dnes_season4_glee_pillsbury

Mash-Up // 7 15o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_33728

   Glee a beau être une série très attachante, ses intrigues ont beaucoup de mal à démarrer. Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que les scénaristes ont un plan très précis autour des fameux concours inter-lycées et qu'en attendant d'y arriver (à partir de la mi-saison ?), ils meublent. C'est ce qui expliquerait pourquoi, une fois de plus, plusieurs membres du glee club sont tentés de le quitter en faveur de l'équipe de football. C'était bien mené mais c'est vraiment trop répétitif. De même, je trouve un peu dommage que 80% des intrigues tournent autour des adultes de la série. C'est peut-être un peu moins flagrant que dans les précédents épisodes mais ça reste marqué. La plupart des personnages secondaires restent dans l'ombre en dehors des scènes chantées. La flamme soudaine de Noah pour Rachel a tout de même permis de renouveller les histoires et je dois dire que j'aime de plus en plus Noah, le stéréotype du gros dur au coeur tendre, là où Finn est l'idiot du village... au coeur tendre aussi. La future fille-mère Quinn complète le quatuor amoureux et je suis assez content qu'elle ne soit plus cheerleader, ça va sans doute permettre au personnage d'en dévoiler davantage sur qui elle est vraiment (et elle est bien plus jolie sans sa queue de cheval qui lui tirait tout le visage). Le running-gag autour de la boisson jetée au visage des losers était un peu lourd mais c'était une jolie métaphore potache de cette guerre sans pitié populaires vs cas sociaux. Le point fort étant bien-sûr le sacrifice innatendu de Kurt !

   Les intrigues amoureuses sont également très présentes du coté des adultes et Sue nous a montré une nouvelle facette de sa personnalité : elle aussi peut-être une femme (enfin...) amoureuse ! C'était très amusant de la voir dans cet état et Jane Lynch nous a montré pour l'occasion qu'elle aussi savait danser. Elle n'a pas autant d'assurance que Matthew Morrison mais c'est d'autant plus sympathique. En parlant du héros justement, je passe d'un sentiment à un autre. Un coup, il m'énerve, un coup il me plaît. Cette fois, il m'a agacé sur ses scènes chantées et dansées, il en faisait un peu trop et ce n'est vraiment pas le roi du playback, mais je l'ai en revanche adoré lorsqu'il était avec Emma. Ca a beau dégouliner de guimauve, je fond à chaque fois ! Ces deux-là sont vraiment trop mignons ensemble. La scène où Jayma Mays chante du My Fair Lady était très mignonne. J'ignorai que l'actrice chantait si bien d'ailleurs ! Ce serait peut-être pas mal d'utiliser davantage son bel organe à l'avenir. Le pauvre Ken est toujours très touchant, d'autant qu'il est conscient de sa misère amoureuse et sexuelle, là où les autres personnages sont toujours très déconnectés de la réalité. Du coté des chansons de l'épisode, j'ai adoré ré-entendre Thong Song, que j'avais totalement oublié mais que j'écoutais en boucle à l'époque. Les autres titres étaient pas mal, mais on a connu mieux. Mention spéciale quand même pour le solo de Noah sur une chanson que je ne connaissais pas du tout j'avoue : Sweet Caroline. Ce style un peu folk voire country n'avait pas encore été exploré dans la série.

vlcsnap_28192


// Bilan // Un épisode un peu trop routinier et paresseux mais qui reste très symapthique.


// Bonus // Mark Salling chante Sweet Caroline ! Hot and sweet.

En partenariat avec

Sans_titre_1