18 octobre 2009

Grey's Anatomy [6x 05]

dnes_season4_ga_izzie_minib

Invasion // 13 79o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_292845

   Ca n'a pas traîné : l'heure de la fusion est arrivée ! Quatre nouveaux personnages venant du Mercy West nous sont donc introduits, de manière plus ou moins habile. Ce qui m'a dérangé, c'est qu'ils soient d'emblée présentés comme des salauds agressifs. Evidemment que dans une situation comme celle-là, où ils débarquent au Seattle Grace avec leurs affreuses blouses oranges et leur ambition, les "anciens" les voient comme des dangers potentiels, comme des "invaders" ("envahisseurs"). Mais pourquoi nous force-t-on à les voir de la même manière, nous qui sommes censés avoir du recul sur la situation qui nous est exposée ? Pas un seul n'est jovial. Au moins, du coté du Seattle Grace, il y a Izzie et Lexie qui essayent d'apprendre à les connaître. Ca ne va pas très bien se passer ni pour l'une ni pour l'autre, certes. Nous avons donc d'abord Charles (Robert Baker), associé à Izzie. Il avait l'air sympa au premier abord mais c'est la pire enflure de toutes. Il se sert de la cancéreuse comme d'une bonne poire. Ca m'a rappellé la première saison. Il me semble que d'autres profitaient déjà de sa naïveté. Lui, je ne l'aime pas du tout. En plus, il est moche. Ensuite il y a Jackson (Jesse Williams), un beau gosse aux yeux translucides qui risque fort de semer la zizanie dans les couples établis. C'est le plus discret pour le moment mais il a l'air d'avoir un bon fond. Il y a un petit risque pour que ce soit une copie conforme d'Alex. Danger ! Et puis il y a Reed, interprétée par Zora Nehetner, vue dans Everwood et Heroes. Dans le genre pas sympathique du tout, on tient notre championne ! Ses quelques fights avec Alex n'étaient pas très inspirés et rappelaient ceux entre internes dans les deux premières saisons. Enfin, on a April, campée par Sarah Drew que j'avais beaucoup aimé dans Everwood (Shonda, on t'a grillé, t'étais fan de la série !), qui a joué dans deux épisodes de Private Practice l'année dernière et qui figurait au casting du nouveau projet de Shonda Rhimes, Inside The Box, qui n'a malheureusement pas vu le jour. Elle, je l'aime bien. C'est certainement parce que c'est le seul nouveau personnage dont on nous dévoile un peu de profondeur : c'est une lèche-cul qui essaye de se faire bien voir par McDreamy mais qui n'a pas du tout confiance en elle en réalité et Lexie va vite le comprendre. Rien d'hyper original mais c'est satisfaisant comme introduction.

     Pendant que les nouveaux s'affairent, les anciens ont tendance à se reposer sur leurs lauriers. Et là, idée de génie : Cristina flanche. Je crois que c'est seulement la deuxième fois qu'on la voit pleurer. Elle n'a plus le feu sacré, elle n'a plus envie. Ca va sans doute vite revenir. Mais la faire reparler de Burke trois saisons après son départ était une excellente idée et donne une impression de continuité. J'ai plutôt apprécié les passages avec Meredith clouée sur son lit d'hôpital, d'autant que Thatcher n'a pas été évoqué une seule seconde. Callie n'a pas beaucoup travaillé et pour cause : son horrible père était de retour ! Leur dernière dispute en fin de saison dernière avait laissé l'intrigue suspens. Elle est désormais close. Après un discours émouvant d'Arizona (que j'aime vraiment beaucoup), il a enfin compris qu'il lui fallait aimer sa fille quelque soit ses choix. Le propos peut paraître facile et rebattu mais c'est toujours bon de rappeler qu'il y a encore des gens aujourd'hui qui nient l'existence de l'homosexualité, ou qui la considérent comme une maladie que l'on peut soigner, aux Etats-Unis, en France et partout ailleurs. Et puis il y a Izzie. Après avoir fait une nouvelle erreur dans un diagnostic qui aurait pu coûter la vie à sa patiente, le Chief la convoque et la vire, elle, Izzie. Shocking ! La vérité, on la connaît : Katherine Heigl a demandé à s'absenter du tournage le temps de six épisodes afin de tourner un film. Alors Izzie laisse un mot de rupute à Alex et s'évanouie dans la nature. C'est un peu extrême. J'espère qu'on la reverra dans le prochain épisode avant qu'elle ne parte quelques temps. Je me demande bien ce qui va se passer pour l'actrice. Sera-t-elle encore là l'année prochaine ?

