07 mai 2011

Xanadu [Interviews]

110504183954437

Si vous avez envie de pénétrer plus en profondeur dans l'univers de la série Xanadu, je vous laisse découvrir un reportage que j'ai réalisé en compagnie des principaux acteurs de la série (dont Julien Boisselier), la scénariste Séverine Bosschem et le réalisateur Podz. X comme Xanadu, A comme Arte, N comme Nudité, A comme Avenir de la fiction française, D comme Dorcel (Marc), U comme Unique. 

 


Desperate Housewives [7x 20]

dnes_season4_dh_bree_miniba

I'll Swallow Poison On Sunday // 9 44o ooo tlsp.

64204865


vlcsnap_48237 vlcsnap_48474

    L'amour est un poison violent, la haine aussi. Dans la plus pure tradition WisteriaLanienne des premières saisons, c'est jour après jour et goutte après goutte, à mesure que la souffrance s'infiltre dans les veines, que Felicia a choisi d'achever Paul. La voir parler à son urne dorée, un livre fushia de potions fatales à la main (gantée), c'est à la fois effrayant et fascinant et ça résume assez bien ce personnage. On pourrait se croire au beau milieu du soap Passions, pour ceux qui s'en souviennent. Felicia n'est pas loin de se transformer en vilaine sorcière, adepte de la magie noire. A l'écrit, tout cela est parfaitement ridicule. A l'écran, c'est étonnament efficace. Dans cette intrigue, Susan est un parasite qu'on aurait bien envie d'écraser. Pas de mort lente pour elle : un grand coup sur la tête ferait l'affaire ! Sa naïveté est sans limite. Elle est tombée dans un chauderon de conneries quand elle était petite. Elle ne voit donc pas le manège de Felicia, pourtant pas si discret, et elle n'a plus d'autre but dans la vie que de nourrir Paul. Elle s'improvise alors cuisinière (elle n'a jamais su faire à manger hein...) et femme de ménage (ça n'a jamais été son fort non plus, sauf si cela implique une nuisette et des webcams). Au milieu de tout ça, Mike passe pour encore plus idiot que sa femme. A moins que ce ne soit les scénaristes qui ont oublié la première saison... Ca fait quand même très bizarre de le voir laisser sa femme cotoyer de si près et tous les jours un meurtrier qui a participé à la déstruction (initiale) de sa vie ! Voilà donc pour la meilleure storyline de l'épisode, qui se termine malheureusement de manière convenue avec un Paul en danger de mort, comme il y a quelques épisodes de cela. On connaissait le goût prononcé de l'équipe pour le recyclage mais ils s'arrangaient d'habitude pour copier ce qu'ils avaient déjà fait quelques saisons plus tôt, pas quelques épisodes plus tôt ! Pousser l'auto-pompage à son paroxysme, c'est un concept...

   Comme je l'avais prédit, la cohabitation entre Bree, Gaby, Juanita et Juanita-Bis-La-Mono-Expressive n'aura duré que le temps d'un épisode. Tout s'est passé comme prévu (expression figée mais révoltée de la rousse face aux bêtises des petites, qui se comportent comme deux mini truies alors que la casa Solis n'a pourtant jamais ressemblé à une porcherie; posture désinvolte de la latina qui n'a certainement plus d'ongle -ni de main- à force de se les limer...) jusqu'à ce que Carlos intervienne et terrorise ses filles, persuadées que c'est Bree qui a assassiné leur grand-mère ! J'avoue que le coup du coussin et de la panique qui a suivie m'a beaucoup amusé. C'est de manière plus dramatique que l'affaire se termine puisque, d'un commun accord, les deux amies décident de se "séparer". J'ai vraiment cru qu'une réconciliation se profilait... Les scénaristes en ont profité pour lancer dès maintenant la prochaine intrigue amoureuse de Bree, Keith étant déjà passé aux oubliettes. Ils l'ont fait sans aucune subtilité, je crois qu'ils n'ont même pas cherché à cacher leur manoeuvre maladroite. Bam Bree tombe sur un détective/flic en sortant de chez elle. Bam il est bien fait et il a de l'humour. Bam elle va être folle amoureuse de lui en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire !

   Je vais être plus bref sur la dernière partie de l'épisode car il n'y a vraiment pas matière à discuter : le couple Scavo se lance dans une énième dispute, assisté d'une Renee heureusement toujours très en forme. Il est question cette fois-ci de la décoration du bureau de Tom (on se souvient tout à coup que les deux copines s'étaient lancées dans le business pour concurrencer Valérie Damidot). Madame nous refait le coup de la femme castratrice. Monsieur nous rejoue le mari fâché fâché fâché. Une séparation flotte dans l'air, mais on sait très bien qu'elle n'aura pas lieu. Et on sait très bien de toute façon qu'on n'en veut pas. On les veut toujours ensemble, éternellement. Si les Scavo divorcent, alors plus la peine de croire en l'amour... Sinon, j'implore la costumière de la série : hello ! Tom est devenu riche ! Il n'a plus besoin de ses costumes by la halle aux vêtements ! Merci. Au plaisir.

vlcsnap_48847 vlcsnap_49220


// Bilan // Plus on se rapproche de la fin de la saison, moins on sait ce qui nous attend. Hormis ce problème d'importance, on peut dire que cet épisode, comme le précédent, fait partie des meilleurs de la saison.