17 mai 2010

Glee [1x 17]

dnes_season4_glee_rachel_mi

Bad Reputation // 11 62o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_47152

   Voilà un épisode qui redonne espoir en Glee ! Comme vous avez pu le constater à travers mes précédentes reviews, je trouve Glee assez faible depuis son retour, l'épisode spécial Madonna mis à part. Scénario inexistant, numéros musicaux peu inspirés, personnages lassants... Cet épisode s'est efforcé de corriger chacun de ces points avec plus ou moins de succès. Au niveau du scénario pour commencer, disons que l'on ne sort toujours pas de la guerre Sue Vs. le Glee Club mais je crois qu'il va falloir l'accepter car ça fait partie de l'ADN de la série. Il ne reste plus qu'à espérer que les scénaristes feront preuve d'autant d'imagination que cette fois-ci pour sortir de la routine déjà bien installée. Le coup de la vidéo volée par Kurt était assez sympa en soit et j'ai adoré le fait d'aller jusqu'au bout du délire en invitant Olivia Newton-John dans une parodie de son clip Physical. La chanteuse ne manque pas d'humour et de second degré, c'est appréciable. Ce n'était pas hilarant, mais très sympa. Pour contrebalancer ces scènes divertissantes, on nous a remis une couche de la tendre Sue qui s'occupe de sa chère soeur trisomique. Un peu facile mais ça reste encore touchant. Il faudrait juste ne pas en abuser, ou alors en faire une véritable intrigue. J'ai bien aimé aussi l'arrivée d'une nouvelle folle-dingue et elle est en plus interprétée par une actrice que j'adore : Molly Shannon ! J'espère qu'elle va rester dans le coin et que son personnage prendra plus d'importance. Elle a un sacré potentiel en tous cas et m'a fait déjà bien rire dans ses quelques happenings. Par contre, Sue qui motive Emma à traiter Will de "Manwhore", ça m'a moyennement plu. La scène où Emma se lâche était très bien effectivement, et rien que pour ça ça valait le coup, mais je n'aime pas le fait que Sue réussisse à embobiner tout le monde si facilement. Ca ne fait que rendre les personnages débiles et maléables alors qu'ils valent mieux que ça, et Emma en l'occurence vaut mieux que ça.

   En me rendant compte assez tôt dans l'épisode qu'une grande partie allait être consacrée à Rachel, une fois de plus, j'ai eu très peur. C'est le genre de personnage génial au départ dont on se lasse très rapidement. Mais ce qui me plaît beaucoup avec elle précisément, c'est qu'elle est parfaitement consciente de qui elle est, de ce qu'elle représente aux yeux des autres et ça la rend vachement attachante. Et puis quoiqu'on en dise, Lea Michele est une sacrée chanteuse ! L'intrigue de la "Glist" était un bon moyen de rassembler tous les personnages et ils ont été bien utilisés dans l'ensemble. Même Quinn ! Je ne pensais vraiment pas que c'était elle la responsable, mes soupçons se tournaient davantage vers Jesse qui est censé être là pour foutre la merde mais qui n'a pas fait grand chose pour le moment. Joli twist en tous cas et comptant qu'elle soit remise en avant même si un petit solo pour conclure aurait été le bienvenue. Au lieu de ça, on a quand même eu un Total Eclipe Of The Heart vachement sympa (j'adore honteusement cette chanson), et plus tôt dans l'épisode un autre hommage aux années 80 avec Rachel et ses trois garçons qui m'a beaucoup plu. Par contre, le rap de Will en début d'épisode m'a gavé et le Can't Touch This aussi, mais uniquement parce que ce titre m'horripile à la base, et je ne trouve même pas ça drôle.      

vlcsnap_85193


// Bilan // Ambiance années 80 pour un épisode bien agréable de Glee. J'aimerais que ce soit comme ça toutes les semaines...


09 mai 2010

Glee [1x 16]

dnes_season4_glee_schuester

Home // 12 18o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_90204 vlcsnap_105754