vlcsnap_281792


  // Bilan // Peut-on reprocher à un épisode d'être trop rythmé ? C'est ce que je vais faire. Cet épisode était trop dense entre l'arrivée des nouveaux personnages et les nombreux problèmes des anciens. Cela dit, ce sang neuf est le bienvenue et j'espère qu'il apportera ce dont la série a besoin : du renouveau dans les intrigues et dans les intéractions entre les protagonistes !

44069764


[Kaamelott] Alexandre Astier se confie !

19180494_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20091007_042729

   M6 a malheureusement décidé de "lâcher" Kaamemott en diffusant le livre VI (en 9x 52 minutes) le samedi soir, à raison de 3 épisodes. C'est dommage. C'est sans doute la meilleure saison, celle qui a bénéficié du plus gros budget et qui est une merveille d'inventivité ! Et ça vient de la part de quelqu'un qui était très sceptique puisque je n'avais pas trouvé très drôles les premiers livres... Voici mon interview d'Alexandre Astier pour AlloCiné, un homme simple et sympathique, vrai fan de séries américaines, et qui donne envie de croire en la fiction française ! Il en faudrait plus des comme lui.

Posté par LullabyBoy à 00:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 octobre 2009

Glee [1x 07]

dnes_season4_glee_sylvester

Throwdown // 7 65o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_156883

   Depuis de début, je rapproche à Glee de s'attarder un peu trop sur les bons mots et les scènes chantées et pas assez sur les intrigues. Cette fois-ci, l'équilibre était presque parfait. Le problème : les numéros musicaux n'étaient pas aussi réussis que d'habitude. Ils se ressemblaient tous et ils n'avaient pas beaucoup de saveur. Il faut dire que c'est un peu énervant de constater que ce sont toujours les mêmes membres de la chorale qui sont mis en avant, à savoir Rachel et Finn. J'aimerai davantage entendre Artie, Tina, Noah... Mercedes a quand même eu son titre, assez réussi d'ailleurs mais trop court. You Keep Hangin' On par Quinn ne m'a pas plu du tout. Peut-être parce que j'adore l'originale. Celle-ci semblait trop lisse. Le Keep Holding On (à ne pas confondre), reprise finale d'Avril Lavigne, n'avait pas grand intérêt non plus. Je ne me souvenais plus de la chanson d'ailleurs. Elle n'a pas dû sortir en single chez nous. Hate On Me et No Air étaient correctes mais pas mémorables. Puis il faut dire que le playback devient vraiment gênant même s'il est maîtrisé. C'est surtout la qualité de la musique qui me dérange quand on a seulement un piano et une batterie à l'écran ! Par contre, il y a une performance qui avait l'air en live (l'était-elle vraiment ?) et en accoustique et ça c'était bien sympa. C'était sur Ride Wit Me de Nelly.

   La guerre annoncée entre Will et Sue était très drôle, oui, mais pas autant que je l'espérais. Les répliques de Sue sont quand même super osées. Ca va souvent super loin et c'est ce qui est génial. On retrouve bien là la patte Ryan Murphy. Will est forcément beaucoup moins amusant et charismatique à coté mais je l'aime bien quand même. La scène d'ouverture, où ils se disputent au ralenti avec leurs commentaires en voix-off, était top. J'adhére de moins en moins à l'intrigue de Terri en revanche. Ce n'est pas tant le ridicule de la situation qui me gène, au contraire, plus ils vont loin dans le délire plus j'adhère, mais c'est plutôt la bêtise de Will, de Terri, de Quinn et de Finn qui m'agace. J'ai beaucoup de mal à croire que Will ne se soit rendu compte de rien ! Elle a un faux-ventre quand même... Bref. Je sens qu'une vraie ou fausse fausse-couche va venir déjouer les plans de Terri rapidement. Et tant mieux, que l'on passe à autre chose ! Il n'y aucune autre grande intrigue à part celle-là, c'est un peu léger.

vlcsnap_173297


// Bilan // Vraiment pas le meilleur épisode de Glee. Beaucoup de chansons (moyennes), beaucoup d'excellentes répliques, mais une certaine inconsistance d'ensemble. 


