15 janvier 2011

Brothers & Sisters [5x 12]

dnes_season4_brothers_kitty

Thanks For The Memories // 8 25o ooo tslp.

44030376


vlcsnap_80252 vlcsnap_402476

   Après Robert et Rebecca, voilà qu'on nous arrache Holly, comme ça, sans prévenir. Certes, elle était devenue inutile depuis quelques épisodes et son départ nous pendait au nez mais je croyais naïvement que les scénaristes lui trouveraient un nouveau petit quelque chose histoire de l'occuper deux-trois minutes par épisode. Ils ont failli d'ailleurs : l'idée de la cohabitation avec Nora était prometteuse... sur la longueur, pas au cours d'un seul et même épisode. J'ignore si le départ de Patricia Wettig est lui aussi dû aux fameuses coupes budgétaires qui sont en train de pourrir notre série mais la situation devient préoccupante et j'imagine de plus en plus mal une 6ème saison. En tous cas, la dernière scène de Holly m'a ému. Il suffit de repenser à tout le beau chemin parcouru avec ce personnage et son acceptation au sein de la famille Walker. La présence de Sarah lors de son départ est très significative. Etait-elle obligée en revanche de dire à Holly qu'elle était prête à retravailler avec elle ? Too Much. Tout cela n'aura pas été totalement vain puisque les cartons de Holly ont permis à Saul et Nora de retrouver une vieille bande vidéo qui laisse entendre que William a soigneusement caché d'autres méfaits. Le début (enfin) d'une nouvelle intrigue au long cours ? Ce serait pas de refus. Par contre, s'il s'agit juste de trouver (encore) un nouveau potentiel copain à Nora, qui vient du passé cette fois, je ne peux qu'être perplexe !

   Calista Flockhart aussi va nous quitter. Moins longtemps je vous rassure, mais apparemment suffisamment pour ne pas être présente dans le 100ème épisode de la série qui sera diffusé bientôt. Une nouvelle preuve que tous ces va-et-vient handicapent sacrément la série. La femme heureuse mais inquiète de la semaine dernière prend ses cliques et ses claques en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, direction Washington. Elle confie Evan à l'ex-femme de Robert et se la joue mystérieuse. Deux options s'offrent à nous : soit elle prépare un retour tonitruant en politique, mais ça irait à l'encontre de son discours depuis le début de la saison; soit son cancer est de retour et elle préfère n'inquiéter personne de sa famille. Le fait qu'elle dise à Sarah qu'elle ne sait pas bien quand elle va revenir précisément laisse entendre que la deuxième option est la plus probable. Mummys always come back... Y'a plutôt intérêt ! Sarah elle aussi est revenue de son business-trip (dont on apprendra rien, excuse bidon) et elle doit faire face à une Paige qui commence à avoir les hormones en feu ! Pas d'bol, tous ses amis sont homosexuels. C'est une constante à Pasadena vous remarquerez. Il y a un semblant de continuité avec le début de la saison où Paige faisait déjà des siennes mais c'est guère passionnant. Le talent de Rachel Griffiths est une fois de plus gâché.

    L'adoption d'Olivia prend plus de temps que prévu puisque la petite vole le portefeuille de Scotty et mange trop de bonbons (et ça commence à se voir... Juanita ?). Une complication bien peu subtile qui ne sert qu'à combler l'épisode puisqu'on en revient au même point en fin d'épisode. Heureusement que c'est mignon. L'ennui est total du coté de chez Saul et Richard Chamberlain. J'avoue que je n'ai pas fait d'effort pour m'y intéresser non plus. Pourtant, ce qui se dit sur l'évolution des moeurs est intéressant. Et puis on a eu droit à la deuxième partie de Justin's Anatomy et c'était encore plus nul qu'à l'épisode précédent ! Je ne sais même pas quoi en dire, désintérêt total. Pas le moindre lien avec les autres membres de la famille. Ce spin-off est bien maladroit.

vlcsnap_77171 vlcsnap_75343


// Bilan // "Merci pour les souvenirs" indique le titre de l'épisode. C'est le message qu'on a tous envie de faire passer à l'équipe de la série à ce stade. Merci pour tous les bons souvenirs mais merci aussi d'arrêter le carnage tout de suite. La fin de l'épisode laisse un semblant d'espoir...

44069764


08 janvier 2011

Brothers & Sisters [5x 11]

dnes_season4_brothers_justi

Scandalized // 7 85o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_73829 vlcsnap_72516

   Malgré mon très fort attachement aux héros de Brothers & Sisters, je me vois dans l'obligation de tirer la sonnette d'alarme. Cela fait déjà plusieurs épisodes que les intrigues stagnent et que la qualité décline. Celui-ci est sans doute le moins bon du lot. Aux abonnés absents : Sarah, qui ne m'a pas particulièrement manqué, Saul et Holly. Pour cette dernière, ça devient une habitude. Une très mauvaise habitude. Mais avec le départ de Rebecca, c'était couru d'avance ! Justin, en revanche, est présent. Mais dans une réalité alternative. Aucune intéraction avec les autres membres de sa famille, ce qui est un peu le concept de la série, mais tout un tas de scènes façon New York 911 pendant lesquelles monsieur l'ambulancier sauve des vies tout en roucoulant avec sa belle. Ca m'a profondément ennuyé d'autant que je ne trouve aucune alchimie particulière entre Dave Annable et Odette Yustman, pourtant sa femme dans la vie. Les passages médicaux n'étaient pas mauvais mais pas à leur place. On est dans Brothers & Sisters, pas dans Grey's Anatomy. Et puis l'accident auquel ils assistent ressemblait tellement à celui de Robert qu'on se demande comment le lien n'a pas été fait dans les dialogues, juste une évocation aurait suffit.