   Décidément, l'équipe de Glee a bien du mal à trouver un juste équilibre dans à peu près tout ce qu'elle entreprend. C'est sa plus grande faiblesse à l'heure actuelle. Mais on sent pourtant une envie de bien faire... Par exemple, les numéros musicaux de cet épisode étaient tous assez plombants, sauf le duo April/Will sur Fire en début d'épisode. C'est la prestation que j'ai préféré même si elle a été amenée de façon encore totalement artificielle. Le reste n'était pas mauvais, loin de là, c'est juste l'accumulation des titres lents et déprimants qui ont eu raison de moi. A House Is Not A Home est une belle chanson de Barbara Streisand que je connaissais mal et ça m'a fait plaisir de la (re)découvrir à travers la voix de Kurt notamment. Mais ce que c'était long... Etait-ce bien nécessaire de la poursuivre avec Will et April sur One Less Bell To Answer ? Bon en même temps, c'est leur scène à eux qui était la plus émouvante. Trop long quand même. Jolie manière d'illustrer la solitude en tous cas. C'était d'ailleurs un des grands thèmes de l'épisode avec le droit à la différence. Associer les deux sujets dans un même épisode n'était sans doute pas la meilleure idée qui soit. Ca manquait d'une intrigue un peu plus fun pour décompresser. Certes, depuis la reprise, Sue est en grande forme mais on ne peut pas compter que sur elle pour nous faire rire. A noter une superbe réplique de Britney, comme chaque semaine désormais : "I Think My Cat Read My Diary" (ou un truc comme ça, de mémoire).

   Beaucoup d'émotion dans cet épisode, même trop, et je ne sais jamais si je dois rire ou si je dois pleurer à certains moments tant tout est trop appuyé. Disons que là encore, chaque scène prise à part est touchante mais l'accumulation de ce genre de scènes dans un même épisode est indigeste. L'association Kurt/Finn et leurs deux parents était pas mal. Il y a eu de jolies moments et y'a pas à dire, malgré l'exagération dont les scénaristes font preuve dès qu'il s'agit de lui écrire une réplique, malgré également le jeu si caricatural de Chris Colfer, Kurt est un personnage qui fait passer pas mal d'émotions. C'est plus compliqué pour Finn, d'autant que l'urne avec les cendres de son père qui trône sur un fauteuil devant la télévision m'a pas mal perturbé. C'est "marrant" et en même temps tellement pathétique... Par contre, j'aime beaucoup l'actrice qui joue la mère de Finn (Rosy Rosemont). Elle était parfaite ! A coté de ça, j'adore Mercedes et j'étais content qu'on lui accorde un peu plus de temps d'antenne même si son intrigue était très facile dans son déroulement et que le choix de Beautiful pour exprimer ses sentiments était limite trop facile. J'aime bien la chanson, c'est pas ça le problème, mais crotte, ça manque de subtilité tout de même ! Interprétation parfaite en tous cas, mais on se serait bien passé de l'arrivée de la foule sur scène qui a gâché ce moment qui aurait dû rester "intime". Je déteste quand Glee se lance dans ce type de scènes improbables avec tout un gymnase qui chante en coeur. A noter la participation courte mais réussie de Quinn.

   Enfin, j'étais très excité à l'idée de retrouver Kristin Chenoweth dans le rôle d'April Rhodes qui lui va très bien. Elle ne m'a pas déçu, elle était encore géniale. Pas mal de ses répliques m'ont fait beaucoup rire. C'est dommage qu'elle ait en face d'elle un Will Schuester un peu mou. Ses prestations chantées étaient bonnes, sa voix toujours aussi divine, mais c'était un cran moins bien que la première fois. Ce serait cool qu'elle revienne de temps en temps. Elle apporte beaucoup. De là à ce qu'elle devienne régulière : NON ! Ca tuerait le personnage à petits feux et j'ai envie de voir l'actrice ailleurs, très vite...

vlcsnap_97448 vlcsnap_96958


// Bilan // Si cet épisode prouve que les scénaristes de Glee peuvent encore écrire de vraies intrigues, il prouve aussi que la série a besoin d'un juste équilibre entre drame et comédie pour convaincre. Et si les scènes chantées pouvaient être mieux amenées aussi... En tous cas, Rachel n'est pas indispensable et c'est la meilleure leçon que l'on puisse tirer de Home !

01 mai 2010

Glee [1x 15]

dnes_season4_glee_sylvester

The Power Of Madonna // 12 98o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_26677

   Après le catastrophique épisode de reprise, Glee reprend du poil de la bête grâce à une spéciale Madonna bourrée de qualités, avec les défauts habituels évidemment comme l'absence de scénario qui commence à devenir gênante... Ce que j'ai le plus apprécié dans cet épisode, c'est en premier lieu les répliques de Sue qui étaient priceless, encore plus énormes que d'habitude ! Entre ses remarques sur les cheveux de "William" qui étaient hilarantes ("I just lost my train of thought because you have sooo much margarine in your hair (...)"), ses grands délires sur Madonna et le récit de son enfance (ses parents étaient des chasseurs de nazis, elle a soi-disant 29 ans...), ses conseils ("Date A Younger Man !" et Britney qui les suit en envisageant de sortir avec un garçon de 7 ans !) et puis sa version du clip de Vogue (ainsi que son interprétation de la chanson) qui m'a énormément plu, on peut dire que Jane Lynch a été parfaitement investie par le pouvoir de Madonna !

