14 mai 2013

Grey's Anatomy [9x 23]

vlcsnap_2012_09_30_13h53m55s60

Readiness Is All // 8 970 000 tlsp.

44030377


 vlcsnap_2013_05_13_22h39m15s179 vlcsnap_2013_05_13_22h39m55s67

   On se plaint pendant quelques semaines qu'il ne se passe pas grand chose dans Grey's Anatomy -même si ce n'est pas tout à fait vrai : pas grand chose de super excitant serait plus juste- et l'épisode introduisant le final nous en met plein les yeux, plein la tête et plein le coeur ! Oops, Shonda Rhimes dit it again! Si les nouveaux internes doivent se contenter de petits morceaux d'intrigues pas particulièrement accrocheurs -mais nécessaires- car uniquement centrés sur leur évolution professionnelle, les "historiques" sont tous servis avec du drama comme on l'aime dès qu'ils tournent la tête. Enfin presque tous. Si je reconnais qu'il ne fallait pas trop en faire autour du cas Bailey, je pensais quand même que l'on aurait droit à quelque chose de plus consistant. Là, je ne vois vraiment pas où les scénaristes veulent nous amener en dehors d'un éventuel retour  à la normale qui nous ferait nous exclamer : "Tout ça pour ça !?". Eh oui. Peut-être peut-on admettre que, parfois, une intrigue n'a pas nécessairement besoin d'être étirée sur la longueur pour être signifiante dans le parcours du personnage concerné. Il est fort possible que Miranda ne vive plus son métier tout à fait de la même façon après ce qui s'est passé. Mais la vie continue, les malades affluent, elle doit remonter en selle et pardonner illico presto Richard pour ce qu'elle considère comme une trahison mais qui n'en est pas vraiment une. 

   Meredith est enceinte... Elle tombe dans les escaliers... Oh wait? On nous ressort du placard le plus vieux twist des soaps comme ça, sans vergogne ? Non ! Les auteurs s'amusent juste à nous faire peur et essayent, en vain, de nous faire croire que l'héroïne et son McBaby sont en danger. Son accouchement ne pouvait évidemment pas se dérouler normalement et certainement pas en dehors de la période cruciale du season finale ! Je sais que la saison se terminera dans la joie pour le couple. Je ne me fais aucun souci là-dessus ! Cela ne m'a pas empêché de ressentir comme de l'effroi lorsque le visage de la future maman s'est décomposé et de fondre devant les dernières scènes du couple, toujours aussi mignonnes. Cristina va-t-elle elle aussi devenir mère la semaine prochaine ? Mais non. Mais non. Hein Shonda que c'est non non non ? Cristina va juste redevenir célibataire et ce sera bien. Et peu importe si Owen devient père ou pas d'ailleurs. C'est vers ce chemin qu'ils se dirigent, désormais conscients l'un comme l'autre qu'ils n'en ont plus pour très longtemps. Tout ce que j'attends de leur séparation, c'est qu'elle soit déchirante. Comme les précédentes. Et plus encore ! Parce qu'il faut que ce soit la dernière et qu'elle reste gravée dans nos mémoires. 

   April ! Matthew ! Mais qu'est-ce qu'ils sont ultra cute ces deux-là ! Totamement délirante et émouvante cette demande en mariage tout sauf conventionnelle. J'ai cru à un rêve d'April au début. Mais pas surprenante. Ca fait des semaines que j'en parle. Matthew a beau être un gentil garçon, ça le démange clairement dans le bas du ventre et il préfère se marier à une fille qu'il connait finalement très peu plutôt que d'attendre encore pour tremper son biscuit. Sous couvert bien sûr d'avoir trouver son âme soeur. Pourquoi est-ce que je deviens cynique alors que j'adore ce genre d'histoire ? Allez savoir. Ca fait du bien une scène comme celle-là. Quant au nuage Jackson, il n'est pas tout à fait dissipé, il ne faut pas rêver, mais la tempête va peut-être l'emporter un peu plus loin quelques temps. J'ai quand même peur d'un truc : Crazy Shonda ne pourra pas s'empêcher de  sortir sa faucheuse préférée et nous tuer quelqu'un dans le final. Et désolé de le dire : Matthew est un candidat sérieux à l'élimination. L'acteur n'est pas régulier, ils ont eu leur moment de joie intense avant le final et non pendant, et April crie à pleins poumons dans la bande-annonce... Mais ce n'est peut-être qu'un leurre. Je l'espère en tout cas. N'arrachez pas Matthew à April comme ça. Ce serait vraiment trop dégueulasse. Tuez plutôt Leah :-)