   Je me répéte depuis trois saisons mais c'est insupportable cette manie de faire des copains de Nora des bêtes à abattre au bout de trois ou quatre épisodes. Il y a toujours quelque chose qui cloche, on nous aura tout fait ! Le problème de Carl, c'est qu'il est super bizarre. Control freak notamment. A la base, il était pourtant charmant. Je sais bien que les apparences sont souvent trompeuses mais ça commence à bien faire. Et puis au-delà de ça, Nora passe de presque-amoureuse à résignée en l'espace d'un seul petit épisode et ce n'est pas très crédible. Je ne parle même pas de la manière dont se déroule la rupture : à la radio bien-sûr, pendant une de ses émissions. Mais il n'y a que sa famille et ses amis qui l'écoutent et qui interviennent à l'antenne ou quoi ? Dans le genre on avance à vitesse grand V tout à coup sans savoir pourquoi, l'intrigue adoption de Kevin et Scotty se pose là. Cela fait des lustres qu'on attend que ça arrive et quasiment en un épisode l'affaire est bouclée ! On se demande pourquoi ils ne sont pas allés plus tôt faire leur marché. Ca nous aurait évité quelques passages longuets dans les épisodes précédents, la saison dernière notamment. Il y avait quand même ici quelques jolies scènes, en particulier la dernière malgré son aspect "pays des bisounours". Kitty et Seth étaient là pour relever le niveau, avec une Cristine Rose en forme en guest. Seth n'est pas un personnage super bien écrit puisque son comportement n'est jamais vraiment le même d'un épisode à l'autre mais l'ensemble reste cohérent et mignon. Cela dit, sa mère a raison : il n'est qu'une distraction pour Kitty, qu'elle en ait conscience ou non... L'ambitieuse Kitty repointera forcément le bout de son nez tôt ou tard.

vlcsnap_39177 vlcsnap_77722


// Bilan // Brothers & Sisters a toujours brillé par sa qualité d'écriture et sa cohérence. Cet épisode n'était pas bien écrit et n'était pas cohérent. Ce n'était donc pas un épisode de Brothers & Sisters.   

44069764

18 décembre 2010

Brothers & Sisters [5x 10]

dnes_season4_brothers_kitty

Cold Turkey // 8 76o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_20088 vlcsnap_22712

   Les moments de fête comme Noël sont propices à la nostalgie et c'est ce sentiment-là qui m'a habité pendant le visionnage de cet épisode. Les Walker ont refait leur vie, ce qui nous a offert en début de saison de bons épisodes, avec une nouvelle dynamique et de nouveaux personnages parfois attachants. Depuis quelques épisodes, le soufflé est retombé et l'absence de Rebecca et de Robert se fait ressentir. On s'étonne presque de ne pas les voir débarquer à la fin de l'épisode lorsque tout le monde se retrouve dans la joie et la bonne humeur. Ils m'ont manqué, et Noël n'était pas tout à fait noël sans eux.

   Kitty et son étudiant, au fond ça me plaît. Jusqu'ici, à part coucher ensemble et rester des heures dans le canapé-lit, ils n'ont pas fait grand chose. Apprendre que la mère de Seth est la doyenne de l'université où travaille désormais Kitty n'est pas un grand bouleversement, d'autant que l'on n'a jamais vu Kitty dans l'exercice de ses fonctions. Ce n'est pas un reproche, je ne pense pas que ce serait très intéressant. Mais on ne peut pas baser une intrigue sur quelque chose d'aussi lointain. En tous cas, Seth, je l'aime bien. Il a une bonne répartie, de bonnes répliques : "There's so many of you and so few of me !". Cute. L'absence de Luc, au moins pour cet épisode, n'a pas permis à Sarah de briller, bien au contraire. Elle récolte la storyline la moins intéressante mais au moins, elle redevient plus ou moins celle que l'on connaît, la femme bossy qui n'a peur de rien, un peu aigrie sur les bords. Son job à la radio n'était pas une grande idée... Ojaï aussi me manque. Depuis le départ de Rebecca, c'est léger-léger pour Justin. Entre les épisodes où il n'apparaît pas du tout et ceux où il apparait à peine pour pas grand chose... Sa nouvelle romance avec -can't remember her name- débute doucement. C'est mignonnet, sans plus. Quant à Kevin et Scotty, que dire ? Les concernant en tant que couple, rien. Mais tant mieux, qu'on les laisse tranquilles et heureux. Par contre, la guéguerre pour organiser noël entre Kevin et Kitty était très amusante !

   Je n'ai pas tellement aimé la virée de Nora à Santa Fé avec son Karl, tout simplement parce qu'on savait dès le départ comment ça allait se terminer, et puis aussi parce que Karl a du mal à sortir de son rôle de psy. Nora a tendance à écraser le personnage qui n'en ressort pas grandi. Puis la Nora qui ne peut pas passer 1 heure sans un coup de fil d'un de ses enfants avant de devenir hystérique, c'est vu et revu. Et je ne sais pas quoi penser de son rêve... Je trouve toujours sympa ce genre de parenthèse "merveilleuse" mais ça ne colle pas tellement à Brothers & Sisters. A chaque fois qu'ils tentent ce genre d'extravagance (c'est-à-dire rarement), on prend surtout du plaisir à regarder les acteurs s'amuser mais ça s'arrête là. C'était l'occasion de revoir un peu Holly en tous cas, dont l'absence se fait beaucoup ressentir aussi ces derniers temps. Je ne vous ai pas parlé de Saul ? Effectivement. En fait, ses histoires me dépriment à chaque fois. Pas envie d'en parler. 

vlcsnap_30060 vlcsnap_33893


// Bilan // Brothers & Sisters nous offre un épisode de Noël correct, mais qui manque de saveur. Pour la première fois, je me rends vraiment compte que la série a un peu changé et qu'elle est devenue, quelque part, un peu moins bonne... Laissez-moi digérer cette information.