   On en vient naturellement aux numéros musicaux qui étaient inégaux mais dans l'ensemble des reprises de qualité. Mon petit préféré est sans conteste Like A Virgin grâce à une mise en scène très sympa autour de la première fois. Dans les faits, il n'y a que Finn qui passe à l'acte (avec Santana dont on a en plus découvert la jolie voix) mais c'est peut-être mieux ainsi. Il y a moyen d'utiliser les premières fois de Rachel et d'Emma (pas ensemble, hein, quoique ?) pour de vraies intrigues quand les scénaristes se seront décidés à en avoir. 4 minutes était très sympa aussi, principalement parce qu'il était grand temps de remettre en avant Kurt et Mercedes qui font des merveilles ensemble. J'ai limite préféré cette version à l'originale d'ailleurs (mais c'est un peu ce que Madonna a fait de moins bien en même temps). Le duo Rachel/Finn m'a moyennement convaincu, surtout parce que je les supporte plus ensemble. Puis le mashup Borderline/Open Your Heart était pas mal foutu mais pas de quoi se réveiller la nuit ! Par contre, les petits hommages aux différents looks de Madonna en fond étaient bien vus. Je n'ai pas adoré la scène finale sur Like A Prayer sachant que cette chanson me gave à force et que cette version n'apportait rien. En plus, c'était totalement surréaliste de voir débarquer les choeurs gospel ! Y'a du relâchement de ce coté-là : on ne cherche plus tellement à proposer des scènes chantées crédibles et on les insére mal dans les épisodes, quitte à ce que ça ressemble à un inventaire. En revanche, j'ai bien aimé la version des garçons de What it feels kile for a girl. C'était bien vu et j'ai redécouvert les paroles du coup. Un peu court cela dit. Les quelques titres originaux de Madonna utilisés en bande-son étaient de trop. Je pense surtout à Frozen qui est une bien trop belle chanson pour être utilisée comme ça, presque vulgairement. Sinon, au niveau des histoires, je trouve dommage que tout le monde tombe si facilement dans le piège de Jesse et des Vocal Adrenaline. Même Will quoi !      

vlcsnap_25738


// Bilan // Le fait que je sois fan de Madonna a-t-il joué dans mon appréciation de l'épisode ? Peu importe, j'ai pris mon pied et j'ai déjà hâte de découvrir le second épisode hommage à la star prévu pour la saison 2 ! Un sursaut qui fait plaisir mais que je crains éphémère...

20 avril 2010

Glee [1x 14]

dnes_season4_glee_rachel_mi

Hell-O // 13 66o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_188788

   Après visionnage de cet épisode de Glee, je suis en colère ! Plus de quatre mois d'absence pour nous pondre ça, sérieusement ? J'ai vraiment l'impression que les producteurs et scénaristes de la série ont oublié quelque chose : c'est cool de soigner les numéros musicaux, c'est super d'avoir des lignes de dialogue très bien écrites et qui font mouche, mais ce qui est super important dans une série c'est d'avoir des scénarios de la mort qui tue. Et Glee ne les a pas. Surtout pas dans cet épisode qui s'amuse à déconstruire une à une les intrigues lancées dans l'épisode précédent. Il n'y a rien qui m'agace plus que ça ! Rien ! Ainsi, on comprend tout de suite que Will et Emma ne seront plus ensemble à la fin des 45 minutes. Tellement gros comme une maison ! Ca gâche en un instant la fin du précédent épisode qui était facile et tout ce qu'on veut mais qui représentait l'aboutissement de quelque chose. Ils auraient pu les laisser ensemble deux-trois épisodes et se concentrer sur autre chose. C'est pas comme s'il y avait quinze personnages derrières qui attendaient qu'on leur offre un petit quelque chose à faire hein... Cela dit, l'émotion recherchée était là, et on a appris avec surprise qu'Emma était toujours vierge ! Quand on y pense, ce n'est pas si étonnant. Mais je trouve l'idée potentiellement sympa. Mais qui donc va la déflorer ? Sûrement Will quand il se sera trouvé. Ah l'argument pourrie de leur séparation est un autre de mes gros problèmes avec cet épisode. Je note quand même que la fauve Terri est lâchée ! Maintenant que Will l'a jetée comme une merde, elle va pouvoir révéler sa vraie nature et Jessalyn Gilsig s'en donner à coeur joie. J'en trépigne d'avance !

