31 août 2009

La Roux [La Roux]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

la_roux

dnes_v2_poll_stars4

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche

   Et si l'électro-pop avait trouvé sa nouvelle diva ? La Roux, qui maîtrise visiblement bien mal le français, ce n'est pourtant pas qu'une chanteuse, c'est en réalité un groupe composé de deux éminents membres. Eleanor Jackson est le visage et la voix du duo tandis que Ben Langmaid occupe la place de co-compositeur et de co-producteur, sans jamais dévoilé la moindre mèche de cheveux. Peut-être qu'il est terriblement laid. Tous deux avouent s'inspirer grandement des années 80 pour composer leurs titres. Ceci dit, ne vous attendez pas à retrouver par-ci par-là un bout de Partenaire Particulier ou une ambiance à la Voyage, Voyage. Elly ne s'autorise pas autant de délires capillaires que Desireless, bien qu'elle affectionne la mèche ultra-épaisse et ultra-ondulée, et elle se permet d'écrire des choses simples mais souvent poétiques. On est donc bien loin de Je te survivrai, niveau profondeur. Un vent de nostalgie souffle sur La Roux...

   Ici, les années 80 se résument à quelques sons électroniques soigneusement mêlés à des sons bien d'aujourd'hui. Le mélange est divin. La pièce maîtresse de leur premier album, sobrement intitulé La Roux, est sans aucun doute Quicksand, qui est à la fois la première véritable collaboration du duo et le premier single. Ce titre est d'une efficacité incroyable, plein d'énergie et de good vibes. Les paroles évoquent un désir coupable et une obsession. Il a obsédé mon été.... "Oh when you touch me I'm in the Quicksand"... Le second single, In For The Kill, réussit l'exploit d'être aussi bon et met particulièrement bien en valeur la voix très intéressante de la chanteuse. Je ne saurai la décrire. Elle déraille toujours un peu et elle est puissante. Je la trouve magnifique et entêtante. Tigerlily la met également très bien en avant, avec un petit plus qui contribue au style de nombreuses chansons de l'album : la voix d'Elly se dédouble, voire se triple, une dans les graves, l'autre dans les aïgues, comme s'il n'y avait pas qu'une chanteuse mais plusieurs... "I can see you burning with desire for a kiss"... Le troisième single, Bulletproof, n'est sans doute pas mon titre préfèré, la pauvreté du refrain n'y est pas pour rien. C'est celui qui sonne le plus synthétique de l'album, avec beaucoup de synthé 80s justement. En revanche, le 4ème et dernier single, I'm Not Your Toy, est dangereusement efficace. Deux "ballades" figurent sur l'album, Cover My Eyes et Armour Love. Elles dévoilent une autre facette du groupe, plus touchante. Colourless Colour est sans doute mon titre préféré hors-single, et ce sont ses paroles à la fois nostalgiques et rêveuses qui m'ont le plus séduit. Elles m'ont parlé comme rarement des paroles m'ont parlé... Je vous en laisse un petit aperçu :

   "Been dreaming of blue skies
New horizons and sights for my eyes
The discovery of the unknown
Is something to tell the folks back home
I want to get away
To feel the sun on my skin
To feel it really sinking in"

   La Roux signe une entrée remarquée dans le monde de la musique avec un album redoutable d'efficacité, qui sonne comme aucun autre album. Une curiosité qui mérite toute notre attention et toute notre affection et plus encore. Dommage qu'il ne soit composé "que" de dix titres, on tourne vite en rond.


// Bonus // Le clip de Quicksand


30 août 2009

Dollhouse [1x 1o]

dollhouse

Haunted // 3 1oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_83740

   Un épisode qui sentait mauvais le début de la saison, lorsque Dollhouse était une série très moyenne. Cela faisait un petit moment que l'on avait pas eu droit à un stand-alone et je crois qu'il ne reste plus qu'à espérer qu'il n'y en ait plus jamais, bien que ce soit le concept de base de la série. L'idée de donner à Echo l'identité d'une morte qui cherche à trouver l'identité de son meurtrier n'était pas mauvaise du tout. Mais au final, cela donne une enquête classique, que l'on aurait pu voir dans n'importe quelle série policière classique. Les ficelles étaient très grosses et il n'était pas bien difficile de comprendre qui était le meurtrier à mi-épisode. Autant dire que la suite était donc relativement pénible à suivre. Je ne reviendrai pas une fois de plus sur le jeu très limité d'Eliza Dushku, qui me gâche à coup-sûr mon plaisir. La participation de Victor à l'enquête était malheureusement anecdotique, sans doute pour justifier le statut régulier de l'acteur. Le fait qu'Adelle soit une amie proche de la morte n'avait pas grand intérêt non plus.