// Bonus // Ride Wit Me, alors, live ou pas live ?

Cougar Town [1x 04]

dnes_season4_cougar_miniban

I Won't Back Down // 8 ooo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_99289

   Ma bonne impression générale de la semaine dernière se confirme : Cougar Town est encore loin d'être incontournable mais c'est un divertissement léger et sympatoche. Depuis que le casting semble avoir trouvé une certaine complicité, les scènes sonnent beaucoup moins fausses. Surtout celles entre les filles qui sont assez réussies dans cet épisode. Le petit running gag autour du "Don't Watch Me Eat!" m'a fait marrer, le fait que Jules et Ellie bouffent leur junk-food à même le cul de la pôele était sans doute un peu exagéré mais bon, ça a le mérite d'être surprenant on va dire. Le fil-rouge de l'épisode autour de la sextape était assez amusant aussi et très dans l'air du temps ! Tout le monde se fait sa petite sextape maintenant, pourquoi pas les héros de Cougar Town après tout ? Non et puis c'est légèrement politiquement incorrect, les dialogues sont toujours à la limite de la vulgarité. On aimerait presque qu'ils basculent complètement dans la vulgarité d'ailleurs, histoire d'aller jusqu'au bout du délire.

   L'autre idée très sympathique de l'épisode est de remettre en avant la rivalité entre les deux divorcés du quartier. J'adore leurs intéractions, d'autant que pour une fois, Grayson ne s'est pas contenté d'être le hot voisin qui n'a pas grand chose à dire. Il a vraiment joué avec Jules, il était drôle et, ma foi, oui, il était super hot aussi. Ces deux-là finiront ensemble, c'est certain... Bon, par contre, y'a rien à faire : Travis et Bobby sont de vrais boulets. Surtout Bobby en fait. Tant que Travis lui sera systématiquement associé, il ne faut pas s'attendre à des miracles. La moitié de l'intrigue autour du vieux gâteau apéritif était affligeante. La seconde partie avait un tout petit coté touchant mais c'était ridicule aussi. Va falloir faire quelque chose de ces deux-là. Genre les faire disparaître. Puis on ne voit pas assez Travis avec sa mère, c'est dommage. Son vrai potentiel est avec elle, pas ailleurs.

vlcsnap_103331


// Bilan // Ca s'améliore et je commence à prendre un certain plaisir à suivre les aventures de Jules et sa bande d'hystériques...

16 octobre 2009

Melrose Place [1x 06]

dnes_season4_melrose_miller

Shoreline // 1 38o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_27620

   Violet est ju-bi-la-toi-re ! Voilà, c'est dit. Je commence à aimer le jeu outrageusement mauvais de Ashlee Simpson. Elle en fait des tonnes, je suppose qu'elle en est consciente et c'est peut-être d'ailleurs ce qu'on lui a demandé de faire. Tout simplement. Auquel cas, elle ne serait pas si mauvaise. Toutes ses scènes ont illuminé l'épisode et elle ressemble de plus en plus à sa supposée mère, Sydney, dans l'attitude au moins. Lorsqu'elle apprend que Michael Mancini a contribué à faire tomber Sydney dans la dépression, elle se met dans la tête de la venger et emploie les grands moyens. Elle nous offre une consultation coquine à l'hôpital, une séance de séduction dans un bar et une baise sauvage dans la voiture de Batman Michael. Non mais cette scène dans une ruelle sombre plein de fumée avec l'engin high-tech de Michael, c'était quelque chose ! Parfaitement dans l'esprit de la première version. Et puis je suis ravi de constater que Michael n'a pas changé : il ne résiste jamais longtemps à un décolleté plongeant, surtout quand il appartient à une psychopathe. J'ai hâte de voir comment Violet va s'y prendre pour lui pourrir la vie. Je compte sur elle pour sortir l'artillerie lourde. Et je ne me contenterai pas d'un simple chantage !

