06 février 2010

Damages [3x 02]

dnes_season4_damages_ellen_

The Dog Is Happier Without Her // 1 o2o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_103444

   C'est fou. Nous n'en sommes qu'au deuxième épisode de la saison et on a déjà tout un tas d'informations à digérer que ce soit dans le présent ou dans le futur, à travers des flashforwards partiuclièrement généreux. Il ne me semble pas que dans les deux premières saisons on nous en ait donné autant en si peu de temps. C'est un régal ! En plus de ça, il y a comme un esprit "soap" qui traverse toutes les intrigues à la fois grâce à la famille Tobin qui cache bien des secrets mais aussi via les personnages que nous connaissons bien. Après avoir appris la mort de Tom, nous apprenons qu'il avait une liaison avec Ellen ! Du moins, c'est ce que l'on souhaite nous faire croire. Tout est dans le non-dit, le faux-semblant. Difficile de démêler le vrai du faux pour le moment mais il y a clairement ambiguïté. Et puis, puisque l'on sait qu'il s'est passé un an entre la fin de la saison 2 et le début de la saison 3, ça ne m'étonnerait pas qu'il se soit passé des choses importantes dans ce laps de temps. Tom et Ellen ont pu entamer une relation adultère, y mettre fin, puis la reprendre dans un futur proche. Et quand on y pense, leurs gestes mal assurés et leurs regards dans le Season Premiere n'étaient pas anodins et allaient au-delà des gentilles retrouvailles de deux bons vieux collègues. Tout est possible. La phrase d'Ellen adressée à la femme de Tom peut aussi être comprise dans un sens complètement différent. Etait-elle la seule à savoir ce que Tom et Ellen avaient trafiquoté au sujet de l'affaire Tobin ? C'est moins excitant tout de suite. On sous-entend également qu'Ellen serait responsable de la mort de Tom. Je doute vraiment qu'elle ait pu le tuer. En revanche, qu'elle ait assisté à son exécution, pourquoi pas...

   La déferlante soapesque n'épargne pas Patty puisque son divorce est en cours et que Phil se montre pour le moins entreprenant. Il aimerait bien qu'elle lui laisse une seconde chance mais face à son refus catégorique, il faut s'attendre à ce que le divorce devienne sanglant. Et visiblement, Phil sait pas mal de choses compromettantes sur Patty. Pas étonnant en même temps. A coté de ça, il y a l'affaire Tobin qui se poursuit avec la découverte d'une maîtresse interprétée par Madchen Amick (Twin Peaks). La pauvre s'est déjà faite renverser par le fils Tobin. Ca promet ! Dans le genre poissard, il se pose là lui. Tout est toujours très clairement exposé, les scènes sont intenses. Je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est que je suis impressionné. Un petit mot quand même sur l'avocat des Tobin qui est assez discret pour le moment mais qui a clairement son "hidden agenda". Il agit certainement plus dans son propre intérêt ! Coté révélations, on apprend quand même que Tom est lui aussi ruiné, ce qui explique mieux son appart' pourri du flashforward et sa mort aussi.      

vlcsnap_80383


// Bilan // Contre toutes attentes, cette saison de Damages risque d'être celle de Tom. Pourquoi pas ? Le seul défaut de cet épisode et du précédent, c'est une Patty reléguée au second plan. Pour le reste, c'est brillantissime !


05 février 2010

Tueurs En Séries [Episode du (5 Février 2010]

tueurs

Au programme cette semaine : Sur le tournage de Fais pas ci fais pas ça Saison 3, des news de V, Zooey Deschanel groupie pour HBO, un petit déj' Dexter à la française...

Posté par LullabyBoy à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Life Unexpected [1x 03]

dnes_season4_life_miniban

Rent Uncollected // 2 o9o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_22413

   Des trois premiers épisodes de Life Unexpected, c'est celui-ci le meilleur ! Maintenant que la machine est lancée, que les bases sont bien posées, le moment est venu d'approfondir tous ces personnages et d'en introduire de nouveaux qui reviendront sans doute régulièrement. Parmi eux, et c'est une (très bonne) surprise puisque je n'était pas au courant : la mère de Cate est interprétée par l'excellente Cynthia Stevenson (Men In Trees, Dead Like Me) ! Elle s'annonce déjà gratinée. Le peu qu'on l'a vue m'a suffit : je suis conquis ! Quant à la soeur de Cate, plutôt sympathique également, elle est incarnée par Alexandra Breckenridge que ceux qui ont eu le courage de regarder Dirt connaissent un peu. J'en fais partie et elle figurait parmi les rares points positifs de la série. Content de la retrouver donc. Deux personnages que l'on prendra plaisir à revoir. Quant aux parents de Baze, ils ne sont pas joués par des acteurs particulièrement connus il me semble, ils sont moins fun c'est certain, mais ils apportent quand même leur pierre à l'édifice avec leur bonne morale et leur argent. La scène entre Lux et son grand-père (même si ça fait bizarre de dire ça) était intense. Life Unexpected a clairement toutes les clés en main pour réussir à émouvoir et offrir quelques dialogues pas cons. Ca me rassure. De plus, Baze gagne vraiment en profondeur et en capital sympathie. Ca aussi ça me rassure parce que j'avais un peu peur qu'il me gave rapidement. Ce ne sera peut-être pas le cas finalement.

