77550944_o

Saison 2, épisodes 7 à 12 // 1 620 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_08_21_01h33m18s170 vlcsnap_2012_08_19_22h53m46s216

   Jeff Davis, le créateur de Teen Wolf, a repris les commandes de la saison 2 en signant 5 des 6 derniers épisodes, ce qui est une véritable prouesse soit dit en passant, surtout qu'il est aussi showrunner. Ce qu'il a indéniablement apporté aux trois derniers épisodes en particulier, c'est de l'émotion, de la vraie, celle qui fait chavirer votre petit coeur de midinette sensible et qui vous réconcilie avec n'importe lequel des héros. Et c'est précisément pour cela que la deuxième partie de la saison 2 est légèrement meilleure que la première (qui elle-même était pas mal non plus). C'est aussi pour cette raison que, par moment, je trouve Teen Wolf plus efficace que Vampire Diaries, bien qu'elle ait l'avantage -pour cette fois en tout cas- de n'avoir à fournir que 12 épisodes par an. Elle est plus constante, plus drôle, elle utilise mieux sa de plus en plus large galerie de personnages et elle ne cherche pas à être inutilement compliquée. Ce sera une autre histoire avec cette commande de 24 épisodes pour 2013, une très mauvaise idée de la part de MTV, mais n'y pensons pas pour l'instant...

   Clairement, en cette deuxième année, ce n'est pas sur Scott que reposait la série mais sur les épaules écaillées de Jackson.   Colton Haynes m'a très agréablement surpris. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit si convaincant à vrai dire. Il est plus qu'une paire de têtons sur pattes ! Son Kanima, en revanche, n'a effrayé personne il me semble. L'idée était bonne et surprenante mais l'exécution visuelle laissait à désirer. C'est ce qui m'a le plus dérangé toute la saison. A chacune de ses apparitions, j'avais l'impression de regarder une très mauvaise série B. Je suppose que le budget ne permettait pas de faire mieux. On ne va pas se plaindre, Teen Wolf ressemble globalement à quelque chose de très sympa. Les scènes clippées sont parfois un peu lourdes et le recours systématique à la musique a tendance à avoir l'effet inverse que celui attendu. On voudrait un peu plus de musique d'ambiance, de composition propre à la série, et un peu moins de pop et d'électro, aussi sympas soient les morceaux choisis. On n'est pas sur MTV pour rien... Si Scott a été en retrait, de même que Stiles, sa dulcinée a davantage été mise en avant grâce à sa famille de tarés, le grand-père, Gerald, en tête. Dans son rôle, Michael Hogan en a vraiment fait des tonnes mais c'est ce qu'il fallait, je crois. A coté, la voix profonde de JR Bourne -le père d'Allison- paraissait presque naturelle !   Allison n'aura vraiment pas été épargnée ces derniers temps -la mort de sa mère étant un point culminant terrible, aussi jouissivement détestable était-elle, comme la scène déjà culte du taille-crayon l'a prouvé- et sa transformation en mode badass, très attendue, n'a pas déçu. J'espère qu'elle ne va pas trop se calmer. On l'aime mieux comme ça. Et puis séparée de Scott, elle n'aura plus que ça à faire de chasser les vilains loups-garous avec son arc et ses flêches ! Et ça tombe plutôt bien : une armée d'aphas est en chemin. Le final, en plus d'avoir réussi à conclure dignement les intrigues, est parvenu aisément à faire monter la pression pour la saison 3 en dévoilant ce qu'il fallait de nouvelles pistes et de nouveaux enjeux. 

vlcsnap_2012_08_21_01h42m41s165 vlcsnap_2012_08_21_01h41m54s212

   Par contre, s'il y a bien une chose dont on se fout, c'est du sort qui sera réservé à Erica et Boyd, les amis de Derek. La première avait été introduite avec un certain succès mais elle a vite été mise en retrait et n'a servi que de machine à se battre. Elle a pourtant du potentiel, alors j'espère qu'elle ne mourra pas et qu'il sera exploité plus tard. Pour Boyd, c'est très différent : il n'a servi à rien depuis le début, il n'a aucune personnalité, c'est à peine s'il a ouvert la bouche... On ne pleurerait clairement pas sa mort. Je suis d'ailleurs très étonné qu'elle ne soit pas survenue dans les derniers épisodes. Ca manquait un peu de mort en dehors de Matt, Mrs. Argent et Gerard, qui étaient les méchants de l'histoire. Isaac, lui, est hors de danger. Son histoire était la plus touchante à la base mais il est assez vite devenu antipathique. Mais comme il sera régulier en saison 3 aux dernières nouvelles, on peut espérer une intervention de sa part plus importante. L'idéal serait de lui coller un intérêt amoureux. Ca aide toujours dans ces cas-là. Evitez juste de le pousser dans les bras d'Allison... Ca me fait penser que la série manque cruellement de personnages féminins. J'adore Lydia par dessus tout, cela dit. Je pensais qu'elle serait davantage gâtée en fin de saison et c'est un peu triste de se dire qu'elle n'a été qu'un instrument pour Peter, d'autant que l'affaire a été laborieuse ! L'épisode de sa fête d'anniversaire, le 10ème, était en tout cas remarquable. Il mettait parfaitement en avant les différentes peurs des héros et c'était vraiment poignant. Et les scènes comme ça se sont accumulées vers la fin. Je pense, en vrac, à la mère de Scott qui apprend la vraie nature de son fils, avec horreur; ou à Stiles et Lydia dans le final, qui étaient vraiment trop mignons; à toutes les scènes de complicité et d'émotion entre Stiles et son père, à Stiles qui réussi à marquer des buts pendant le match de Lacrosse... et j'en passe. Oui, Stiles est souvent dans le lot. Je n'y peux rien si c'est le meilleur des personnages et assurément le plus touchant quoiqu'il fasse ! La séparation du couple phare a failli être une belle scène, mais Tyler Posey n'avait vraiment pas l'air dedans. Déjà que quand il est concentrée... Et puis j'ai beaucoup aimé l'idée de terminer sur une note joyeuse, rigolote, parce qu'au bout du compte, Teen Wolf est une série qui ne se prend pas au sérieux. 

vlcsnap_2012_08_21_01h31m35s162 vlcsnap_2012_08_21_01h38m08s252


// Bilan // Avant que Teen Wolf ne commence, on s'attendait à un gros nanar. Après le pilote, on s'est dit que ce serait peut-être pas si mal finalement. A la fin de la saison 1, on pouvait aisément la qualifier de divertissante et d'addictive, à la surprise générale. Au terme de cette saison 2, on peut même aller encore plus loin en osant avouer que Teen Wolf est un peu plus qu'un guilty-pleasure ou une énième série pour ados : c'est une bonne série, qui allie parfaitement drama, comédie et fantastique.