dnes_season4_flash_benford_

Gimme Some Truth // 9 87o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_74553

   Après cet épisode, j'ai presque envie de dire que ça y est, les choses sérieuses commencent. Elles ont commencé depuis longtemps à vrai dire mais il y avait là quelque chose d'absolument indispensable pour que les intrigues puissent avancer sans que l'on ait l'impression d'être pris pour des cons : oui, il existe des gens qui remettent en cause la théorie flashforward = futur; et oui, le FBI de Los Angeles n'est pas le seul à travailler sur les causes du blackout, les fonds nécessaires à la poursuite de l'enquête sont même remis en question par le Sénat lui-même. Une grande partie de l'épisode se déroule donc à Washington dans l'univers de la politique et du gouvernement américain. Ca nous change forcément du Los Angeles orangé des épisodes précédents. On part à la rencontre du président des Etats-Unis, interprété par l'excellent Peter Coyote, parfait dans ce rôle de la plus haute-importance, et la vice-présidente, que l'agent Stanford Wedeck ne porte pas dans son coeur et inversement. Là où ça devient extrêmement intéressant, au-delà des jouxtes verbales, des coups bas et des propositions alléchantes, c'est que dans son flashforward, la vice-présidente s'est vue devenir présidente, tandis que le président a été réveillé en pleine nuit à cause d'un événement très important dont on ignore bien-sûr la nature exacte. La série prend donc une nouvelle dimension, proche du complot gouvernemental qui fait tant fantasmer le cinéma et la télévision depuis des années. Il ne pouvait en être autrement. Tout cela est également l'occasion d'offrir un rôle central à Stanford alors qu'il était jusqu'ici un chef relativement sympa, qui passait sa vie aux toilettes.

   J'en ai déjà parlé dans d'autres reviews de d'autres séries : je ne suis pas fan en général du système "je te donne la presque-fin de l'épisode dans la première scène et je te montre ensuite tout ce qui s'est passé les heures qui ont précédé". Cela a tendance à tuer tout le suspense et il est vrai qu'ici, le cliffhanger aurait eu plus d'impact s'il n'avait pas été dévoilé plus tôt. Maintenant, je comprends qu'avec un épisode comme celui-là, assez complexe dans une atmosphère lourde et pesante, il fallait trouver un moyen de retenir l'attention du spectateur lambda qui a la zapette facile. Et puis le cliff' se dédouble de manière innatendue puisque Mark, Stanford et Demetri ne sont pas les seuls à être attaqués par des hommes cagoulés, Janis aussi, restée à Los Angeles ! Cela tend à prouver que Mark n'est pas fou, ce qu'il a vu dans son flash a réellement eu lieu. Le sénat devrait maintenant le croire, même à contre-coeur. Quant à Janis, c'est clairement l'un des personnages les plus attachants de la série jusqu'ici donc son sort nous importe. Si l'on en croit son flash, elle ne va pas mourrir. Elle va même tomber enceinte. Reste à savoir de qui... Comme l'avait fait remarquer un lecteur du blog il y a quelques semaines, elle est lesbienne. Bon. En soit, est-ce un élément important ? On aurait tendance à dire que non mais en fait si puisque ça complexifie forcément son flash. Jusqu'à preuve du contraire, deux femmes ne peuvent pas concevoir d'enfant ensemble. Il y a peu de chances qu'elle change d'orientation sexuelle dans les six mois, quoiqu'une romance avec Demetri m'a toujours semblé possible. Elle est avec sa nouvelle copine depuis très peu de temps, je doute qu'elles soient déjà dans quelques mois à faire des projets d'enfants. Et de mariage ? Sa copine s'est vue à son mariage dans son flash ! Est-ce que cela a un rapport avec celui de Demetri ? Je ne peux pas m'empecher de penser que tout cela est lié. Notons que l'on a pas vu d'images du flash de la copine. Et on ne peut croire que ce que l'on voit... Tout cela est passionnant ! Ce qui l'est moins, c'est les doutes d'Olivia, dont on a que faire actuellement, et les sages paroles de Aaron qui n'apportent rien de concrêt pour l'heure. Dernière chose : le précédent survenu en 1991 n'est pas oublié. Janis et ses collègues découvrent que des constructions étranges sont apparues à la même époque en Somalie...

vlcsnap_60808


// Bilan // FlashForward prouve une fois encore qu'elle a l'étoffe d'une grande.