   Un truc qui me dérange un peu : l'émission de radio présentée par Cate et Ryan. Je n'y avais pas tellement prêté attention jusqu'ici mais dans cet épisode ça m'a sauté aux yeux : quelle impudeur ! Cate raconte sa vie à ses auditeurs alors qu'elle est une petite star locale, Ryan la taquine voire lui fout la honte devant eux. Désolé mais je ne trouve pas ça normal et crédible. Et encore moins quand la soeur de Cate entame une conversation privée avec elle... à l'antenne ! Pour faire une comparaison, Marin Frist dans Men In Trees présentait aussi une émission de radio mais elle se contentait de se servir de sa propre expérience ou de celle de son entourage pour donner des conseils aux habitants d'Elmo. C'était peut-être moins drôle mais au moins c'était crédible. A part ça, j'aime assez l'idée d'avoir fait changer Lux d'école. J'avais peur qu'on la transfère dans un lycée huppé histoire de rentrer dans les critères de la CW mais non, c'est juste un lycée "normal", qui ne craint pas. J'adore son attitude d'ailleurs. Elle n'hésite pas à rentrer dans le lard des gens, à s'inscruster. Elle devrait vite trouver sa place et faire des rencontres intéressantes. J'avais peur que ses "anciens" amis soient des boulets mais tout le discours autour de la famille de coeur, bien qu'un peu cliché, m'a donné envie de faire plus ample connaissance avec eux. On va faire comme Cate et Baze et tenter de les accepter. On verra bien ce que ça donne !

vlcsnap_23293


// Bilan // Un troisième épisode très sympa, qui dévoile un peu plus du potentiel de Life Unexpected. J'espère vraiment que la CW la renouvellera. Elle tient là enfin une série digne de ce nom. Faut pas laisser Lux filer.

04 février 2010

LOST [6x 01 & 6x 02]

dnes_season4_lost_jack_mini

LA X [Part 1 & 2] - (Season Premiere)

12 4oo ooo tlsp. // 11 8oo ooo tlsp.

44030377 // 44030378


Qui est le Monstre de fumée noire ? Que renferme le fameux Temple ? Qu'est-ce que la liste de Jacob ? Comment Richard a-t-il pu soigner le petit Ben ? Qu'est-ce qui se cache dans l'étui à guitare de Hurley ? Que sont devenus Cindy et les enfants ? A ces quelques questions, le sixième et dernier Season Premiere de Lost répond.


vlcsnap_138770

   Après une absence qui m'a paru interminable, Lost est de retour. Pour la dernière fois. J'ai toujours trouvé que la série soignait mieux ses sorties que ses entrées, exception faite du pilote bien-sûr et de ce double-épisode époustouflant à bien des égards. Ai-je été déçu ? Pas le moins du monde ! Ai-je été surpris ? Pas autant que je l'aurais voulu. Vais-je vous écrire un pavé ? Assurément !

vlcsnap_138194 vlcsnap_144869

   Tout commence par une lumière blanche éblouïssante et une bombe que l'on imagine avoir explosé. Puis le visage de Jack qui contemple le ciel à travers un hublot : nous sommes de retour dans le vol Oceanic 815 le 22 Septembre 2004. Oui mais voilà, rien n'est plus tout à fait pareil. Hurley est heureux. Il n'est plus maudit, il est chanceux ! Boone est bien là mais sans Shannon. Il n'a pas réussi à la convaincre de quitter l'Australie. Claire ? Elle n'est pas là. En tous cas, on ne la voit pas. Charlie ? Il ne prend pas sa dose d'héroïne dans les toilettes : il avale le sachet et manque de s'étouffer. Malheureusement pour lui, Jack est toujours un héros alors il le sauve. Desmond lit tranquillement une des oeuvres de Salman Rushdie. Pardon ? Ben oui, Desmond est dans le vol 815.... Mais où sommes-nous bon sang ? Dans quelle réalité ? Le plan de Jack a-t-il fonctionné ? Juliet s'est-elle sacrifiée pour quelque chose ? On s'attendait à cette introduction mais elle n'en est pas moins émouvante. A peine a-t-on le temps de se poser des questions que l'on plonge, nous mais pas l'avion, dans les profondeurs de l'océan où l'on découvre avec effroi et émerveillement à la fois que l'île est engloutie par les eaux. Les barraquements des Autres sont là, rongés par le sel, le pied de la statue gît majestueusement entre le corail et le requin tatoué du sceau de la Dharma rôde toujours nonchalament. Impressionnant ! Je ne m'en suis toujours pas remis. La musique de Giacchino à ce moment-là en plus, c'est quelque chose !

