vie, Devant l'ultimatum et L'Attraction me hérissent les poils avec leurs mélodies inintéressantes et leurs paroles ridicules. Il y a quand même deux titres qui se distinguent, par leur sincérité sans doute : Suite et fin, qui ouvre superbement l'album, avec des paroles un peu recherchées et une émotion communicative, et puis Sois Tranquille, un bel hommage à son frère jumeau récemment disparu.

   Une jolie pochette (on reconnaît tout de suite le style de Laurent Seroussi), un interpréte agréable à l'oeil avec un bel organe, une démarche sincère mais beaucoup beaucoup de vide autour. C'est ainsi que l'on pourrait résumer la nouvelle tentative musicale d'Emmanuel Moire. Y'a pire ceci dit, Christophe Maé par exemple, son compère du temps du Roi Soleil...


Vous l'aurez sans doute remarqué, un petit IPod est apparu tout en haut de la colonne de droite du blog. C'est ici que vous pourrez retrouver chaque semaine de l'été (et certainement au-delà) des extraits des albums dont je vous parle mais aussi d'autres titres coups de coeur, anciens ou récents.

MUSIC MIX de la semaine :

  1*Emmanuel Moire Promis*

2*Emmanuel Moire L'Adversaire*

3*Alain Bashung Sur Un Trapèze*

4*Aimee Mann Little Tornado*

5*Milow Ayo Technology*