   Du coté de Ballard, ça n'avance toujours pas d'un pouce. November redevenue Mellie, on doit se coltiner à nouveau des scènes stupides d'amour et de sexe. Il a dû mal à gérer sa relation avec elle après les révélations du précédent épisode et c'est bien normal. Mais c'est beaucoup trop maigre pour ne tenir que là-dessus pendant 15 minutes. Et puis le fait que le fils de la morte dans l'intrigue principale parle de la dollhouse comme d'une évidence pour les gens de son milieu était une belle bourde ! Ca renforce cette impression que Ballard est un branquignole incapable de mener à bien son enquête, là où il suffirait de procéder avec plus de subtilité. Infiltrer le milieu huppé de Los Angeles par exemple serait une piste logique. Mais non, pas pour lui... La 3ème intrigue de l'épisode est relativement dispensable, comme les deux autres, mais elle a au le mérite de détendre l'atmosphère. Comme il le fait régulièrement, Topher utilise une doll pour qu'elle joue le rôle de son ami, lui qui n'en a pas. Il en ressort deux-trois scènes amusantes et une certaine empathie pour le personnage qui m'agaçait grandement jusqu'ici.

vlcsnap_83091


// Bilan // Tout est dispensable dans cet épisode et on ne peut même pas se raccrocher à une éventuelle efficacité. On s'ennuie beaucoup et on se dit que les stand-alone ne siéent vraiment pas à la série...

 

29 août 2009

Hung [1x o8]

hung

"Thith Is Prothetic" or "You Cum Just Right" // 3 3oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_119719

   Bien que le charme de Hung reste intact (les discussions sous la tente pendant que la pluie battante...), cet épisode pointe clairement du doigt un gros problème de la série : elle part un peu dans tous les sens et finit donc par manquer de direction claire. J'ai le sentiment que la saison 1 s'articule surtout autour de l'apprentissage, à la fois celui de Ray en tant que gigolo, et celui de Tanya en tant que P.I.M.P., et que la saison 2, logiquement, s'attardera davantage sur ce qui nous intéresse vraiment. En attendant, on ne passe pas un mauvais moment. Loin de là.

   L'affaire Jemma touche à sa fin, plus ou moins comme on s'y attendait. Ray s'est pris une claque et a réagi de façon très clichée mais très réaliste : il a bu comme un trou. Ce que j'ai bien aimé, et que je n'avais pas vu venir, c'est la raison pour laquelle Jemma l'a largué. Je pensais simplement que ça ne collait pas entre eux, qu'il n'était pas à son goût une fois sortie des parties de jambes en l'air. Mais c'est plus pervers que ça : elle l'a fait de façon à se soulager d'un poids. Elle s'est toujours faite larguer alors qu'elle était très amoureuse, elle avait besoin de rendre la pareil. Ca peut paraître un peu tordu mais je ne suis pas sûr que ça le soit tant. Soigner le mal par le mal... En tous cas, Ray devrait avoir compris la leçon. On ne s'attache pas à ses clientes ! D'ailleurs, la cliente du jour, une collègue de Tanya, m'a bien plu. Une fille simple, pas très maligne, mais assez touchante. Ca a pris 5 minutes dans l'épisode et c'était très bien comme ça.

   Quand je reproche à la série d'aller un peu dans tous les sens, je pense par exemple au cas Jessica et à son mari. Le petit repas en compagnie de Ray n'avait aucun intérêt, on en a quasiment rien vu d'ailleurs, et la question de Ray à la fin n'avait pas tellement de sens. La question est légitime mais pourquoi la poser maintenant ? A cause de la déconvenue Jemma ? On mélange un peu tout et ça ne donne pas grand chose. Les enfants sont une fois de plus très transparents mais bonne nouvelle : le petit gros à lunettes a changé sa couleur de cheveu. Il n'est pas plus mignon mais il n'est plus ridicule. C'est déjà ça.