   vlcsnap_144261 vlcsnap_139051

   L'après-générique est assourdissant. Kate est pendue à un arbre. On pourrait se dire que la bombe a explosé mais vu sa supposée puissance, elle aurait tout ravagé sur son passage. Il n'y aurait plus de Kate et plus d'arbre auquel se pendre. Elle est tout simplement revenue en 2007, ainsi que tous ses compagnons d'infortune. Le temps que tout ce petit monde retrouve ses esprits et Sawyer et Jack sont déjà sur le point de s'étriper ! Pendant ce temps-là, Juliet, qui n'est pas encore morte, crie à l'aide. On fait durer le suspense (un peu trop ?) puis on nous offre une dernière scène poignante entre Sawyer et sa belle. Problème : elle n'est pas aussi déchirante que celle de la saison 5. On peut même dire qu'elle est de trop même si c'est un plaisir de revoir (pour la dernière fois ?) cette chère Elizabeth Mitchell. Le coup du "j'ai quelque chose à te dire de très important et paf je meurs", c'est juste super énervant, ça donne envie de casser sa télé. Mais Miles, qui rappelons-le entends les morts, entend Juliet penser que le plan a marché ! Et le casse-tête commence. Début de migraine. Ca m'avait manqué. Comment peut-elle prétendre que le plan a marché alors que clairement non ? Et pourquoi perd-t-elle un peu la tête avant de mourir ? Voici ma théorie : à la manière de Charlotte qui, peu avant sa mort, s'est mise à déblatarer une phrase de son passé, passé qu'elle était peut-être inconsciemment en train de revivre, Juliet a elle voyagé dans cette autre réalité où l'avion ne s'est pas crashé et a alors fait la rencontre de Sawyer autour d'un café. Comme si au fond, que le crash ait eu lieu ou non, ces deux personnages étaient faits pour se rencontrer. Il faut donc s'attendre à ce que Sawyer et Juliet se croisent dans quelques temps...

vlcsnap_142708 vlcsnap_146011

   Parce qu'ils n'ont pas disparu de la circulation, Hurley, Jin et Sayid ont également droit à leurs petites scènes, dominées par l'humour face à l'incompréhension générale. Ca permet de se détendre (un peu) et de dédramatiser (un peu) les choses. Le climat s'alourdit lorsque Jacob apparaît à Hurley (rappelons qu'il voit les morts) et lui demande d'envoyer illico-presto Sayid au Temple car il ne doit pas mourir ! Et c'est ainsi que de fil en aiguilles les scénaristes vont enfin nous donner quelques réponses quant à des questions qui traînent depuis un petit moment déjà. Le Temple d'abord, on en parle depuis la saison 3 lorsque Richard demande à ses troupes d'aller s'y réfugier. On n'en avait distingué qu'un mur jusqu'ici, cette fois nous y entrons franchement et comme un gamin qui va à Disneyland pour la première fois, j'étais tout émerveillé et tout ému. Il y a plusieurs choses importantes à retenir sur le Temple : d'abord que Cindy, l'hôtesse de l'air, et les deux enfants rescapés de la queue de l'avion y vivent et semblent heureux; qu'il est dirigé par un homme qui n'a pas encore de nom mais qui me fait penser à un Maître en arts-martiaux dans l'allure. Comme Richard, je le soupçonne d'être immortel. Puis nous est révélé quelque chose de finalement peu surprenant mais qui fait quand même son petit effet : une eau sacrée a le pouvoir de soigner les blessures et en y baignant Sayid, il se noie puis revient à la vie, tel le Christ ressuscité (la position des bras est symbolique). On comprend alors pourquoi Jacob tenait tant à ce qu'il soit transporté au Temple : il peut ainsi s'emparer de son corps, comme son ennemi s'est emparé de celui de Locke. Et à mon avis, parce qu'un combat Locke/Sayid n'aurait pas beaucoup d'envergure, Jacob va passer de corps en corps en terminant par celui de Jack pour un ultime affrontement Jack/Locke aka Jacob/Nemesis. De là à imaginer que les naufragés vont mourir un à un, du moins ceux qui font partis de la liste de Jacob, et que c'est précisément pour cette raison que l'île avait absolument besoin qu'ils reviennent, il n'y a qu'un pas que je ne franchirais pas... A ce propos, la liste de Jacob, bien qu'elle ne nous soit pas intégralement révélée, est en fait ce qui se cache dans l'étui à guitare de Hurley, ou plutôt dans la croix de la statue que l'étui à guitare d'Hurley contient ! Tordu ? Noooooooooon. 