   La sulfureuse Lauren est définitivement le personnage le plus attachant de la série. Elle a un bon fond et le prouve à plusieurs reprises dans cet épisode. Je préférerai que ce soit une pute qui s'assume et qui s'éclate mais il y a déjà Ella pour cela. Ce n'était pas une mauvaise idée de lier son intrigue à celle de David. Cela évite que tout soit trop cloisonné. Après, il faut bien avouer que le hasard fait un peu trop bien les choses. Je me demande ce que la mère maquerelle de Lauren lui prépare afin de se faire pardonner. J'espère quelque chose de bien sexe. Une aventure lesbienne, ce serait sympa. Mais j'ai encore mieux : un trip sado-maso ! Allez je me calme, sinon je vais être déçu. Une partie à trois suffira. Cela ferait d'ailleurs du bien à Jonah et Riley. Leur amour qui dégouline devient insupportable et il serait temps que les scénaristes les détruisent. Il faudrait pour cela que Ella passe à l'action mais elle a du retard à l'allumage. Toute cette histoire de séance-photo m'a moyennement plu, dans le sens où Riley était à claquer du début à la fin. Déjà, quand elle est arrivée avec sa peinture dans les cheveux et sur les vêtements, ça m'a fortement agacé. C'était tellement improbable. Il faut qu'elle arrête la peinture tout de suite la pauvre. C'est une cata ! Et puis ses hésitations étaient ridicules. Faire quelques photos, même pas à poil, pour 10 000 Dollars, c'est quand même pas la mer à boire ! N'importe qui accepterait tout de suite. Reste à espérer que cela va lui monter à la tête et qu'elle va vite laisser tomber ses mioches pour le mannequinat. Puis comme The Beautiful Life est annulée, ça compensera. Un petit mot sur le patron d'Ella : je l'aime bien mais il n'est pas assez vilain. Et puis son homosexualité, pourquoi pas ? Mais ça n'apporte rien à l'intrigue, c'est dommage. Il aurait fallu en jouer justement.

vlcsnap_44780


// Bilan // Mine de rien, je commence à m'attacher aux personnages de ce nouveau Melrose. Surtout les filles. Violet parce que c'est une psychopathe en puissance, Lauren parce que c'est une pute au grand coeur et Ella parce qu'elle ne se prend pas la tête et qu'elle assure en toutes circonstances. Elle apporte la dose d'humour nécessaire à cette grande mascarade soon to be jouïssive. 

   


Dexter [4x 03]

dnes_season4_dexter_miniban

Blinded By The Light // 1 24o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_92689

   Dexter à Wisteria Lane ? C'est un peu ça. Le serial-killer n'est plus fatigué et tant mieux, alors il en profite pour se frotter à ses chers voisins, de vraies caricatures des habitants des banlieues aisées. Il va finir par désespérer le pauvre. Lui qui est si solitaire et si peu enclin aux grandes effusions de bonheur doit se rendre à l'évidence : il n'est pas fait pour la vie dans les suburbs. Il n'a plus une minute à lui pour respirer et encore moins pour tuer. Il profite des rondes de nuit instaurées par les hommes du quartier afin d'attraper un vandal pour chasser. Sa proie est un adolescent rebelle, qui tourne autour d'Astor (ce qu'elle a grandi !), et qui profite des absences de son père pour faire deux-trois conneries. Mais au final, Dex se rend compte qu'il s'est trompé de proie. C'est le père le pire. Il va lui faire peur, histoire de le calmer. Cette intrigue finalement assez légère a été très bien menée. La sensation d'étouffement du héros ne passe pas que par ce nouvel environnement mais aussi par Rita, apparemment parfaitement dans son élément contrairement à lui. Le fossé se creuse et leur relation vacille encore un peu plus... On n'est pas au bout de nos peines avec ces deux-là.

   Je le répéte : le Trinity Killer est fascinant. Je comprends l'obsession de Lundy. Il a des méthodes très particulières et curieusement, il ne fait pas peur. Il reste calme en toutes circonstances, il ne jette pas des regards horribles à ses victimes, il ne prend pas une voix de pervers ou de psychopathe. Bref, il n'est pas du tout caricatural, ça change des serial-killers dont on nous abreuve à longueur d'années dans les séries policières. La scène où il pousse sa victime du haut d'un immeuble, et tout ce qui précéde, était vraiment flippante. J'en redemande ! Mine de rien, il a déjà tué deux de ses trois victimes. Que va-t-il se passer d'ici à la fin de la saison ? Je ne suis pas inquiet, j'imagine que les scénaristes ont un plan. J'ai hâte également de découvrir les motivations du Trinity Killer. Car il en a forcément. Ce qu'il a au fond des tripes, ses traumatismes, les événements qui l'ont conduit à en arriver là. Il y a toute une psychologie du personnage à construire et il ne faut pas nous décevoir là-dessus. Ce n'est pas concevable. Pendant qu'il tue, l'enquête suit son cours. Pour le moment, ça avance très doucement mais on prend un certain plaisir lors des dialogues entre Lundy et Dex, toujours très intenses. La confusion des sentiments de Debra est beaucoup moins plaisante à suivre tant on s'y attendait. C'est sans surprise pour l'heure. Mais toute compte fait, Lundy n'est plus aussi catégorique la concernant. S'il n'est pas revenu à Miami pour elle, il est bien content de la voir. Et c'est vrai qu'Anton ne fait pas le poids face à lui. L'acteur n'est pas très charismatique en plus. La carrure ne fait pas tout.