   Au rayon deconstruction, il y a aussi le couple tout frais Rachel/Finn qui n'aura pas tenu non plus un épisode. Ces deux-là ensemble, ça ne donne rien. Pas d'alchimie particulière, sauf quand ils chantent, et pas d'envie, pour ma part en tous cas, de m'impliquer dans leurs histoires. C'est trop teenage et trop gnan-gnan. C'est d'ailleurs ce qui risque de poser problème à la série sur le long-terme niveau audience : elle s'adresse malheureusement à un public trop jeune. Il y aussi eu tabula rasa avec le retour expéditif de Sue à McKinley. On imaginait mal la série sans elle, on ne s'étonne pas de la voir revenir si vite. Par contre, j'espérais qu'elle aurait un nouveau but dans la vie que de démonter le Glee Club. Au moins le temps de quelques épisodes. Non, on repart sur la même intrigue que dans la première partie de la saison et avec les mêmes protagonistes en plus ! Britney et Santana restent ses fidèles espionnes. Elles me font mourir de rire donc je ne vais pas trop m'en plaindre mais on pourrait les utiliser pour autre chose. "Did you know that dolphins are just gay sharks ?".

   La seule nouveauté de l'épisode est l'introduction des principaux concurrents du Glee Club pour les regionals : les Vocal Adrenaline, emmenés par un chanteur charismatique, Jesse, et une chef de chorale interprétée par Idina Menzel avec un fort potentiel. Elle a déjà sauté sur Will, dans une scène qui a d'ailleurs atténué l'aspect gendre idéal du personnage et c'est franchement pas du luxe. Jesse, quant à lui, a mis le grappin sur Rachel dans le but bien-sûr d'espionner le Glee Club. On repart surt quelque chose d'assez similiare à la première partie de la saison mais avec peut-être un peu plus d'ambition en incarnant vraiment la concurrence. Coté numéros musicaux, ils étaient tous à base de "Hello" et ils étaient pas mal dans l'ensemble. Je retiens surtout le "Hello" made in Lionel Richie chanté par Rachel et Jesse. C'était joli. Et je pousse en revanche un gros coup de gueule, une fois de plus, contre le playback hyper flagrant qui gâche tout, ainsi que contre les deux danseurs de la bande, l'asiatique et le black, qui ne disent jamais un mot mais qui trouvent toujours le moyen de faire des pas de danse clichés et ridicules dès qu'une musique un peu entraînante débarque. Ca a le don de m'agacer ! Un peu comme les instruments que l'on entend mais que l'on ne voit pas à l'écran. Ils ont essayé de rectifier le tir dans cet épisode j'ai l'impression, notamment sur le duo Jesse/Rachel où un troupeau d'idiotes se sont mises à faire du violon et des maracas (je dis ça au hasard, je ne me souviens plus exactement). C'était ridicule !

vlcsnap_197730


// Bilan // Tout petit retour de Glee qualitativement parlant mais gros retour en termes d'audience grâce à American Idol. C'est dommage que les nouveaux téléspectateurs aient dû s'infliger cet épisode. C'est un des plus faibles depuis le début de la série et sans aucun doute le plus agaçant ! Il faut le dire franchement : Glee n'est pas à la hauteur du phénomène qu'elle est en train d'engendrer. 

11 décembre 2009

Glee [1x 13]

dnes_season4_glee_pillsbury

Sectionals (Fall Finale) // 8 2oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_163057 vlcsnap_147115

   Bizarre ce Fall Finale. Je n'ai pas dis mauvais mais bizarre. En fait, il se déroule en deux temps : une première partie chiante et convenue et une deuxième partie festive et... convenue. Je pensais que les fameux sectionals dont on nous rabat les oreilles depuis le pilote auraient un peu plus d'ampleur et d'éclat. J'imagine que c'est un choix délibéré afin de ne pas placer la barre trop haute pour les regionals puis les nationals qui suivront dans quelques temps. Mais du coup, on a un tout petit peu l'impression de s'être fait flouer. En plus, il n'y avait pas vraiment de suspense quant aux résultats de la compétition puisque si le Glee Club avait échoué, la série aurait manqué d'enjeu. Mais bon ça pour le coup, c'est un problème de concept. Ce que je n'ai pas tellement aimé non plus, c'est que l'on ne voit quasiment rien des compétiteurs et que du coté du Glee Club, il faut se contenter de deux prestations seulement sur trois. Je comprends bien que tout caser en 42 minutes était compliqué mais bon, il y a avait moyen de s'arranger en coupant certaines scènes inutiles. La prestation de Rachel-Lea Michele sur "Don't Rain On My Parade" était époustouflante ! La version Finn de "You Can't Always Get What You Want" était moins inspirée. L'absence de Will au cours du show était en fait une bonne idée : il aurait sans doute été moins touchant s'il avait été présent dans la salle. Et la chanson finale pour le remercier sur "My Life Would Suck Without You" a terminé l'épisode en beauté sur une note positive et entraînante. Puisque je fais l'inventaire des prestations, impossible de pas évoquer celle de Mercedes-Amber Riley en début d'épisode qui était incroyable -oserais-je réutiliser le mot "époustouflante" ?- sur "And I'm Tellin' You I'm Not Goin'". Je ne connaissais pas la chanson en plus, elle m'a fait beaucoup d'effet ! En tous cas, j'espère que la deuxième partie de saison mettra davantage en avant Mercedes. Elle est géniale.

