12 février 2014

Stalker [Pilot Script]

20443690 (1)

STALKER aka Stalkers Unit

Drama // 42 minutes

44030376-bis

Ecrit et produit par Kevin Williamson (The Following, Vampire Diaries, Dawson, Scream). Pour CBS, Outerbanks Entertainement & Warner Bros. Television. 56 pages.

 Environ six millions de personnes sont victimes de harcèlements chaque année aux Etats-Unis. Rejet, vengeance, jalousie excessive, trouble obsessionel en sont les causes principales. Tout le monde peut en être victime, tout le monde peut potentiellement devenir un stalker un jour. Les nouvelles technologies et les réseaux sociaux multiplient les dangers, les tentations et les moyens de parvenir à ses fins. Une unité spéciale de la police de Los Angeles est chargée d'enquêter sur toutes les plaintes de harcèlements à l'encontre de politiciens ou d'employés de la ville et de l'état de Californie. Elle sert aussi de consultante au FBI, à la CIA et aux services secrets. Beth Davis, autrefois victime elle-même, est à la tête de ce département...

Avec Dylan McDermott (The Practice, American Horror Story, Hostages), Mariana Klaveno (True Blood, Devious Maids)... (casting en cours)

 

    Il y a deux ans, souvenez-vous, The Following (d'abord titré Mastermind) était LE Projet qui buzzait lors de la saison des pilotes et qui était quasi-assuré d'arriver à l'antenne quelques mois plus tard, d'autant plus quand Kevin Bacon a accepté d'en incarner le héros. J'avais moi-même été époustouflé par le scénario du pilote (à lire ICI), puis plus que convaincu par le résultat filmé (voir ICI). La suite de cette aventure est une autre histoire... Kevin Williamson est déjà de retour avec un nouveau projet, cette fois pour CBS, dont l'existence a été tenue secrète jusqu'à ce qu'un pilote soit commandé. Au-delà du fait que Kevin Williamson est Kevin Williamson, que tous ses pilotes se sont transformés en séries, je comprends parfaitement pourquoi la chaîne s'est emballée pour Stalkers Unit (titre provisoire). Ce pilote est redoutable d'efficacité, dans la pure tradition de la chaîne. Mais ce n'est pas du tout le Kevin Williamson que j'aime, que peut-être vous aimez vous aussi.

   Je dois dire que ça commençait pourtant très très bien. La scène inaugurale est parfaite. Du Williamson pur jus. On pense à d'ailleurs à celle de Scream instantanément. Une nuit, sur une colline de Los Angeles, non loin des lettres de Hollywood, une jeune femme apeurée reçoit le coup de téléphone menaçant d'un homme dont elle semble reconnaître la voix. Elle raccroche. Il rappelle. Une silhouette apparaît au loin, se rapproche de plus en plus. "Tonight's the night, Kate". L'homme sort de l'ombre, il porte un masque couleur chair. Elle s'enfuit. Il la poursuit, l'attrape. Il pulvérise du gaz sur son visage, sur son corps. Il sort un briquet. Elle parvient à lui échapper. Elle rentre dans sa voiture. Elle pense qu'elle a ses clés, mais il les lui a subtilisées. Elle ferme manuellement les portières. Il les rouvre avec la clé. Il noie la voiture d'essence. Elle klaxonne, elle crie. Personne ne l'entend. Il jette des allumettes sur la voiture. La pousse. Le véhicule en flammes dévale la pente et finit par se crasher contre une cabine téléphonique. Il explose, Kate à l'intérieur. Boum ! N'est-ce pas amazing comme coup d'envoi ? J'aurais voulu que la suite soit aussi palpitante !

   Kevin Williamson n'a jamais vraiment fait de série procédurale. Elles étaient toutes feuilletonnantes. Il y a seulement Glory Days (Lîle de l'étrange) en 2002 -pour WB, avec Poppy Montgomery et Emily VanCamp- qui contenait des enquêtes du jour, mais la part mythologique était très importante. Et c'était à la demande de la chaîne que la série avait été retravaillée pour devenir policière, écartant au passage le personnage incarné par Kirstie Alley dans le premier pilote produit. 10 ans plus tard, j'espère que c'est l'inverse qui va se produire : que CBS demande à Kevin Williamson de revoir sa copie en y ajoutant davantage de feuilletonnant ! Ok, c'est très improbable. Mais c'est vraiment dommage. Avec The Good Wife ou Person Of Interest, la chaîne a montré qu'elle était capable de faire autre chose que du CSI et du NCIS à n'en plus finir. Stalkers Unit n'a pas cette ambition et se présente plus comme une sorte de New York Unité Spéciale plus moderne. Je peux être client sur quelques épisodes de temps en temps, mais pas sur une saison entière. Pas si les scénarios s'attachent plus aux cas présentés -aussi bien écrits soient-ils- qu'aux détectives qui mènent l'enquête. 

   On comprend très vite que l'héroïne, Beth -que j'aurais bien vu incarner par Jennifer Carpenter, j'avais d'ailleurs son visage en tête presque malgré moi en lisant le script- a un passé douloureux et il y a plein de choses à dire là-dessus. Mais pas tout de suite. J'espérais un cliffhanger sur le sujet. Même pas ! Elle a simplement gagné un stalker. C'est presque trop facile, trop attendu. Mais ça peut éventuellement donner de bonnes choses dans les épisodes suivants. Le petit nouveau de l'équipe, Jake, est quant à lui une déception constante. Au-delà du fait qu'il est drôle, qu'il a de bonnes répliques, qu'il installe une dynamique intéressante avec Beth et le reste de l'équipe -ce qui est déjà pas mal, certes- il nous est présenté au départ comme lui-même un potentiel stalker. Or, il s'avère -et on le devine très rapidement- que la femme qu'il suit partout est son ex et que tout ce qu'il veut c'est revoir sa fille, même de loin, même à travers l'objectif d'un appareil photo, rien que quelques secondes. C'est touchant mais ça s'arrête là. Est-ce qu'il est prêt à aller plus loin, à virer au harcèlement ? Possible, mais Williamson ne fait rien pour nous le faire comprendre. Les autres membres de l'équipe du TAU (Threat Assessment Unit) -qui existe vraiment mais sous un autre nom- ont bien peu de choses à faire et rien ne transparait de leur personnalité pour le moment. La grosse enquête du jour est donc menée avec brio, énergiquement. Le dénouement est relativement surprenant, quelques scènes sont bien creepy comme il faut. On ne s'ennuie pas, on se laisse facilement prendre au jeu. 

   Le pilote de Stalkers Unit est redoutable d'efficacité dans son genre, mais extrêmement frustrant tant il semble déboucher sur une série ultra-classique. Je doute en plus que le sujet du harcèlement permette un renouvellement des cas à l'infini. Si le show est commandé par CBS, il sera à surveiller de près mais il faudra plus que le pilote pour convaincre les sériephiles de s'y intéresser. J'espère que Kevin Williamson ambitionne secrètement d'en faire une série hyper feuilletonnante une fois la dynamique installée... 

Posté par LullabyBoy à 19:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,