   Presque subtilement, les scénaristes ont trouvé un moyen de donner un intérêt à Quinn : il va être le nouvel ennemi de Dexter dans la police ! De loin, ça laisse craindre une intrigue à la Doakes bis. On verra... On continue de nous montrer Quinn avec sa journaliste. Cela aura forcément un sens à un moment donné (de l'enquête). Et puis Laguerta et Angel fricotent toujours et c'est chiant à mourir. Puis je n'arrive pas à m'y faire : Angel n'est pas crédible avec toutes ses responsabilités. C'est un flic moyen, sans véritable instinct, sans passion démesurée. Il était amusant à une époque mais plus maintenant. Masuka doit assurer tout seul et il s'en sort bien jusqu'ici.

vlcsnap_75076


// Bilan // Avec ses nombreuses touches d'humour cynique, cet épisode de Dexter renoue avec la tradition des saisons passées. Le rythme est loin d'être effrené mais on est en début de saison, c'est normal. Le Trinity Killer fascine et c'est déjà pas mal.

15 octobre 2009

30 Rock [Saison 3]

44069732

43157432

44030376

   C'est ce soir que 30 Rock fait son retour sur NBC. L'occasion de vous parler un peu de la saison 3, qui, je l'avoue, m'a déçu. Elle n'est pas mauvaise, loin de là. La sitcom reste l'une des meilleures diffusées actuellement. Mais elle a perdu quelque chose. Son intelligence ? Elle qui dressait un portrait si peu reluisant de l'industrie télévisuelle tombe dans la facilité en réduisant comme peau de chagrin les réfèrences qu'elle avait l'habitude de parsemer et en n'offrant plus vraiment de regard critique. Peut-être que les scénaristes en ont (déjà) fait le tour ou peut-être que NBC leur a demandé de rendre la série plus accessible afin qu'elle rencontre enfin le succès. Quoiqu'il en soit, pour la première fois, je n'ai pas trouvé justifié que la saison 3 reçoive l'Emmy Award de la meilleure comédie de la saison 2008-2009.

   Le début de la saison était plutôt bon (environ les 10 premiers épisodes) et c'était un défilé de guest-stars à chaque épisode. Je crois même que c'était un peu trop. Ils ont souvent fait de l'ombre, non pas aux personnages principaux, mais aux personnages secondaires que l'on a peu vu pendant cette période. Je pense notamment à Pete, Toofer (toujours pas crédité au générique) et Frank. Je n'ose même pas évoquer Cerie et Josh tant j'ai eu l'impression qu'ils n'étaient même plus là. C'est dommage, cette large galerie de personnages secondaires est une des forces de la série. C'est vrai que les guests avaient de la gueule et que la plupart du temps, ils ont été utilisé à bon escient. Je garde un très bon souvenir de Megan Mullally dans le Season Premiere, dans un rôle presque à contre-emploi où elle était toute coincée, très très loin de la Karen Walker de Will & Grace. La venue de Oprah Winfrey était également un grand moment. Les scénaristes sont partis dans un délire qui m'a beaucoup plu. J'ai été un peu déçu en revanche par le passage de Jennifer Aniston. Ce n'est pas l'actrice qui est à blâmer mais plutôt son rôle. Il s'annonçait déjanté et il est resté finalement trop sage. Peut-être qu'une intrigue sur plusieurs épisodes aurait été plus efficace. Quelques guests sont restés plus longtemps, surtout Salma Hayek sur un arc de six épisodes. Elisa a vraiment apporté une bonne énergie lorsqu'elle était présente et a redynamisé les intrigues de Jack qui commençaient à devenir ronflantes. L'idée de "El Generalissimo" était excellente. Peut-être que les scénaristes en ont abusé à un moment mais c'était globalement tordant. Avec du recul, j'ai trouvé Tina Fey plus en retrait cette saison que les précédentes, ce qui n'était pas une très bonne stratégie puisqu'elle était à ce moment-là encore très présente dans la tête des américains via sa parodie de Sarah Palin dans le Saturday Light Live. Il aurait fallu en profiter pour la mettre plus en avant ! Ses intrigues girlies m'ont manqué, j'avoue. Heureusement, les trois épisodes où elle est accompagnée du Mad Men John Hamm étaient excellents. Ils figurent parmi les meilleurs de la saison. Je ne me suis pas vraiment remis de la porte des toilettes qui s'ouvre lorsque Liz fait son petit caca et Drew qui la regarde, interloqué.