   Les événements se sont enchaînés dans cet épisode avec une désagréable impression d'abattage. Tout est allé beaucoup trop vite avec des dialogues souvent baclés (malgré les irrésistibles pointes d'humour récurrentes) et un manque d'intensité flagrant. Par exemple, la scène où Finn découvre la vérité sur le bébé de Quinn n'était pas à la hauteur. Elle était même un peu ridicule du fait que Finn remet sur le tapis cette histoire de jacuzzi et ses répliques sont écrites tellement maladroitement que ce n'est pas ni drôle ni émouvant, c'est juste super plat. Cory Monteith est en plus toujours limite-limite dans son jeu. La scène entre Will et Terri était dispensable, le baiser final entre Will et Emma cliché mais enthousiasmant, le renvoi temporaire de Sue était par contre génial grâce au proviseur en très grande forme et grâce aux expressions terribles de Jane Lynch. Mais LA scène décalée et hilarante de l'épisode, c'est celle où l'on assiste aux délibérations du jury pour les sectionals ! Géniale ! Ah et encore merci à Britney qui me fait hurler de rire à chacune de ses rares mais profondément intenses répliques.   

vlcsnap_151515 vlcsnap_174225


// Bilan // Après 13 épisodes et avant une longue pause jusqu'en Avril, que peut-on dire de Glee, une des séries les plus attendues de la saison ? Qu'elle est un petit moment de bonheur hebdomadaire d'abord. Qu'elle pourrait être encore meilleure si les scénaristes se lâchaient un peu plus ensuite. Et enfin qu'elle mérite que plus de téléspectateurs la suive car si ses scores ne sont pas mauvais, ils sont loin d'être impressonnants. Hâte de retrouver le Glee Club, ils vont me manquer d'ici-là...

En partenariat avec

Sans_titre_1


05 décembre 2009

Glee [1x 12]

dnes_season4_glee_schuester

Mattress // 8 15o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_47600

   Cet épisode possédait quelques beaux moments mais dans l'ensemble, je me suis plus ennuyé qu'autre chose. L'affaire du jour concerne le Yearbook qui ne comprendra pas cette année une photo du Glee Club, parce que Sue l'a décidé. Son acharnement n'est plus vraiment drôle, à force. Bien-sûr, sa chronique télé, cette fois sur les gens moches, et les extraits de son journal intime sont très amusants mais on s'en lasse un peu. Ils n'ont plus la fraîcheur des premières fois. Très vite, l'affaire de la photo fait très redite avec ce que l'on a déjà vu. Une fois encore, le thème de l'exclusion est abordé. C'est un peu normal, c'est le fond de commerce de la série mais il y a tellement d'autres sujets à aborder... Il n'y a que Rachel toujours-prête-à-tout-pour-réussir qui m'a amusé, d'autant qu'elle est parfaitement consciente de son état. La pub pour les matelas était marrante. Les acteurs ont dû bien s'amuser à la tourner. Une fois encore, le playback était drôlement raté mais chanter et danser en sautant sur des matelas n'est pas l'idéal pour performer. Ce qui en découle m'a gravement déplu : le nouveau chantage de Sue un peu tiré par les cheveux, Will qui finit par démissioner... Là encore, ce n'est pas la première fois que l'on nous fait le coup et en seulement 12 épisodes, ça a le don d'être agaçant. Heureusement, THE atout de la série, à savoir Quinn Fabray, a su tenir tête à Sue de manière magistrale et le Glee Club va donc pouvoir concourir lors des tant attendus sectionnals !