44069764

09 décembre 2010

Brothers & Sisters [5x 09]

dnes_season4_brothers_nora_

Get A Room // 7 54o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_56338

  Comme lors de l'épisode précédent, je suis très embêté quant au nombre d'étoiles véritable que mérite cet épisode de Brothers & Sisters, qui, il faut bien le dire, avait des faux airs de Desperate Housewives parfois qui ne m'ont pas beaucoup plu. On était encore dans une forme de burlesque un peu lourd qui est sauvé par les acteurs, toujours en forme, et par les personnages, qu'on ne peut décemment pas détesté même quand ils se lancent sur des sentiers qu'ils n'ont pas l'habitude de prendre. Prenez Sarah : depuis quand est-elle une Susan Mayer bis ? On ne l'a jamais connue particulièrement maladroite et la voilà qui enchaîne les mini-catastrophes pendant 42 minutes. Ca ne fait pas honneur au talent de Rachel Griffiths qui mérite mieux mais d'un autre coté, elle maîtrise très bien la comédie aussi et c'est agréable de la retrouver dans ce registre de temps en temps. Le véritable problème vient finalement de Luc, toujours extrêmement passif. Heureusement, il devrait disparaître le temps de quelques épisodes pour un voyage en Chine. Est-ce que les scénaristes trouveront une bonne intrigue pour combler Sarah entre temps ? C'est à souhaiter, tant elle n'est pas gâtée depuis le début de la saison 5 (oserais-je dire depuis le milieu de la saison 4 ?). A noter qu'il faudrait aussi en trouver pour Justin, Saul, Holly et David, absents de cet épisode. Je ne sais pas si c'est une histoire de coupe budgétaire qui est à l'origine de ces disparitions/réapparitions mais ça n'est pas dans les habitudes de la série non plus.

   Je me souviens d'un épisode de la saison 3 ("It's Not Easy Being Green") qui suivait déjà une trame semblable, à savoir les Walker tous réunis dans un même hôtel -sauf que c'était après une soirée bien arrosée- sans le savoir. On nous refait le coup mais de manière moins subtile. Evidemment, toutes les scènes de quiproquo sont très réussies, tout comme les passages coups de fil et les réunions "cellule de crise", notamment l'intervention de Sarah pour calmer Kevin, mais ce n'est pas vraiment Brothers & Sisters. C'est juste un divertissement sympathique. Depuis le début de la saison, j'aime assez ce qu'est devenue Kitty et je trouve que les scénaristes ont bien fait d'aller dans cette direction. Il était impossible de la lancer dans une nouvelle grande histoire d'amour aussi vite après Robert. L'idéal aurait été de traiter d'autre chose que de sa vie amoureuse pour changer, genre un retour à la politique ou quelque chose dans cet esprit. Non, à la place, elle enchaîne les aventures. C'est léger, c'est fun, un peu AllyMcBealien, je suis plutôt pour. Mais pourquoi tomber dans cette facilité du professeur qui couche avec un étudiant ? Et pourquoi toutes les femmes Walker deviennent à un moment donné de leur vie des cougars ? Sinon, je suis très déçu par Carl. Je misais beaucoup sur ce personnage, comme souvent quand on colle un nouvel intérêt amoureux à Nora. Mais ce n'est visiblement pas le bon. Il est passé d'homme presque parfait à névrosé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. C'était pénible de le voir se battre contre une Nora déchaînée sur la fin. Beaucoup de potentiel réduit à néant. Nora n'aura donc jamais le droit de retrouver le bonheur (et de dépoussièrer son vajayjay aussi).      

vlcsnap_51414


// Bilan // Si l'épisode précédent pouvait passer pour une parenthèse fun, celui-ci, dans le même esprit, laisse préjuger que la série est en train d'évoluer vers une direction qui ne lui ressemble pas et qui, surtout, ne correspond pas à nos attentes. Notre attachement aux personnages et aux acteurs est suffisamment fort pour passer outre pour l'instant, mais jusqu'à quand ?

44069764

20 novembre 2010

Brothers & Sisters [5x 08]

dnes_season4_brothers_nora_

The Rhapsody Of The Flesh // 8 6oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_166099 vlcsnap_168419

