16 août 2010

Hung [2x 06]

54758611

Beaverland // 2 5oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_130238

   Je crois que j'ai un problème avec l'ordre. Vous voyez, ce qui m'a dérangé dans cet épisode et de manière plus générale dans la structure de la série, c'est que l'on ne suit pas les règles habituelles. Les scénaristes commencent une intrigue qui devrait ne durer qu'un épisode mais font le choix de ne pas la terminer maintenant mais plus tard et pas forcément dans le prochain épisode. On se retrouve donc avec des moitiés d'intrigues, voire des quarts, avec d'autres qui restent en suspend on ne sait pourquoi et comment, d'autres qui avancent de manière trop fulgurante et d'autres qui partent aux oubliettes purement et simplement. Du coup, cette semaine, Damon et Darby apparaissent à peine, juste le temps de nous montrer qu'ils sont toujours plus clairvoyants que leurs parents et qu'ils sont accessoirement toujours en froid. On reprend l'intrigue de Mike en nous faisant miroiter la révélation du job secret de Ray à celui-ci. Cela n'aura pas lieu puisqu'on part rapidement sur autre chose. On ne perd pas aux changes mais la frustration est là malgré tout et elle est bien inutile. Je relève au passage ce moment où Tanya remet en question la virilité de Ray afin de faire tourner les choses à son avantage. Smart ! Mais, encore une fois, il faudra attendre pour savoir si le stratagème a fonctionné... Au lieu de ça, on nous colle une nouvelle intrigue "sexe", plutôt intéressante d'ailleurs puisque la nouvelle cliente de Ray est frigide. Elle n'est pas vierge mais elle n'a jamais connu les joies du sexe. Ca ne lui fait pas d'effet. La mission de Ray est donc de lui faire découvrir l'orgasme et ça commence mal. Pas mal !

   Jessica est très présente dans cet épisode, chose qui ne me dérange pas le moins du monde puisque j'adore Anne Heche et j'ai eu le plaisir de retrouver Marin Frist de Men In Trees pendant quelques minutes. Le castor de Jessica vaut bien le raton-laveur de Marin ! La comparaison était inévitable. J'ai envie de croire au fond de moi à un clin d'oeil mais c'est sans doute plutôt un heureux hasard. Bref, l'histoire du castor était prétexte à de gros sous-entendus pas très fins sur le complexe d'infériorité de Ron vis à vis de Ray. Saviez-vous qu'en anglais, le mot "beaver" se rapporte aussi au sexe féminin ? Je ne sais pas d'où ça vient précisément mais je suis à peu près sûr que ça a un rapport avec les poils... Toujours est-il que ce n'était pas subtile pour deux sous mais amusant. Si la métaphore vous a échappé, revoyez les quelques en scènes avec ce regard neuf et vous allez tout de suite comprendre, et rire.

   Sinon, Tanya m'a bien botté cette semaine. Surtout lors du dîner avec sa mère et ses amis. Elle veut tellement prouver qu'elle n'est pas une ratée qu'elle se transforme quasiment en mythomane. Elle trouve le bonheur dans le mensonge ou, pour être plus soft, dans la transformation de la réalité. Son pote P.I.M.P. n'est toujours pas d'une grande utilité au final, par contre. Bon et puis il y a Lenore. Ses répliques font toujours mouche mais son soudain intérêt pour Ray -à moins que ce soit une diversion- me paraît totalement illogique. En saison 1, il ne l'intéressait pas, même après y avoir goûté. Pourquoi l'intéresse-t-elle tout à coup ? On remarque que les rôles entre Tanya et Lenore sont en train de s'inverser. Lenore se veut confidente et Tanya se veut efficace. Combien de temps cela peut-il durer ?    

vlcsnap_124973


// Bilan // Je n'ai pas retrouvé dans cet épisode la subtilité d'écriture habituelle. Mais la fraîcheur et le charme sont bien là, intacts. 

Posté par LullabyBoy à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,