   La deuxième partie de la saison a été beaucoup plus laborieuse. J'ai trouvé que la manque d'inspiration était flagrant. Je me suis sérieusement ennuyé devant certains épisodes. Je serai incapable de vous dire lesquels, ils sont loin de m'avoir marqué. Certains personnages étaient en mode repeat, notamment Kenneth, que j'adore, mais qui n'était plus vraiment drôle à force d'intrigues ridicules. Jenna est également enfermée dans son personnage, ça devient lourd. Et puis il y a évidemment Tracy Jordan qui ne m'a jamais fait rire, pas plus cette saison que les précédentes. A la limite, il était plus supportable là puisque plus discret. D'ailleurs, Dot Com est souvent plus drôle que lui ! Par contre, j'adore sa femme. J'aimerais qu'ils l'utilisent plus souvent. Celui qui reste égal à lui-même, c'est Jack Donaghy. Même en dehors de ses intrigues avec Lisa, il était tordant. J'aime particulièrement quand il est confronté à sa mère et qu'il manque de l'écraser.


// Bilan // La saison 3 de 30 Rock est scindée en deux parties bien différentes : la première est inspirée, boostée par les nombreux invités prestigieux; la deuxième est plan-plan, pas souvent drôle. La seule constante de la saison, c'est finalement que les personnages sont trop enfermés dans leurs rôles, ils finissent par se caricaturer et c'est bien dommage.


// Bonus // Une bande-annonce de la saison 4 (que je ne manquerai pas de regarder avec 6 mois de retard cette année encore).

          

Brothers & Sisters [4x 03]

dnes_season4_brothers_nora_

Almost Normal // 8 97o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_120762

   Kitty... Nora... Calista... Sally... On ne cessera jamais de le répéter : Calista Flockhart et Sally Field sont deux actrices incroyables de justesse. Grâce à elles et grâce aux scénaristes, Kitty et Nora Walker sont deux personnages bouleversants, particulièrement dans cet épisode. Je crois que la série ne consisterait qu'en une succession de scènes les réunissant que cela suffirait déjà amplement à mon bonheur. Le cancer de Kitty prend toute la place dans les intrigues comme il prend toute la place dans la vie d'une famille touchée par cette maladie. Au risque de me répéter, Brothers & Sisters a choisi de traiter cette histoire de la manière la plus simple et réaliste qui soit, au contraire de certaines de ses consoeurs, et c'est sans doute pour cela que c'est si réussi. Après s'être concentré à l'épisode précédent sur la réaction de Kitty face à cette terrible nouvelle, c'est au tour des membres du clan Walker de l'apprendre.

   Chacun réagit à sa façon. Kevin par les larmes, dans une scène bouleversante où il commence par nier l'évidence avant de l'accepter et de s'effrondrer dans les bras de sa soeur. Kevin prend d'ailleurs la décision avec Scotty de remettre à plus tard leur projet d'adoption, ce qui n'est pas plus mal. Justin et Rebecca en prenant l'initiative de repousser leur mariage afin de laisser le temps à Kitty de se soigner. Elle refusera évidemment. Robert et Nora se font la guerre, persuadés que leur solution est la meilleure. Robert aimerait privilégier le traitement médical le meilleur mais qui se trouve à Boston tandis que Nora estime que c'est le soutien de sa famille qui prime sur tout le reste. Personne n'a tort dans cette histoire et la décision de Kitty, celle de rester auprès des siens, me paraît la plus censée. Le fait que Robert, Even et elle emmènagent chez Nora pendant un temps est d'ailleurs très prometteur... La scène où Kitty fait son annonce était très belle même si l'absence de Tommy et plus encore de Sarah s'est fait cruellement ressentir à ce moment-là. Heureusement, Sarah est de retour en toute fin d'épisode, apparemment déjà au courant du drame, et c'est un soulagement. C'est l'aînée, elle a son rôle à jouer. J'ai beaucoup aimé la scène réunissant Rebecca et Kitty. Ces scènes sont rares donc précieuses. L'évolution des personnages et l'intégration de Rebecca dans la famille et dans la série m'ont d'ailleurs frappés à cet instant. C'est fou comme certaines séries et certains personnages évoluent pendant que d'autres stagnent voire régressent...