   Une cougar chez les Walker ! Si Brothers & Sisters se met aussi à céder aux effets de mode, que va-t-elle devenir ? C'est sans doute pour pallier à l'absence bien regrettable de Calista Flockhart que les scénaristes se sont mis en tête d'en faire des tonnes dans la comédie, quitte à verser dans le vaudeville digne d'une pièce de boulevard avec Jean Lefebvre (paix à son âme), Bernard Menez (paix à son... ah euh non) et Maria Pacôme (oui, pourquoi pas ?). L'arrivée de la mère de Luc, Gabriela Laurent, chamboule tout le monde et c'est essentiellement autour d'elle que l'épisode va s'articulier. Je n'ai rien contre Sonia Braga qui incarne ce personnage haut-en-couleur, quasi-nymphomane, mais elle en faisait vraiment des tonnes. Il me semble que les situations étaient suffisamment lourdes pour ne pas en rajouter ! Cela dit, par moment, c'était vraiment drôle. Et puis elle a l'avantage de ne pas tomber dans le cliché français puisque, comme Luc, elle ressemble plus à une mama italienne (je ne dis pas que Luc ressemble à une mama italienne hein, à un étalon italien surtout) qu'à ma mère quoi. Telle mère, tel fils : Gilles Marini n'a jamais été aussi mauvais. Et comble du ridicule: il joue encore plus mal en français, sa langue natale, qu'en anglais ! Ce n'est pas très étonnant en même temps. S'il avait fait carrière en France, à part dans Sous le soleil, je ne vois pas bien où il aurait pu atterrir. Les engueulades avec sa mère, en français non sous-titré s'il vous plait, en devenaient presque hilarantes tant c'était ridicule.

   La rivalité entre Nora et Gabriela a eu ses moments de bon et de moins mais c'était agréable à suivre dans l'ensemble. Mais ce que je retiens surtout, c'est que le Dr. Karl a beaucoup plus de potentiel que prévu et je l'imagine vraiment bien rester avec Nora longtemps. On sent que les scénaristes cherchent à remplacer Ojaï par autre chose, qui soit équivalent tout en étant différent, et cette station de radio pourrait bien faire l'affaire contre toutes attentes, bien que l'aspect familial soit beaucoup moins évident. Entre Nora et son futur amant, tous deux à la tête d'une émission, et Sarah qui risque de devenir leur nouvelle patronne, j'ai bien l'impression que l'on se dirige vers ça. Kitty pourrait même reprendre ses activités d'animatrice comme au bon vieux temps de la saison 1 quand on a fait sa connaissance. Je reconnais que je suis en train d'essayer de me convaincre. Je n'y crois qu'à moitié...

   Vous avez remarqué que Scotty était devenu le confident de tous les Walker ? Je trouve ça bien en tous cas. J'adore ce personnage, qui réussit je ne sais comment à ne pas être lisse. Cette fois, c'est Justin qu'il épaule dans sa lutte contre l'addiction... sexuelle ! Eh oui. Le petit dernier de la famille ne se droguant et ne buvant plus, il fallait lui trouver un autre problème. Heureusement, c'est plus léger pour le coup et ça fait du bien de le voir souriant. Après son histoire intense avec Rebecca, je ne le voyais pas repartir directement dans une nouvelle grande passion. En même temps, on ne devrait pas tarder à y avoir droit si les scénaristes sont fidèles à leur réputation ! Au passage, big up à "Captain Happy", "Little Big Man" et "The Magnificent Seven (Inches)" !      

vlcsnap_188997


// Bilan // Brothers & Sisters a inventé à travers cet épisode le concept de "la légéreté lourde". En gros, on en fait des tonnes pour détendre l'atmosphère et ça marche... un peu. On "Breathe Again", comme la chanson de Sara Bareilles à la fin de l'épisode le souligne, mais je crois que je préfère étouffer avec les Walker. C'est nettement plus enrichissant.

44069764


11 novembre 2010

Brothers & Sisters [5x 06 & 5x 07]

dnes_season4_brothers_kitty

An Ideal Husband // Resolved

8 15o ooo tlsp. // 8 7oo ooo tlsp.

44030377 // 44030376


vlcsnap_91098 vlcsnap_91015

   Kevin et Scotty. Le seul couple homosexuel stable de la télévision américaine. Quand je pense à Bob et Lee de Desperate Housewives, ou aux amourettes des quelques personnages gays qui parsément le paysage audiovisuel, je me dis que Brothers & Sisters aura au moins apporté une forme de normalité et de simplicité quant à la représantation de l'homosexualité et on pourra lui en être éternellement reconnaissante. Quand d'autres suivront enfin (Grey's Anatomy et Modern Family constituant à peu près les seuls autres exemples aujourd'hui), on aura toujours une pensée émue pour Kevin et Scotty, les "pionniers". Alors forcément, quand les scénaristes décident de les mettre en danger, on tremble à l'idée de les perdre, parce que c'est perdre aussi un peu d'espoir en même temps. Comme l'a dit Nora, et moi-même dans ma review précédente (Alain Delon sors de cette plume !), on ne peut pas toucher à ce couple pour la simple et bonne raison que tous ceux qui les entourent sont trop malheureux en amour pour qu'eux le deviennent également à leur tour. Il faut préserver un équilibre. Et puis pas eux quoi... Scotty est la seule pièce rapportée qui a vraiment réussi à s'intégrer aux Walker (si l'on exclut Rebecca pour les raisons que l'on connaît) et on insiste bien là-dessus dans ces deux épisodes en montrant combien ils tiennent tous à lui. Il trouve du soutien auprès de Justin, ce qui n'est pas très étonnant tant il a commis d'erreurs de son coté. Il ne peut que comprendre. D'autres sont plus vifs mais finissent par lui pardonner son écart (je pense à Saul et Sarah). Il se dégageait de cette intrigue une authenticité et une indéniable maîtrise. Beaucoup d'émotion aussi, surtout venant de la part de Kevin/Matthew Rhys. A la limite, Luke McFarlane était un ton en dessous. Mais on ne lui a pas demandé de fondre en larmes aussi... Je suis assez content que l'histoire ne traîne pas en longueur. Mais que raconter maintenant ?

