20082551

Saison 2, 9 épisodes // 3 760 000 tlsp.

44030376_bis


 

vlcsnap_2013_01_13_11h38m14s111 vlcsnap_2013_01_13_11h38m12s83

   Sans grande difficulté, on peut dire que la deuxième saison d'Episodes est plus réussie que la première. On peut même aisément ajouter qu'elle es devenue plus drôle que 30 Rock, dont les deux dernières saisons sont assez affligeantes et ont largement perdu de vue l'aspect "coulisses de la télévision" pour davantage se pencher sur les amourettes de ses personnages principaux. Ici, Episodes a trouvé le juste milieu. Les deux sujets sont traités sur un pied d'égalité et s'entremêlent obligatoirement puisque Matt Le Blanc couche avec la femme -aveugle- de son boss et ce même boss couche -toujours- avec sa directrice de la fiction. Cela engendre des parallèlismes intéressants et tout finit par se rejoindre et se savoir dans le final. Ce vaudeville -parce que c'est exactement ce que c'est- aurait pu devenir très lourd sur la longueur mais sur 9 petits épisodes, ça fonctionne parfaitement ! Parmi mes coups de coeur, je dirais que toutes les blagues sur le handicap de Jamie m'ont fait beaucoup rire. Jamie manque de tomber dans une marre à un enterrement. Jamie joue au golf... C'est cruellement délicieux. Son mari, Merc Lapidus, ne vaut pas un Jack Donaghy mais il se défend très bien, avec ses coups de colère légendaires agrémentés de noms d'oiseaux au kilomètre. C'est à se demander pourquoi John Pankow est si peu présent à la télévision depuis l'arrêt de Dingue de Toi. Il assure ! Sa relation avec Carol est intéressante, puisque l'on ne comprend jamais très bien ce qu'elle fait avec lui. On aimerait dire que c'est de la "promotion canapé" -et ça a peut-être commencé comme ça- mais elle a l'air d'en être sincèrement amoureuse. Sa rebellion progressive au fil de la saison fait plaisir à voir, jusqu'à la libération dans le final, avec un sacré cadeau en prime : la place de son désormais ex ! De manière générale d'ailleurs, ce dernier épisode était très réussi, dans une tonalité différente des précédents, clairement plus dramatique avec une réalisation et un montage particulièrement soignés. Pour en revenir à Carole, c'est de loin mon personnage préféré de la série ! Elle est vraiment attachante. Ses appels téléphoniques sont toujours un grand moment. Kathleen Rose Perkins est une star de la comédie en devenir. Je le sens ! Carol a en plus réussi à décoincer un peu Beverly en créant un lien d'amitié avec elle. En gros : elle est indispensable à Episodes

   La relation compliquée entre Beverly et Sean est évidemment au centre de la saison, mais le fait qu'ils soient séparés les rend bien plus supportables : Sean m'a fait rire lorsque Morning s'est entichée de lui; et Beverly m'a disons... amusé quand elle a osé accepter un date avec le frère de Morning, joué par James Purefoy. Lui n'a une fois de plus pas brillé, mais Tamsin Greig a enfin pu se lâcher un peu plus à l'écran. L'évolution du "couple" au fil des épisodes reste néanmoins assez prévisible. C'est un peu moins vrai pour Matt et Jamie, surtout qu'il y a la stalker de l'acteur qui vient brouiller les pistes à un moment donné, mais ça marche quand même assez bien et ce que j'en conclus c'est que les personnages sont devenus plus réels dans cette saison 2 et plus attachants. Matt reste un OVNI parce que la caricature de l'acteur à l'égo démesuré n'est jamais très fine, ni réussie, mais c'est autre chose que Tracy Jordan ! De là à faire gagner un prix à Matt Le Blanc... Oui oui, il a remporté le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie l'an passé ! Autre point fort appréciable : les auteurs ont beaucoup moins joué -voire pas du tout- sur les différences entre le mode de vie anglais et l'American way of life. C'était devenu lourd en saison 1 et ça tournait déjà en rond ! Le petit plus qui les a rendus plus sympathiques malgré eux : leur assistante totalement incompétente, une version allégée d'April dans Parks And Recreation. On ne pouvait que compatir face à ses réflexions toutes plus idiotes les unes que les autres.

vlcsnap_2013_01_13_11h42m40s211 vlcsnap_2013_01_13_11h41m58s43

   Et sinon, les coulisses de la télévision dans tout ça ? Je n'ai vraiment pas été déçu sur cet aspect. Là où ils restaient parfois encore un peu timides en saison 1, les scénaristes ont foncé en saison 2 ! A partir du moment où le pilote de Puck est commandé en série et que le tournage commence, ils prennent un plaisir fou à égratigner dès qu'ils peuvent les dirigeants de chaine et de départements. On est bien évidemment dans la caricature, mais ça sent le vécu. Je ne peux pas l'assurer, n'observant ce milieu que de très loin, mais il me semble qu'Episodes propose au final un portrait assez réaliste de la situation actuelle des networks. On insiste beaucoup sur le rapport aux audiences, sur la pression exercée sur les producteurs et les scénaristes pour aller le plus possible là où le public est censé vouloir qu'ils aillent selon "des études" toujours un peu nébuleuses. Le poids de Matt Le Blanc devient même un sujet de railleries et de discorde. Ca m'a d'ailleurs fait penser à ce cher Nathan Fillion, qui va sûrement finir par exploser. Mais ABC n'a pas l'air de vouloir qu'il maigrisse à tout prix puisque ça fait deux saisons que c'est comme ça... Comme quoi ! Non et puis il y a tout ce discours sur les 18/49 ans, sous-jacent, sur lequel j'aurais aimé qu'ils insistent davantage. La lâcheté des puissants est soulignée par le fait que Beverly et Sean sont toujours ceux qui doivent annoncer les mauvaises nouvelles aux acteurs. Enfin il y a des tas de choses qui m'ont fait beaucoup rire. Je ne parle même pas des réunions entre responsables, toujours tordantes, et du sort sans pitié qui est réservé à Merc Lapidus parce qu'un show à succès lui est passé sous le nez. Comment ne pas penser à tous ces anciens d'ABC ou de NBC qui se sont fait virer pour les mêmes raisons ? C'était d'ailleurs très marrant de passer par le site Deadline pour annoncer la nouvelle. Ce site a une véritable influence dans le milieu maintenant. Nikki Finke peut ruiner une carrière si elle le veut !

vlcsnap_2013_01_13_11h35m49s195 vlcsnap_2013_01_13_11h36m39s186


// Bilan // Le plus triste avec Episodes, c'est que tout ce qu'elle raconte, à peu de choses près, est vrai. Mais le plus amusant, c'est qu'elle réussit à en faire une comédie douce-amère, un peu osée, qui a beaucoup de faiblesses mais qui tient la route au final, et à laquelle on finit par s'attacher. Il faudra maintenant attendre début 2014 pour avoir la suite ! Un rythme à l'anglaise voire même à la française, qui parait franchement  hors-sujet...