carruseldeseries_the_event_nbc_logo

A Matter Of Life And Death // Casualties Of War

6 55o ooo tlsp. // 6 42o ooo tlsp.

44030376 // 44030377


vlcsnap_403736

   The Event, au fil des épisodes, se tourne de plus en plus vers l'héritage de 24 que de Lost. Ce qui n'est pas une très bonne chose de mon point de vue mais je trouve toujours mon compte pour le moment. Ca manque un peu de mystère en fait, j'ai l'impression que l'on sait déjà l'essentiel. Et ce que l'on ne sait pas, on ne nous le met pas plus en avant que ça. On ne réussit pas à nous donner envie de comprendre. On ne cherche pas non plus à nous faire bâtir des théories. On n'a pas assez d'éléments pour ça. Bref, The Event n'est pas Lost et c'est ça qui me chagrine puisque je comptais sur elle pour combler ce grand vide. Ca ne l'empêche pas d'être très divertissante. En cela, l'épisode 4 m'a énormément fait penser à du Prison Break de bonne facture, sauf que Prison Break est passée par là et que les moyens de diversion, on les connaît par coeur. Je ne me suis pas fait avoir sur le premier twist. Je me doutais bien que Sean et Collier n'avaient pas déjà localisé la bonne maison. Et puis Vicky ressemble énormément physiquement et dans le caractère à Gretchen (Jodi Lyn O'Keefe) pour ceux qui s'en souviennent. Dans l'histoire personnelle aussi puisque Gretchen avait également un enfant et qu'il a servi à Scofield et sa bande pour lui mettre la pression (en vain si je ne dis pas de bêtise). Ces similitudes gâchent un peu la fête mais la tension était là et je suis content que Sean et Leila ne soient pas restés séparés trop longtemps. Faire tenir toute la saison sur le kidnapping aurait été lourd. Et puis il y a déjà eu Vanished et Kidnapped dans le genre. Reste à savoir maintenant dans quelle direction les scénaristes souhaitent nous emmener avec eux. Les possibilités sont multiples. Je tiens également à dire que je suis fan des flashbacks les concernant. Il s'en dégage toujours une très grande émotion. C'est un véritable tour de force pour des personnages que l'on connaît à peine. Je me sens déjà attaché à eux. J'ai particulièrement aimé le passage où Sean dévoile aux parents de Leila ses relations chaotiques avec ses parents. J'ai trouvé Jason Ritter excellent à ce moment-là ! Il n'est peut-être pas charismatique mais il a définitivement quelque chose. Je fond.

   Du coté des "non-humains", on cherche davantage à approfondir les relations entre les personnages tout en évitant soigneusement de trop en dire. On sait que Thomas a eu pour mission il y a 66 ans de trouver un moyen pour que les siens rentrent chez eux, sur ordre de Sophia. Ils sont clairement très proches (amoureux ? Frères et soeurs ?) mais ce n'est pas explicité. Et Sophia est donc bien devant lui dans la hiérarchie. Le doute était permis pendant un instant. 66 ans plus tard, Thomas n'est toujours pas capable de ramener les siens chez eux mais en ont-ils tous encore envie ? J'en doute déjà en ce qui concerne Simon, encore trop discret à mon goût d'ailleurs. La confrontation entre Thomas, Sophia et le président Martinez était intense, même si je regrette que les dialogues ne soient pas plus soignés mais ce n'est pas jamais le fort de ce type de séries. Zeljko Ivanek en impose toujours autant. Je m'impatiente de le voir vraiment sortir de l'ombre. J'imagine bien Martinez mourir en cours de saison et être remplacé d'urgences par Blake Sterling. Je divague un peu... J'avoue que Blair Underwood ne me convainc toujours pas beaucoup. La libération de Sophia, comme celle de Leila finalement, promet forcément du changement pour les prochains épisodes. J'ai hâte de les voir ! 

vlcsnap_453258


// Bilan // The Event peut d'ores et déjà être considérée comme une série addictive mais elle cherche, outre le divertissement parfois facile, à creuser ses personnages et rendre leurs motivations plus fortes mais plus obscures aussi à chaque nouvel épisode. C'est un compromis qui me convient.