   Je suis un peu déçu par la tournure que les événements ont pris pour Kitty et son Jack. Il est parti trop vite. On commençait à s'attacher. D'un épisode à l'autre, il est devenu prise de tête, trop sérieux. Il ne faisait plus rêver personne. C'était baclé. Mais on savait depuis le début que Jack ne serait qu'un rebound guy. Chapeau aux scénaristes qui ont presque réussi à nous faire croire le contraire, comme Kitty en fait. Je suppose donc que Kitty trouvera un nouveau prétendant d'ici deux ou trois épisodes. Après le rebelle musclé au grand coeur, à quoi doit-on s'attendre ? Pendant un instant je me suis dis qu'elle pourrait flasher sur le futur de Nora ! Mais tout compte fait, ce serait une mauvaise idée. Je suis très content de revoir John Terry, alias le Christian de Lost, et encore plus du fait qu'il soit associé à Nora. La radio n'était donc bien qu'un prétexte pour lui faire rencontrer d'autres hommes et accessoirement l'occuper. A ce propos, j'avais peur que désormais chaque épisode débute et se termine par un monologue au micro, façon Men In Trees. Ce n'était qu'un one-shot visiblement. Il me plait bien ce monsieur en tous cas. J'espère qu'il restera plus longtemps que les autres celui-là ! Au moins autant que Luc, qui ferait bien de déguerpir lui. C'est dingue comme les scénaristes ne cherchent pas l'intégrer mieux au clan Walker. Il est souvent absent des réunions de famille et quand il est là il est plus transparent qu'autre chose. C'est vraiment problématique mais la bonne nouvelle c'est que Sarah semble enfin se bouger. La popote, ça va bien deux minutes.

   Justin et David ? Mouais. On a dû mal à ressentir une quelconque complicité entre ces deux-là. Les scène qu'ils ont partagé n'étaient pas mauvaises mais c'était plat. En plus, Holly est un peu mise à l'écart au final et c'est à mon avis à elle qu'il faudrait davantage s'intéresser et ainsi creuser cette belle intrigue qui ne réussit pas à décoller. depuis qu'elle a été lancée sauf lors du passage de Rebecca. Ca devient quand même compliqué de justifier la présence d'Holly si Rebecca n'est pas là. Je sens que le personnage va apparaître de moins en moins. Et ça m'embête beaucoup car je l'adore cette bonne vieille fripée de Patricia Wettig ! L'apparition d'Odette Yustman, la compagne de Dave Annable dans la vie, sentait vraiment le coup arrangé pour faire plaisir aux acteurs. Il n'y a rien à en retirer et a priori on ne reverra plus ce personnage...      

vlcsnap_72020 vlcsnap_99436


// Bilan // Toujours quelques couacs regrettables, une finesse d'écriture qui se perd un peu, mais un plaisir immense intact. Je ne suis pas prêt d'abandonner les Walker ! C'est eux qui me lâcheront les premiers.

44069764

01 novembre 2010

Brothers & Sisters [5x 05]

dnes_season4_brothers_nora_

Call Mom // 8 21o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_87805 vlcsnap_86126

  Mon amour pour les Walker ne doit pas m'empêcher d'être objectif. C'est pourquoi j'ai décidé, objectivement, de pointer du doigt tout ce qui n'allait pas dans cet épisode. Mais ne vous inquiétez pas, j'ai quand même passé un excellent moment en leur compagnie... Sally Field a un talent monstre et c'est ce qui a permis à son personnage de toujours s'en sortir même quand ses intrigues n'étaient pas particulièrement inspirées. Je pense surtout à ses multiples débuts d'histoires de coeur qui n'ont jamais rien donné sur le long terme. Le pire étant, si je me souviens bien, le prof de littérature en saison 2. Ca faisait quelques temps qu'elle n'avait pas eu d'intrigue bien à elle, rien qu'à elle, et cette histoire d'émission de radio ne m'a pas convaincu. Son duo avec Debra Monk était amusant mais le déroulement était trop prévisible et terminer sur un discours dont seule Nora a le secret n'était pas une bonne idée. J'ai l'impression que désormais, tous les épisodes se terminent comme ça. Ca devient répétitif et facile. Du coup, l'émotion attendue en prend un coup aussi. Je me demande maintenant comment son émission de radio va être intégrée à la série. Il serait sans doute préférable de ne pas trop insister là-dessus, à moins qu'elle ne se trouve un potentiel amant dans les couloirs de la station !

   Je me rappelle très bien des débuts du couple Sarah/Luc en saison 4. C'était fun, romantique sans être niais, frais... Puis il y a eu cette histoire de passeports imbuvable et en ce début de saison 5, ils ne m'inspirent plus grand chose. J'en suis venu à espérer que Luc trompe vraiment Sarah avec une serveuse. Juste pour qu'il fasse au moins une fois quelque chose de mal ! Il est vraiment trop gentil, vraiment trop lisse. Ca devient gênant. Manque de pot, on est parti dans une toute autre direction puisqu'on a eu droit à la demande en mariage ! Le passage obligé chez les Brothers & Sisters dès qu'on se sent heureux avec la personne que l'on aime. Oui bon, il parait que ça se passe souvent comme ça dans la vie aussi. Le personnage de Sarah souffre grandement de tout ça, ça ne lui ressemble tellement pas de faire de la couture et la cuisine. Puis Gilles Marini a atteint ses limites. Disons que son charme ne fait plus effet, il ne reste donc plus qu'un piètre acteur avec des abdos qu'il montre dès qu'il peut. En matière de muscles, on est pas mal servi aussi par Jack, le petit nouveau à qui l'on pourrait bien s'attacher. A la base, je ne pensais pas qu'il était un candidat sérieux pour ravir le coeur de Kitty mais je commence à voir les choses différemment... J'aime bien ce duo, et j'adore cette Kitty rayonnante. Je la veux encore un peu comme ça, avant que la foudre ne s'abatte une fois de plus sur elle.

