22 octobre 2011

Fringe [4x 03 & 4x 04]

dnes_season4_fringe_bishopd

Alone In The World // Subject 9

3 180 000 tlsp. // 3 160 000 tlsp.

44030376 // 44030376_bis


vlcsnap_2011_10_19_18h03m10s97 vlcsnap_2011_10_19_17h26m54s96

   Seul au monde, notre Walter Bishop l'est, ainsi que le petit garçon malade, Aaron, dont il doit s'occuper au cours de cet épisode de Fringe très classique dans la forme qui vaut avant tout pour l'interprétation toujours impeccable et sans fausse note de John Noble (qui n'aura jamais son Emmy mais qui le mérite mille fois plus que tous les nommés réunis). Walter reconnait évidemment en Aaron son Peter même si, dans ce monde, il ignore qui il est et quelle importance il a eu dans sa vie. Alone In The World nous montre à quel point le retour de Peter dans la vie de Walter lui a permis d'échapper à la folie qui l'avait envahie. Bien que tout cela soit d'une tendresse infinie, que les scénaristes témoignent de leur profond attachement aux personnages qu'ils ont créé, il y a comme un goût amer de déjà vu, déjà dit, déjà fait qui me perturbe beaucoup. J'aime profondément cette série mais je me demande de plus en plus si elle n'a pas atteint ses limites, si elle n'a pas déjà tout dit. En parallèle, les premiers pas de l'agent Lincoln Lee au sein de la division Fringe amusent mais n'étonnent pas. Quant à Olivia, elle est aussi hantée par la présence de Peter mais les quelques scènes à ce sujet ne servent qu'à introduire l'épisode suivant...

   ... dans lequel le disparu fait enfin son retour ! Les auteurs vont passer tout l'épisode à noyer le poisson en remettant sur le tapis les fameuses expériences sur les enfants à l'aide de cortexiphan. Je n'étais pas foncièrement contre l'idée de revisiter cette histoire importante dans la mytholigie de la série mais comme rien de nouveau n'a été apporté, je n'en vois pas tellement l'intérêt. Le thème est suffisamment porteur pour permettre malgré tout quelques bons moments, surtout dès que Walter entre en scène. Les tourments d'Olivia sont touchants mais la finalité est tellement prévisible... J'espèrais un twist, je m'attendais à être surpris d'une manière ou d'une autre, mais non. L'intervention de quelques minutes de Nina Sharp était fort agréable mais je regrette toujours que le personnage soit si peu exploité. Au bout de quatre saisons, je ne comprends pas. 

vlcsnap_2011_10_19_17h35m01s94 vlcsnap_2011_10_19_16h09m59s26


// Bilan // Tout comme Peter à la fin de Subject 9, il serait temps que les scénaristes de Fringe remontent à la surface. Ils se noient actuellement dans des intrigues trop simplistes et routinières tandis que la subtilité leur fait plus que jamais défaut.

Posté par LullabyBoy à 22:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Man Up! [Pilot]

19820917

Pilot // 7 780 000 tlsp.

44030375_p

What About ?

Le quotidien de trois amis et collègues à trois étapes différentes de leurs vies : Will est marié, Kenny est divorcé et fait la guerre à son ex, et Craig est encore célibataire mais encore éperdument amoureux de son ex...

Who's Who ?

Créée par Christopher Moynihan (100 Questions). Avec Christopher Moynihan (According To Jim, Coupling), Dan Fogler (Kung Fu Panda), Mather Zickel (Reno 911, The Cape), Teri Polo (Felicity, Sports Night, The West Wing, Bienvenue en Alaska), Amanda Detmer (What About Brian, Private Practice, Necessary Roughness), Henry Simmons (Shark, New York Police Blues)...

So What ?

   Il y a quelques années, l’ancien président d’ABC, Steven McPherson, avait pété un plomb en commandant les deux sitcoms Carpoolers -pilote désatreux mais épisodes suivants corrects- et, surtout, l’inoubliable Cavemen -le pilote le plus embarrassant jamais vu- qui restera comme l’une des plus grosses bêtises de son règne. Aujourd’hui, son successeur, Paul Lee, ose lancer à son tour trois nouvelles sitcoms centrées sur des hommes alors que c’est quelque chose qui n’a jamais vraiment marché, que ce soit sur les networks ou sur le câble, à quelques rares exceptions, sur une chaine qui s’adresse en plus principalement aux femmes. En attendant « Work It » -probablement la pire de toutes- et après Last Man Standing -médiocre mais pas suffisamment pour faire fuir le public apparemment- voici donc Man Up!, qui n’est pas bonne non plus mais s’il ne fallait en choisir qu’une, ce serait celle-là. (Je n’ai pas mentionné le How To Be A Gentleman de CBS, ma mémoire essayant de le bloquer à tout jamais).

   Le simple fait que Man Up! soit une comédie single-camera et non multi-camera lui donne un avantage certain. Visuellement, on est très proche d’un Modern Family et la ressemblance va jusqu’au choix de certains interprètes, en particulier Teri Polo et Mather Zickel qui forment un couple qui rappelle immanquablement Claire et Phil Dunphy. Les Keen pourraient d’ailleurs être leurs voisins. Problème de taille : ils sont beaucoup moins drôles et complices ! Leur fils est un « simple » enfant de télévision : quasi-muet, sans intérêt. On est donc loin de ce que Malcolm, Modern Family ou The Middle ont pu apporter. Les autres héros n’ont pas d’enfants. Le problème est donc vite réglé ! Parlons-en de ces deux-là : ce sont des losers, qui ont soi-disant perdu toute virilité en se laissent mener par le bout du nez par leurs copines/femmes. Ils sont évidemment lâches, peureux, débiles… A nouveau, le propos est ringard et ridicule et ne tient pas debout, pas plus que l’obstination du père a trouvé un cadeau pour son fils qui représente bien l’homme qu’il est en train de devenir. Je ne comprends pas cette obsession de l’homme moderne pour sa virilité perdue –n’est-ce pas une invention au fond ?- et je regrette que les séries télévisées se mettent à reléguer la tendance. Tout ça n’est qu’une question d’évolution logique vers un peu plus d’équité entre les hommes et les femmes, de toute façon. Rien qui mérite que l’on s’offusque. N’en déplaise à un certain Eric Zemmour…

    Le pilote de Man Up! ne jouit pas d’un casting attractif, ne dispose pas d’un propos intéressant et ne contient pas de bonnes blagues mais lorsque l’on a vu Last Man Standing et How to be a gentleman, l’indulgence est de rigueur, l’optimisme aussi : il y a là un petit potentiel qui mériterait d’être exploité dans les épisodes suivants.  

What Chance ?

 Les "fans" de Last Man Standing n'ont même pas laisser sa chance au pilote de Man Up! en le fuyant comme la peste. C'est assez incompréhensible et inquiétant mais pas si étonnant... ABC aurait certainement dû l'associer à Modern Family, même si la qualité est loin d'être la même !

How ?