vlcsnap_135276

   Evidemment, face à cette grande intrigue admirablement traitée, les storylines secondaires ont du mal à exister et surtout à passionner. Elles occupent peu de temps d'antenne qui plus est, il n'y a donc pas réellement d'approfondissement. J'ai toujours beaucoup de mal à adhérer à l'intrigue Ojaï d'autant qu'elle tarde à dévoiler son potentiel, si toutefois elle en a un. L'homme à qui Ryan a filé quelques tuyaux est en fait un ancien collaborateur de William qui s'est retrouvé à faire plusieurs années de prison par sa faute. Il l'a donc mauvaise et tente de se venger comme il peut, chose pas franchement aisé puisque William est mort. Ce sont les autres qui vont devoir trinquer, et tant pis si c'est injuste ! J'ai dû mal à comprendre comment Ryan peut adhérer à cela mais comme de toute façon il n'apparaît pas une seule seconde dans l'épisode, on va lui laisser le temps de s'expliquer et peut-être de regretter. Saul et Holly ne font pas grand chose à part observer tout cela de loin pour l'instant, ne comprenant pas bien ce qui se trame. J'imagine que le retour de Sarah va faire avancer les choses.

   Pendant ce temps-là, Justin assiste à ses premiers cours à la fac et fait la rencontre d'un surdoué de 16 ans arrogant qui ne va pas tarder à dévoiler son intérêt : il va pousser notre Walker paresseux à se surpasser. Et puis quand on y pense, c'est bien que Justin se fasse un pote parce que les amis des personnages ne sont quasiment jamais inclus à la série. A croire qu'ils n'en ont pas et que leurs meilleurs amis, ce sont leurs frères et soeurs. Ce n'est sans doute pas faux ceci dit. Le seul truc qui m'a dérangé, c'est que cela m'a fait un peu penser à 7 à la maison. Il y avait un duo comparable lorsque l'aîné, interprété par Barry Watson, était parti en fac de médecine lui aussi. Carter pourrait devenir rapidement un personnage intéressant si l'on prend la peine de le développer. Il a déjà trouvé le moyen d'être touchant ! C'est bon signe.

vlcsnap_123380


// Bilan // Les intrigues secondaires auraient été un peu plus musclées, cet épisode aurait été parfait. Brothers & Sisters maîtrise l'art de la larme comme aucune autre série actuellement. Curieusement, je n'ai jamais la sensation qu'elle en fait des tonnes pour nous faire pleurer. Elle fait le minimum mais le jeu des acteurs et la subtilité des dialogues suffisent à nous emporter.

44069764

 

How I Met Your Mother [5x 04]

dnes_season4_himym_ted_mini

The Sexless Innkeeper // 8 56o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_200948

   La saison 5 de How I Met poursuit sur sa bonne lancée avec un épisode très sympathique et plutôt du genre mémorable ! Pour l'occasion, Lily et Marshall sont vraiment mis en avant et cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé. C'est rarement bon signe, sauf cette fois-ci. Ils cherchent depuis des années un couple pour faire des double dates très spéciaux. Ils profitent donc du fait que Robin et Barney soient désormais ensemble pour les y inviter. Comme prévu, ça tourne rapidement au cauchemar... Je ne sais pas ce qui m'a le plus fait rire. Allez, on va dire l'obsession de Marshall pour le gouda ! C'était excellent. Le clou du spectacle était évidemment le montage-vidéo du site consacré à la soirée sur une chanson spécialement composée par Marshall. Je ne me suis pas encore remis du "Crème brûlée-lé-lé-lé-lé" personnellement. Les scénaristes prouvent ainsi que même avec du classique (pas mal de sitcoms ont traité du double-couple-date), ils réussissent à se dinstinger grâce à leur style inimitable, regorgeant de pleins de bonnes idées que ce soit dans les dialogues ou dans la mise en scène. Lily et Marshall ont tellement brillé (et m'ont quand même fait beaucoup fait penser à Monica et Chandler) que Robin et Barney ont eu du mal à en placer une mais on va dire que pour une fois, ce n'est pas bien grave. Et puis le "All By Ourselves" par Neil Patrick Harris et Cobie Smulders, c'est quelque chose ! Je veux le MP3 !

