20443686

FRESH OFF THE BOAT (aka FAR EAST ORLANDO)

Comédie (Single-camera) // 22 minutes

44030377

Ecrit par Nahnatchka Khan (Don't Trust The Bitch in Apartment 23, Fatrick). D'après le livre d'Eddie Huang. Produit par Jack Kasdan (New Girl, Ben & Kate, Bad Teacher). Pour ABC & 20th Century FOX Television. 

Le quotidien d'une famille chinoise issue de la première génération d'immigrants Taïwanais aux Etats-Unis dans les années 90, lorsqu'ils quittent le Chinatown de Washington D.C. pour Orlando en Floride. Tandis qu'Eddie, un ado dopé au hip-hop et à la culture américaine, tente de trouver sa place dans son collège où il est le seul asiatique, son père a bien du mal à attirer des clients dans son restaurant et sa mère à s'habituer à ses nouvelles voisines...

Avec Hudson Yang, Constance Wu, Randall Park (Veep), Paul Scheer (The League), Forrest WheelerRachel Cannon (Underemployed), Ian Chen...

 

   L'an dernier à la même époque, je ne tarissais pas d'éloges sur le script du pilote de The Goldbergs (à l'époque intitulé How The Hell Am I Normal?), à la fois tendre, amusant et authentique. Et le résultat final a été à peu près à la hauteur de mes attentes, tout comme les quelques épisodes suivants que j'ai vus. D'ailleurs, il s'agit à ce jour de la seule nouvelle comédie lancée par ABC qui ait réussi à s'installer et trouver son (petit) lot de fidèles. Je suis sûr qu'elle a un bel avenir devant elle, à la manière de la discrète mais vaillante The Middle. Trophy Wife a eu moins de chance, mais qualitativement, elle est pourtant loin d'avoir démérité (tandis que Super Fun Night s'est transformée en déception assez rapidement et que Mixology méritait mieux). Fresh Off The Boat s'inscrit dans la lignée de The Goldbergs (et The Middle), en troquant les années 80 contre les années 90.

   Tout comme Fatrick, l'autre pilote de la créatrice de Don't Trust The B**** en compétition cette année (mais chez FOX), la seule véritable déception qu'a pu me procurer Fresh Off The Boat c'est un relatif manque d'audace. J'aurais aimé que certaines blagues soient un peu plus osées. Il y a quand même deux-trois insinuations grivoises qui m'ont plu, mais on va dire que tout cela reste très familial, très gentil, très Disney. Et ce n'est pas vraiment un reproche en fait. Je crois qu'ABC est ici dans son rôle, dans ce que le public attend d'elle, et on ne peut pas lui reprocher de commander ce type de pilotes/séries. Quand elle ose des choses un peu plus en marges, du type The Neighbors ou justement Don't Trust The B****, elle se vautre. Finalemement, celle qui s'en sort le mieux en étant pas trop consensuelle c'est Suburgatory. Et encore. Elle a perdu de son mordant au fil du temps et elle n'est plus très loin de l'annulation ! Bref, avec tout ça je ne parle toujours pas précisément de Fresh Off The Boat.

    Au-delà du fait que ce pilote est rythmé, très souvent drôle et évite toujours de tomber dans la niaiserie de justesse, il met tout de même en avant un clash culturel extrêmement intéressant et rarement montré à la télévision. La population américaine originaire d'Asie est silencieuse. On la voit peu, on l'entend peu, elle est pourtant bien là. A bien moindre échelle, c'est comme à Paris où tous ces chinois/japonais vivent mais "n'existent pas" car on ne leur donne jamais la parole et, à vrai dire, ils n'ont pas l'air de la demander non plus. Dans un sens, ça veut certainement dire que leur intégration se passe bien et c'est tant mieux. Celle de la famille Huang n'en est qu'à ses balbutiements dans ce pilote, elle se fait très en douceur et il ne fait aucun doute qu'elle finira par réussir, mais pour l'heure elle est très amusante à suivre, aussi bien du côté des enfants, où c'est finalement assez banal -le weirdo habituel- que de celui des parents, qui l'est déjà un peu moins. Il faut dire qu'avoir choisi la Floride pour situer la série ajoute une dimension un peu surréaliste à l'histoire. Parce que les habitants de la Floride sont eux-mêmes hors-normes, "bigger than life". Je pense surtout aux nouvelles amies de la mère, des Real Housewives avant l'heure, obsédées par faire du roller toute la journée pour garder la forme, tout en commentant le dernier épisode de Melrose Place ! On devrait vraiment se marrer avec elles... La maman elle-même est le personnage le plus drôle -tiens tiens, comme dans The Goldbergs- tandis que le papa, un peu mou du genou, met plus de temps à convaincre. La grand-mère, malgré son silence, est très prometteuse. 

   Fresh Off The Boat a toutes les cartes en main pour devenir le The Goldbergs de la saison prochaine : la petite comédie fort sympathique et attachante qui ne mobilise pas les foules mais qui a de l'amour et de l'humour à revendre. Et il en faut des comme elle !