   Par ailleurs, sans que personne ne s'y attende, Will a découvert la vérité sur la non-grossesse de Terri ! Il a tout simplement trouvé un de ses faux-ventres par hasard. La scène de dispute était très réussie car bien interprétée et réaliste. C'est assez rare que la série adopte un ton aussi sérieux. La réaction assez violente de Will est surprenante et la défense de Terri est émouvante. Malgré tous ses délires, on sent qu'elle l'aime. J'étais étonné en revanche que Will n'aille pas voir Quinn après cet incident pour lui demander quelques explications. Peut-être au prochain épisode ? Cette séparation (permanente ?) laisse une grande porte ouverte au couple Will/Emma, bien que cette dernière soit sur le point de se marier. Je crois que l'on est tous d'accord pour dire que le mariage n'aura pas lieu, pour une raison ou pour une autre, les sectionnals auxquels elle ne peut pas participer en serait une bonne... Un mot sur les chansons de l'épisode : pas glop. Le Smile de Lea Michele et Cory Monteith aurait pu être sympa mais c'était over-niais. 

vlcsnap_42396


// Bilan // Malgré deux-trois scènes sympas et/ou marquantes, cet épisode n'est pas à la hauteur. Trop de redites et trop peu d'humour.

En partenariat avec

Sans_titre_1

29 novembre 2009

Glee [1x 11]

dnes_season4_glee_sylvester

Hairography // 6 1oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_53550

   Je me plaignais depuis quelques temps de numéros musicaux moins inspirés, cet épisode au contraire m'a comblé de ce point de vue-là ! Absolument fan du Papa Don't Preach de Dianna Agron/Quinn Fabray; très ému sur la version "sourde" d'Imagine même si elle avait un coté totalement surréaliste; amusé par la prestation des bad girls de la Jane Adams Academy sur le Bootylicious des Destiny's Child; admiratif devant la simplicité de True Colors; moins convaincu en revanche par le Crazy In Love du Glee Club mais en même temps, c'était un peu le but de proposer une prestation moyenne donc... En tous cas, l'idée des perruques était absolument nulle et n'a strictement rien apporté, à part peut-être son heure de gloire à cette sublime idiote de Britney. Elle me fait beaucoup rire dans le cliché de la cheerleader plus stupide que stupide. La "rediffusion" de You're the One That I Want façon Rachel+Finn, on s'en serait passé volontiers.

   A vrai dire, les prestations musicales m'ont tellement plu que j'ai envie d'être indulgent avec cet épisode dont les storylines étaient somme toutes moyennes. C'est-à-dire que le bébé de Quinn est une brillante idée à la base mais c'est un peu la seule de ce début de saison donc on l'étire en longueur et ça devient plus ridicule qu'autre chose. Quinn est toujours très émouvante, et dans un sens, Terri aussi. Mais il serait temps que Finn et Will apprennent la vérité, si les scénaristes comptent la leur faire apprendre un jour. Je ne serais pas contre une découverte tardive une fois le bébé né mais alors il faudrait sérieusement trouver autre chose à raconter en attendant. Ce ne sont pas les personnages qui manquent ! A nouveau, on a joué avec le quatuor Quinn/Puck/Rachel/Finn pour offrir des scènes plus ou moins drôles, mais il y a toujours quelque chose d'attachant et de lumineux qui se dégage et ça suffit à mon bonheur. J'ai moins aimé les petits stratagèmes de Kurt. Ils étaient faciles et je pense qu'il est capable de mieux. Ceux de Sue n'étaient pas non plus très inspirés. Pour la première fois, je ne l'ai même pas trouvé drôle. Elle était juste affligeante. Quant à la venue d'Eve en guest, elle était plus anecdotique qu'autre chose mais le passage de Will dans son lycée était bien décalé.

vlcsnap_60316


// Bilan // De très bons numéros musicaux ont suffit à me faire passer un très bon moment. Bien-sûr, si les intrigues étaient plus variées, ça ne ferait de mal à personne...


// Bonus // Papa Don't Preach par Dianna Agron. J'aurai aimé vous proposer les images et pas seulement le son mais la FOX fait la chasse aux vidéos maintenant et c'est très agaçant...

22 novembre 2009

Glee [1x 10]

dnes_season4_glee_pillsbury

Ballad // 7 36o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_100983

   Sur ce coup-là, Glee m'a un peu déçu. En fait, je trouve les numéros musicaux de moins en moins inspirés. Il n'y en a aucun qui soit vraiment sorti du lot dans cet épisode, à part peut-être I'll Stand By You mais c'est surtout parce que j'adore cette chanson à la base et qu'elle me rappelle systématiquement le merveilleux pilote de Dawson. L'interprétation de Cory Monteith n'était pas mauvaise mais à chaque fois qu'il chante, j'ai deux problèmes : 1/ Il rend tout extrêmement niais. 2/ Malgré le playback, il devient tout rouge et ses veines sont prêtes à exploser, c'est presque une souffrance de le voir chanter. Son autre chanson de l'épisode, cette fois face aux parents de Quinn, était atroce de niaiserie mais c'est le personnage qui veut ça et, même au second degré, c'était plus gênant qu'amusant. La bonne nouvelle dans tout ça, c'est que les parents de Quinn et la mère de Finn sont désormais au courant de la grossesse. Ca soulage les personnages mais nous aussi quelque part. La réaction des parents de Quinn était aussi atroce qu'attendue et une fois de plus, la série a su trouver une justesse dans l'émotion. La scène où la mère de Finn le trouve en train de chanter devant une échographie était ridicule puis très émouvante. Je n'ai pas tellement aimé la dernière scène chantée avec tout le Glee Club. Cet élan de solidarité n'était vraiment pas naturel. 

