30 novembre 2010

The Walking Dead [1x 05]

59320114

Wildfire // 5 6oo ooo tlsp.

59142983


vlcsnap_32176 vlcsnap_12300

   Si la ressemblance entre The Walking Dead et Lost ne m’a pas frappé dès le départ, elle est pour moi de plus en plus évidente à chaque épisode qui passe. Ce dernier a enfoncé le clou à un point que je n’aurai même pas imaginé. Si l’on omet les scènes gores qui n’existaient pas dans Lost, pas plus que les zombies (encore que), tout le reste pourrait passer pour du copier-coller. Il suffit d’analyser un peu les personnages : le héros malgré lui (Jack/Rick), l’aguicheuse malgré elle (Kate/Lori), le bad guy au grand cœur (Sawyer/Shane), le vieux baroudeur sage (Locke/Dale), les quotas black et asiatiques, les personnages voués à mourir plus tôt que tard… L’effet miroir passe aussi par les plans dans la forêt/jungle, par les discours sur le leadership, les règles, le deuil… Tout ça on l’a déjà vu il y a six ans avec des paysages bien plus beaux, des personnages plus charismatiques et profonds et une fraîcheur que l’on ne retrouvera jamais. Bref, The Walking Dead ne tient pas la route à coté. Je trouve que toutes les scènes censées être émouvantes sont ratées, pour plein de raisons mais avant tout parce qu’il n’y a rien à faire : ces personnages ne sont pas attachants et ne sont pas prêts de le devenir à ce tarif-là. Ne nous manquerait-il pas des flashbacks pour apprendre à mieux les connaître ? Ah oui. Mais ça a déjà été fait !

   N’est pas Michael Giacchino (compositeur de Lost) qui veut. Les compositions de The Walking Dead sont plutôt bonnes mais ne correspondent pas à la série ou ne sont pas lâchées au bon moment. Ainsi, la scène d’évasion (censée être émouvante elle aussi) se déroule sur une musique épique digne d’Autant en emporte le vent. Mais qu’est-ce que ça vient faire là ? Et puisqu’on en est à la bande-son, c’est l’occasion de dire que le mixage est raté de chez raté. Les cigales qui chantent plus fort que les personnages ne parlent et les giclées de sang plus appuyées encore que dans Spartacus, c’est juste super lourd. On frôle régulièrement le ridicule et c’est bien dommage. La série avait-elle besoin de ce défaut supplémentaire ? Elle a bien assez de tares comme ça ! Rayon subtilité on en est toujours au niveau zéro. Je pense surtout « aux femmes  de » qui se comportent de manière bien étrange. Entre celle qui éclate la tête de son mari, qui, il est vrai, n’était ni sympathique ni commode, et celle qui abandonne son mari presque sans éprouver de douleur (la faute à l’actrice ?). Et puis Sarah Wayne Callies… Je la trouve plus inspirée que dans Prison Break (pas difficile) mais elle et Andrew Lincoln n’ont définitivement aucune alchimie.

    Desmond ? J’ai bien cru à son arrivée dans la série au moment où l’on nous présente un illustre inconnu se délivrant face caméra à des expériences chimiques obscures. Il y avait un peu de cette première immersion dans la station du Cygne. J’ai aussi vaguement pensé au Walter White de Breaking Bad. Malgré cet air de déjà-vu, j’ai beaucoup aimé ce passage qui m’a donné de l’espoir sur l’avenir de la série. Il y a quand même des gens quelque part qui cherchent à comprendre ce qui est arrivé et qui découvriront peut-être la vérité un jour. C’est la première fois qu’il y a une lueur d’espoir dans cette série.

vlcsnap_15437



// Bilan // Devant The Walking Dead, je n’éprouve rien d’autre que de l’ennui. Ni peur, ni angoisse, ni émotion. J’ai beau reconnaître qu’elle est plastiquement irréprochable, ça ne suffit pas.


