117060_D_0058r2_ful

Saison 1 // 9 37o ooo tlsp. en moyenne

44030378

   Sensation comique de l'année, Modern Family est aussi bonne qu'on le dit ! En utilisant le système du mockumentary, elle aurait pu se vautrer de tout son long, elle aurait pu faire fuir les amateurs de sitcoms dites classiques, en gros, elle aurait pu se transformer en Arrested Development-bis  (une excellentissime sitcom qui n'a jamais trouvé son public car trop en avance sur son temps et pas programmée sur la bonne chaîne) et pourtant, ça ne s'est pas du tout passé comme ça. La curiosité et le buzz passés, les téléspectateurs lui sont restés fidèles et elle ressort de la saison 2009/2010 victorieuse. Il s'agit d'un des plus beaux accomplissements de ces dernières années. Non seulement elle est originale et irrésistible mais, en plus, elle a relancé le genre de la sitcom qui était en perte de vitesse. Bien-sûr, c'est aussi un concours de circonstances. Elle est arrivée au bon moment. Mais son succès d'estime a largement contribué à cette petite révolution dont on mesurera réellement les effets la saison prochaine avec une avalanche de nouvelles sitcoms !

   Je ne vais pas refaire les présentations dans cet article. Je renvoie ceux qui n'ont pas encore regardé la série vers ma critique du pilote (ICI) mais je vais vous parler des personnages qui m'ont le plus amusé au cours de cette saison et ce n'est pas si facile de choisir quand j'y pense. D'abord, un grand bravo aux auteurs pour avoir réussi à intégrer les enfants dans la série en les mettant au même niveau que leurs parents. Ils ne sont pas secondaires. Ils sont même essentiels. Mon chouchou, c'est Manny. Non seulement le personnage m'a fait éclater de rire plus d'une fois mais en plus le jeune acteur qui l'interpréte est absolument bluffant ! Je fantasme encore d'un crossover entre Modern Family et Desperate avec Manny qui tombe follement amoureux de Juanita, pendant que Gaby et Gloria se crépent le chignon. Au pire, si les dirigeants d'ABC me lisent (et c'est forcément le cas, non ?), pensez à une campagne marketing autour de ces duos ! Ce serait énorme. Mais bon, je ne vais pas non plus salir cette review en parlant trop de Desperate. Le duo Manny/Jay nous a offert d'excellents moments de comédie, surtout en début de saison, et a permis à ce bougon de Jay de montrer qu'il pouvait être touchant. Ed O'Neill a su y faire. Si l'on y ajoute la bombe électrique Sofia Vergara, on obtient un cocktail des plus efficaces. J'avoue que l'accent très prononcé de Gloria me tape un peu sur les nerfs au bout d'un moment mais ça fait partie de son charme on va dire... Au passage, je suis super fan des moments tendancieux entre Gloria et Phil, lequel est mon personnage adulte préféré. Je n'aurais pas cru au début. Il m'éclate tout particulièrement dans les passages d'interviews. C'est le seul qui se démarque d'ailleurs, là où les autres tournent toujours un peu en rond autour du principe de mauvaise foi. Un petit défaut à corriger pour la saison 2, encore que ça reste très drôle jusqu'ici.

   Chez les enfants, je suis assez fan d'Alex également. Elle me fait penser à moi à son âge en fait. Luke étant mon frère, en moins stupide quand même, je vous rassure. Sa façon toujours très habile de mettre le feu aux poudres ou d'aguicher ses frères et soeurs me plaît beaucoup. Sa soeur, Haley, puisqu'on en parle, n'est vraiment pas la plus marrante, ou disons qu'elle l'est à ses dépens, mais j'adore son petit-ami par dessus tout. Je me souviens encore de cet épisode où il lui avait écrit une chanson. C'était super drôle et assez osé. Et puis on en vient à ceux qu'on surnomme vulgairement "le couple homo", qui valent un peu mieux que cette appellation simpliste, d'autant que leur homosexualité n'est absolument pas importante au bout du compte. Ils sont aussi frappés et touchants que les autres et la caricature est relativement fine même si les scénaristes en font parfois un peu trop au sujet de Cameron. C'est en même temps ce qui le rend génial et totalement imprévisible. Le coup du roi Lion dans le pilote, c'est juste inoubliable ! Il y aussi cet épisode où le couple recevait une femme que la petite Lily a appelé "Maman", ce qui reste encore à prouver soit dit en passant. C'était borderline et j'aime le fait que la série puisse se permette ça sans tomber pour autant dans la facilité. Elle n'y cède d'ailleurs jamais et même quand on voit les catastrophes arriver à quinze kilomètres, on ne sait jamais comment on va y arriver. C'est dans ce chemin semé d'embûches que la série nous procure le plus de plaisir. Tout se complique toujours très vite, tout le monde y met du sien et c'est le fou rire assuré. Ce que j'aime moins c'est le systématique "tout est bien qui finit bien" mais qui est presque obligatoire dans ce type de format. Et parfois, c'est super mignon, comme dans l'épisode en deux parties à Hawaii. L'apogée de la saison, encore que j'ai dû préférer de tous les épisodes celui de la St Valentin ou éventuellement celui de l'anniversaire de Luke. A noter enfin l'utilisation intéressante des guest-stars, avec une grosse préfèrence pour la venue de Shelley Long en ex-femme hystérique hilarante. J'espère la revoir régulièrement.


   // Bilan // En une saison et 24 épisodes, Modern Family a réussi à obtenir une adhésion critique et populaire rare et nous a fourni tout un tas de souvenirs comiques que l'on n'oubliera pas de sitôt ! Si j'étais fou, je crois que je prendrais du plaisir à revoir la saison 1 là, tout de suite, maintenant. Elle me ferait toujours autant rire. Les Pritchett-Delgado-Dunphy sont déjà entrés dans le panthéon des familles les plus attachantes de la télévision. Bel exploit ! En espérant que la saison 2 sera à la hauteur...


    // Bonus // La chanson de Dylan, In The Moonlight (Do Me), parce que c'est du bonheur !