   Suite au cliffhanger de l'épisode précédent, on pouvait s'attendre à une très grosse colère d'Alex mais les scénaristes ont préféré créer la surprise en faisant de Jo une jeune fille plus perturbée et violente que prévu. A moins d'un aveu en guise de rebondissement dans le final, c'est elle qui a envoyé Jason à l'hôpital après qu'il l'ait frappée et non Alex. Intéressant. Le parallèle entre les deux personnages est évident : Alex était Jo il y a quelques années, mais il a grandi et il n'est plus une brute épaisse. Il a d'autres défauts, une liste longue comme ça même, mais reconnaissons-lui une meilleure maîtrise de ses pulsions. Il a deux-trois trucs à apprendre à Jo. Et elle à lui, certainement. Pile au moment où il allait enfin confesser son amour, un arbre lui a coupé la parole et a accessoirement défoncé la vitre. Allez, on repousse le moment au prochain épisode.  Ce qui n'a pas été repoussé, c'est le craquage total d'Arizona ! Avec Lauren, elles n'auront pas mis beaucoup de temps  à se tourner autour. Il faut dire que la jeune femme est plutôt du genre entreprenante, tout en sachant très bien que sa cible est mariée et maman. Cela ne fait probablement pas d'elle une bonne personne. Mais on l'aime quand même. Parce qu'on aime Hilarie Burton (pour moi c'est une révélation, pour d'autres c'est une évidence). Evidemment c'est super moche pour Callie et on ne souhaite pas qu'elles se séparent mais ce hook-up est si excitant... Elles sont comme deux adolescentes / deux personnages de Grey's Anatomy façon les jeunes années. C'est rafraîchissant.

vlcsnap_2013_05_13_22h40m56s169 vlcsnap_2013_05_13_22h41m23s179


// Bilan // Et la magie renaît alors que la tempête se prépare... A travers ce bel épisode, Grey's Anatomy nous fait la promesse que la saison 9 se terminera dans les larmes, celles de nos héros et les nôtres, qu'elles soient de panique, de tristesse ou de joie. Il n'en faut pas plus pour faire battre mon petit coeur un peu plus fort à l'idée d'y être déjà. Je file chercher mon coupe-vent et je reviens !

 

En bonus, la poignante reprise "I'm Gonna Be (500 Miles)" par Sleeping At Last 


Bates Motel [1x 08]

vlcsnap_2013_04_01_13h20m28s65

A Boy And His Dog // 2 710 000 tlsp.

44030376

Par Ronan.


vlcsnap_2013_05_13_23h45m18s132 vlcsnap_2013_05_13_23h44m15s13

   Bates Motel la joue pépère pour ce 8ème épisode. Mais de petits indices disséminés laissent penser que les scénaristes font doucement monter la pression et ajoutent des pièces au puzzle pour nous offrir un final sur-le-cultant. Enfin, espérons-le. Car, si ce n'est pas le cas, la série perd de sa superbe depuis le 1x 06. En résumé : c'est moins pire que l'épisode précédent, mais c'est moins plus meilleur que tout le début de saison !

   Norman s'est découvert une nouvelle passion : la taxidermie. Cette passion est une conséquence de son échec sentimental avec Bradley, un moyen de se réfugier un peu plus dans un monde bien à lui. Et c'est le papa d'Emma qui s'y colle pour lui apprendre l'art de l'empaillage. C'est certainement aussi pour Norman l'occasion de trouver une figure paternelle de substitution ou, plus simplement, un peu de testostérone dans une vie dominée par sa mère. Mais jusqu'où cette passion conduira-t-elle Norman ? Est-ce qu'elle interviendra macabrement dans l'épisode final ? Allez savoir ... En tout cas, Norma ne voit pas vraiment d'un bon œil ce passe-temps. Elle ne voit pas non plus d'un très bon oeil le fait que l'une des enseignantes de Norman conseille à ce dernier d'aller chez un psychiatre. Aussi décide-t-elle de prendre les choses en main et d'accompagner son fiston chez le dit psychiatre. C'est l'occasion d'une scène drolatique mais révélatrice de la relation castratrice existante entre la mère et le fils. Le tout est plutôt bien amené mais parions que cet essai psychanalytique sera unique ! Les acteurs, eux, jouent leur partition avec une folie qui fait plaisir à voir. Mais attention de ne pas leur écrire des situations trop convenues et peu fines car leur jeu pourrait paraître parodique (c'est la sensation que j'ai eu lors d'une scène avec Vera Farmiga que je trouve pourtant grandiose).

