dnes_v2_focus_mini_ban

MSME récidive sur le blog ! Après sa rétrospective sur V, en attendant le remake, il nous parle d'un genre en perdition, qui tente pourtant chaque année de retrouver un peu d'éclat sans jamais y parvenir (Dirty Sexy Money, prochainement Melrose Place nouvelle génération ?) : le SOAP ! C'est un de ses vices : la preuve !


feuxdeff

   Combien de fois avez-vous entendu ou même prononcé cette phrase : « Même si t’as loupé le feuilleton pendant 6 mois, c’est pas grave, tu comprendras tout sans problème! » ? Et bien, nous pourrions presque considérer que c’est la définition la plus parfaite du soap opera. Une définition plus précise nous permettrait de distinguer les soap quotidiens, diffusés en journée, et les soap hebdomadaires, diffusés en soirée. Mais, premièrement, pourquoi ce nom d’opera savon ? Tout simplement parce que, à l’origine, ces feuilletons -d’abord radiodiffusés- étaient sponsorisés par des marques de savon ou autres produits d’entretien. Accessoirement, nous ajouterons que ce genre de feuilleton sent beaucoup plus le savon que la foufoune puisque, même si les histoires de fesses sont le moteur principal des intrigues, les dialogues et les situations restent toujours extrêmement chastes. Pas un mot de travers ! Tout doit être propret ! Vous imaginez Victor dans « Les feux de l’amour » promettre à Nikki de lui casser ses petites pattes arrières? Non, c’est juste impossible.

   Mais, au fait, ce genre de programme télé, c’est supposé plaire à qui? Les cibles des soap opera sont souvent nos grands-mères : ça leur permet d’avoir une compagnie. Ou bien encore nos mères quand elles ne travaillent pas. Ou tout simplement les jeunes (lycéens, étudiants) qui végètent devant ces imbécillités hypnotiques, puisque, il faut l’avouer, quand on commence, on ne peut plus s’arrêter ! Et les américains ont du savoir-faire en la matière pour nous garder en éveil (ou en demi-sommeil) pendant des semaines. Pour preuve, quand le héros d’un soap doit révéler quelque chose d’extrêmement grave à son meilleur ami, cela se déroule durant 4 épisodes minima, envolées dialoguistes à l’appui :


santabarb- Brian, j’ai quelque chose à te dire …. (méga gros plan de la mort qui tue sur le visage grave de Brandon)
- Qu’est-ce qui ne va pas Brandon ? (zoom sur le sourcil en circonflexe de Brian)
Fin de l’épisode
- C’est très grave Brian … (la voix de Brandon s’étrangle)
- Mais tu m’fais peur Brandon … (la lèvre supérieure de Brian se crispe)
Fin de l’épisode
- Alors Brandon, tu vas cracher le morceau (Brian commence à s’énerver, nous aussi)
- Ok, assis-toi (musique assourdissante pour alourdir ce suspense insoutenable)
Fin de l’épisode
- Matthew a une liaison avec ton ex-petite amie, Sandy, uniquement pour rendre jaloux ta mère qui souhaitait que tu renoues avec cette fille et qui voulait surtout garder Matthew comme amant, au nez et à la barbe de ton beau-père, celui qui t’a frappé pendant des années, alors que tu n’étais encore qu’un enfant de 5 ans au moins. Matthew a même dit qu’il tuerait ton beau-père si tu intervenais pour lui reprendre Sandy, qui est la fille de ton oncle !
- C’était une menace ?
- Non, c’est une promesse !!!!!
Et voilà, il vous a fallu 4 épisodes pour connaître le nœud de l’intrigue et si, par hasard, vous loupez cet épisode fatidique, celui qui expédie l’histoire en deux coups de cuillère à pot et qui tisse l’intrigue pour les 15 mois à venir, vous avez raté la scène dramatique de l’année… Vous comprenez alors mieux qu’on puisse devenir addicts, n’est-ce pas ?

   Trêve de plaisanterie : un soap s’appuie sur de multiples intrigues parallèles et enchevêtrées, impliquant un nombre conséquent de personnages : il s’agit souvent des membres de deux familles que tout oppose mais que la haine stimule avec ardeur. Evidemment, l’ensemble est mené sans grande crédibilité ni fine psychologie, à grands coups de cliffhangers répétitifs, sur un nombre impressionnant d’épisodes. Pour citer un exemple, prenons Dallas (qui n’est pas à proprement parler un soap mais qui en utilisa avec malice toutes les ficelles) : au cours de la saison 1, le personnage de Ray Krebbs couche avec la petite-fille de Jock Ewing, Lucy. Trois ou quatre saisons plus tard, Ray apprend que Jock est son père et que, donc, Lucy est sa nièce. Pensez-vous que cela lui tortura l’esprit ? Pas une seule seconde !!! Ce qui est un peu fort de café, vous en conviendrez.

   Mais la vraisemblance n’a pas sa place dans le soap opera : combien de personnages sont morts pour mieux être ressuscités quelques mois plus tard ? Combien de jeunes hommes se sont découverts des jumeaux maléfiques voulant prendre leur vie, leur femme, leur enfant ? Combien de mariages interrompus par un meurtre ou par un « oui, moi » suite à la question « si quelqu’un s’oppose à cette union, qu’il le dise maintenant ou se taise à jamais » ? Combien de crimes impunis pour permettre au méchant de faire et refaire des milliers de vacheries ? Dans les « Feux de l’amour », l’héroïne Cricket Blair s’est même mariée avec son violeur… Elle devait avoir la mémoire courte (et les scénaristes aussi).

plusbelle

   Si les américains sont les rois en la matière, les brésiliens ne sont pas en reste avec leur télénovelas. Nous, pauvres français, on s’essaie tant bien que mal au genre. Et le nombre d’échecs est hallucinant : Riviera, pâle copie de Santa Barbara, dans des décors de carton-pâte, Cap des pins, Cinq sœurs, Voisins Voisines et j’en passe. Une seule série est parvenue à sortir du lot avec brio : Plus belle la vie. Elle respecte les codes du soap (meurtre, enlèvement, enfant adoptif, fausse mort) tout en apportant une french touch non négligeable. Evidemment, mettre Plus belle la vie en concurrence avec les journaux télévisés était particulièrement culotté, mais, au final, cette contre programmation s’est avérée payante et lui a peut-être permis de s’envoler vers les hautes sphères de l’audimat.

Terminons en beauté avec quelques soap operas américains incontournables.
- Amour, Gloire et Beauté, série dans laquelle Ridge Forrester a épousé plusieurs fois Taylor qui ne cesse de mourir et de réapparaître en pleine forme.
- Les feux de l’amour, qui permet à Monsieur Moustache alias Victor Newman de tremper son biscuit dans tout ce qui s’apparente à une femme. Seule la jument semble résister à ses assauts….
- Sunset Beach, où une jeune intrigante tenta d’injecter du sperme, à l’aide d’une pipette, dans le vagin de sa rivale
- Hospital central, Guiding light (qui s'achève cette année) ou encore One life to live qui passionnent les américains depuis plus de 40 ans ….

    Maintenant, tous à vos plumes et faites-nous le résumé des 5956 derniers épisodes des Feux de l’amour !