dnes_season4_fringe_bishopd

Alone In The World // Subject 9

3 180 000 tlsp. // 3 160 000 tlsp.

44030376 // 44030376_bis


vlcsnap_2011_10_19_18h03m10s97 vlcsnap_2011_10_19_17h26m54s96

   Seul au monde, notre Walter Bishop l'est, ainsi que le petit garçon malade, Aaron, dont il doit s'occuper au cours de cet épisode de Fringe très classique dans la forme qui vaut avant tout pour l'interprétation toujours impeccable et sans fausse note de John Noble (qui n'aura jamais son Emmy mais qui le mérite mille fois plus que tous les nommés réunis). Walter reconnait évidemment en Aaron son Peter même si, dans ce monde, il ignore qui il est et quelle importance il a eu dans sa vie. Alone In The World nous montre à quel point le retour de Peter dans la vie de Walter lui a permis d'échapper à la folie qui l'avait envahie. Bien que tout cela soit d'une tendresse infinie, que les scénaristes témoignent de leur profond attachement aux personnages qu'ils ont créé, il y a comme un goût amer de déjà vu, déjà dit, déjà fait qui me perturbe beaucoup. J'aime profondément cette série mais je me demande de plus en plus si elle n'a pas atteint ses limites, si elle n'a pas déjà tout dit. En parallèle, les premiers pas de l'agent Lincoln Lee au sein de la division Fringe amusent mais n'étonnent pas. Quant à Olivia, elle est aussi hantée par la présence de Peter mais les quelques scènes à ce sujet ne servent qu'à introduire l'épisode suivant...

   ... dans lequel le disparu fait enfin son retour ! Les auteurs vont passer tout l'épisode à noyer le poisson en remettant sur le tapis les fameuses expériences sur les enfants à l'aide de cortexiphan. Je n'étais pas foncièrement contre l'idée de revisiter cette histoire importante dans la mytholigie de la série mais comme rien de nouveau n'a été apporté, je n'en vois pas tellement l'intérêt. Le thème est suffisamment porteur pour permettre malgré tout quelques bons moments, surtout dès que Walter entre en scène. Les tourments d'Olivia sont touchants mais la finalité est tellement prévisible... J'espèrais un twist, je m'attendais à être surpris d'une manière ou d'une autre, mais non. L'intervention de quelques minutes de Nina Sharp était fort agréable mais je regrette toujours que le personnage soit si peu exploité. Au bout de quatre saisons, je ne comprends pas. 

vlcsnap_2011_10_19_17h35m01s94 vlcsnap_2011_10_19_16h09m59s26


// Bilan // Tout comme Peter à la fin de Subject 9, il serait temps que les scénaristes de Fringe remontent à la surface. Ils se noient actuellement dans des intrigues trop simplistes et routinières tandis que la subtilité leur fait plus que jamais défaut.