   Norma a également d'autres chats à fouetter durant cet épisode, mais son caractère "je-sais-tout-je-maitrise-tout" l'amène à commettre de nombreux impairs : le premier auprès du Shérif qui, pour la première fois, va montrer un visage menaçant (deviendra-t-il le grand méchant de l'histoire d'ici la fin de la saison ? Allez savoir ...), le second auprès de M. Abernathy. En effet, après avoir bêtement cru qu'elle n'avait rien à craindre de ce mec à l'allure pourtant franchement patibulaire, elle comprend à ses dépends que ce dernier la conduit droit dans le mur. La tension entre les deux personnages va crescendo, entre menaces, laissant supposer que nous ne connaissons qu'une partie de l'affaire Keith Summers, jeux de cache-cache ridicules et scène finale croquignolette !! Jere Burns (qui incarne le fameux Abernathy) n'a pas beaucoup d'effort à produire pour paraître inquiétant. Le montage, la musique et les lumières sont là pour parfaire son expression monolithique.

   Si Bradley est toujours discrète - mais conne - durant cet épisode, Emma, elle, continue de gagner nos cœurs. Qu'elle gaffe, qu'elle soit maladroite, qu'elle défende bec et ongle Norman, elle nous touche de plus en plus à chaque scène. Mais les scénaristes - pour la première fois si mes souvenirs sont bons - nous rappellent que la petite Emma a une santé bien fragile et qu'elle est condamnée à court terme. Est-ce qu'il lui arrivera quelque chose dans l'épisode final ? Allez savoir...

   Pendant ce temps, poussé imperceptiblement par son abruti de collègue, Dylan prend de plus en plus au sérieux son rôle de chef des coupeurs de joints. Sa dernière mission est de ramener à White Pine Bay toute une bande de joyeux drilles embauchée pour cueillir les précieuses plantes qui font voir des éléphants roses. Et Dylan a l'excellente idée de demander à Norma d'héberger toutes ces gentilles personnes au motel. Notons au passage que Gil ne semble pas être le chef suprême de cette bande de malfaiteurs. Saurons-nous de qui il s'agit lors du final ? Allez savoir...

   Comme vous avez pu le lire, il y a donc eu de nombreux micro-évènements au cours de cet épisode. Cependant, il manquait le liant qui fait tout le sel de la série : les relations entre les différents personnages. Pour le moment, chacun vit sa storyline plus ou moins dans son coin, pataugeant solitairement dans son propre marasme. C'est pourquoi on a cette impression d'un épisode -faussement- tranquille. On sent bien qu'il se passe des choses mais elles semblent s'accumuler sans lien entre elles. C'est d'autant plus dommage que tous les protagonistes sont attachants ou antipathiques et que quasiment aucun ne laisse indifférent. Alors pourquoi se priver d'interactions entre eux ? A moins que ce ne soit pour organiser des retrouvailles pétaradantes lors du dernier épisode de la saison ? Allez savoir... On peut tout de même signaler que la série doit absolument parfaire ses intrigues secondaires afin qu'elles ne soient pas seulement des prétextes évidents pour faire se croiser les différents anti-héros de Bates Motel.

vlcsnap_2013_05_13_23h45m34s31 vlcsnap_2013_05_13_23h45m46s146


// Bilan // Entre la passion macabre de Norman, ses pétages de plombs réguliers et les pétages de plomb réguliers de sa mère, les copains drogués de Dylan qui pieutent au motel, M Abernathy qui rode violemment dans les parages, le Shérif qui la joue beaucoup moins cool et Emma qui perd son souffle, tous les ingrédients semblent se réunir pour nous préparer, très doucement, un 1x 10 aux allures de cocktail molotov. Si tel n'est pas le but de cet épisode, alors il y a un gros souci !

Posté par LullabyBoy à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,