   Les affaires sérieuses reprennent du coté de Kevin et Scotty. Et là, les scénaristes ont réussi à nous prendre tous par surprise ! Scotty aurait trompé Kevin il y a quelques mois. Je me suis toujours dit que si l'un des deux devait tromper l'autre, ce serait Kevin. Raté ! Cela dit, on ne sait pour le moment rien des circonstances de cette erreur donc je me garderai bien de juger. C'est en tous cas une intrigue à fort potentiel émotionnel. Rien qu'en quelques secondes, j'ai senti les larmes monter. De toute façon, je suis persuadé qu'on ne nous cassera pas ce couple. Pas après Kitty et Robert, et Justin et Rebecca. Juste un gros couac qui les rendra plus forts et qui les aménera enfin vers l'adoption. Pas grand chose à dire sur Justin qui erre avec sa douleur entre Ojaï et Pasadena. Qu'on le laisse respirer un peu par pitié.

vlcsnap_102522 vlcsnap_100671


// Bilan // Il y a certainement beaucoup de reproches à faire à cet épisode mais, au final, je crois que je l'ai quand même beaucoup apprécié.

44069764

19 octobre 2010

Brothers & Sisters [5x 03 & 5x 04]

dnes_season4_brothers_justi

Faking It // Righteous Kiss

8 9oo ooo tlsp. // 8 86o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_100723 vlcsnap_102484

   Avancer. Grandir. Après tous les drames traversés, après toutes les douleurs, les héros de Brothers & Sisters ne peuvent qu'aller de l'avant. Sans doute parce que ce thème me touche tout particulièrement aujourd'hui, ces deux épisodes m'ont beaucoup parlé et beaucoup ému. Les Walker ont su mettre les mots justes sur certaines choses que je pouvais ressentir, et que vous ressentez vous aussi sûrement. C'est un peu notre lot à tous d'apprendre à avancer sans trop regarder en arrière. Ça m'agace. Cette série me force toujours à être impudique. Kitty a enfin droit au bonheur semble-t-il. J'avais peur que l'après-Robert soit difficile à gérer pour les scénaristes. C'était un vrai challenge. Jusqu'ici, c'est un sans fautes. C'est agréable de retrouver la Kitty des débuts de la série : très amusante, légère. J'adore son nouveau chez elle, à Ojaï. On respire mieux. Tout est plus naturel, et plus doux, et plus simple. Son plombier, qui tombe totalement dans le cliché sans que ce soit gênant, me plaît bien. On se doute qu'il ne restera pas longtemps dans sa vie, parce que ce n'est pas le genre d'homme qu'il lui faut, mais ce pourrait être une jolie parenthèse. De quoi la remettre en selle ! J'ai adoré le jeu de Calista Flockhart (oui, comme d'habitude). Elle m'a énormément rappelé Ally McBeal en fait, avec son soufflé, sa fuite puis son abandon. C'est très enthousiasmant en tous cas, et on peut remercier une fois de plus les scènes au téléphone, inlassablement drôles. C'est beaucoup moins excitant du coté de Sarah. Ça n'a jamais été mon personnage préféré mais ce qu'elle est en train de devenir ne me plaît vraiment pas. Par moment, j'avais l'impression de me retrouver devant du sous-Desperate Housewives (imaginez le truc quoi !) ou du sous-Parenthood même. L'angle parents/jeunes enfants n'a jamais été très exploité dans la série et on comprend pourquoi. Ce n'est tout simplement pas dans le ton. C'était loin d'être horrible à regarder mais juste pas super bien écrit et absolument pas original. De toute façon, je vois mal Sarah rester dans ce rôle bien longtemps... Et tant mieux !

   Le retour de Rebecca, je l'attendais avec impatience et je le redoutais en même temps. Est-ce que sa sortie est à la hauteur du personnage ? Sans l'ombre d'une hésitation : oui ! Elle m'a ému aux larmes mais j'étais heureux de la voir se tourner vers de nouveaux horizons. On sait qu'on ne la quitte pas pour de bon en plus. Elle reviendra forcément. En fin de saison, ou en fin de série. Ou l'année prochaine (car je crois de plus en plus à une saison 6). Les scénaristes se sont très bien débrouillés pour expliquer son départ. Il paraît complètement logique du coup. Justin et elle sont toujours très amoureux mais le temps a passé et surtout, le temps de se retrouver n'est pas venu. Ils ont trop de choses à accomplir l'un sans l'autre. La scène dans la cuisine au petit matin était bouleversante, tout comme celle où Justin s'effondre dans les bras de sa mère. J'ai peut-être moins aimé les passages entre Rebecca et Holly. Comme dans les épisodes précédents, je trouve que cette intrigue manque de force mais je n'arrive pas à savoir pourquoi. La prestation de Patricia Wettig est plus que correcte, les dialogues sont bons... C'est peut-être l'idée même des trous de mémoire qui me déplaît. C'est tellement dirigé contre Rebecca en fait que ça en devient suspect. Holly se rappelle de tas de choses sauf de sa fille. Mais pourquoi ? J'aimerais une explication à laquelle m'accrocher. J'aime beaucoup le rôle de David dans l'histoire en tous cas, sa bienveillance. Et la scène entre Holly et Nora était magnifique. De toute façon, quand elles sont réunies ces deux-là... Au passage, j'ai bien aimé l'intrigue chirurgie esthétique parce qu'elle était assez osée finalement. On se doutait bien que Nora ne sauterait pas le pas, ça ne lui ressemble pas et je suis à peu près sûr que Sally Field aurait mis son véto. Mais c'était fun. Du coup, une question me taraude : est-ce que vous pensez que Patricia Wettig a déjà eu recours à la chirurgie ? J'aurai tendance à dire que oui, pour ses seins surtout qui tiennent drôlement bien la route encore, mais son visage ? Elle a quand même pas mal de rides, un cou bien abîmé... Je la trouve superbe en tous cas. Sally Field vieillit aussi très bien.

