20 décembre 2009

Dollhouse [2x 03]

dnes_season4_dollhouse_mini

Belle Chose // 2 24o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_34862

   A nouveau un épisode correct mais pas très excitant de Dollhouse. Il s'agit d'un loner et c'est là son plus gros défaut. Sachant très bien dès le départ que cette deuxième saison serait sans doute aussi la dernière, je m'attendais à ce que l'équipe de Joss Whedon propose plus d'épisodes "mythologiques" afin d'en dire le plus possible en peu de temps. Mais peut-être n'y a-t-il tout simplement rien à dire ? On se retrouve donc avec un épisode à double intrigues qui finissent par se rejoindre pour n'en faire qu'une. Et quelque part, heureusement parce que ce n'est qu'à partir de ce moment-là que l'on est vraiment pris dans l'action. Et c'est au bout de 25 minutes quoi. Nous avons donc d'un coté un serial-killer dans le coma que la dollhouse se retrouve contrainte et forcée de réanimer car il est le neveu d'un de leurs plus gros clients. De l'autre, nous avons Echo qui, pour ne pas changer, doit faire sa pute pour assouvir les fantasmes d'un homme déviant, en l'occurrence un professeur pervers qui veut se taper une de ses étudiantes et lui mettre une bonne note. N'y a-t-il vraiment que ce genre de missions à raconter ? En tous cas, c'était plutôt amusant puisque Echo jouait une salope oui, mais une salope complètement idiote ! Quelques bons moments de rigolade grâce à cela. Autre moment de rigolade : lorsqu'à cause de problèmes techniques (dont on ne comprend rien), Victor se retrouve dans la peau de la salope Kiki ! Il se met à danser lagoureusement sur le dancefloor et attire les convoitises de tous les homos de l'assistance. L'occasion pour Enver Gjokaj de montrer, si je puis dire, une autre facette de son talent.

   Toute cette comédie fait que l'on se sent beaucoup moins impliqué dans les affaires plus graves relatées dans l'épisode, à savoir Echo qui se retrouve dans la peau du serial-killer. J'avais l'impression d'avoir déjà vu ça quinze fois dans la série, ne serait-ce déjà qu'à l'épisode précédent. Et puis je ne peux pas supporter Ballard, c'est définitif. Il était encore d'une inutilité extrême. Je sais bien que ce que je dis est de mauvaise foi puisqu'il a quand même servi à l''intrigue mais il ne sert pas à la série en général. Son rôle, Boyd aurait pu le jouer. On a juste l'impression que les scénaristes l'ont posé car il fallait bien lui faire faire quelque chose en saison 2. On se serait passé pourtant passé de lui avec plaisir... Une fois de plus je suis resté hermétiques aux petites blagues de Topher mais j'ai apprécié qu'il remette en cause, l'espace d'un instant, la nature de certaines missions. 

vlcsnap_40784


// Bilan // Du Dollhouse classique, moyennement efficace.


The Vampire Diaries [Du 1x 02 à 1x 10]

untitled

44030376

   L'inconscience a parfois du bon : dans un grand moment de folie, je me suis remis à The Vampire Diaries. Je n'avais pas du tout aimé le pilote, dont vous pouvez toujours lire la critique ICI, mais à force de lire des avis relativement positifs (et aussi pour des raisons professionnelles j'avoue), je me suis fais un marathon sur un week-end des 9 épisodes que j'avais manqué. Et là, un drame s'est produit : j'ai aimé ! Je ne suis pas en train de dire que c'est la meilleure série de l'année, ou même la meilleure nouveauté de la rentrée; je ne suis pas non plus en train de dire qu'elle est révolutionnaire ou que les acteurs sont formidables et les intrigues passionnantes mais ça fleure bon, et de plus en plus, le guilty-pleasure...

  Avant toute chose : les épisodes 3 et 4 sont à peu près aussi ennuyeux et ratés que le pilote. Il faut donc s'accrocher pour découvrir ce que la série a à offrir de meilleur. D'ailleurs, le 10ème épisode n'est pas bon non plus. Mais entre ces deux passages à vide, je dois reconnaître que je me suis laissé prendre au jeu. D'abord, je dois faire amende honorable sur quelques points que j'avais fortement critiqué et qui se sont largement arrangés par la suite. Je trouvais le jeu de Ian Somerhalder décevant et son personnage beaucoup trop caricatural. Il me donnait l'impression d'un gentil qui voulait se donner l'air d'un méchant sans y parvenir. L'acteur a su apprivoiser son rôle, si bien que Damon devient rapidement un des gros points forts de la série. Il est méchant et il ne manque pas de nous le rappeler à chaque épisode avec ses stratagèmes douteux mais il est drôle ! Et ça, c'est une vraie surprise. Il possède beaucoup de second degré, il a toujours une petite pique à lancer et son cynisme lui donne du charme. On en oublie presque que Ian Somerhalder a vieilli et qu'il n'a plus une aussi belle gueule qu'avant. Une scène m'a d'ailleurs particulièrement marqué : celle où il se bourre la gueule avec Vicki et qu'ils se mettent à danser langoureusement dans le manoir des Salvatore. C'était chaud bouillant. Autre bonne surprise : je reconnais finalement mon Kevin Williamson dans la série. Pas celui qui a créé Dawson malheureusement, les dialogues par exemple ne sont pas à la hauteur, mais celui de Scream ou de Souviens-toi l'été dernier, oui, il est bien là. Sa façon de gérer le suspense, de surprendre et de rendre intriguante et inquiétante une petite ville. Et puis le dernier point qui ne m'avait pas plus dans le pilote mais qui a su me convaincre par la suite, c'est la romance entre Stefan et Elena. Ils ne sont pas si niais, et j'aime beaucoup Elena, en partie grâce à Nina Dobrev qui, sans être excellente, dégage quelque chose de rafraichissant et de dur et doux à la fois. Stefan devient de plus en plus intéressant, à mesure qu'il s'endurcit et nous dévoile son coté sombre. Celui des débuts était beaucoup trop gentil pour être honnête !

   En revanche, je l'avais ressenti dès le pilote et ça n'a fait que s'accentuer depuis : il y a une vraie volonté de créer une mythologie forte autour de la série et c'est prenant. Il y a les petits éléments un peu ridicules et faciles mais qui passent bien comme la verveine ou la bague qui protège du soleil. Mais le plus intéressant vient du passé des Salvatore (et de la fameuse Katherine), et de l'histoire de Mystic Falls. A ce titre, je trouve tout ce qui touche la sorcellerie et le personnage de Bonnie passionnant. Ca apporte un plus incontestable à la série et ça se marie bien aux vampires, finalement. Et puis il n'est pas juste question de lire dans les pensées, ça va plus loin que ça. A coté de tout cela, il y a des personnages qui manquent encore de profondeur, notamment la tante d'Elena, et d'autres que j'aime bien mais qui semblent presque dispensables pour le moment à la grande histoire, à savoir Caroline, mais elle apporte la touche d'excentricité, et Jeremy, qui a perdu beaucoup en perdant Vicki justement. Tuer cette dernière était très surprenant, ça valait sans doute le coup, mais j'aurai quand même aimé la voir évoluer plus longtemps en apprentie-vampire. L'ajout régulier de nouveaux personnages secondaires est une excellente chose.

19151564_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20090810_105232


// Bilan // Presque malgré moi, je suis à fond dans The Vampire Diaries maintenant... C'est que la CW deviendrait presque une chaîne potable si l'on y ajoute Melrose Place !