   En ce qui concerne Tanya, on n'a pas fait une grande avancée mais je l'adore toujours autant. Elle s'en sort de mieux en mieux dans son "métier" mais sa solitude, en revanche, est toujours difficile à combler. J'ai apprécié qu'elle résiste aux avances de Ray, ce n'était vraiment pas le moment. Mais pour combien de temps ? Sinon, il y a quelque chose de louche concernant Pierce. A-t-il déjà une copine ? Est-il carrément marié ? Son secret est-il en rapport avec ses parents ? Il cache quelque chose en tous cas, c'est clair. Et je sens que Tanya va souffrir même si, pour le moment, elle ne semble pas plus attachée que ça...

vlcsnap_120888


// Bilan // La fin de la première saison de Hung approche et les scénaristes tâtonnent encore beaucoup. Ca a tendance à gâcher le beau potentiel de la série. Heureusement, il y a plein de bonnes choses aussi !

Posté par LullabyBoy à 18:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 août 2009

Nurse Jackie [1x 12]

nursejackie

Health Care And Cinema (Season Finale) // 1 o7o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_152931

   Ainsi  s'achève la première saison de Nurse Jackie, exactement comme elle a commencé : Jackie allongée sur le sol, délirant sa vie sous l'effet de médicaments puissants. Si la série avait dû s'arrêter là, la boucle aurait été bouclée. Heureusement, elle a très bien fonctionné sur Showtime et elle reviendra l'été prochain. Le moment est venu de tirer un bilan de cette première saison, faite de beaucoup de hauts et de quelques bas.

    Le Season Finale a un défaut, qui est au fond aussi une qualité : il ne s'y passe absolument rien d'incroyable. Il s'agit presque d'un épisode comme un autre. Si Eddie sait maintenant la vérité sur la vraie vie de Jackie, il se contente de boire et d'approcher Kevin pour assouvir sa curiosité et se faire encore un peu plus mal. Il aurait pu lui dire toute la vérité, il aurait pu littéralement exploser lors de sa petite visite à l'hôpital et dire tout le mal qu'il pense aujourd'hui de Jackie. Il reste finalement assez sage et complètement humain. Les gens qui tapent des scandales incroyables dans le hall d'un hôpital, est-ce que ça existe vraiment dans la vraie vie ? Sans doute, mais ils sont rares. La réaction d'Eddie m'a plu car elle était normale. Alors forcément, en termes d'intensité dramatique, c'est un peu décevant. La réaction de Jackie face à tout ça est complètement logique : elle se rabat sur sa drogue. Bref, aucune surprise à aucun moment mais une cohérence à toute épreuve qui prouve que cette série n'est pas écrite avec les pieds...

   Comme d'habitude, c'est la légéreté qui prédomine, même lorsque les intrigues traitées ne sont pas forcément amusantes à la base. Je pense évidemment à Zoey et au critique de cinéma qu'elle a mis dans le coma. C'est censé être tout sauf drôle mais entre les mimiques de Merritt Wever et ses dialogues avec les uns et les autres, on rit beaucoup. Gloria coincée dans l'ascenseur, c'était juste énorme. Anne Deavere Smith a un pouvoir comique qu'elle ignorait sans doute elle-même. "Inacceptable !". Mo-Mo et le Dr Cooper qui se racontent leurs histoires de coeur, c'était pas mal non plus. Ca aurait peut-être mérité que l'on s'y attarde un tout petit peu plus, surtout concernant Mo-Mo puisque l'on ne comprend pas trop de quoi il parle, il a très peu évoqué son copain depuis le début de la série. Une fois n'est pas coutume, Eleanor ne nous a pas fait tellement rire et pour cause : sa mère est à l'hôpital. Là encore, on manque un peu d'explications pour bien comprendre l'enjeu de l'intrigue mais les larmes du médecin ne peuvent qu'émouvoir.

vlcsnap_149097


// Bilan // La saison 1 de Nurse Jackie est une jolie réussite et la série a su imposer un ton qui lui est propre très rapidement, avec beaucoup d'efficacité. Elle se distingue d'abord par le charisme de son personnage principal, parfaitement interprété par Edie Falco. On n'en attendait pas moins d'elle. Et elle bénéficie également de personnages secondaires, qui gravitent autour de Jackie, tout aussi charismatiques/drôles/attachants. Le rythme des épisodes est soutenu et les 26 minutes sont toujours bien remplies, même si l'on regrette bien-sûr que ce ne soit pas du 42 minutes, cela permettrait certainement certains développements que l'on attend et qui ne viennent jamais. La saison 2 aura pour mission de nous faire découvrir un peu plus en profondeur tous ces personnages, notamment Jackie qui reste une énigme...   