vlcsnap_145680 vlcsnap_145553

   Toujours en 2007, retour dans la statue. Jacob vient de brûler vif, du moins le corps qui contenait son âme, Ben n'en croit pas ses yeux et les scénaristes nous font alors LA révélation de cet épisode. Pour qui a un peu cogité sur les événements du précédent épisode, ce n'était pas tellement une surprise. Mais j'ai eu une pensée pour ceux qui n'avaient rien compris et je suis sûr qu'ils sont plus nombreux qu'on ne le croit. N'y voyez pas de prétention de ma part. Juste un constat réaliste. Qui est le monstre de fumée noire ? Il est tout simplement l'ennemi de Jacob. Il ne s'en cache plus. A chaque fois que l'on a vu un mort apparaître (Christian, Yemi...), c'était lui. Pourquoi de la fumée noire ? Cela reste un mystère. Mais je ne crois pas qu'il faille espérer une quelconque explication scientifique à cela. On apprend par la même occasion à quoi servait la poudre qui entourait la cabane dite de Jacob. Elle permettait, non pas de repousser l'Ennemi mais de l'encercler, l'emprisonner dans cette cabane qui était finalement devenue la sienne. On comprend mieux maintenant pourquoi Christian implorait Hurley de l'aider : "Help Me!". Chose qu'il a d'ailleurs faite sans le savoir, si mes souvenirs sont bons, car en balayant un peu de poudre aux alentours de la cabane, il lui a frayé un passage. A vérifier tout de même. L'Ennemi (vous aurez compris que c'est ainsi que je le nommerais désormais pour plus de simplicité) avoue à Ben que ce qu'il souhaite, c'est revenir à la maison. Tout le contraire de Locke qui lui voulait rester. Où est sa maison ? Sachant que le mot "Home" a beaucoup plus de sens que "maison". Est-ce le Temple ? Les Autres se préparent à sa venue et répandent donc de la poudre partout. M'étonnerait pas que le Bad Guy ne soit pas celui que l'on croit. Jacob s'est peut-être emparé d'un bien/d'une maison qui n'était pas la sienne. A moins que ce bien/cette maison ne leur appartienne à tous les deux, sauf que Jacob a décidé de tout garder pour lui. En attendant d'en savoir plus à ce sujet, notons qu'une nouvelle preuve nous ait faite que Richard est arrivé sur l'île grâce au Black Rock : on sait qu'il était rempli d'esclaves et l'Ennemi lui dit qu'il est heureux de voir qu'il n'est plus enchaîné. Richard était donc un esclave sur le navire. C'est loin d'expliquer tout sur le sujet mais on est sur la bonne piste, définitivement.

vlcsnap_146807 vlcsnap_143841

   Ma review ne serait pas complète si je n'évoquais pas les morceaux de réalité alternative qui ponctuent l'épisode. Honnêtement, ils étaient loin d'être ennuyeux mais ce n'est pas ce qui m'a plus passionné. Ce que j'ai envie de retenir surtout, et je l'ai déjà dis, c'est que même si le crash n'a pas eu lieu, les personnages se croisent quand même et tissent des liens, soit importants soit infimes. C'est intéressant mais comme on ne sait absolument pas vers quoi on se dirige, la confusion prend le pas sur le plaisir de temps en temps. L'intrépide Kate m'a captivé. Le retour de l'ancien Jin m'a agacé. Les conversations innocentes mais en fait pleine d'ironie entre Jack et Rose m'ont amusé. Celle que Jack partage avec Desmond est pas mal non plus. Elle ajoute à la confusion générale mais il ne faut pas oublier que quoi qu'il arrive, ils se sont déjà rencontrés avant dans un stade. Donc pas la peine de s'imaginer que Jack se souvient par bribes de son passage sur l'île. Le dialogue le plus fort, que j'ai trouvé extrêmement émouvant, c'est celui entre Jack et Locke à l'aéroport. Au sujet du corps de Christian qui a encore disparu : "How could they know where he is ? They didn't loose your father, they just lost his body.". Ca peut sembler anodin mais c'est si terrible...   

vlcsnap_146514


// Bilan // LOST entame son tout dernier chapitre quasiment à la perfection : une émotion constante, de l'humour, ce qu'il faut de confusion, de mystère et d'action, et surtout DES REPONSES ! Je n'ai jamais été à ce point béat devant un épisode, toutes séries confondues. Si les 16 prochaines pièces du puzzle sont aussi intenses, on pourra dire que la série est sortie par la grande porte... Mais point trop d'emballement, tout reste à faire.

44069764

03 février 2010

How I Met Your Mother [5x 14]

dnes_season4_himym_barney_m

The Perfect Week // 9 4oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_164987

   J'ai le sentiment d'être un peu passé à coté de cet épisode. Il était plutôt sympa mais plusieurs blagues étaient difficilement compréhensibles pour qui ne baigne pas dans la culture américaine. C'est tout le problème des sitcoms en général et c'est une des raisons pour lesquelles elles sont rarement bonnes en VF. Ce n'est pas la faute des traducteurs : c'est juste intraduisible. Deux personnalités bien connues des américains sont apparues dans cet épisode et quand on ne les connaît pas, on ne peut pas totalement apprécier leur présence. L'homme à qui Barney racontre sa "perfect week" s'appelle Jim Nantz, un célèbre commentateur sportif de CBS. Forcément, les blagues sur sa copine plus jeune que lui ou sur sur son divorce sont pour nous français des private jokes. On peut les comprendre mais de là en rire... C'est un peu pareil pour le joueur de baseball qui débarque dans le MacLaren's. C'est un vrai de vrai, il s'appelle Nick Swisher, il fait parti des Yankees et il est très populaire. Heureusement, les blagues sont plus "générales" et ne tournent pas autour de sa personnalité. D'ailleurs, il ne dit quasiment rien. Je retiens surtout la réplique hilarante de Robin : "I would drop my panties so hard, they'd fall through the floor and make a hole all the way to China !". Hors contexte, c'est moins drôle.