   Le soudain coup de coeur de Rachel pour Will aurait pu être une très mauvaise idée, et quelque part c'en était une (le soudain coup de coeur de Rachel pour Puck la semaine dernière était bien plus convaincant), mais cela a amené plusieurs scènes très amusantes. Le passage chanté sur Endless Love m'a bien fait marrer (pour les voix-off) et celui sur Don't Stay So Close To Me aurait pu être excellent si Matthew Morisson n'en avait encore pas fait des tonnes. On a failli écouter une version de Crush par Rachel mais ô frustration, elle a été coupée dans son élan. C'est con, j'adore cette chanson. La présence discréte mais rigolote d'Emma et le passage chez Will avec Teri qui profite de Rachel pour lui faire faire son ménage étaient deux moments vraiment drôles. J'ai adoré retrouver Sarah Drew dans un rôle bien déjanté. Pepper qui se suicide en avalant un piment noir, voilà qui est dans l'esprit de l'esprit que j'attends de la série (vous me suivez ?) : outrageusement ridicule ! Malheureusement, le personnage n'a pas été assez bien utilisé à mon goût. J'espère qu'on la reverra, elle a un sacrée potentiel de cinglée et la série en manque.

vlcsnap_121437


// Bilan // Cet épisode oscille entre le brillant et le médiocre, Glee nous prouvant qu'elle est capable du pire comme du meilleur...

En partenariat avec

Sans_titre_1

13 novembre 2009

Glee [1x 09]

dnes_season4_glee_schuester

Wheels // 7 53o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_164161

   Après deux semaines d'absence, Glee est de retour et ça fait du bien, vraiment. La série a le pouvoir de vous rendre guilleret et joyeusement niais. J'adore ça ! Le point fort de cet épisode n'était pas l'humour, même s'il est toujours très présent avec un second degré nécessaire pour ne pas tomber dans la guimauve, mais l'émotion ! Et cette émotion n'est pas seulement passée par les chansons interprétées, elle est aussi passée par les personnages, tous plus touchants les uns que les autres, et plus que jamais. Miser sur Kurt et son homosexualité ne pouvait qu'aboutir sur des scènes émouvantes. Sa relation avec son père est superbement écrite. C'est à la fois facile et subtile. Difficile à expliquer. Malgré ses grands airs de diva, ses caprices et son regard hautain, Kurt est un personnage qui inspire une grande sympathie et surtout pas de pitié. Son père n'est pas bêtement caricatural. Je crois même que pas mal d'homos aimeraient que leur père soit aussi ouvert, et ce malgré ses remarques un peu limites parfois, plus maladroites qu'autre chose.

   Le thème de l'acceptation des différences, qui est un des thèmes principaux de la série de toutes façons, a également été abordé sous l'angle du handicap à travers Artie, pour la première fois mis en lumière. Lui aussi est très touchant et lui non plus n'attire pas la pitié. Sa force de caractère suffit à le rendre émouvant et réel. Et puis il faut être honnête : on ne parle quasiment jamais du handicap à la télévision dans les séries. Oh oui, dans C'est quoi l'amour ?, dans Ca se discute ou dans Confessions Intimes, on n'hésite pas à aborder le sujet pour faire pleurer dans les chaumières. Il vaut mieux ça que de ne pas en parler du tout en même temps. Mais dans les séries, c'est une autre histoire. Le but étant plus ou moins toujours de faire rêver, forcément, ça ne cadre pas. Glee a bien fait. Autre intrigue, autre handicap : celui d'une jeune fille trisomique (on va dire ça comme ça) qui aimerait devenir cheerleader. La réaction de Sue n'est pas celle attendue, est quelque part, on s'y attendait ! Elle a beau ressembler à un monstre parfois, un peu d'humanité subsiste en elle. Si sa soeur n'avait pas été atteinte de la même maladie, aurait-elle eu la même réaction ? Sans doute pas. Pour le coup, il faut avouer que c'était un peu facile mais sa visite à l'hôpital était tellement bouleversante que je pardonne les scénaristes.