28 novembre 2010

Glee [2x 07]

dnes_season4_glee_schuester

The Substitute // 11 7oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_100102 vlcsnap_90874

  Le problème de cet épisode, qui est plutôt bon au demeurant, c'est qu'il nous rappelle à quel point le personnage de Will est inintéressant et ce depuis le pilote. Il est sympa, il chante bien, il danse bien, il "présente" bien mais il ne réussit pas à créer un quelconque engouement contrairement à beaucoup d'autres personnages de Glee. Quand il est drôle, c'est à ses dépens. Quand il participe à une scène émouvante, ce n'est jamais lui qui nous touche. Pire, ce n'est pas avec du gel que ses cheveux tiennent debout mais avec de la guimauve. Tout ça pour dire que Gwyneth Paltrow dans le rôle de Holly Holliday (quelle belle trouvaille), remplaçante temporaire de Will, est simplement géniale et on ne pourra que la regretter puisque sa participation à la série se limite à cet épisode. Même si je savais que l'actrice se débrouillait bien en chant, je ne l'avais jamais vue à l'oeuvre et je dois dire que j'ai été bluffé ! Dans les numéros de danse, elle était super à l'aise, même si sa sexy attitude était hésitante, et au niveau du chant je n'ai pas la moindre réserve. Elle était géniale ! J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le mash-up Umbrella/Singin' In The Rain, du plus bel effet. Le Forget You du début était très sympa aussi mais le fait que les paroles soient transformées (Fuck You étant le titre de la chanson à la base) pour éviter la censure m'a trop énervé pour que je puisse apprécier pleinement la prestation de Mme Chris Martin (tiens, j'aurai bien aimé qu'elle chante du Coldplay pour le clin d'oeil). Le passage "Chicago" (je crois) avec Lea Michele était vraiment bon aussi. Le truc c'est que je n'aime pas trop ce genre de chansons, je décroche vite. Holly Holliday me manquera !

   Revenons-en à Will... Il a donc remis le couvert avec Terri, ce qui devait arriver tôt ou tard. Je suis toujours ravi de retrouver Jessalyn Gilsig parce que je l'aime beaucoup mais Terri ne m'a jamais emballé. Il y avait moyen de la rendre tellement plus pathétique et garce... C'est même tout l'inverse qui se produit dans cet épisode puisqu'elle devient ultra mielleuse pour retrouver les bras de Will. C'est sa vengeance qui m'intéresse. J'espère qu'elle aura lieu maintenant que Will l'a remise à sa place. Peu d'intrigues ont été développées dans cet épisode. Blaine a fait une apparition rapide, pas très marquante, et l'amitié entre Kurt et Mercedes a été remise en avant discrétement, sans trop en faire. C'était plutôt mignon dans l'intention. Mais le plus gros de l'épisode, le meilleur d'ailleurs, on le doit au retour en force de Sue ! Les scénaristes un peu en panne d'idées la concernant ont trouvé une parade d'enfer : la faire devenir quelques semaines la nouvelle principale de McKinley ! On passera sur les circonstances de cette nomination, bâclées, pour se concentrer sur l'essentiel : tout un tas de scènes délirantes et tordantes. Inutile de relever toutes les répliques mémorables, mais j'admire les auteurs qui se sont surpassés !

vlcsnap_89213 vlcsnap_75261


// Bilan // Glee poursuit sur sa bonne lancée en misant sur les bons chevaux et en n'insistant pas trop sur l'aspect musical puisque les intrigues ne sont pas prétextes à faire chanter les personnages mais ce sont des intrigues que découlent les chansons. C'est ce que j'aime à croire pour cette fois en tous cas !

27 novembre 2010

How I Met Your Mother [6x 10]