   Ted, forcément exclu du double-date, tente de se taper une de ses étudiantes et c'est alors que Barney nous sort une de ces inventions dont lui seul a le secret : le principe du "Sexless Innkeeper". Là encore, c'est très inventif puisqu'il illustre la chose sous forme d'un poème tout en son et images. Mais c'est lorsque Ted présente sa version des faits que c'est finalement le plus drôle. Doit-on voir dans la dernière phrase de Barney un indice sur la suite des événements concernant sa relation avec Robin ? Ce "What Have I Done ?" n'est peut-être pas innocent...

vlcsnap_202109


// Bilan // Lorsque les scénaristes de How I Met s'amusent à faire du neuf avec du vieux, ça donne un épisode réussi qui rassure sur la santé de la sitcom.

44069764


// Bonus // Le clip de "It Was The Best Night Ever" pas vu à la TV ! Jason Segel se débrouille pas mal mine de rien ^^

14 octobre 2009

Californication [3x 03]

dnes_season4_californicatio

Verities & Balderdash // 74o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_163812

   "Sometimes, a burp can smell worst than a fart" ("Parfois, un rot peut sentir plus mauvais qu'un pet") : voilà donc la phrase la plus philosophique de cet épisode. Chez les Moody, on est poètes de père en fille. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, ce n'est pas Hank qui est à l'origine de cette douceur mais Becca ! Non vraiment, Becca ce n'est plus ce que c'était. Elle parle même pipe avec sa nouvelle meilleure amie ! Etonnant d'ailleurs qu'elles évoquent le sujet pour la première fois seulement maintenant. Les filles (comme les garçons) de cet âge ne parlent que de cul. La vision du sexe selon Becca est touchante. Elle voit encore ça comme une enfant et, avec un père comme le sien, ça relève de l'exploit. Brave petite. Tout ceci ne devrait pas durer avec une amie dépravée comme Chelsea. On se demande quand même ce qu'elles fichent ensemble. Elles n'ont rien en commun, sauf peut-être des parents instables.

   Tandis que Karen se bat contre la pluie New Yorkaise (cliché quand tu nous tiens !), et qu'elle ne nous manque pas une seule seconde, Hank drague tout ce qui bouge, comme d'habitude, et nous sort son baratin habituel sur les femmes. Il y a deux-trois réflexions intéressantes dans le lot mais elles sont noyées dans des poncifs usés jusqu'à la corde. Il se tape Jill dans un moment de faiblesse. Je suis très déçu par ce personnage. Je pensais qu'elle allait donner du fil à retordre à Hank, qu'elle allait le repousser longuement, le remettre un peu à sa place mais pas du tout : elle craque à la première occasion. Ok, elle était triste parce que son pompier n'était pas venu la voir mais quand même. Pauvre fille. Hank plaît également à Jackie, c'était sous-jacent depuis le début mais c'est maintenant explicité. Ma foi, notre héros a l'embarras du choix. Tout va donc pour le mieux. Quant à Charlie, que dire ? Il se tape sa patronne. Là encore, j'espère qu'il résiste un peu plus longtemps mais au moins, c'est fait. Elle me fait toujours autant rire la Kathleen Turner dans le rôle de Sue. Elle n'a que le mot "wet" à la bouche, et pas ailleurs ! Sa vulgarité est jouissive. Sinon, on nous sort une grosse paire de loches en tout début d'épisode, sans doute pour apâter les téléspectateurs. C'est Hank qui laisse aller ses pensées, c'est donc gratuit. Le cul pour le cul.


// Bilan // Les scénaristes de Californication sont incapables d'exploiter correctement les prémices relativement prometteurs de la saison. Au lieu de ça, ils nous refont toujours le même coup des dialogues imbuvables et des scènes de cul lourdingues.