   A coté de ces intrigues sérieuses mais néanmoins légères (c'est tout le paradoxe de Glee), il y avait des histoires purement légères et purement amusantes autour des "couples" de la série. Finn et Puck voulaient prouver à Quinn qu'ils étaient les meilleurs pères et ils sont finis par se battre, forcément. Finn passe de plus en plus pour le blaireau de service, qui a d'ailleurs besoin de Rachel pour trouver un job, tandis que Puck m'est toujours aussi sympathique. Le rebelle au grand coeur. Le coup classique. Je suis tombé dans le piège. Quinn aussi. On est purement dans le guilty-pleasure. Assumons !

vlcsnap_145928


// Bilan // Enfin un épisode presque exclusivement consacré aux élèves et non aux professeurs. Et c'est là qu'est le vrai potentiel de la série. Ils sont tous attachants, ils ont tous le petit quelque chose qui fait la différence, certains diraient qu'ils ont tous le "X Factor" !


// Bonus // De toutes les performances de cet épisode, mon coeur balance entre le solo d'Artie sur Dancing With Myself et la chanson de groupe sur Proud Mary (Rollin' On The River). Alors autant mettre les deux !   

         

25 octobre 2009

Glee [1x 08]

dnes_season4_glee_pillsbury

Mash-Up // 7 15o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_33728

   Glee a beau être une série très attachante, ses intrigues ont beaucoup de mal à démarrer. Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que les scénaristes ont un plan très précis autour des fameux concours inter-lycées et qu'en attendant d'y arriver (à partir de la mi-saison ?), ils meublent. C'est ce qui expliquerait pourquoi, une fois de plus, plusieurs membres du glee club sont tentés de le quitter en faveur de l'équipe de football. C'était bien mené mais c'est vraiment trop répétitif. De même, je trouve un peu dommage que 80% des intrigues tournent autour des adultes de la série. C'est peut-être un peu moins flagrant que dans les précédents épisodes mais ça reste marqué. La plupart des personnages secondaires restent dans l'ombre en dehors des scènes chantées. La flamme soudaine de Noah pour Rachel a tout de même permis de renouveller les histoires et je dois dire que j'aime de plus en plus Noah, le stéréotype du gros dur au coeur tendre, là où Finn est l'idiot du village... au coeur tendre aussi. La future fille-mère Quinn complète le quatuor amoureux et je suis assez content qu'elle ne soit plus cheerleader, ça va sans doute permettre au personnage d'en dévoiler davantage sur qui elle est vraiment (et elle est bien plus jolie sans sa queue de cheval qui lui tirait tout le visage). Le running-gag autour de la boisson jetée au visage des losers était un peu lourd mais c'était une jolie métaphore potache de cette guerre sans pitié populaires vs cas sociaux. Le point fort étant bien-sûr le sacrifice innatendu de Kurt !

   Les intrigues amoureuses sont également très présentes du coté des adultes et Sue nous a montré une nouvelle facette de sa personnalité : elle aussi peut-être une femme (enfin...) amoureuse ! C'était très amusant de la voir dans cet état et Jane Lynch nous a montré pour l'occasion qu'elle aussi savait danser. Elle n'a pas autant d'assurance que Matthew Morrison mais c'est d'autant plus sympathique. En parlant du héros justement, je passe d'un sentiment à un autre. Un coup, il m'énerve, un coup il me plaît. Cette fois, il m'a agacé sur ses scènes chantées et dansées, il en faisait un peu trop et ce n'est vraiment pas le roi du playback, mais je l'ai en revanche adoré lorsqu'il était avec Emma. Ca a beau dégouliner de guimauve, je fond à chaque fois ! Ces deux-là sont vraiment trop mignons ensemble. La scène où Jayma Mays chante du My Fair Lady était très mignonne. J'ignorai que l'actrice chantait si bien d'ailleurs ! Ce serait peut-être pas mal d'utiliser davantage son bel organe à l'avenir. Le pauvre Ken est toujours très touchant, d'autant qu'il est conscient de sa misère amoureuse et sexuelle, là où les autres personnages sont toujours très déconnectés de la réalité. Du coté des chansons de l'épisode, j'ai adoré ré-entendre Thong Song, que j'avais totalement oublié mais que j'écoutais en boucle à l'époque. Les autres titres étaient pas mal, mais on a connu mieux. Mention spéciale quand même pour le solo de Noah sur une chanson que je ne connaissais pas du tout j'avoue : Sweet Caroline. Ce style un peu folk voire country n'avait pas encore été exploré dans la série.

vlcsnap_28192


// Bilan // Un épisode un peu trop routinier et paresseux mais qui reste très symapthique.


// Bonus // Mark Salling chante Sweet Caroline ! Hot and sweet.

En partenariat avec

Sans_titre_1