   Une bonne partie de l'épisode est consacrée à Barney, comme toujours, et, même si je l'apprécie beaucoup moins qu'avant car on commence à le connaître par coeur, son histoire de semaine parfaite avec 7 nuits, 7 rendez-vous et 7 femmes m'a bien fait rire. Les passages dans son subconscient étaient originaux. Le coup de pouce final de toute la bande pour éviter la catastrophe m'a bien plu aussi. Bien que l'amitié du groupe n'a jamais été remise en question, c'est bien d'y revenir plus précisément de temps en temps. L'effet de groupe, la solidarité, tout ça... Les autres personnages ont des semblants d'intrigues, ce qui n'est pas forcément gênant et là, ça l'était juste un tout petit peu. Personnellement, j'aurai aimé assister au date de Robin, mais la voir le raconter est déjà pas si mal; j'aurais aimé que l'on insiste un peu plus sur cette histoire de brosse à dents complètement barrée; mais la blague de Ted sur le nom de son élève a été traitée juste comme il fallait. C'était drôle, surtout sur le générique de fin.         


// Bilan // La semaine dernière, CBS a annoncé prématurément qu'elle renouvelait How I Met pour une 6ème saison. Je ne sais pas si l'on doit prendre cela pour une bonne nouvelle étant donné que la sitcom semble avoit déjà atteint ses limites depuis deux saisons. Des épisodes comme celui-ci passent bien mais il n'y a plus la même énergie qu'avant. Plus la même folie...

44069764


Brothers & Sisters [4x 14]

dnes_season4_brothers_nora_

The Pasadena Primary // 7 65o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_72357 vlcsnap_71635

   Après un légère zone de turbulences, Brothers & Sisters nous revient avec un très bon épisode dominé par le rire et la légéreté. Ca fait du bien de voir les Walker heureux et posés. L'intrigue de Kitty aurait pu être méga-lourde si les scénaristes avaient choisi de la traiter sous un angle plus dramatique. Elle aurait pu faire une crise pas possible en apprenant que Kevin ne la supportait pas (dans un premier temps) dans sa décision de prendre le siège de Robert au Sénat. Au lieu de ça, elle a eu une réaction intelligente, d'adulte et c'est ce que j'aime avec Kitty. La plupart du temps, elle réfléchit avant d'agir et de s'indigner. C'est peut-être la seule Walker à le faire d'ailleurs. Les hommes de la famille sont beaucoup plus sanguins et Sarah, eh bien Sarah ça dépend de son humeur et du sujet. Sur Ojaï, elle a vite tendance à s'exciter. Pour le reste, sa vie amoureuse notamment, elle est un peu comme Kitty. Nora vire en général dans l'hystérie assez rapidement et j'allais oublier Saul. C'est de lui que Kitty doit tenir. Il est la sagesse (et la discrétion) incarnée. Bref, je continuerai la psychanalyse des Walker plus tard. Le quiproquo sur l'idendité de celui-qui-a-voté-non était très amusant et il a permis : 1/ D'offrir à Scotty un semblant d'histoire à lui 2/ De faire bon usage du duo Nora/Robert, toujours excellent. Par ailleurs, c'était une bonne idée cette réunion d'école de Kevin. J'aime bien quand on revient sur son enfance et son adolescence, que ce soit à travers une vanne de ses frères et soeurs ou quelque chose de plus consistant. Peut-être qu'il me rappelle un peu moi. Sauf que je n'étais pas gros. Précision importante. Je préfère en tous cas ce Kevin-là à celui qui agace tout le monde avec son obsession de la perfection (très Walkerienne) et son égoïsme inébranlable. Et puis pour finir, c'était bien de mettre l'intrigue "mère-porteuse" un peu de coté.

   Dans le genre léger et réjouïssant, les petites aventures de Sarah au pays des adultes étaient brèves mais très amusantes ! Une chose se confirme : Roy n'est pas fait pour elle. Il n'est pas fun, je le répéte ! Et on peut être un adulte responsable tout en étant fun. Le comble du bonheur a évidemment été quand Sarah a reçu un texto de Luc. Il est officiellement de retour dans la course, comme je l'espérais, et je crois qu'on peut miser sur sa présence dans le prochain épisode ou le suivant. Cette intrigue file droit là où je le souhaitais donc me happy. Pendant ce temps-là, il y en a une qui ne s'amusait pas beaucoup, c'est l'amie Holly. Ses scènes étaient assez chiantes pour tout dire jusqu'aux deux dernières, bien soaps comme je les aime. Quand on en abuse pas, pourquoi bouder son plaisir ? Alors Holly a-t-elle couché avec ce vieux porc de Denny ? Les paris sont ouverts ! Tel qu' on la connait et vu son état en rentrant chez elle, je serai bien tenté de dire qu'elle a succombé. Puis c'est bien plus intéressant pour la suite. Denny va pouvoir éventuellement la faire chanter s'il apprend qu'elle va se marier avec David (au passage, encore un mariage ! Un peu relou quand même). En tous cas, je comprends mieux pourquoi les producteurs ont casté cet acteur-là. Il rend cette scène encore plus répugnante qu'elle ne l'est déjà sur le principe. J'aurai préféré qu'elle couche avec Ryan, ça aurait été plus marrant. Mais comme il s'est évanouï dans la nature...   

vlcsnap_75948 vlcsnap_95013


// Bilan // Plein de petites scènes qui mettent en valeur l'alchimie entre les acteurs et leur don pour la comédie, une petite dose de soap moyennement maîtrisée mais qui relance l'intérêt et des intrigues qui ne se cherchent plus mais qui se trouvent : on peut dire que cet épisode est réussi ! Vous remarquerez que j'ai soigneusement évité le sujet Rob Lowe. Trop douloureux pour le moment.