dnes_season4_himym_ted_mini

Blitzgiving // 8 73o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_24060

   Fêter Thanksigiving est devenu une tradition dans How I Met mais il est impossible d'atteindre le niveau de Slapgiving, c'est évident. Ce Blitzgiving n'était pas mauvais mais il n'a pas réussi à faire oublier la lassitude des personnages, des acteurs, des scénaristes et la nôtre évidemment. Comme souvent, un ancien pote de la bande à Ted nous est présenté et passe une vingtaine de minutes à essayer de nous divertir. S'agissant cette fois de Jorge Garcia, le Hurley de Lost, je partais conquis d'avance. J'avais surtout la curiosité de voir comment il se débrouillerait dans une comédie pure et je ne suis pas déçu. C'est clairement son truc ! Il incarne donc Steve, un garçon qui a le chic pour quitter une pièce au moment même où un truc over-awesome se produit. Cette malédiction étant transmissible, Ted puis Barney vont avoir l'occasion d'y goûter lors de la soirée de Thanksgiving qui se déroulera chez Ted, chez Barney puis chez... Zoe. Que je n'aime toujours pas, et encore moins depuis que l'on cherche à nous l'imposer à tout prix. La voilà maintenant qui s'intégre au groupe. Avec un autre personnage et une autre actrice, ça ne m'aurait pas dérangé (et ça ne m'a pas dérangé d'ailleurs pour les quelques conquètes sérieuses de Ted comme Stella) mais là, le courant ne passant pas du tout entre elle et moi, je me sens pris en otage, forcé à rire devant ses scènes moyennes. Et je ne préfére pas parler de la séquence "émotion" à la fin qui correspondait bien à l'esprit de la fête mais qui sonnait faux et niais. Je le dis chaque semaine mais je pense et j'espère de tout coeur que Zoe n'est pas la "mother".

   Les disputes entre Zoe et Ted sont donc à nouveau plus irritantes qu'autre chose. Lily, Marshall et Robin sont très en retrait et, ma foi, Barney s'en sort pas si mal cette semaine même si rien de legendary n'est ressorti de ses scènes. Non, la vraie vedette de cet épisode, c'est Steve et je trouve ça cool qu'une guest-star soit enfin utilisée correctement dans la série !

vlcsnap_19340


// Bilan // Sans vouloir faire la fine bouche, cet épisode n'est pas aussi sympathique qu'il en a l'air.

26 novembre 2010

Tueurs En Séries [Episode du Vendredi 26 Novembre 2010]

allocine_tueur_en_series

Au programme cette semaine : Rencontre avec Mary-Lynn Rasjkub, la Chloé de 24, un épisode musical de Grey's Anatomy, le remake de Buffy en projet, la nouvelle série poliicère qui va tout cramer, Les Simpson parodient Avatar, un épisode de Community en stop-motion, des nouvelles de True Blood... 

Posté par LullabyBoy à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 novembre 2010

The Walking Dead [1x 04]

59272146

Vatos // 4 8oo ooo tlsp.

58847736


  vlcsnap_105060

   Si ma mémoire est bonne, je me suis rarement autant emmerdé devant un épisode de série depuis la rentrée (je ne prends pas en compte les pilotes de The Whole Truth et de Law & Order: Los Angeles) On se retrouve pour la 4ème fois devant autre chose. Cet épisode ne ressemble pas au pilote, pas au deuxième, pas au troisième non plus. C'est perturbant et c'est la preuve flagrante d'un manque de ligne directrice claire. A noter qu'il a été écrit par Robert Kirkman, l'auteur du comic-book, ce n'est pas très rassurant pour l'avenir je trouve. Mon principal problème vient toujours des personnages que je trouve pour la plupart insipides. Une grosse partie de l'épisode est consacrée à la vie du camp et ces gens, je ne les comprends pas. Il y a même des moments où j'ai juste l'impression que ce sont des amis en camping qui ne se supportent plus. L'angoisse est peu présente, sauf dans les dernières minutes mais j'y reviendrai. Les femmes étendent leur linge (Sarah Wayne Callies passe son temps à ça) et les hommes se comportent comme des cons, voire des brutes. Les hallucinations de Jim ne captivent que lui et de toute façon, on ne le connaît pas ce garçon. On ne nous l'a pas présenté auparavant. Et Shane... c'est déjà ma bête noire. L'aspect psychologique n'est absolument pas inspiré pour le moment et je ne vois pas comment tout ce petit monde va pouvoir prendre de l'épaisseur dans ce contexte. La seule scène qui sort du lot est celle qui ouvre l'épisode. En plus elle était jolie. Oui, quand on en arrive à ce genre d'arguments, c'est qu'on n'a pas mieux à dire.

