dnes_season4_dh_bree_miniba

Sorry Grateful // 11 92o ooo tlsp.

44030374_p


vlcsnap_69047 vlcsnap_57371

   Je l'attendais comme le messie cet épisode de Desperate ! Ce début de saison 7 était trop correct pour être honnête. Ca ne pouvait que cacher quelque chose et nous y sommes : les scénaristes n'avaient trouver que de bonnes amorces d'intrigues, pas de bonnes intrigues. Les amorces étant terminées, on va maintenant devoir se coltiner les mauvaises idées visant à passer le temps en attendant d'en trouver de meilleures... ou pas. A l'occasion de la traditionnelle fête de Thanksgiving, les housewives organisent des dîners divers et variés mais leur point commun à tous c'est qu'ils sont sans intérêt...

   Le premier dîner a lieu chez Bree et, dans sa grande bonté, ce qui devait être un tête à tête avec Keith se transforme en foire d'empoigne entre les parents de celui-ci, au bord du divorce, et McCluskey et son bonhomme qui font office de plantes vertes (bien flétries). Ce genre de repas, on en a eu des tonnes dans la série, souvent réussis il faut bien le dire et particulièrement quand Bree était impliquée. Ce n'était pas drôle cette fois puisque tout était prévisible de bout en bout et les dialogues n'étaient pas suffisamment bons pour faire passer la pilule. Je me suis franchement ennuyé (et endormi) et ça m'embête d'autant plus que j'aimais bien Keith et Bree ensemble jusqu'ici. C'était rafraîchissant. La demande en mariage plus que prématurée est certainement responsable de ma déception. Pourquoi verser à ce point dans la facilité ? Il fallait vraiment ne rien avoir d'autre à raconter. Et rappelons qu'ils étaient au bord de la rupture dans les deux épisodes précédents !

   Le second dîner, chez Renee, n'en était pas vraiment un. Le personnage m'amuse plutôt pas mal dans l'ensemble mais j'ai trouvé sa méchanceté envers les enfants particulièrement exagérée dans cet épisode au point que ce n'était même plus drôle, juste pathétique. Et Dieu sait que je n'aime pas beaucoup les enfants moi non plus ! Mais là n'est pas l'important. Non, l'important c'est qu'on nous remet sur le tapis sa relation passée avec Tom et elle a l'air bien décidée à le récupérer contrairement à ce qu'elle prétend. L'idée m'amusait mais je me rends compte que ça ne colle pas dans l'exécution. Renee et Tom n'ont pas vraiment d'alchimie et on sait pertinement que cette intrigue n'ira pas bien loin. Au pire, Lynette l'apprendra et fera la gueule deux minutes. Et après ? On a beau dire, Renee pourra faire tous les efforts du monde, elle ne sera jamais à la hauteur d'Edie. En parallèle, Miss Delfino, dont l'intrigue chantage est terminée, retrouve une storyline bien bien nulle comme elle seule a le secret. Quoiqu'en réfléchissant, le niveau général baissant, elle n'a plus l'air si ridicule que ça la Teri Hatcher ! Enfin pas plus que les autres. Elle doit être contente ! La Susan baby-sitter m'emmerde au plus haut point et ses pitreries sont sans saveur. L'attitude de Lynette vis à vis de son bébé n'est pas des plus reluisantes. On a l'habitude de ses combines de mère qui sait gérer une grande fraterie mais ça devient ridicule de forcer le trait à ce point. Puis c'est tellement old tout ça...

     Troisième dîner chez les Solis. Alors là vraiment... Pardonnez-moi mais c'était à chier. Mais à chier de chez à chier vous voyez ! Gaby a invité les parents mexicains de sa fille pour un repas aux couleurs locales mais tout tourne très vite au désastre. Il se trouve qu'en fait ce sont des clandestins ! Au moins, voilà un thème qui n'avait encore jamais été traité dans la série. Mais au sein de l'intrigue bébés échangés, ça passe beaucoup moins bien puisque l'unique but des scénaristes est de faire passer à Gaby le plus de temps possible avec sa fille biologique à laquelle elle est déjà très attachée. Les parents de la gamine sont ridicules et on sent venir la suite à des kilomètres. J'espère qu'Eva Longoria a pris conscience qu'elle allait devoir jouer la mère éplorée dans quelques épisodes. Donc elle doit commencer à s'entraîner. L'école des Feux de l'amour ne suffit pas pour être crédible. Remarque, il lui suffira de penser à Tony Parker, à sa maîtresse, à la centaine de textos coquins qu'elle a découvert, aux enfants qu'ils n'auront jamais ensemble... Ok, je deviens super bitchy là. Scusez. 

     Chez Paul Youg, on fête Thanksgiving au lit et en prison, mais pas de dîner à l'horizon. Même si j'aime assez l'intrigue fil-rouge de la saison, elle montre déjà ses premiers signes de faiblesse. Enfin déjà... Les années passées, il a fallu attendre beaucoup moins de temps pour que les limites soient atteintes ! On peut s'estimer heureux cette année quelque part. Les multiples allers et venues de Beth en prison sont redondantes. Elles perdent un peu plus de force à chaque fois et le coup de sang final de Felicia sentait le réchauffé bien que Harriet Sansom joue toujours cette cinglée à la perfection. Je crains que Felicia ne passe rapidement à la trappe pour se concentrer davantage sur le plan "machiavélique" de Paul. Il va falloir tenir encore une douzaine d'épisodes. J'espère que les scénaristes ont de bonnes idées derrière la tête. J'ai presque envie de leur faire confiance sur ce coup-là. Paul a vraiment l'air de les inspirer...   

vlcsnap_89588 vlcsnap_76875


// Bilan // Etant donné qu'aucune intrigue ne m'a convaincu dans cet épisode, décerner à ce dernier zéro étoile me paraissait approprié. Pourtant, je le regrette presque déjà. Il y a eu tellement d'épisodes bien pires par le passé... Disons que c'est le plus mauvais de la saison 7 à ce jour.

44069764