44069764

02 février 2010

Desperate Housewives [6x 14]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

The Glamorous Life // 11 44o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_88684 vlcsnap_89844

   Pour reprendre les mots de cette chère Mary-Alice, de moins en moins inspirée, "In This Never-Ending Drama We Call... Desperate Housewives (...)" on doit se contenter de peu et les blagues salaces qui ont rempli cette épisode m'ont curieusement suffits. Qu'il s'agisse du jeu de mot sur "Moby Dick", un livre qui ne parle pas forcément de ce que vous croyez, ou celle sur le toujours très ambigü "I'm Coming !", j'ai bien ri. Je soupçonne l'espiègle et coquin Marc Cherry d'avoir abusé de viagra cette semaine. Paraît même qu'il en revend sous le manteau à des prix défiants toute concurrence ! Mais trèves de plaisanteries, il y a toute une rangée de connasses et de salopes qui attendent que je leur mette la fessée (je deviens terriblement vulgaire).

   Au rayon connasse, je demande Lynette ! J'ai toujours eu de la tendresse pour elle mais trop c'est trop ! Sa thérapie de couples avec Tom est un désastre d'un point de vue scénaristique. C'était à prévoir. Et elle devient tout bonnement insupportable car elle n'accepte pas la moindre critique et use systématiquement de la tactique du "c'est pas moi, c'est lui !". Le pire, c'est que plutôt que de lui mettre une bonne claque dans la gueule pour qu'elle comprenne, les scénaristes la conforte dans ses idées. Le grand méchant, c'est donc Tom. Parce que comme tous les hommes il est lâche... Et ça brode pendant dix minutes sur les pires clichés hommes/femmes. Y'a un fond de vérité, c'est certain, mais au bout de six saisons, s'ils ne trouvent plus rien d'autres à dire qu'ils se taisent ! Je reconnais toutefois que certains passages étaient amusants. Mais n'y avait-il pas mieux que d'impliquer cette pauvre psy de la sorte ? C'était tellement ridicule...

   La connasse en chef, c'est Bree. C'est pour ça qu'on l'aime mais il fut un temps où ses histoires avaient de l'intérêt et l'ensemble était juste parfait. Ce temps-là est bien révolu et les scénaristes n'ont de cesse de nous le rappeler. Lorsque Mary-Alice a annoncé qu'Orson avait l'intention de mettre fin à ses jours, j'étais aux anges. J'ai été naïf de croire qu'il y arriverait. Pas à se tuer hein, juste à tenter de le faire. Même cette petite satisfaction-là on n'a pas voulu nous la donner. Ca aurait été génial qu'il tombe dans la piscine avec son fauteuil et que Bree, telle Pamela Anderson, se jette à l'eau pour le secourir. Non, ça aurait été nul aussi. Au lieu de ça, on nous ressert un discours censé être émouvant qui sonne faux de bout en bout. Marcia Cross et Kyle McLachlan ne prennent même plus la peine de bien jouer. Ils sont en mode automatique et ils n'y croient pas plus que nous. Ca se voit tellement... Alors comme ça Bree veut finir ses jours avec Orson même si elle ne l'aime plus. Elle est persuadée que ça reviendra. On l'a connue intelligente. Elle est devenue bête à manger du foin !

   L'association de deux connasses aux faux-airs de putes, ça donne l'intrigue croisée de Gaby et Angie. En toile de fond, la relation amoureuse entre Ana et Danny est toujours d'un ennui considérable mais elle n'est qu'un prétexte à mettre le feu aux poudres entre les deux voisines et accessoirement à mettre (enfin) Beau Mirchoff torse nu. Gaby qui fait des remontrances à sa nièce, ça me fait toujours rire. Venant de sa part, franchement... Les réactions sanguines de Carlos sont risibles, au contraire de celles de Angie déjà un peu plus flippantes. Mais ça vient surtout du fait que l'on connaît mal le personnage. On ne sait pas bien de ce dont elle est capable. On nous fait miroiter un beau potentiel mais sera-t-il vraiment exploité un jour ? Je préfère ne pas évoquer le passage "écolo" de l'intrigue, d'une subtilité incroyable et j'ose espérer que la mort qu'a causé Angie n'est pas liée à un passé militant. Ce serait quand même sacrément décevant ! Patrick ? Mais qui est Patrick ? On ne devrait pas tarder à le savoir...

   On termine par l'intrigue la plus nulle de la semaine : lorsque Susan Mayer rencontre une strip-teaseuse au grand coeur, que fait-elle ? Elle lui propose de devenir son assistante en classe-maternelle pardi ! Très honnêtement, si la jeune femme en question n'était pas interprétée par Julie Benz (Buffy, Dexter), il n'y aurait rien mais vraiment rien à en retirer ! Ah si quand même l'humour précoce du petit MJ bientôt plus intelligent que ses deux parents réunis ! Enfin n'oublions pas qu'à l'épisode précédent, il était bête comme ses pieds. La prestation de l'actrice n'est pas honteuse, c'est plutôt son rôle qui l'est. Elle me fait penser à tous ces personnages de la série qui restent deux-trois épisodes pour combler le vide avant de repartir à tout-jamais. Le dernier exemple qui me vient à l'esprit c'est la voleuse qui essayait d'escroquer les Solis en saison 4. Ah mais il y a eu aussi la vieille dame incarnée par Frances Conroy qui se servait des Solis (encore eux) pour combler son ennui en saison 5. Bref, vous voyez ce que je veux dire. O intérêt contre quelques bonnes répliques.    

vlcsnap_91354 vlcsnap_100281


// Bilan // C'est dingue ça : même quand je n'ai pas détesté un épisode, mes commentaires donnent l'impression que si ! Malgré tout le fiel que je viens de verser, celui-ci n'était pas si mauvais. Merci aux répliques piquantes qui m'avaient drôlement manqué.

