dnes_season4_dh_lynette_min

The Lies Ill-Concealed // 9 9oo ooo tlsp.

50609116


vlcsnap_2011_04_29_23h18m38 vlcsnap_2011_04_29_23h17m55

    La persévérance paye toujours : après 19 épisodes et presque autant de ratés, la saison 7 de Desperate Housewives offre, enfin, un épisode de qualité. Qu'est-ce qui l'a rendu meilleur que les autres ? Le changement d'ambiance pour Lynette d'abord. La voir elle et Tom en dehors de Wisteria Lane de temps en temps, ça fait du bien et c'est rare. Nos nouveaux riches passent le week-end dans un séminaire payé par la boîte de Tom, au cours duquel notre féministe se rend compte qu'elle ne peut pas se contenter d'être simplement la "femme de". Pourtant, Tom ne manque pas de lui rappeler qu'à une époque, il était considéré comme "le mari de" et rien d'autre. La situation est donc inédite dans ce sens et permet à Lynette quelques extravagances au milieu d'une foule de "femmes de", a priori pas très malines ni exigeantes. J'ai trouvé ça sympa ma foi, jusqu'au discours improvisé où elle se couvre de ridicule qui m'a beaucoup fait rire. J'ai retrouvé la Lynette des premières saisons, pas la pimbêche de ces dernières années. Le coup de sang de Tom, avec Renee en spectatrice privilégiée, était très réussi. Entre Carlos et lui, on peut dire que les hommes du quartier ne se laissent plus faire et ça fait sacrément du bien ! On sent que Marc Cherry est loin...

   Carlos justement. Son refus catégorique de laisser la possibilité à Gaby de voir Bree amène paradoxalement l'intrigue réunissant deux wives la plus sympathique de la saison. Gaby et Bree sont en effet obligées de se retrouver en secret, tels deux amants (ce qui rappelle d'ailleurs des souvenirs à l'une et à l'autre). La dynamique est très réussie et les actrices cabotinent à fond. J'ai adoré. Le coup du gâteau retourné à l'ananas était sans doute too much mais bon, ils ne savent jamais s'arrêter... Je pensais vraiment que Gaby allait choisir Carlos, j'ai donc été très surpris (et agréablement) par le cliffhanger. Et puis la perspective d'une cohabitation entre Lynette, Gaby et ses filles (que l'on voit peu ces temps-ci) me plaît, même si ça ne durera sûrement pas plus d'un épisode.

   Que penser de Susan qui fantasme soudainement sur Paul ? J'aurais bien répondu "du mal" instinctivement mais je dois reconnaître que ça m'a fait rire. Teri Hatcher n'en a pas fait trois tonnes pour une fois et les scénaristes ont su rester à peu près sobres. Je reste quand même très déçu de ce qu'est en train de devenir Paul : un déchet. Felicia a beau se démener face à lui, il ne représente plus un adversaire sérieux. Je me demande si le but n'est pas de retourner la situation en faisant passer la cinglée Felicia pour une méchante et Paul pour un homme meurtri. Ce ne serait pas très intéressant. J'ai bien apprécié l'intervention de Mrs McClucksey, plus pour le plaisir de se replonger dans l'atmosphère de la saison 2 que pour la dernière invention des scénaristes qui laisse tout de même un peu à désirer. Je pensais quand même la vieille dame plus rusée. Là, elle tombe dans le panneau trop facilement. A part ça, je suis très étonné que les housewives ne se soient pas rendues compte du retour de Felicia. C'est quand même dingue ! Paul n'a pas pu faire deux pas sans être repéré quand il est arrivé !

vlcsnap_2011_04_29_23h21m31 vlcsnap_2011_04_29_23h18m00


// Bilan // La fin de la saison 7 de Desperate Housewives approche à grands pas et, pour le moment, l'intrigue fil-rouge a du mal à trouver un nouveau souffle malgré la présence de la charismatique et flippante Felicia. Il n'y a pas d'autres intrigues majeures à coté. En gros, je ne comprends pas pourquoi cet épisode m'a plu mais au regard des précédents, disons qu'il était plus drôle, plus surprenant et plus proche de l'esprit originel de la série. De là à dire qu'il était extraordinairement bien écrit...