dnes_season4_melrose_andrew

Nightingale // 1 81o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_75500

   Je le savais : ce nouveau Melrose Place a un potentiel énorme qui ne demande qu'à être exploité ! Et dès ce second épisode, on commence à entrevoir ce à quoi pourrait ressembler la série à termes. Il y a encore tout un tas d'imperfections mais l'essentiel est là : des personnages intéressants qui se transforment doucement en ordures. Pour certains, ça prendra plus de temps que d'autres. Et puis il y a aussi ceux qui sont nés ordures et qui le resteront. Dans la première catégorie, on retrouve le couple Jonah/Riley. Ils avaient plombé le pilote avec leurs niaiseries et, ma foi, ils se sont avérés moins désagréables cette fois-ci. On a pu assister à leur première vraie dispute, provoquée évidemment par Ella. Elle en pince pour Jonah et est prête à tout pour le faire craquer. Pour le moment, elle reste relativement sage mais ça marche pourtant déjà. Qu'est-ce que ça va être quand elle va passer à l'offensive ! Ce triangle amoureux n'est pas sans rappeler le mythique trio Billy/Amanda/Allison de la grande époque. D'ailleurs, même physiquement, Jonah fait pas mal penser à Billy. Et quand on se souvient de ce qu'est devenu Billy petit à petit, on ne peut que se réjouir ! Riley joue le rôle de la bonne copine pour le moment, elle est donc ennuyeuse à souhait. Mais une fois trompée, je suis sûr qu'elle se transformera en garce. La pitié n'a jamais eu sa place à Melrose, ça ne va pas commencer maintenant. Toujours dans la catégorie des gentils qui ne vont pas le rester, il y a Lauren, que l'on peut d'ores et déjà surnommer "la pute luxe". Après quelques hésitations, bien poussée par Ella, elle se lance à corps perdu dans sa nouvelle activité nocturne et elle semble se prendre au jeu. On la lie discrétement au trop effacé David, sans doute pour plus tard...

   Garce née, Ella prouve que c'est elle qui tient les rênes de la série. La prestation de Katie Cassidy est convaincante, on se surprend même à lui trouver des airs d'Amanda Woodward. C'est le but et ça marche. Il va lui falloir du temps pour s'imposer comme un successeur digne de ce nom mais elle en a la capacité. J'ai adoré chacune de ses apparitions, de son incroyable culot face à son nouveau boss à son chantage pantalon baissé. En parlant de son nouveau boss, il me plaît bien. Il a très vite compris à qui il avait à faire et ça promet quelques faces à faces intéressants. Victor Webster se débrouille bien, il faut dire qu'on lui demande surtout d'être beau et charismatique et quand on a son physique, ce n'est pas bien difficile. La garce en chef Sydney a beau être morte, elle hante tous les esprits, dont celui de Auggie. Les flashbacks pour nous présenter leur relation sont très mal insérés dans la narration mais ils sont intenses. Sydney retrouve de sa splendeur dans la dernière scène qui l'oppose à Auggie et qui montre, comme on s'y attendait, que ce n'est pas lui le meurtrier. Peut-être est-ce Violet ? Alors que j'avais trouvé cette dernière insipide dans le pilote, elle se révèle comme la première vraie psychopathe de cette nouvelle version et j'ai hâte de la voir passer à l'action ! Je doute que Sydney soit véritablement sa mère, c'est à mon avis un grand délire qu'elle s'est inventée. Et si ce n'est pas le cas, elle va devenir folle quand même et c'est tout ce qui nous intéresse. Peu importe les raisons. A la limite, il n'y en aurait pas, ce serait aussi bien. Malheureusement, Ashley Simpson est loin d'avoir le talent de Marcia Cross. N'est pas Kimberly Shaw qui veut ! A vrai dire, elle n'a pas de talent du tout. Elle est incapable d'aligner trois simples mots sans être fausse. On devra s'en contenter.

vlcsnap_92324


// Bilan // Un second épisode un peu plus convaincant que le pilote, qui montre bien que ce Melrose Place osera bien plus que les autres séries de la CW. Entre un cigare presque fumé, du sexe gratuit ou payant entre adultes consentants, un peu de chair, de premiers chantages et quelques manipulations, les ingrédients sont réunis pour que la sauce prenne. Prendra-t-elle ?