   Miracle : on a rencontré un mec de Saul ! C'est pas trop tôt. Je suis assez content que Stephen Collins ait été choisi pour l'incarner, même si ça n'a duré qu'un épisode. Malgré 7 à la maison, c'est quand même un bon acteur. Il l'a prouvé dans Private Practice l'an passé, maintenant ici. Je suis triste pour Saul en tous cas. Apparemment, il est condamné à finir ses jours malheureux et seul. C'est quand même pas de chance de tomber sur un homme qui a perdu son ancien compagnon à cause du SIDA ! Kitty doit tenir de lui. Vraiment les rois de la poisse chez les Walker ! Au milieu de tout ça, Kevin et Scotty sont au repos. Enfin pas tant que ça. Ils papillonnent un peu dans toutes les intrigues et c'est très bien comme ça. Scotty reste pas mal en retrait. J'espère qu'une petite intrigue va lui tomber sur le coin du nez quelque part dans la saison. Il a encore des histoires à régler avec ses parents, en particulier sa mère si je ne m'abuse... 

vlcsnap_103664 vlcsnap_227627


// Bilan // Le temps n'a pas d'emprise sur les Walker. Je crois qu'au bout du compte, y'a pas d'autres séries qui m'ont touché et qui me touchent autant, systématiquement.

44069764

11 octobre 2010

Brothers & Sisters [5x 02]

dnes_season4_brothers_nora_

Brief Encounter // 9 17o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_32450 vlcsnap_51012

   Il y a deux types d'épisode dans Brothers & Sisters : ceux qui font avancer les intrigues, en général de manière dramatiquement fabuleuse et émouvante, et ceux, plus légers, qui ne font pas avancer grand chose mais qui vous amuse, vous donne la pêche, comme un feel-good movie. On pourrait avoir tendance à trouver ceux de cette dernière catégorie plus faciles et moins intéressants mais je n'en suis pas si sûr. C'est difficile de faire rire et peut-être encore plus dans un drama que dans une comédie où tout est fait pour ça. L'avantage de Brothers & Sisters, c'est qu'elle a brillamment réussi à le faire ces quatre dernières années. On est habitué à ce qu'elle soit bonne aussi là-dedans. D'ailleurs, quand on regarde bien, ce sont toujours les mêmes ressorts qui sont utilisés. Les imbroglios téléphoniques notamment. C'est curieux mais chez moi, ça fonctionne toujours à merveille. On sait parfaitement à quoi s'attendre mais la magie reste intacte. Puis il y a toujours un petit quelque chose qui fait toute la différence. En l'occurence, c'est l'introduction de Paige dans ces scènes. Elle est devenue une vraie petite adolescente, assez caricaturale, mais on nous y a pas mal préparé ces derniers temps et comme un an a passé, ça ne m'a pas choqué. Ce n'était pas la partie la plus passionnante de l'épisode mais c'était sans doute la plus réaliste.

   Celle de Kevin et Scotty par exemple est beaucoup moins réaliste, et je ne vois pas bien où les scénaristes veulent en venir. J'aimerais que l'histoire avec Matteo s'arrête là mais je crains qu'on ne nous l'impose encore quelques temps. D'un autre coté, si elle n'est pas plus creusée, je ne vois vraiment pas du tout son intérêt. Heureusement, Nora s'en est mêlée et une fois incorporée au reste, elle ne faisait pas tâche. Nora nous a fait du grand Nora, ce qui est rassurant après son égarement lors du Season Premiere, parfaitement légitime et très bien écrit. N'empêche que c'est cette Nora-là qu'on adore, celle qui se mêle de tout et qui distribue les bons et surtout les mauvais points à la fin. La scène des quatre vérités balancées à chacun de ses enfants était un peu redondante par rapport à celle de l'épisode précédent mais nécessaire. Puis c'est son rôle après tout. Je ne vais pas relever chaque moment d'émotion et chaque instant comique mais je crois qu'on a tous beaucoup ri lors de cette réplique mémorable : "I'm not a lesbian, i'm a florist !". C'était énorme ! Et chapeau aussi à Calista Flockhart qui a enfin pu exercer ses talents comiques après de longs mois de tragédie. Elle était excellente, sans surprise. La prestation de Patricia Wettig est particulièrement admirable également mais son intrigue souffre presque d'un manque de puissance dramatique. Je pense que les scénaristes en gardent sous le coude pour le retour de Rebecca et ils n'ont sans doute pas tort.   

vlcsnap_40014 vlcsnap_35324


// Bilan // Brothers & Sisters est avant tout une dramédie et cet épisode est là pour nous le rappeler. Un genre peut parfois prendre l'avantage sur l'autre mais ils co-habitent le plus souvent à merveille.