 

Dirty Sexy Money [2x 13]

dnes_v2_dirty_mini_ban

The Unexpected Arrival // 1 8oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_55102

   Dirty Sexy Money touche à sa fin et rien ne semble pouvoir rattraper le coup pour les derniers épisodes. De toutes les intrigues développées, seule celle de Patrick tient à peu près la route et c'est assez étonnant puisque c'est lui qui écope d'habitude des intrigues les plus chiantes. Dès le départ, on comprend bien que le personnage de John Schneider est de mèche avec sa femme, c'est donc sans surprise mais au moins, c'est amusant. Par contre, je ne m'attendais pas au coup de la caméra dans la chambre à coucher ! Un nouveau scandale sexuel pour Patrick ? Voilà qui permet à la série de justifier le "sexy" de son nom. Parce que depuis le début, c'est surtout le "Money" qui prédomine. En parlant de ça, on remarquera que Andrea a bien changé en quelques épisodes. Elle qui ne voulait pas du luxe des Darling, elle semble s'en être bien accommodée. Une fois de plus, son intrigue avec Brian est sans intérêt, et les scènes chez Nick censées être drôles ne le sont pas vraiment.

   Du coté de Karen, on s'ennuie un peu. Elle est enceinte du diable, bon et alors ? C'est pas comme si sa famille était uniquement composée de saints. Le passage sur l'éventuel avortement m'a bien plu : d'abord parce que le mot a été prononcé, ce qui n'est pas si courant dans les séries US, surtout celles d'ABC (Desperate Housewives ? Ugly Betty ?) et puis aussi parce que s'il n'a pas lieu, ce n'est pas parce que Karen considérerait ça comme quelque chose de mal mais simplement parce qu'arrivée à son âge, c'est peut-être sa seule chance d'avoir un enfant. En revanche, on se serait bien passé des passages niais avec Nick. Leur couple a quand même du mal à être crédible. Les machinations de Simon Elder vont de plus belle et ça devient ridicule mais très soap, c'est sûr. On est malheureusement plus proche des Feux de l'amour que de Dallas. Le cliffhanger n'est pas mauvais, il donne envie de voir le dernier épisode. Simon tué par Nola ? J'en doute. Nick va sauver tout ce petit monde in extremis.

vlcsnap_32847


// Bilan // Une série définitivement pas assez "dirty".

      


27 août 2009

[Saison 2oo9/2o1o] THE CW

35030321

La petite chaîne toujours à la traîne continue une année de plus son parcours du combattant. Va-t-elle réussir à imposer ses nouveautés ? L'avantage, c'est que la barre n'est pas bien haute...


Elles reviennent...

Smallville (Saison 9) : Qui l'eut cru ! 9 ans que dure cette daube ! La CW ne veut pas lâcher sa doyenne évidemment puisque ça reste sa meilleure audience hebdomadaire (4 millions et demi au meilleur de sa forme donc). Cependant, en la déplaçant cette année au vendredi, la chaîne pourrait la perdre à jamais... N'est-ce pas un peu le but au fond ?

Supernatural (Saison 5) : Paraît que contrairement aux apparences, cette série est bonne. J'avoue que je n'ai pas encore trouvé le courage de vérifier les dires de mes confrères. Ce qui est sûr, c'est que cette saison est censée être la dernière, comme le créateur de la série le souhaitait depuis le début. Il a planifié la série en conséquence. La CW la lâchera-t-elle à la fin de la saison ? Rien n'est moins sûr...

Gossip Girl (Saison 3) : Je fais parti de ceux qui se sont forcés à aller jusqu'au bout de la saison 1 et qui n'ont jamais remis le nez dans les affaires de Chuck, Blair & Co. A priori, ils ont encore un bel avenir devant eux. La série n'affolle pas les baromêtres d'audience mais elle fait parler à coup de publicités mensongères. OMFG, Gossip Girl c'est loin d'être fini !

90210 (Saison 2) : Gros pétard mouillé de la saison dernière, il va falloir que les scénaristes comprennent que les années 90 sont loin, que bien des teen shows sont passés depuis l'original et que leurs personnages n'ont vraiment aucune saveur. Il faut rebooster tout ça, mettre de l'humour, offrir à AnnaLynne McCord un rôle à la hauteur de sa réputation (de salope) et puis faire re-revenir Tori Spelling pour que l'on puisse se foutre de sa gueule à loisir ! Après ça, 90210 aura peut-être une chance de survivre...

mais aussi Les Frères Scott (Saison 7) et cela se passe de tout commentaire.