   La partie "action" est beaucoup moins prenante que dans l'épisode 2, en partie à cause du fait que l'on ne comprend pas pourquoi Rick tient absolument à mettre sa vie et celle de ses co-équipiers en danger pour sauver une pourriture comme Merle, qui méritait bien de crever dévoré par les zombies. A la limite, la présence de Daryl, son frère, justifie un peu leurs actions mais comme il est imbuvable aussi dans son genre... Au final: tout ça pour ça. Pas de Merle, plus de voiture, juste un chapeau. Retour au camp. Et là, enfin, les huit dernières minutes sont excellentes et nous en mettent plein la vue. Un nombre impressionnant de zombies envahissent le camp et une des deux soeurs -qui commençait à peine à devenir attachante- est tuée (jusqu'à ce qu'elle se transforme ?). La scène était terrible, et j'ai ressenti pour la première fois une vraie émotion dans The Walking Dead. Tout n'est donc pas perdu.

vlcsnap_105858


// Bilan // Quel ennui, bon sang... Les 5 dernières minutes ne sauvent pas l'épisode mais donnent simplement de l'espoir pour le prochain. Espérons que The Walking Dead termine mieux sa saison qu'elle ne l'a commencée...


Weeds [6x 13]

55732786

Theoretical Love Is Not Dead (Season Finale) // 99o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_143942

  Même si j'aurais souhaité plus de rebondissements surprenants dans cet épisode final de la saison 6 de Weeds, je dois lui reconnaître de la cloturer en beauté sur un cliffhanger inespéré et efficace. Pour la première fois de sa vie, Nancy ne devrait pas échapper à la justice. Et pour la première fois depuis longtemps (depuis le pilote, quand elle décide de se lancer dans le business de l'herbe pour sauver sa famille ?), elle se sacrifie pour les siens. Elle redevient la mère protectrice des débuts. L'ensemble de la saison 6 nous a conduit à sa prise de conscience, tardive mais nécessaire, qui a permis un retour aux sources à la fois pour les personnages et pour la série. Il me semble que jamais la série n'a su m'émouvoir autant que cette saison. On n'était même bien plus souvent dans l'émotion que dans la comédie quand on regarde un peu arrière. Je ne dis pas qu'on n'a pas ri mais je retiens surtout les larmes de Nancy, celles de Silas, les déclarations d'Andy... Les adieux s'enchaînent dans cet épisode, dans cet aéroport propice aux grandes effusions de joie ou de tristesse. Weeds ne tombe pas dans la facilité et reste droite dans ses bottes. L'émotion passe en peu de mots et peu de gestes. Peu de regard aussi. Les personnages n'osent pas se regarder dans les yeux quand ils se disent au revoir. Et c'est finalement bien plus bouleversant ainsi. J'ai eu ma petite larme lors des adieux de Silas à son petit frère. Ces deux-là n'ont pas toujours été proches mais leur relation a pris en ampleur cette année. On les sent plus liés que jamais. De la même façon, le "Please Let Us Know When You Kill Her" de Silas à Esteban et Guillermo était terrible. On notera au passage qu'Hunter Parrish a drôlement amélioré son jeu. Il n'y a qu'Andy qui n'a pas vraiment réagi au plan C. A-t-il seulement conscience de ce qui vient de se produire ?

   Le départ précipité de Warren me désole un peu. Je m'étais habitué à lui et j'aurai bien aimé le voir rester plus longtemps. Puis c'est pas comme si les Botwin avaient réussit à s'enfuir grâce à lui... J'imagine qu'il n'y avait pas grand chose à dire de plus sur lui, hormis son amour sans fin pour Nancy. Mais Doug est bien resté six saisons après tout sans qu'on n'ait jamais quoique ce soit à dire sur lui ! A ce propos, son absence dans cet épisode confirme qu'on devrait être libéré de sa boulet-attitude quelques temps encore, voire jusqu'au bout. Je ne peux que m'en réjouir ! Si on pouvait récupérer Celia et Isobel en échange... Elles m'ont sacrément manqué cette saison. Ce sont celles qui me faisaient le plus marrer ! A noter le caméo de Jenji Kohan, la créatrice de la série, qui passe furtivement devant la caméra à l'aéroport. Avec son physique atypique, on ne peut pas la rater !    

vlcsnap_128470


// Bilan // Bien que ce final cède par moment aux sirènes de la facilité alors que ce n'est pas le genre de la maison, il est l'aboutissement plus que satisfaisant d'une saison 6 de Weeds riche en émotions. La fin de la série se profile et il se pourrait bien qu'elle nous quitte sur une note plus que positive après s'être perdue quelques années en chemin. 