44069764

30 septembre 2010

Brothers & Sisters [5x 01]

dnes_season4_brothers_justi

The Homecoming (Season Premiere) // 9 5oo ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_228529 vlcsnap_216009

   Pendant ces longs mois d'absence, je pensais Brothers & Sisters perdue. J'avais presque fait mon deuil des Walker. C'est mon coté prévoyant. Et pessimiste. Toutes ces annonces de départ, cette 5ème saison réduite... ça sentait tellement la fin. Et puis après avoir vu ce Season Premiere, je n'ai plus de doute. Cette année sera peut-être la dernière des Walker, mais elle sera, j'en suis intimement convaincu, à la hauteur des précédentes. Il ne peut en être autrement. Ils ne m'ont jamais déçu, pourquoi maintenant ? Les scénaristes ont réussi quelque chose d'unique : se servir de la technique dite du "bond dans le temps" sans se rater. C'est peut-être ce qui me faisait le plus peur et j'ai été agréablement surpris et séduit. Je dirais même que c'était la meilleure solution qui s'offrait à eux pour faire suite aux événements tragiques de la fin de la saison 4. Nous nous sommes donc retrouvés dans la peau de Justin. Nous avons nous aussi raté un an de la vie des personnages et le moment était venu de renouer avec eux, de les redécouvrir et de retomber amoureux d'eux même si on n'a jamais cessé de les aimer.

   Les scènes bouleversantes se sont succédées et dès les dix premières minutes, j'étais déjà en larmes. C'est l'effet Sally Field, et l'effet Dave Annable, et l'effet Calista Flockhart. Ils sont quand même incroyables... Je suis heureux de m'en émerveiller toujours. Je ne m'habitue pas à leur excellence. Il ne faut pas ! La nouvelle Nora était saisissante de sagesse (très dur à prononcer, essayez), digne. Je crois que j'aurai aimé la voir dans cet état un peu plus longtemps. Le moment où Justin lui a demandé de redevenir la meilleure maman du monde m'a achevé. Je vous jure que je me laisse emporter à tel point que pour moi, Dave Annable est le fils de Sally Field. C'est indiscutable. Il y a une telle osmose. De la même manière, toutes les scènes réunissant Justin et Kitty étaient d'une puissance folle. Cette capacité à toujours trouver les mots justes... Bien-sûr, j'avais tué Robert dans ma tête depuis longtemps. Il était en réalité dans un état végétatif et Kitty ne pouvait se résoudre à le quitter pour de bon. Ce qu'elle a dit à ce moment-là à Nora était poignant. On n'a pas vu Robert, si ce n'est sa main, pour des questions de production bien-sûr mais le problème a été contourné avec intelligence. Qu'il n'apparaisse pas à contribuer à une certaine pudeur bienvenue. De la même façon, on n'a pas assisté à son enterrement. Ce n'était pas nécessaire et ce n'était pas frustrant. La dernière scène de Kitty seule sur le bord de la route suffisait. Calista Flockhart était d'ailleurs magnifique.

   Le départ d'Emily VanCamp est également négocié avec brio. Elle n'apparaît pas ici mais son absence semble parfaitement logique. Elle me dérange dans le fond parce qu'elle m'inquiéte pour l'avenir (et si l'on se souvient bien, la série a commencé à vraiment décoller lors de l'arrivée de Rob Lowe et d'Emily VanCamp quasiment simultanément). J'imagine mal la série sans eux. Quelles séries réussisent à transformer ses faiblesses en forces ? Quelles séries dîtes-moi ? L'état de Holly est l'amorce d'une intrigue intéressante et originale. Elle a perdu la mémoire et vit dans le passé. M'est avis qu'elle aura besoin d'un nouveau choc fort pour se remettre les idées en place, mais quelque chose de plus doux quand même qu'un carambolage ! J'ai hâte de voir Patricia Wettig et Emily VanCamp partager leurs dernières scènes (avant les prochaines). Chez Kevin et Scotty, le divin enfant n'est jamais arrivé. Deux fausse-couches, pas d'enfant. Kevin a trop souffert et a abandonné l'idée. Pas Scotty. Je suis un peu déçu qu'on ne les laisse pas être heureux et accéder à leur désir. J'ai peur que les scénaristes n'osent pas et ce serait vraiment triste quand on voit tout ce qu'a fait la série pour la représentation des homosexuels à la télévision. Monter un couple d'hommes parents est peut-être une étape qu'ils n'ont pas réussi à franchir (ou qu'ABC ne les a pas laissés franchir ?). Toujours est-il que la nouvelle adoption qui se profile ne m'enchante guère. Cette intrigue n'est pas subtile du tout. C'est la seule de l'épisode d'ailleurs. Sarah est à peu près heureuse de son coté si ce n'est qu'elle a des envies de France. Comme si elle pouvait quitter la Californie et sa famille ! Cette saison, il va falloir penser à imposer Luc de manière plus massive. Les affiches en boxer, c'est très très bien mais ce n'est pas suffisant. Un mot enfin sur Saul qui vit une passion amoureuse que l'on découvrira à l'écran plus tard je l'espère. C'est bien de penser un peu à lui et de ne pas en faire des caisses sur le SIDA.

vlcsnap_202604 vlcsnap_200520


// Bilan // Brothers & Sisters nous revient tout en finesse et en larmes, parce que non ce n'est pas incompatible. Ce Season Premiere touche à la perfection et il a d'autant plus de mérite qu'il n'a pas choisi la facilité.  Qu'est-ce que je les aime ces Walker, qu'est-ce que je les aime !

44069764