44069764

Ciné Mix [Janvier 2010]

44068083

Coup De Coeur  44030377


19211058_jpg_r_160_214_b_1_CFD7E1_f_jpg_q_x_20091211_034011COMPLICES

   Dès le premier regard, Vincent et Rebecca se sont aimés. Insouciants, du haut de leurs 18 ans, ils brûlent la vie par les deux bouts. Lorsque Vincent lui annonce qu'il se prostitue pour gagner sa vie, Rebecca demande à assister à ses passes. Quelques semaines plus tard, le corps mort du jeune homme est repêché dans le Rhône. Rebecca a disparu. Que s'est-il passé ? Les inspecteurs Cagan et Mangin mènent l'enquête et découvrent une réalité sordide... // Complices n'est pas le film le plus fun de ce début d'année, c'est certain. Il est glauque, à l'image de la prostitution; il est cru, mais fait preuve d'un grand réalisme; et il est bon, car les acteurs ont beaucoup de talent, que ce soit le duo de jeunes acteurs (Cyril Descours et Nina Meurisse) ou le duo d'adultes (Emmanuelle Devos et Gilbert Melki), qui nous font entrer dans l'intimité de leurs personnages avec naturel. L'alternance présent/passé est la bonne idée (pas révolutionnaire) qui permet de faire d'un meurtre sordide mais tristement banal quelque chose de plus complexe et de plus en plus inquiétant. L'enquête en elle-même, bien qu'un peu bâclée parfois, vaut avant tout pour ses deux protagonistes loin des flics clichés habituels. Ils sont plus humains donc plus émouvants. Je ne regrette qu'une seule chose : que les motivations de Vincent pour se lancer dans la prostitution ne soient pas explicitées. Même si on s'en doute, ça aurait permis de rendre ses faits et gestes plus compréhensibles. A part ça, chapeau bas.   

Les Autres Films  44030377


19210070_jpg_r_160_214_b_1_CFD7E1_f_jpg_q_x_20091209_010412UNE PETITE ZONE DE TURBULENCES

   Jean-Pierre, récemment retraité, est hypocondriaque. Anne, sa femme, le trompe avec un ancien collègue de bureau. Sa fille Cathie, divorcée et mère d'un petit garçon de cinq ans, vie avec Philippe, un "brave" garçon, que Mathieu, le frère homo de Cathie, appelle "Bac moins six". Alors lorsqu'il se découvre une tâche au niveau de sa hanche droite, Jean-Pierre imagine le pire et traverse ce qu'il appelle "une petite zone de turbulences" en embarquant toute sa famille avec lui... // Quand une comédie française est bonne et sans prétention, il faut le dire ! C'est le cas de ce film hautement sympathique qui ne révolutionne rien mais qui ose quand même aborder des sujets délicats (la peur de la mort, la crise de la cinquantaine, l'homosexualité) sur un ton léger et jamais vulgaire. Tous les acteurs sont bons. Michel Blanc fait du Michel Blanc. Son personnage n'est jamais loin du pathétique mais c'est ce qui le rend si drôle et si attachant. Miou-Miou brille encore et toujours pas son naturel. Mélanie Doutey est fraîche et ravissante même au bord de l'hystérie et Cyril Descours est une jolie révélation. L'ensemble est grinçant et séduisant mais aurait mérité une réalisation un peu plus inspirée, histoire de ne pas passer aux yeux de certains pour un  simple "téléfilm". 

44030375_p


19195038_jpg_r_160_214_b_1_CFD7E1_f_jpg_q_x_20091106_024541PLEIN SUD

  C'est l'été, Sam part à la rencontre de sa mère qu'il n'a pas vu depuis des années et qui habite désormais en Espagne. En chemin, il prend en stop un frère et une soeur un peu perdus qui fuient sans but précis leur quotidien... // La promesse d'un road-movie sensuel n'est pas tenue : au lieu de ça, on nous emmène dans un voyage au bout de l'ennui, que même le soleil n'arrive pas à éclairer. La peau dorée des acteurs jeunes et beaux ne suffisent pas à rendre leurs dialogues intéressants. Ils sont pourtant talentueux mais tout sonne creux. On ne nous épargne aucun cliché, les personnages en représentent tous un, à l'extrême. Rapidement, l'histoire ne se centre plus que sur l'un d'entre eux, au point d'effacer les autres, devenus inutiles. On se demande alors pourquoi avoir entamé des intrigues les concernant. De l'émotion, il n'y a presque pas. Quand elle commence à poindre, elle est balayée par une ligne de dialogue inspide ou une scène d'une lenteur inexplicable. Le réalisateur, Sébastien Lifshitz, raconte en plus une histoire semblable à celle de son premier film, Presque Rien, mais en beaucoup moins inspiré. Plein Sud est complètement à l'Ouest.