24 novembre 2010

The Vampire Diaries [2x 09]

dnes_tvd_elena_modifi__1

Katerina // 3 5oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_9259

   Nina Dobrev finira-t-elle vivante la saison ? J'espère en tous cas que la CW lui a offert un cachet plus conséquent pour cette saison 2 car elle doit tourner deux fois plus que les autres. Je ne vais pas la plaindre non plus hein. Dans cet épisode, nous n'avions donc pas une ni deux mais trois Katherine ! Enfin seulement deux techniquement mais les scènes du passé de Katherine donnaient l'impression d'avoir affaire à une troisième entité. D'un autre coté, elle n'a pas beaucoup changé au final puisque l'on découvre qu'elle a toujours été mauvaise. Moi qui suis friand des flashbacks dans Vampire Diaries j'ai été servi. Le but du jeu était plus que louable puisqu'il s'agissait d'expliciter enfin les vraies raisons de la venue de Katherine à Mystic Falls et je suis très surpris. Finalement, les Salvatore ne sont pas très importants dans son plan. Ce sont des pions. En revanche, Caroline, Bonnie, Tyler (tiens, j'avais jamais tilté : Bonnie Tyler - ouh le méga LOL) et Elena sont les clés du mystère. Cela donne tout à coup un poids considérable à la saison. Dommage que Katherine n'ait pas besoin d'une plante verte dans son plan, tante Jenna aurait pu elle aussi servir à quelque chose ! Certes, après son accident d'il y a quelques épisodes, on peut considérer qu'elle a déjà eu plus d'importance qu'en saison 1. On ne peut nier l'amélioration. Le duo Stefan/Caroline fonctionne plutôt bien et je dirais même de mieux en mieux. Ce n'est pas tellement une question d'alchimie mais surtout de bons dialogues. On n'est pas au niveau du duo Elena/Damon et il n'y a de toute façon pas les mêmes enjeux mais j'adhère. L'absence de Tyler dans cet épisode ne se fait pas trop ressentir mais on parle de lui et son importance dans les prochains épisodes ne pourra être que considérable. La pleine lune arrive...

   Bonnie et Jeremy, c'était bien partie mais l'arrivée d'un duo de sorciers père et fils vient bouleverser les plans du couple en devenir. Enfin c'est surtout Bonnie qui, telle une girouette, oublie rapidement Jeremy quand elle rencontre ce garçon que je n'ai pas trouvé séduisant du tout pour ma part (il faut dire qu'à coté de Jeremy, rien ne peut-être plus craquant !). Mais on sent très bien que, comme tout nouveau personnage, il est louche et veut du mal à quelqu'un. Ca deviendrait presque trop facile ce recours systématique à de nouveaux personnages secondaires pour bousculer l'ordre établi. Cela dit, ça change des séries incapables de créer des personnages secondaires convaincants. J'y trouve mon compte l'un dans l'autre. Puis c'est toujours l'occasion de cliffhangers hyper efficaces comme c'est le cas dans cet épisode. So... Content qu'Elijah ne perde pas de temps à mettre sa vengeance à exécution. On prépare par la même occasion l'avenir (la fin de la saison 2 ?) en évoquant le very big bad de la série, le vampire ultime, prénommé Klaus. Une excellente idée de casting serait la bienvenue car contrairement à la première saison, je trouve les guests un peu décevants cette année. Un mot pour terminer sur l'énigmatique Rose qui me plait bien et qui, surtout, va permettre à Damon de ne plus faire une fixette sur Elena pendant au moins quelques épisodes. Mine de rien, ça fait bizarre de le voir avec une autre. Vicky c'était il y a longtemps maintenant. Depuis, il n'y a pas eu grand monde qui est passé dans son lit. Pour le piège à filles de la série, c'était étonnant. 

vlcsnap_5989


// Bilan // Cet épisode donne à la saison une envergure supplémentaire qui me remplit d'espoir. Je ne vois pas comment les prochains épisodes pourraient ne pas être bons en fait. Les scénaristes sont dans une forme olympique et maîtrisent parfaitement leur série. C'est super rare cette impression (ce n'en est peut-être qu'une).