Elles arrivent...

melrose

MELROSE PLACE

Un remake / spin-off de la série culte Melrose Place, sur un groupe de jeunes adultes qui habitent dans la même résidence.

Avec Laura Leighton, Thomas Calabro, Katie Cassidy, Shaun Sipos, Michael Rady...

Indice de réussite : 65%

beauti

THE BEAUTIFUL LIFE

Le quotidien de jeunes mannequins qui vivent dans la même résidence à New York.

Avec Mischa Barton, Corbin Bleu, Elle MacPherson, Sara Paxton...

Indice de réussite : 40%

19145015

THE VAMPIRE DIARIES

Une jeune fille tombe amoureuse de deux frères vampires que tout oppose.

Avec Ian Somerhalder, Paul Wesley, Michael Trevino...

Indice de réussite : 70%

life_unexpected_cast5

LIFE UNEXPECTED

Une adolescente qui cherche à s'émanciper après être passée d'une famille d'accueil à une autre découvre que ses parents l'ont conçu un soir de débauche alors qu'ils n'étaient que des adolescents. Sa mère est devenue une présentatrice radio phobique de l'engagement et son père, un immature qui tient un bar. Elle décide de les contacter afin de faire plus ample connaissance ...

Avec Kerr Smith, Shiri Appleby, Britt Robertson...

Indice de réussite : 35%

Quelles sont les séries qui vous tentent le plus et que vous pensez suivre  ? Votez et commentez !

26 août 2009

Séries... Ton Classement Impitoyable... Big Love !

untitled

A la 6ème place (sur 40) du classement du meilleur et du pire des séries de la saison sur le blog TV News, on retrouve Big Love ! Les fidèles du blog savent qu'il s'agit d'une de mes séries préférées du moment, voici donc mon hommage en quelques lignes à une saison d'exception...

L’avantage de vous raconter Big Love, c’est qu’il y a 80% de chances que vous n’en ayez jamais entendu parler et 99% de chances que vous n’en ayez pas vu le moindre épisode. Au moins, je vais vous faire véritablement découvrir quelque chose ! Le fait est que c’est l’une des séries les plus réussies du moment et également l’une des moins connues, même chez les sériephiles ! En France, les abonnés de Canal + ont pu tomber dessus, ainsi que ceux de TPS Star plus récemment. A vrai dire, j’aime l’idée que Big Love soit un bijou injustement méconnu. Ca lui confère une aura supplémentaire. Jusqu’à l’arrivée de True Blood l’an passé, c’était la seule série d’HBO qui pouvait encore prétendre au titre de digne successeur des Soprano, de Six Feet Under, de Carnivale… On y retrouve tout ce qui a toujours fait le succès des séries de la chaîne : du cul, du fric et du glauque, accompagnés d’une écriture brillante, d’une réalisation maîtrisée et d’acteurs extrêmement talentueux, le tout sur un sujet tabou !

La suite ICI.

Breaking Bad [2x 11]

breakingbad

Mandala //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_478974

   A deux épisodes de la fin de la saison 2, je m'attendais à autre chose, peut-être à des intrigues plus intenses. Puis les images inaugurales de l'épisode précédent, si elles correspondent bien au Season Finale, semblent résulter d'événements presque apocalyptiques à l'échelle de la série et je ne les vois pas venir pour le moment... Tout peut basculer rapidement dans l'horreur. La scène inaugurale de cet épisode est particulièrement choquante. Un enfant qui tue ainsi de sang froid, c'est quelque chose que l'on voit rarement déjà et quand bien même, c'est terrible. J'ai cependant eu le sentiment qu'impliquer un enfant comme cela était juste une manière de rendre cette scène "différente". Tuer un dealer, c'est quelque chose de "courant", que l'on a déjà vu mille fois ici ou ailleurs. Mais un dealer tué par un enfant, c'était une première pour moi et pour vous sans doute aussi. En tous cas, cette mort, puisqu'il s'agit de celle d'un des dealers de Jesse, chamboule les plans du duo, surtout ceux de Walt puisque Jesse n'en a pas vraiment. Il faut absolument établir un nouveau partenariat et l'hilarant Saul met Walt sur une piste. Je me suis fait avoir : je n'ai pas imaginé une seule seconde que le dealer pouvait être le manager (qui n'en était pas un d'ailleurs) du fast-food. Si encore j'avais reconnu l'excellent Giancarlo Esposito, peut-être, mais même pas ! Il était méconnaissable. C'est donc sans doute de ce coté-là que les choses vont gravement dégénérées...

