dnes_season4_dh_susan_minib

Where Do I Belong? // 12 83o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_143125 vlcsnap_135586

   Quelques secondes après avoir terminé cet épisode, il m’a paru comme une évidence de lui accorder deux étoiles. Et puis plus j’y réfléchis, moins je suis convaincu. Je tiens à rester sur ma première impression mais ne vous étonnez pas si mes commentaires ne sont finalement pas en adéquation avec la note attribuée. Disons simplement qu’il était efficace à défaut d’être bien écrit.

  Laissez-moi d’abord évoquer l’éléphant dans la pièce : la poupée de Gaby, Princess Valerie. Sérieusement ? J’avais trouvé ça ridicule la semaine dernière mais je pensais sincèrement que ce n’était qu’une première étape pour montrer que Gaby sombrait peu à peu dans la folie. J’étais loin d’imaginer qu’on y aurait encore droit cette semaine en allant encore plus loin dans le grotesque ! Que dire si ce n’est que ça aurait pu être un excellent « Jump The Shark » sauf que, pas de chance, ça fait bien longtemps que la série l’a sauté le requin ! J’étais vraiment gêné d’assister à cette mascarade. C’était humiliant pour Eva Longoria. Je n’ai toujours pas compris la scène du déjeuner avec Bob et Lee, en quoi cela pouvait lui faire de la peine. Gaby se comporte comme si ses deux filles n’existaient pas. J’avoue avoir ri de bon cœur au moment où Celia se relève avec le bras de la poupée dans la bouche. Mais c’était le seul. Atterrante de bout en bout cette intrigue. La bonne nouvelle, c’est qu’elle est finie ! Prochaine étape : Gaby kidnappe une enfant qui ressemble vaguement à Grace ? Je l’imagine déjà en train de la maquiller comme un camion volé, les yeux injectés de sang et de haine, alors que la petite est attachée dans la cave. Si avec une idée comme ça Marc Cherry ne m’engage pas…

   Je vais être un peu plus indulgent avec Lynette et sa soudaine immaturité, même si je persiste et signe : on la met dans la même situation il y a trois ou quatre saisons, elle réagit totalement différemment. Bien sûr elle aurait cherché à se venger mais forcément de manière plus inventive et intelligente. On en est quand même rendu au point où c’est Renee qui est obligée de lui faire comprendre qu’elle perd complètement les pédales ! D’ailleurs, je n’ai pas compris pourquoi Lynette avait pardonné si vite à Renee et pas à Tom mais passons… Sinon, c’était étonnant de voir tous les enfants Scavo réunis dans la même pièce au même moment, cela a conféré à cette scène une tonalité nostalgique particulièrement émouvante. Les excuses de Tom étaient classiques et pas plus inspirées que les stratagèmes de sa femme mais mon cœur balance toujours un peu pour la stabilité que ce couple représente. C’est si rare. Personne ne veut les voir séparés. C’est inconcevable plus de trois épisodes. Mais le coup du gâteau laxatif, c’était quand même un peu… à chier.

   Certainement pour la première fois depuis le début de la saison, Bree n’a pas été associée à Keith mais à… Beth ! Ca change un peu et la première scène avec le révérend était super bien dialoguée. C’est toujours très agréable de voir ressurgir l’ancienne Bree. L’ensemble de l’intrigue n’était pas une grande réussite mais on peut déjà s’estimer heureux de retrouver un semblant d’intérêt pour le fil rouge de la saison. Le cliffhanger sur le retour de Zach n’est pas hyper étonnant mais il suscite au moins l’intérêt : quel est son but dans l’histoire ? Pourquoi vouloir nuire à Bree ? S’est-il associé à Beth, ou est-ce un acte solitaire ? Il va falloir plus que ça pour nous tenir en haleine d’ici à la fin de la saison mais au moins, on a un tout petit peu envie de revenir à l’épisode suivant ! A part ça, Renee qui se moque de la coupe de cheveux de Beth, c’et vraiment l’hôpital qui se fout de la charité !

   La storyline de Susan ne m’a pas fait le même effet malheureusement mais la tentative d’émouvoir était à deux doigts de fonctionner ! Il aurait suffit que ce soit cohérent en fait. Or, ça ne l’était pas. Sophie qui confie à sa fille qu’elle a commencé à être heureuse et a changé ses priorités lorsqu’elle est née, désolé mais c’est complètement faux. Elle a toujours eu un comportement hyper égoïste et elle aura beau dire tout ce qu’elle voudra, cancer ou pas cancer, ça ne changera rien à ses actes passés. Enfin bref, je chipote. C’était quand même assez émouvant pour du Susan, parfois drôle aussi avec, ô surprise, les interventions de la laide Julie. Après, engager Valerie Harper (grande actrice de télévision inconnue chez nous) pour si peu, ça me déçoit.

vlcsnap_146884 vlcsnap_159826


// Bilan // Outre l’intégralité de l’intrigue de Gabrielle et les maladresses qui se sont glissées dans celles des autres, on peut dire qu’il s’agit là d’un épisode correct de Desperate Housewives, avec tous les sous-entendus que cela implique de ma part...

44069764