23 novembre 2010

Grey's Anatomy [7x 09]

dnes_season4_ga_christina_m

Slow Night, So Long // 11 46o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_63303 vlcsnap_62737

  Ca faisait très longtemps que je n'avais plus autant ri devant Grey's Anatomy ! De ce point de vue là, cet épisode un peu spécial était grandiose. L'introduction avec Cristina transformée en barman et tout ce qui a suivi m'a vraiment éclaté. C'était encore plus improbable que l'excursion dans le centre commercial. Mais le plus drôle, c'était de voir les visages médusés des résidents. Il n'y a que Derek que ça faisait sourire au final. Il a bien compris qu'il s'agissait d'une phase et il compte bien aider Cristina à s'en sortir. J'ignore combien de temps va encore durer la mascarade mais si ça reste aussi amusant quelques épisodes, je ne suis pas contre. Cristina aura bien le temps de retrouver son ambition débordante par la suite. Elle risque même d'être plus motivée que jamais. Y'a juste un truc qui m'a un peu choqué et je me suis dit à ce moment-là que les scénaristes allaient trop loin : quand Cristina a commencé à se frotter aux clients. C'était tellement pas elle pour le coup. J'ai été étonné que Owen ne réagisse pas plus violemment, lui qui est si sanguin. Il serait temps qu'il se bouge un peu. Il est trop passif jusqu'ici.  Il y avait comme un arrière-goût de nostalgie dans cet épisode, surtout au moment où Meredith et Karev se remémorent les paroles du Chief au début de la série. Qui aurait imaginé qu'ils seraient les deux internes à tenir encore debout ? Pour une fois, j'ai repensé à Izzie avec tendresse. Et à George bien-sûr. Sans aller jusqu'à dire qu'ils manquent à la série, disons qu'on aimerait bien les retrouver au détour d'une scène ou deux de temps en temps en mémoire du bon vieux temps.

   Je suis littéralement fan de toutes les scènes de la série qui se déroulent en dehors de l'hôpital. Je vous l'ai déjà dit de nombreuses fois. Il s'en dégage toujours une chaleur humaine et une complicité entre les personnages/les acteurs qui me ravit au plus haut point. J'ai donc été plus que gâté cette fois-ci avec les résidents tous plus éméchés les uns que les autres chez Joe. C'était l'occasion de découvrir une Teddy particulièrement piquante et amère à la fois. J'aurai adoré voir un peu de son date même si c'était certainement plus drôle de l'entendre le raconter. Son discours à Callie était géniale, d'autant qu'il correspond un peu à ce que nous téléspectateurs pensons (je crois) mais il n'a pas eu l'effet escompté. Ce que j'ai tant redouté est arrivé : Callie et Mark ont remis le couvert ! J'espère que, comme par le passé, ça n'aura pas de conséquences et qu'un couple, même temporaire, ne va pas se former. Et qu'on ne remettra pas sur le tapis les envies d'enfant de Callie hein... Bailey bourrée, il me semble que c'est une première. Chandra Wilson n'est pas aussi à l'aise dans ce registre que dans les autres mais elle reste extraordinaire et sa scène avec April était à se pisser dessus. L'histoire de l'eau et du savon, vous voyez ce dont je parle... Et puis ça rend toujours plus sympathique April, qui est vraiment une adorable idiote et une éternelle naïve. J'ai apprécié que Bailey évoque Ben. Il avait été un peu trop rapidement zappé à mon goût. Peu de chance qu'on le revoit cela dit puisque l'acteur est Off The Map actuellement.

