20443688 (2)

FEED ME

Comédie (Single-Camera) // 22 minutes

44030377

"The goal of sexual intercourse" (Pilot) Ecrit et produit par Sally Robinson (Dirt). Réalisé par Michael Trim (Weeds, Orange Is The New Black, Parks And Recreation). Pour NBC, Universal Television & Witt-Thomas Productions. 42 pages.

Emma et Will, la cinquantaine, se sont aimés, se sont mariés, ont fait des enfants, mais aujourd'hui leur couple dont tout le monde enviait la stabilité bat de l'aile. Elle ne sait plus très bien si elle l'aime encore. Lui la trompe avec une femme bien plus jeune. Lorsqu'elle le découvre, dans des circonstances dramatiques, toute la famille d'Emma, ses parents, ses frères et ses belles soeurs, s'unissent malgré leurs différends pour l'aider à traverser cette épreuve... 

Avec Mary-Louise Parker (Weeds, A La Maison Blanche, Angels In America, Red), Ethan Peck (10 Things I Hate About You), Ed Quinn (Eureka), Toks Olagundoye (The Neighbors), Andrea Parker (Le Caméléon, Desperate Housewives), Hart Bochner (The Starter Wife, Piège de Cristal), Debra Monk (Grey's Anatomy, Damages)...

 

   Non, ce n'est pas une erreur. Ceci est bel et bien une comédie. Dans le format en tout cas. Enfin une comédie noire. C'est ainsi que le show a été présenté lors de son développement et je vous le confirme : noir c'est noir. Feed Me est plus proche dans l'esprit de Weeds, Nurse Jackie, United States Of Tara ou encore The Big C, qui parvenaient tout de même à être plus légères, bref tout ce dont nous a régalé Showtime pendant plusieurs années, que de n'importe quelle autre comédie de network, de NBC ou d'une autre. En fait, je n'ai pas le souvenir d'avoir ri une seule fois à la lecture de ce script. Il m'a ébloui par son intelligence et sa finesse, mais certainement pas par son humour. Je ne sais pas ce qui a pris à NBC de commander ce pilote, ni même de le développer en premier lieu, mais le patron de la chaîne, ancien président de Showtime, n'a clairement pas compris qu'il avait changé de crèmerie...

   C'est un pilote difficile à décrire tant il est étrangement construit, même pour une série du câble d'ailleurs. Il commence dans une église par un dialogue face caméra entre Ned, l'un des fils de la famille, le plus jeune, très séduisant, homme à femmes, et une vieille nonne, que l'on ne reverra plus et dont on entendra plus parler. Et le texte est très flou, mêlant préceptes religieux et allusions sexuelles. Le sexe est au centre de ce premier épisode -mais pas nécessairement de la série en devenir- comme son titre l'annonce : "The goal of sexual intercourse". La phrase qui revient tout au long des 22 minutes, prononcée par l'héroïne, Emma, est d'ailleurs la question suivante : "What is the goal of sexual intercourse?" Elle la pose à tous les membres de sa famille, à son mari aussi avant qu'il ne fasse une crise cardiaque alors qu'il baise sa maîtresse dans un motel. Chacun a une réponse différente à apporter, de la plus idiote et simpliste à la plus élaborée, et chacun révèle à travers elle un pan de sa personnalité et sa philosophie de vie. "Sex doesn't have a goal" pense Will. "To fold your soul into the soul of another until there is no separateness and you see the Divine" répond Ned. "It changes as we change" déclare sa belle soeur. "To free ourselves from the burden of self-awareness and embrace the nameless passion of life" selon une infirmière de l'hôpital où Will est admis. "The goal is to release the tension" estime le père d'Emma. Le portrait de chaque protagoniste principal est magnifiquement écrit, avec une grande sensibilité. C'est très agréable à lire, très classieux, très littéraire. Mais ces mots, les futurs téléspectateurs ne les liront ni ne les entendront jamais. Malgré tout le talent du réalisateur, je ne vois pas comment il pourrait exprimer toutes ces idées en images.

    Emma est un personnage assez fascinant, très éloigné de Nancy Botwin -ce serait un plaisir de découvrir Mary-Louise Parker dans un autre registre- une prof de maths à l'esprit très cartésien, dévouée à son mari, déprimée depuis que ses enfants sont partis de la maison, qui souffre de quelques troubles obsessionnels compulsifs, qui a la manie de faire des listes pour tout, qui n'a plus eu d'orgasmes depuis des années alors elle simule... de plus en plus sujette aux idées noires, elle subit la tromperie de son mari avec un mélange de force, de désespérance et de soulagement qui la pousse presque à commettre l'irréparable en le débranchant du moniteur qui le tient en vie. Mais elle ne le fait pas. Will, quant à lui, est -je cite car je trouve ça très beau- "an explorer without an expedition, a poet without words". On pourrait le détester mais on a au fond de la pitié pour lui. Il a l'air de se sentir très seul, très malheureux, le coeur vide. Je ne vais pas vous faire le portrait des cinq ou six autres personnages mais ils sont en tout cas tous en dehors des clichés habituels des comédies familiales. Ils sont ambivalents, sur la brèche, assurément d'une grande richesse mais pas forcément très sympathiques. Les répliques aussi sont riches, fortes, référencées. On est en plein dans un film américain indépendant, un film d'auteur, comme en témoigne par exemple ce passage : "You think she won't tell me? Did you see what that girl did to Yves Montand? Dug him up out of his grave for a DNA sample. He was dead, but he wasn't finished being a father. She pulled him out of his final resting place, how about that? It's never over." C'est moins percutant hors contexte sans doute, mais avouez que c'est inattendu. C'est du HBO. 

   Le pilote élégant de Feed Me est une présentation très soignée d'une famille dysfonctionnelle moderne dans toute sa splendeur, avec ses contradictions, ses douleurs, ses doutes, qui dégage cependant beaucoup d'amour. On a envie de s'attacher à eux car ils font appel à la partie la plus sombre qui dort en nous. Mais ce n'est en aucun cas une série de network. Un Parenthood super dark. D'ailleurs, elle raconte au fond quelque chose de si banal qu'elle ne trouverait certainement pas non plus preneur sur le câble. Peut-être sur une chaîne comme Sundance Channel à la limite. Feed Me est un bijou déjà mort né.