20443688 (2)

ALLEGIANCE (aka COERCION)

(aka M.I.C.E. - Money, Ideology, Coercion, Ego-)

Drama // 42 minutes

44030377

Créé par George Nolfi (Ocean's Twelve, La vengeance dans la peau, L'agence). Adapté de la série israëlienne The Gordin Cell. Pour NBC, Universal Television, Keshet Broadcasting, Tedy Productions. 66 pages.

Alex O'Connor, un officier de l'armée décoré devenu un agent de la CIA brillant, ignore que ses parents et sa soeur aînée sont des espions Russes pour le compte d'une cellule dormante qui vient juste d'être ré-activée. Ils doivent désormais espionner leur propre fils alors qu'une attaque terroriste est sur le point de tuer des milliers d'américains...

Avec Gavin Stenhouse, Hope Davis (The Newsroom), Margarita Levieva (Revenge, Toy Boy), Kenneth Choi (Le Loup de Wall Street, Sons Of Anarchy), Annie Ilonzeh (Arrow, Charlie's Angels) .. 

   

   La capacité des networks -et plus particulièrement de NBC- à copier les succès des autres est effarante et contre-productive. Du moins dans 90% des cas. Coercion est un croisement entre Homeland et The Americans, qui n'aurait certainement jamais existé sans elles. Mais pour tout dire, Coercion n'aurait surtout jamais vu le jour si Hatufim, qui a inspiré Homeland, n'avait pas inspiré The Gordin Cell... qui a inspiré Coercion. Et puis The Gordin Cell a été diffusée un an avant The Americans soit dit en passant. En attendant, on peut cracher autant qu'on veut sur ce système, face à un script comme celui de Coercion, on ne peut qu'applaudir ! Pour la petite histoire, NBC avait déjà tenté d'adapter ce projet la saison dernière avec notamment Peter Berg (Friday Night Lights) à la production. Je ne pense pas trop m'avancer en disant que c'est parce que cette deuxième version est plus tournée vers l'action que la chaîne a été davantage séduite. Homeland et The Americans sont d'excellentes séries (surtout la première à mon sens) en partie parce qu'elles s'intéressent aussi au portrait psychologique de leurs personnages. Sur un network, où les minutes sont comptées et où le téléspectateur zappe plus vite que son ombre, il est toujours plus difficile de se le permettre de manière aussi appronfondie. J'ai le sentiment que Coercion trouve un bon équilibre entre action et psychologie. 

   Le pilote s'ouvre sur une pendaison dans une aciérie abandonnée qui n'a finalement pas lieu... mais la victime ne gagne pas vraiment au change : elle est brûlée vive dans un four, sous l'oeil mi-fasciné, mi-terrorisé d'une dizaine de personnes réunies pour bien leur faire comprendre que si elles n'obéissaient pas aux ordres du KGB, elles seraient elles aussi sacrifiées de la même façon. Ambiance. Cette scène est d'autant plus importante qu'il faut attendre la fin du premier épisode avant de comprendre qui était vraiment l'homme massacré par rapport à nos héros et quelle était la nature de sa trahison. La suite du pilote alterne brillamment les scènes d'action et/ou de tension -interrogatoire musclé, course-poursuite en voiture... les ingrédients classiques de l'espionnage- avec des scènes familiales nous faisant découvrir peu à peu des héros touchants mais ambivalents, autour desquels l'étau se resserre de plus en plus jusqu'au cliffhanger, qui sonne aussi bien comme un soulagement que comme une nouvelle épreuve. La nouvelle d'une longue liste à venir !

   Le scénariste parvient ainsi à créer une véritable empathie vis à vis de personnages dont on perdrait presque de vue qu'ils sont des espions Russes, des ennemis de l'Amérique, des gens qui ont probablement engendré la mort de tas d'américains par le passé. Et si Katya et Mark, les parents, sont dans une impasse et n'ont pas d'autres choix que de reprendre leurs activités, leur fille aînée, Natalie, est moins difficile à convaincre. Leur cacherait-elle des choses ? S'était-elle vraiment retirée de l'espionnage pendant six années ? Il semblerait bien que non. Et l'homme avec qui elle entretient une liaison, un certain Victor, n'y est probablement pas étranger. C'est lui qui est chargé d'annoncer aux O'Connor qu'ils doivent reprendre du service. En revanche, d'espionner leur propre fils, c'est leur idée à eux ! Une solution désespérée pour le sauver. Coercion résulte donc d'une histoire complexe mais parfaitement compréhensible, qui annonce de nombreux rebondissements, d'inéluctables trahisons, au sein même de la cellule familiale. C'est déjà passionnant au stade du pilote. 

   Les intéractions entre Alex et le reste de sa famille sont rares dans ce premier épisode car on suit le parcours du personnage au sein de la CIA, dont il ne fait partie que depuis 17 jours. Et il s'est déjà fait remarquer par ses supérieurs, non seulement par son intelligence et son ingéniosité, mais aussi par son comportement étrange. Il nous est ainsi révélé qu'Alex est depuis son enfance un garçon "différent" : il a été muet jusqu'à l'âge de six ans, alors qu'il savait parfaitement parler; il a été un cancre à l'école, refusant de lire et d'écrire, alors qu'il en était tout à fait capable... Il a visiblement vécu un traumatisme, qui n'est pas explicité mais qui, selon les indices que j'ai pu déceler au fur et à mesure, a à voir avec la mort éventuel d'un frère ou d'une soeur, sous ses yeux, à moins qu'il ne s'agisse d'un enlévement. Quelque chose de cet ordre-là en tout cas. Ce qui pourrait d'ailleurs expliquer que la famille ait choisi de cesser de travailler pour le KGB. Mais pour en revenir à Alex, il fait un peu penser à cette chère Carrie Mathison, l'obsession en moins. C'est le même type de personnage. Une relation intéressante se noue entre Alex et l'une des co-équipières, Julia. C'est léger à ce stade et je ne sais même si ce rôle va gagner en importance mais il a du potentiel. J'ai d'ailleurs un peu l'impression que beaucoup de personnages nous sont présentés dans le but de pouvoir en tuer plusieurs au cours de la saison. 

   Le script du pilote de Coercion est extrêmement prometteur, bien qu'il manque parfois de subtilité, pressé par le temps puisqu'il faut allier présentations et rebondissements. Il nous fait miroiter une série d'espionnage d'une grande efficacité avec ce qu'il faut de complexité, mais aussi une série familiale tordue. Si je n'étais pas si pemissimiste concernant les projets hyper feuilletonnants sur les networks, je dirais qu'elle est l'exemple parfait d'une série grand public de qualité, qui souffrira forcément de la comparaison à Homeland mais cette comparaison n'a, à mon sens, pas lieu d'être. Elles ne jouent pas dans la même cour car les paramètres ne sont pas les mêmes. Par contre, si elle est commandée, NBC a tout intérêt à annoncer une saison de 13 épisodes maximum sur le modèle du câble pour ne pas épuiser ses ressources.