   Le duo Bailey/Jackson n'a pas pu être creusé dans cet épisode malheureusement mais ça reviendra je suppose. En attendant, Jackson a été associé à Lexie une fois de plus et je crois que l'on ne va pas couper à ce couple. Tant pis pour Teddy... Le jeune homme est visiblement toujours traumatisé par la mort de ses amis, notamment celle de Charles puisqu'il en cauchemarde. On a quand même du mal à comprendre ce qu'il lui trouvait à ce Charles. Le cas médical reflétait avec beaucoup de justesse ses tourments, et surtout cette incapacité à s'ouvrir. Par bien des points, j'ai toujours du mal à voir la différence entre Jackson et Alex. Ok, le deuxième est une raclure d'égoût et ça change tout mais on a affaire dans le fond à deux cas assez similaires et c'est regrettable. Un petit goût de déjà vu... Bon et puis il y a Stark, qui reste unidimensionnel, caricatural dans le rôle du méchant médecin imbu de sa personne et peu préoccupé par ses patients. Je suis vraiment déçu, d'autant que je ne comprends pas pourquoi Richard ne réagit pas. Il laisse faire mais fait comprendre en même temps qu'il n'est pas dupe. Il n'y avait vraiment que lui qui pouvait remplacer Arizona ? 

vlcsnap_63825 vlcsnap_62997


// Bilan // Enfin un épisode de Grey's Anatomy super fun que j'ai pris un pied monstre à regarder ! Cette saison 7 a tout pour plaire.

44069764

The Walking Dead [1x 02 & 1x 03]

3f4l5x01

Guts // Tell It To The Frogs

4 707 000 tlsp. // 5 074 000 tlsp.

59143482 // 59142983


vlcsnap_217587 vlcsnap_217899

   Moyennement convaincu par le pilote de The Walking Dead, je le suis légèrement plus par les deux épisodes suivants. Surtout par le deuxième en fait, où il se passait enfin quelque chose et devant lequel je me suis pas ennuyé ou presque. Et puis c’était vraiment gore pour le coup, bien crade, bien violent, bien glauque. Je ne prends pas un pied monstre à regarder des zombies se faire massacrer et je crois que ça ne changera pas mais je ne peux pas nier que la réalisation est excellente et les effets-spéciaux et maquillages bluffants. L’épisode 2 est donc très tourné vers l’action, on a même dû mal à reconnaître la série présentée dans le pilote. On se retrouve tout à coup avec un tout un tas de personnages autour de Rick, plus ou moins insignifiants d’ailleurs mais le moment n’est pas venu de creuser leur psychologie. Il faut échapper aux zombies coûte que coûte. Le rythme est par conséquent soutenu. Le cas de conscience autour du survivant menotté sur un toit était intéressant mais il était difficile de ressentir une quelconque peine pour lui vu la façon dont il nous est présenté. C’est une ordure et tout ce que l’on souhaite c’est qu’il y reste, de préférence dévoré par les zombies du coin. Cela n’arrivera pas et il ne meurt même pas de déshydratation ou je ne sais quoi puisqu’il réussit à se couper la main et à s’enfuir. Autant dire qu’il va certainement faire baver ses compagnons d’infortune s’il les retrouve. Et ce sera forcément le cas. S’il ne nous avait pas été présenté comme un connard fini, je suis sûr que ça aurait donné quelque chose de plus prenant.


 Le troisième épisode est beaucoup plus « psychologique », on ne voit d’ailleurs quasiment pas de zombies pendant 50 minutes. On s’attache à nous présenter les nombreux personnages survivants avec plus ou moins de brio. Il va encore falloir du temps avant de s’attacher à eux. Par conséquent, l’émotion recherchée n’est pas atteinte, même lors des retrouvailles entre Rick son fils et sa femme. La relation entre Rick et Lori n’est cependant pas inintéressante mais je regrette vraiment le choix des acteurs. Ils ne sont pas mauvais, ils ne sont juste pas exceptionnels. Shane se transforme petit à petit en homme à abattre tant par son comportement violent que par son mensonge à Lori, que l’on découvre stupéfaits : il lui a fait croire que Rick était mort, sans doute pour mieux la récupérer ! Bon, j’imagine que c’est plus compliqué que ça et qu’il a vraiment cru que Rick était mort mais quand même… Vivement que Rick, qui est son meilleur ami je le rappelle, apprenne la vérité. J’ai bien cru que Lori allait l’avouer d’ailleurs quand ils étaient dans la tente.

