19796229

Pilot // 6 120 000 tlsp.

60059201

What About ?

Alex et Helen, très attirés l'un par l'autre, sont agents artistiques et travaillent dans la même société. Lui sort tout juste d'un divorce difficile, elle a perdu son fiancé il y a un an. Après avoir passé une première nuit ensemble, la confusion la plus totale règne dans leurs esprits. Doivent-ils reprendre une vie de célibataire ou s'engager dans cette nouvelle relation ?

Who's Who ?

 Créée par John Enbom (Party Down, Veronica Mars) et Chris Niel. Adaptée de la série anglaise du même nom. Avec Hank Azaria (Les SimpsonFriends, Dingue de Toi), Kathryn Hahn (Preuve à l'appui, Hung), Mo Mandel (Love Bites), Anthony Head (Buffy, Merlin), Al Madrigal (La nouvelle vie de Gary), Natasha Leggero... 

So What ?

   La série anglaise Free Agents n'a duré que six épisodes. La question n'est pas de savoir si la version américaine va marcher, puisqu'il est déjà clair que non, mais plutôt si elle va tenir plus longtemps que sa cousine ! Mon petit doigt me dit que oui, le double même. Mais pas plus. Et ça tombe plutôt bien à vrai dire : l'idée de départ ne permettrait pas d'en faire 4 saisons de 22 épisodes. De toute façon, construire un drama ou une comédie autour d'un possible couple ne tient jamais la route. C'est très bien pour un film d'1h30. C'est trop peu pour une série.

   Ce pilote m'a effectivement donné l'impression de regarder les vingt premières minutes d'une romcom comme il y en a des tas, sauf que pour une fois, les personnages ont dépassé la vingtaine, et même la trentaine. Mais, au fond, ça ne change pas grand chose. Le passé de chacun, difficile, est évoqué rapidement mais sans véritable émotion. Je n'ai pas vu la série originale mais, venant des anglais, je suis à peu près sûr que la balance entre la comédie et le drama était plus équilibrée. C'est pile ce qu'il fallait pour que l'on s'attache davantage à eux. J'ai pris un certain plaisir à les suivre dans leurs premières péripéties mais, au bout du compte, je n'ai pas tellement envie d'assister aux suivantes. Au cinéma, les deux rôles principaux auraient été interprétés, au hasard, par... disons Jennifer Aniston et... Bradley Cooper. Ici, le choix des producteurs s'est porté sur Hank Azaria et Kathryn Hahn. Cela fait forcément moins rêver mais cela donne peut-être aussi une plus grande impression de réalisme. Ce ne sont pas des gravures de mode, comme la majorité des téléspectateurs quoi. Le duo fonctionne plutôt bien. L'alchimie n'est pas parfaite mais ils sont crédibles. Les répliques fusent, même un peu trop, si bien que l'on passe à coté de certaines blagues puisqu'il faut déjà se concentrer pour comprendre la suivante. Les réfèrences pop culturelles sont bien trouvées dans ce pilote, je pense notamment au dialogue sur Sarah Michelle Gellar et Freddie Prince Jr., assez surprenant.

   Mais Free Agents possède une plus grande ambition que d'être une simple comédie romantique : elle se veut aussi comédie de bureau ! Les personnages passent finalement plus de temps sur leur lieu de travail que chez eux. C'est à la fois son originalité et son plus gros défaut : leurs collègues sont insupportables ! Les hommes en font des tonnes et trop de beauferie tue clairement la beauferie. C'est un peu comme si Bigard avait écrit la version française de The Office, vous voyez. Anthony Head, en patron obsédé par le sexe, sort quand même du lot. Il est tout de suite à l'aise dans son rôle et pour cause : il tenait le même dans la version originale. Les femmes sont peu présentes dans cet univers de mec. Il y a juste une assistante, qui en fait un peu trop, mais qui est indispensable pour compenser. 

  Je m'excuse par avance pour les clichés mais Free Agents a la capacité de plaire autant aux hommes qu'aux femmes, en alternant les moments "romantiques" et les passages plus crus. Le mélange ne fait peut-être pas toujours bon ménage, mais le résultat reste séduisant. Ce ne sera pas la comédie de l'année, c'est certain, mais ce ne sera pas la plus mauvaise non plus. 

What Chance ?

 Sa première audence, très décevante, semble avoir scellé son destin : 13 épisodes et puis s'en va. 

How ?