   Walt est toujours aussi détestable, dans son comportement avec Jesse notamment. Finalement, il l'utilise comme une marionnette mais il n'a aucune compassion et aucune affection pour lui. Alors que Jesse en a (un peu) pour lui. Et au-delà de ça, si, comme c'est sous-entendu, Walt préfère vendre sa drogue qu'assister à l'accouchement de sa femme, c'est qu'il est définitivement passé du coté obscur de la force. En parlant de Skylar, j'avoue que je ne comprenais pas au début où les scénaristes voulaient en venir mais tout devient plus clair à la fin de l'épisode : face à son patron qui magouille, elle décide, après hésitations, de rester à ses cotés et donc quelque part de cautionner ses actes frauduleux. Si elle apprenait ce que fait Walt pour elle et sa famille, et beaucoup pour lui-même aussi, réagirait-elle de la même façon ? C'est moins sûr. D'autant que ce patron semble lui plaire -magnifique Happy Birthday Mr President !- tandis que Walt, de par son comportement, lui plaît de moins en moins.

   Je ne comprends pas bien quel a été le déclic de Jane pour replonger dans la drogue. Elle se lève un matin et se jette sur je ne sais quelle drogue. Je pensais qu'elle aurait un peu plus de réticence, qu'elle lutterait, mais même pas. La scène où elle ramène des seringues et pique Jesse était absolument hallucinante et glauquissime. Enfin pour moi en tous cas qui ait horreur de ce genre de choses. Ca me fait peur. Le planage intégral de Jesse était bien retranscrit visuellement. Ca faisait un peu kitsch mais je suppose que c'était voulu. Ca passait bien. Je crois de plus en plus à ma petite théorie : Jane est l'un des deux corps morts dans le jardin de Walt.

vlcsnap_468640


      // Bilan // Du glauque comme s'il en pleuvait. Breaking Bad n'est pas qu'une série intense, c'est aussi une série éprouvante. On ne ressort jamais vraiment indemne d'un de ses épidodes. 

25 août 2009

Weeds [5x 11]

Weeds

Ducks And Tigers //

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_345101

   Un épisode de transition ? A vrai dire, tous les épisodes de Weeds depuis quelques temps ressemblent à des épisodes de transition. Celui-ci peut-être encore un peu plus que d'autres. Par exemple, l'arrivée de la fille d'Esteban aurait pu apporter quelque chose d'intéressant. Or, dans cet épisode, il ne se passe rien ou presque avec elle. En gros, elle a juste servi à donner quelques lignes de dialogue à Silas et à calmer bien comme il faut Nancy. Vous me direz, c'est déjà pas si mal. Ouais sauf qu'elle va partir comme elle est venue, sans rien avoir apporté de concret et c'est bien dommage. Les scènes de sexe entre Andy et Audra qui ponctuent l'épisode étaient plutôt amusantes mais, là encore, je sens qu'Alanis Morissette va partir en fin de saison et son personnage n'aura finalement pas apporté grand chose. Andy sera juste rassuré sur une chose : il pratique le cunilingus comme personne et il baise comme un Dieu. On est content pour lui.

   Regardez l'intrigue de Celia sur la vente de produits cosmétiques truffés de drogue. Elle était prometteuse mais dans cet épisode, elle disparaît pour laisser place à autre chose : Celia devient lesbienne ! Allons bon. C'était super drôle, je dois bien le dire. Surtout la scène avec Isabelle chez le coiffeur. Mais on passe d'une intrigue à une autre concernant Celia depuis le début de la saison et ça donne l'impression (et ce n'est sans doute pas qu'une impression) que les scénaristes ne savent vraiment plus quoi faire d'elle. C'était quand même le meilleur personage à la base ! Dans les deux derniers épisodes de la saison, on peut espérer que l'alliance Dean-Isabelle-Doug fasse des miracles. C'est bien parti, sauf si les scénaristes préfèrent partir sur autre chose. Ils nous ont prouvé maintes fois qu'ils en étaient capables, quitte à revenir là-dessus seulement la saison prochaine...

