04 février 2013

Do No Harm [Pilot]

Do_No_Harm_Poster_NBC_Season_1

Pilot // 3 100 000 tlsp.

44030375_p

 

What About ?

Le combat quotidien d'un neurochirurgien dont le dangereux alter ego menace de céder à la folie à tout moment et ainsi détruire son équilibre personnel et professionnel...

Who's Who ?

  Créé par David Schulner (The Event, Trauma, Kings). Réalisé par Michael Mayer (Smash). Avec Steven Pasquale (Rescue Me, Up All Night), Alana De La Garza (New York District), Phylicia Rashad (The Cosby Show), Michael EsperRuta Gedmintas,Mousa Kraish...

So What ?

   Après The Mob Doctor, qui tentait d'introduire des éléments du thriller à la série médicale classique -et qui a échoué lamentablement- Do No Harm fait plus ou moins le même pari, mais en s'appuyant sur la mythique histoire de Dr. Jekyll & Mr Hide, comme pour se donner d'emblée plus d'assurance et de consistance. Et elle échoue aussi, mais un peu moins lamentablement. L'ambitieuse idée aurait pu faire l'objet d'une mini-série en cinq ou six épisodes. Là, peut-être aurait-elle tenu ses promesses ? Steven Moffat l'avait apparemment brillamment réussi pour la télévision anglaise avec son Jekyll il y a quelques années. Mais dans un format drama habituel, avec un pilote de 42 minutes qui se doit à la fois de présenter efficacement non pas un mais deux héros, et de mettre en place une histoire complexe, rien ne fonctionne car rien n'est creusé. Mais ce serait trop facile de se contenter de blâmer les circonstances. Après tout, avec un pitch pas si différent et tout aussi audacieux, si ce n'est plus, Awake avait fait des merveilles l'an passé. Le fait est que Do No Harm est ratée parce qu'elle est mal écrite. 

   Lorsque l'on se lance sur une thématique comme celle du double, il est primordial d'éviter à tout prix le manichéisme en opposant un personnage profondément bon à un personnage profondément vil. Do No Harm fait cette erreur dès le départ en ne proposant aucune nuance. Le Dr Joe Cole est un bourreau de travail et un chirurgien d'exception, comme tout médecin de télévision qui se respecte. Il est apprécié, tant par ses collègues féminines, charmées par sa beauté et sa bonté, que par ses patients, pour qui il a forcément beaucoup d'empathie. Ian Price, son double maléfique, est un fêtard à la libido insatiable, qui violente les femmes et qui mijote des plans diaboliques par se venger de son alter ego qui l'a fait taire pendant cinq ans à coup de médicaments. Ni l'un ni l'autre ne sont attachants, car ni l'un ni l'autre ne bénéficient d'un portrait subtil. Les transitions qui permettent au personnage de passer de l'un à l'autre de ses états sont ridicules. On est dans une imagerie qui relève plus du fantastique, comme s'il allait se transformer en loup-garou. Cela aurait pu être intéressant si la série ne s'était pas prise au sérieux et n'avait pas cherché à s'ancrer dans une certaine forme de réalisme. C'est loin d'être le cas ! Du coup, Steven Pasquale, un acteur relativement neuf qui aurait pu s'épanouir dans ce rôle et se faire connaître, se démène du mieux qu'il peut pour donner vie à ces deux visages, mais c'est peine perdue. Les dialogues ne sont vraiment pas à la hauteur, tout particulièrement en début d'épisode. Le script est paresseux, mal agencé. La scène d'ouverture est particulièrement ratée. Il aurait fallu commencer sur quelque chose de plus frappant qu'une opération somme toute classique. On nous demande d'accepter des choses improbables sans les contextualiser, les expliquer. L'auteur a voulu en garder sous le pied pour plus tard et se refuse donc à nous montrer des moments clés du passé du personnage qui nous auraient pourtant aider à le comprendre. La réalisation tient à peu près la route, en revanche. Les personnages secondaires ne sont d'aucune utilité puisqu'ils n'apportent strictement rien à l'univers de la série. Pas même la jolie Alana de la Garza, convaincante mais pas suffisamment pour que l'on s'attache au possible futur couple.

   Do No Harm manque de caractère et de personnalité, un comble quand on bâtit son histoire sur un héros qui doit assumer une double identité. Ce pilote nerveux avance douloureusement et ne laisse jamais entrevoir le potentiel d'une grande série. Il faudrait être maso pour s'en infliger un deuxième épisode... 

What Chance ?

 En réalisant le plus mauvais score pour le lancement d'une nouvelle série sur un des 4 grands networks de toute l'histoire, on pourrait presque s'étonner que NBC n'ait pas annoncé l'annulation de Do No Harm dans la foulée ! Une chose est sûre : la sentence devrait tomber très rapidement...

How ?



Posté par LullabyBoy à 12:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,