13 février 2011

Traffic Light [Pilot]

19450040_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100517_033509

Pilot // 4 59o ooo tlsp.

44030375_p

What About ?

Trois amis sont à trois étapes différentes de leurs vies : Mike est marié avec un enfant, Adam vient de s’installer avec sa petite-amie et Ethan est un célibataire endurci, pas mécontent de sa situation…

Who's Who ?

Créée par Bob Fisher. Avec David Denman, Nelson Franklin, Kris Marshall, Liza Lapira, Aya Cash...

So What ?

   La saison ratée des sitcoms « de couples » se poursuit avec une nouvelle pièce à convictions dont on se serait volontiers passé et dont on va d’ailleurs se passer dès la semaine prochaine ! Traffic Light, un temps renommée Mixed Signals, est encore moins bonne que Perfect Couples (au passage, le deuxième épisode de celle-ci est pire que le premier...). Sa spécificité, c’est qu’elle se place davantage du point de vue des hommes que des femmes. Et ça, en général, c’est mauvais signe. L’amitié de ces trois héros est assez crédible et leurs conversations téléphoniques sous forme de gimmicks ne manquent pas de piquant. C’est, je crois, les seuls passages qui m’ont fait esquisser un sourire avec les quelques réparties bien balancées de Lisa, la femme de Mike. Le reste était ennuyeux, poussif et sans la moindre originalité. Hormis le british agaçant, il faut reconnaître que les personnages ne sont pas trop caricaturaux. Mais c’est peut-être aussi pour ça qu’ils ne provoquent ni empathie et sympathie. En plus, il n'y a pas réellement de tête d'affiche. Quant au « concept des feux », il n’est pas très pertinent et il n’aura plus aucun intérêt dès le second épisode. En admettant que la série dure six ans (autant dire qu’il est plus probable que la Terre soit détruite par une météorite d’ici là), on se demandera alors pourquoi la sitcom a été baptisée ainsi. Ma critique se limitera donc à ces quelques mots. Je ne vois sincèrement pas quoi dire de plus. Cette comédie ne comporte strictement aucun intérêt.

Posté par LullabyBoy à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Mr. Sunshine [Pilot]

19647761_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20110124_032017

Pilot // 10 52o ooo tlsp.

44030376

What About ?

Ben Donovan, le directeur d'un stade de San Diego particulièrement auto-centré, traverse la fameuse crise de la quarantaine aux cotés de ses collègues excentriques, parmi lesquels Crystal, sa patronne, très attirante mais capricieuse; Alice, la mignonne directrice du marketing avec qui Ben partage régulièrement quelques moments intimes; Alonzo, un ancien basketteur continuellement heureux; Heather, l'assistante de Ben qui semble douce mais qui cache en réalité un tempérament de feu; et le fils de Crystal, le nouvel employé un peu débile sur les bords...

Who's Who ?

Créée par Matthew Perry et Alex Barnow. Avec Matthew Perry (Friends), Allison Janney (The West Wing, Lost), Andrea Anders (The Class, Better Off Ted), James Lesure (Las Vegas), Nate Torrence, Portia Doubleday...

  So What ?

    Je crois que je n’aime pas tellement Matthew Perry. Voilà, je l’ai dit ! En fait, c’est celui, avec Matt LeBlanc, que j’appréciais le moins dans la bande des Friends. Je n’ai jamais été très fan des délires de Joey et Chandler ensemble. Disons que son personnage est devenu plus intéressant selon moi dès qu’on l’a systématiquement associé à Monica. Et de manière plus générale, cet acteur ne respire pas la sympathie. Ben m’a tout l’air de lui ressembler pas mal. Il est tout sauf le rayon de soleil annoncé par le titre. Sans parler de anti-héros pour autant, je n’ai rien trouvé d’attachant en lui. Et cette façon de souligner avec aussi peu de subtilité qu’il se sent seul m’a un peu dérangé. Il n’est pas sinistre, mais il n’est pas drôle. Son ironie constante ne m’a pas convaincu. Les personnages secondaires ont bien plus de potentiel.

    De ce point de vue-là, Allison Janney est imbattable ! On savait déjà qu’elle était géniale mais on n’avait pas tellement eu l’occasion de la découvrir dans un registre purement comique et il lui va à ravir ! Dès sa première apparition, on comprend que c’est elle qui apportera la plus grande touche de fantaisie et d’absurde. On pourrait aussi en avoir grâce au lieu même de l’action –l’arena sportive- comme le prouve le pilote avec la venue d’un cirque. Les possibilités sont multiples et c’est en plus original. Le fils de Crystal, Roman, a l’air d’en tenir lui aussi une bonne couche. J’aimerais en dire autant de l’assistante de Ben, mais on la voit trop peu pour se faire une réelle opinion. En tous cas, Portia Doubleday est rayonnante. Andrea Anders aussi, mais on a l’habitude. Elle illuminait déjà The Class à l’époque, puis plus récemment Better Off Ted. Et puisque j’en parle, je trouve qu’il y a pas mal de similitudes entre cette dernière et Mr. Sunshine. Sauf que Better Off Ted avait un héros bien plus charismatique et amusant, et tout un tas de personnages secondaires vraiment délirants. La petite nouvelle ne tient clairement pas la comparaison. Jorge Garcia, le Hurley de Lost, est la première guest-star de la série. Son apparition est loin d’être hilarante mais elle constitue quand même l’un des meilleurs passages de ce pilote. Dommage qu’il ne soit pas régulier, ou au moins récurrent. On risque de ne plus le revoir.

   Mr. Sunshine me fait un peu le même effet que Cougar Town lors de ses débuts chaotiques : c’est amusant de temps en temps, c’est agaçant parfois mais c’est souvent brouillon. Il va falloir moins miser sur Matthew Perry et plus sur le reste du casting et créer une cohésion de groupe, qui débouchera peut-être sur une complicité visible à l’écran… Le potentiel est là, mais il va lui falloir du temps avant d’exploser.