Avant-Première  44030375_p


19226374_jpg_r_160_214_b_1_CFD7E1_f_jpg_q_x_20100115_033648I LOVE YOU PHILLIP MORRIS

   L'histoire vraie d'un ex-flic, ex-mari, ex-arnaqueur aux assurances, ex-prisonnier modèle et éternel amant du codétenu Phillip Morris. Steven Russell est prêt à tout pour ne jamais être séparé de l'homme de sa vie. Ce qui implique notamment de ne pas moisir en prison. Jusqu'où peut-on aller par amour? Très loin si l'on en croit l'histoire incroyable de Steven Russell, un génie de l'évasion rattrapé par son romantisme. // Jim Carrey était sans doute plein de bonnes intentions en voulant faire ce film mais comme souvent, sa maladresse a pris le dessus. Du coup, c'est raté et le message de tolérance souhaitant être véhiculé, entre autres, ne passe pas. On assiste au départ à une liste de clichés qui n'honorent personne puis à une tentative d'émouvoir qui restera vaine jusqu'au bout car Jim Carrey n'est pas un acteur multi-facette. Il sait faire rire, parfois, mais il ne sait pas faire pleurer. Il entraîne Ewan McGregor dans sa chute et c'est ça le plus terrible. J'ignore à quel point cette histoire vraie a été romancée pour le cinéma mais rien ne paraît jamais crédible, c'est une suite de coups de chance et d'heureux hasards et c'est juste super irritant de les voir s'aligner pendant 1h30. Au final, on ne sait pas bien si l'on vient d'assister à une comédie à peine amusante ou à un drame complètement raté. C'est surprenant dans un sens mais des surprises comme celle-là, on s'en passerait bien ! 

01 février 2010

Fringe [2x 14]

dnes_season4_fringe_bishopd

The Bishop Revival // 8 98o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_62546

   "Apologies not accepted". J'avais oublié à quel point Walter pouvait être cassant et flippant quand il le voulait. Cela fait du bien de rédécouvrir cette facette (importante) de sa personnalité. Mais cela ne l'empêche pas d'être extrêmement émouvant à la fin de l'épisode, preuve que sa force réside dans ses paradoxes. Et il les collectionne. Cet épisode, sous ses airs de loners, était bien plus important à la mythologie de la série qu'il n'y paraissait au premier abord. Il a fallu attendre la fin de l'épisode pour en avoir le coeur net. Les scénaristes prennent d'ailleurs des risques en abordant à leur manière la Seconde Guerre Mondiale puisque l'on découvre que le père de Walter et donc grand père de Peter, Robert Bishop (enfin Bishov, ou Bishoff), était en 1943 un espion en Allemagne pour le compte des américains. L'Allemagne revient souvent dans la série, d'ailleurs. Le mythe du scientifique nazi complètement fou est alors revisité et on y ajoute une touche intriguante d'immortalité, ou quelque chose comme ça. Car l'homme responsable de tous les méfaits de cet épisode était déjà vivant à l'époque et il n'a pas vieilli depuis. Ou alors c'est encore une histoire d'univers parallèles. On aura sans doute la réponse... un jour. Fringe est quand même très douée pour ouvrir des portes dans de nombreux épisodes mais sans jamais revenir dessus. Vous me direz que c'est pareil dans Lost mais je trouve que c'est fait différemment. C'est moins frustrant et décourageant. Je n'aime pas ce que je ressens en ce moment pour Fringe. Ca me fait de la peine. Mais qu'y puis-je ?

   L'enquête en elle-même se suivait très agréablement. J'ai bien aimé la scène inaugurale un tout petit peu différente par rapport à d'habitude. Un tout petit peu. J'ai bien aimé les intéractions entre Walter et Peter et notamment les touches d'humour qui font que Fringe a un tel capital sympathie : "Purple never goes out of style"; ou la façon peu subtil de Walter de ramener la relation entre Peter et Olivia sur le tapis. A ce sujet, il faut que je vous parle d'un truc qui m'agace au plus haut point mais qui n'est pas très étonnant. Plein de gens qui savent que je suis bien renseigné sur les séries me demandent, quand il s'agit de Fringe, si "Peter et Olivia i'sortent ensemble dans la saison 2 ou pas ?". Comme si ça avait un quelconque intérêt. Comme si la série était construite uniquement là-dessus et que tout le reste n'avait pas d'importance. Ben ça me chagrine. J'ai de la peine pour ces gens qui passent à coté de l'essentiel. C'était mon coup de gueule de la semaine. Voilà !

vlcsnap_51610


// Bilan // Un épisode qui s'écarte un peu de la routinière enquête de la semaine ne peut qu'être bon. Celui-ci l'était donc logiquement.

44069764

 

Critiks Récap' [Du 26 Janvier au 01er Février 2010]

44069588

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


44030378

49095041


44030377

dnes_season4_dollhouse_mini

49098914


44030376

49027601

48987106

49141165

The Deep End [Pilot]