 

vlcsnap_219200 vlcsnap_221505



// Bilan // The Walking Dead s’affirme sans mal comme la série la plus gore créée à la télévision américaine. En revanche, en termes de profondeur, j’attends toujours que la patte AMC pointe le bout de son nez. Pour le moment, c’est finalement assez creux et les personnages manquent tous de charisme dès lors que ce ne sont pas des ordures finies. La marge de progression est conséquente…

Posté par LullabyBoy à 01:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 novembre 2010

Brothers & Sisters [5x 08]

dnes_season4_brothers_nora_

The Rhapsody Of The Flesh // 8 6oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_166099 vlcsnap_168419

   Une cougar chez les Walker ! Si Brothers & Sisters se met aussi à céder aux effets de mode, que va-t-elle devenir ? C'est sans doute pour pallier à l'absence bien regrettable de Calista Flockhart que les scénaristes se sont mis en tête d'en faire des tonnes dans la comédie, quitte à verser dans le vaudeville digne d'une pièce de boulevard avec Jean Lefebvre (paix à son âme), Bernard Menez (paix à son... ah euh non) et Maria Pacôme (oui, pourquoi pas ?). L'arrivée de la mère de Luc, Gabriela Laurent, chamboule tout le monde et c'est essentiellement autour d'elle que l'épisode va s'articulier. Je n'ai rien contre Sonia Braga qui incarne ce personnage haut-en-couleur, quasi-nymphomane, mais elle en faisait vraiment des tonnes. Il me semble que les situations étaient suffisamment lourdes pour ne pas en rajouter ! Cela dit, par moment, c'était vraiment drôle. Et puis elle a l'avantage de ne pas tomber dans le cliché français puisque, comme Luc, elle ressemble plus à une mama italienne (je ne dis pas que Luc ressemble à une mama italienne hein, à un étalon italien surtout) qu'à ma mère quoi. Telle mère, tel fils : Gilles Marini n'a jamais été aussi mauvais. Et comble du ridicule: il joue encore plus mal en français, sa langue natale, qu'en anglais ! Ce n'est pas très étonnant en même temps. S'il avait fait carrière en France, à part dans Sous le soleil, je ne vois pas bien où il aurait pu atterrir. Les engueulades avec sa mère, en français non sous-titré s'il vous plait, en devenaient presque hilarantes tant c'était ridicule.

   La rivalité entre Nora et Gabriela a eu ses moments de bon et de moins mais c'était agréable à suivre dans l'ensemble. Mais ce que je retiens surtout, c'est que le Dr. Karl a beaucoup plus de potentiel que prévu et je l'imagine vraiment bien rester avec Nora longtemps. On sent que les scénaristes cherchent à remplacer Ojaï par autre chose, qui soit équivalent tout en étant différent, et cette station de radio pourrait bien faire l'affaire contre toutes attentes, bien que l'aspect familial soit beaucoup moins évident. Entre Nora et son futur amant, tous deux à la tête d'une émission, et Sarah qui risque de devenir leur nouvelle patronne, j'ai bien l'impression que l'on se dirige vers ça. Kitty pourrait même reprendre ses activités d'animatrice comme au bon vieux temps de la saison 1 quand on a fait sa connaissance. Je reconnais que je suis en train d'essayer de me convaincre. Je n'y crois qu'à moitié...

   Vous avez remarqué que Scotty était devenu le confident de tous les Walker ? Je trouve ça bien en tous cas. J'adore ce personnage, qui réussit je ne sais comment à ne pas être lisse. Cette fois, c'est Justin qu'il épaule dans sa lutte contre l'addiction... sexuelle ! Eh oui. Le petit dernier de la famille ne se droguant et ne buvant plus, il fallait lui trouver un autre problème. Heureusement, c'est plus léger pour le coup et ça fait du bien de le voir souriant. Après son histoire intense avec Rebecca, je ne le voyais pas repartir directement dans une nouvelle grande passion. En même temps, on ne devrait pas tarder à y avoir droit si les scénaristes sont fidèles à leur réputation ! Au passage, big up à "Captain Happy", "Little Big Man" et "The Magnificent Seven (Inches)" !      

vlcsnap_188997


// Bilan // Brothers & Sisters a inventé à travers cet épisode le concept de "la légéreté lourde". En gros, on en fait des tonnes pour détendre l'atmosphère et ça marche... un peu. On "Breathe Again", comme la chanson de Sara Bareilles à la fin de l'épisode le souligne, mais je crois que je préfère étouffer avec les Walker. C'est nettement plus enrichissant.

44069764