   Concernant Nancy et sa petite famille, il ne se passe pas grand chose. Elle a toujours dans l'idée de faire tuer Pilar à l'aide de Guillermo mais ses plans risquent fort d'être pertubés maintenant que Esteban a été arrêté pour divers graves délits. Elle va se sentir bien seule dans sa grande villa. Pendant un moment, je me suis dit qu'elle avait peut-être organisé elle-même cette arrestation, histoire de foutre son connard de mari en prison et pouvoir profiter de son fric, et elle serait remontée dans mon estime, mais elle avait l'air surprise donc cette piste est malheureusement à oublier. 

vlcsnap_348357


// Bilan // A défaut d'avoir de vraies bonnes intrigues qui avancent, Weeds a toujours ses excellents dialogues et ses bons acteurs. C'est sans doute ce qui lui permet de ne pas être (encore) ridicule.

   

24 août 2009

Hung [1x o7]

hung

"The Rita Flower" Or "The Indelible Stench" //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_220808

   Depuis quelques épisodes, je trouvais que Hung avait légèrement perdu de son charme initial. Ce 7ème épisode rétablit les choses avec une jolie intro et une belle conclusion, sur des petites musiques pop mélancoliques qui font de l'effet. Oui, c'est un peu facile, mais je m'en fous, j'aime ça. Deux intrigues principales composent l'épisode, l'une sur Ray, plutôt légère, l'autre sur Tanya, plutôt lourde. Hormis une petite scène, Jessica n'est pas présente (et elle ne manque pas) et pas l'ombre d'un visage porcin d'un des deux enfants. Même s'ils ne me dérangent pas plus que ça habituellement, je reconnais que sans eux, le rythme est plus soutenu.

   L'intrigue de Ray n'a pas grand intérêt, si ce n'est celui de nous amuser et la mission est pleinement réussie. Ca commençait mal pourtant sur une nouvelle dispute avec Tanya. Ca devient redondant. J'ai hâte que le business soit véritablement lancé et qu'il marche pour que l'on puisse passer à autre chose. On comprend très rapidement quel va être le but de la dispute : faire prendre conscience à Ray qu'il n'est rien sans Tanya. Sans marketing et management, sa queue ne suffit pas. Ses tentatives pour trouver des clientes tout seul sont foireuses mais c'est amusant. Après avoir fait des apparitions hebdomadaires anecdotiques suite à l'affaire des cookies-messagers, la femme du voisin de Ray trouve enfin ce qu'elle cherchait : un bon coup de bite ! Hung nous offre alors sa scène de cul la plus crue depuis son lancement, avec des seins, des fesses et des plans rapides mais sympathiques sur le pubis fourni de Thomas Jane. La fonction "pause" de mon ordinateur n'a jamais autant servie ! Par ailleurs, Ray réalise que sa relation avec Jemma va au-delà du simple échange de bons procédés pute/client et il est prêt à passer à l'étape supérieure avec elle, sans billets verts donc. La grande claque qu'il va se prendre, mon dieu... Cela lui servira de leçon !

   L'intrigue de Tanya était très émouvante, comme souvent dès qu'il s'agit de sonder l'âme de ce personnage complexe et attachant. Un soir de beuverie, elle fait la rencontre d'un jeune homme fort sympathique, qui décide rapidement de lui faire retrouver l'inspiration. Il se trouve que Tanya, poète, souffre du syndrôme de la page blanche depuis déjà deux ans... Il ne va pas réussir, du moins pas directement, mais il insuffle indéniablement à Tanya une vent de fraîcheur, et à la série aussi. Jusqu'ici, les scénaristes de Hung ont su créer des personnages secondaires vraiment intéressants. La mère de Jessica est très drôle mais on ignorait que celle de Tanya aussi ! Elle est cruelle mais hilarante. Le genre de mère qui rabaisse sa fille à longueur de journée et qui ne se rend pas compte de tout le mal qu'elle lui fait. J'espère qu'on la reverra à l'occasion.

vlcsnap_232601


// Bilan // La force de la série semble de plus en plus évidente : ses personnages, qu'il s'agisse des deux protagonistes principaux, ou la majeur partie des personnages secondaires. Ils sont soit drôles, soit émouvants, souvent les deux et toujours attachants. Alors même si les intrigues ne suivent pas toujours et que le propos reste limité, on suit avec grand plaisir Hung