14 août 2010

Rubicon [Pilot & 1x 02]

19460418_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100609_035331

Gone In The Teeth (Pilot) // The First Day Of School

44030377

What About ?

Will Travers, un homme hanté par la disparition de sa femme et de son fils lors de l'attaque du World Trade Center, est un brillant analyste pour une agence gouvernementale à New York. Lorsque son patron, qui est aussi son beau-père, meurt dans la collision de deux trains, Will découvre que tout cela n'a rien d'accidentel. Une conspiration, qui pourrait être mondiale, est en marche et il en est malgré lui l'un des pions...

Who's Who ?

Will Travers est incarné par le charismatique James Badge Dale, un habitué des seconds rôles (24, Rescue Me, The Black Donnellys), qui méritait bien qu'on lui fasse confiance, surtout après sa prestation récente dans The Pacific. So I Heard. Il partage l'affiche avec l'inexpressive Jessica Collins (The Nine), l'amusant Dallas Roberts (The L Word), l'amusant mais plus inquiétant Christopher Evan Welch et l'inquiétant tout court Arliss Howard. A noter également la présence imposante de Miranda Richardson (Harry Potter). Rubicon met donc en scène des acteurs peu connus mais qui gagnent à le devenir...

So What ?

  AMC a encore frappé. Après Mad Men (que je regarderai un jour, c'est promis) et l'excellentissime Breaking Bad -on va passer sous silence l'épisode The Prisoner qui n'a pas convaincu tout le monde, loin s'en faut, mais moi oui- la chaîne câblée américaine destinée aux CSP+++ impose son style avec Rubicon. Si les années 60 enfumées et les déserts arides sont loin, la lenteur est leur dénominateur commun. Will et chacun des protagonistes de ce casse-tête pour téléspectateurs avisés traînent le poids de leurs solitudes dans un New York entre ombre et lumière. La mélancolie rampe entre les couloirs froids et les rues sombres. Chaque regard a son importance, chaque silence en dit long. La musique, sublime et rétro, digne des vieux films noirs, souligne majestueusement une ambiance pesante et paranoïaque, presque étouffante. L'art de Will, celui de trouver dans le moindre détail de l'existence et du quotidien un sens caché, un secret, est fascinant tout en laissant perplexe. Et si cette série était trop intelligente pour nous ? Le pilote, nébuleux, a l'élégance de ne pas nous prendre par la main, de nous laisser le choix de suivre ou non Will dans sa quête de vérité, à nos risques et périls. Je mentirais en disant qu'au long de ces deux premiers épisodes, je ne me suis pas ennuyé. Il faut clairement s'accrocher, se laisser porter sans s'effacer, s'impliquer. Puis tenter de rassembler les pièces de ce puzzle qui s'annonce gigantesque à notre rythme et à celui de Will, aussi lent soit-il. Pour l'heure, les pièces sont peu nombreuses et floues. Le suicide qui ouvre l'épisode est à garder à l'esprit à chaque instant. Il est sans doute essentiel. Cette narration à indices et probables fausses pistes me fait penser à un Damages plus ampoulée et moins chaleureux. Je ne dirai pas un mot de plus sur Rubicon. Inutile de palabrer, c'est une série d'envergure qui prendra tout son sens lors de sa conclusion et qui requiert notre plus grande dévotion en attendant. Ca me fait penser à une série culte qui s'est arrêtée récemment mais j'ai perdu son nom... Vous voyez ce que je veux dire ?

// Bonus // Un trailer :