31 juillet 2009

Weeds [5x o8]

Weeds

A Distinctive Horn //

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_131356

   J'ai faili m'endormir et c'est inquiétant car, même dans ses pires périodes, Weeds ne m'a jamais emmerdé. Tout du long, j'ai eu l'impression que toutes les intrigues allaient dans le mauvais sens. Le bébé Botwin, sobrement nommé... Stevie Ray, va peut-être servir à une chose et une seule : pousser Esteban vers la porte de sortie. Petit à petit, Nancy réussit à l'exclure de sa vie. Il y a encore du boulot, il n'est pas homme à se laisser faire, mais c'est encourageant. On en a soupé de cette ordure, il est temps qu'il disparaisse. Là où je ne suis pas convaincu du tout, c'est par le fait qu'Andy devienne le père du bébé. En général, l'arrivée d'un bébé dans une série pourrit l'ambiance et j'ai peur que ce soit ce qui arrive une fois de plus. Andy avec un bébé ? Va-t-il encore réussir à être drôle face à un petit être qui ne parle pas et qui ne le comprends pas ? Et puis, est-ce une manière de le rapprocher de Nancy ? Si c'est le cas, c'est bien peu subtil. Content qu'il ait rasé sa barbe à la Oussama. C'était sacrément laid quand même. Je n'ai pas du tout compris quel était l'intérêt du rendez-vous avec Alanis Morissette. Certes, c'est marrant de le voir se faire prendre un vent, mais ça sort un peu de nulle part.

   Peu de lignes de dialogue ont retenu mon attention cette semaine mais je garde quand même en tête le "Do you know why I've never had children ?" - "Because you'd eat them and children are super-fattening ?". L'épisode commençat bien ! On ne comprend toujours pas bien ce que représente cette Pilar pour Esteban mais la piste de l'amante s'éloigne un peu. Une conseillère en communication simplement ? Elle doit avoir de quoi le faire chanter. Je la sens bien comme ça : manipulatrice et garce. Affaire à suivre. Le reste de l'épisode relève de l'anecdotique et du pas drôle ou au mieux de l'à-peine drôle. La bite de Doug dans le tiroir de Dean ? Mouais, un peu lourd. Le rapprochement Celia/Dean ? Déjà vu. L'absence d'Isabel ? Triste. Le retour de Lupita ? Ah, en voilà enfin une bonne idée ! Elle me manquait. Elle s'est contentée de faire du Lupita classique ici mais ça m'a fait bien plaisir de la revoir.

vlcsnap_128824


// Bilan // Des épisodes ennuyeux comme celui-ci, on s'en passerait volontiers ! Faites que la fin de la saison soit aussi réussie (voire plus encore) que le début...

          


30 juillet 2009

Hung [1x o4]

hung

The Pickle Jar //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_62472

   J'ai remarqué trois choses sur Thomas Jane : parfois, il louche un peu; il a une marque sur la fesse gauche dont je n'arrive pas à définir la nature; et puis c'est un acteur moyen. Et c'est surtout ça qui nous intéresse ici. J'aime son personnage, je trouve que Jane est suffisamment charismatique pour porter la série sur ses épaules musclées mais il y a malgré tout un truc qui ne le fait pas. J'ai trop souvent l'impression de le voir jouer. Mais peut-être est-ce dû au fait que son personnage joue constamment un rôle, qu'il soit dans son lycée ou avec une cliente. Il n'y a finalement qu'avec Tanya qu'il est vraiment lui-même. Et ce sont toujours les scènes qui les réunissent qui sont les meilleures ! Pas un hasard. Ce que j'ai beaucoup aimé dans cet épisode, c'est cette cliente d'un âge avancé, plutôt forte et coincée dans un mariage qui ne lui convient plus du tout. Son mari la baise chaque jour à la même heure et, en plus, il a une petite bite. Elle a besoin des services de Ray mais se rétracte au dernier moment. Avant de plonger une fois qu'elle a vu la bête ! C'était une histoire touchante et réaliste. L'actrice Margo Martindale est d'ailleurs formidable. Elle jouait une femme dont le mari était gay dans The Riches et on l'a vue la saison dernière dans Dexter, dans le rôle de Camilla. La connaissant un peu, je pensais qu'on lui avait confié un rôle de cinglée à la limite de l'hystérie mais pas du tout. Et c'est pas plus mal !

   J'avoue cependant qu'il y a encore pas mal de choses qui ne vont pas, notamment la place de Jessica dans tout ça. Le fait qu'elle ait récupéré la carte de visiste de Ray sous-entend qu'elle va découvrir son secret d'ici la fin de la saison mais en attendant, que faire d'elle ? Au début, j'imaginais son personnage plus fou, plus extrême. Elle est finalement assez sage, juste un petit grain de folie de temps en temps, comme lorsqu'elle tient absolument à récupérer le casse-noix qui était resté chez Ray. Ca reste très anecdotique, un peu commes les histoires qui touchent ses enfants. Encore une fois, je trouve excellent de nous montrer  des ados paumés, pas beaux et pas riches, ça change. Mais comment traiter de leur mal-être quand si peu de temps peut leur être accordé, le format de la série oblige ? C'est du gâchis. A part ça, il y a quelques scènes qui n'avaient pas grand intérêt, notamment celle où Ray tombe sur le coach de vie de Tanya en faisant son footing. Il n'en ressort rien ! Sinon, les petits jeux de caméra m'amusent beaucoup. On ne veut pas nous montrer la bête mais on veut quand même nous laisser croire que c'est possible, à travers une serviette qui virevolte par exemple. C'est rageant !

vlcsnap_73740


// Bilan // Le charme de la série (et des personnages) opére parfaitement et c'est le plus important. Maintenant oui, il y a des imperfections, mais on s'en accomode plutôt bien.

    

Posté par LullabyBoy à 23:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 juillet 2009

Samantha Who ? [2x 19 & 2x 2o]

samwho

The Other Woman // With This Ring (Series Finale)

3 5oo ooo tlsp. // 3 3oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2mini // dnes_v2_poll_stars3mini


vlcsnap_85283

   C'est donc clair maintenant, Billy Zane a décidé de nous plomber la fin de la série. Il n'est pas drôle et il a zéro alchimie avec Christina Applegate, laquelle était particulièrement jolie dans cet épisode d'ailleurs. A moins que ce soit Angie Harmon qui fasse tout capoter ? Je comprends mieux l'annulation de la série maintenant ! Vu qu'elle porte la poisse (Women's Murder Club, Mitch Buchannon, Inconceivable...). Elle non plus n'a pas un grand sens comique, je ne comprends donc pas ce qu'elle vient faire là. Elle a peut-être été imposée par ABC, tout comme Billy Zane qui sera la saison prochaine un des héros de The Deep End. En tous cas, c'était judicieux de faire du personnage d'Angie Harmon celle qui a roulé sur Sam et qui l'a rendue amnésique. La boucle est bouclée ! Heureusement, Jennifer Esposito est là pour rattraper le coup. On la voit très peu à l'approche de son mariage, mais le fait qu'elle refuse d'avaler quoi que ce soit pour être la plus mince possible lors de la cérémonie est une idée excellente ! Pour le reste, on plonge en plein dans la comédie romantique facile et je ne reconnais définitivement plus Samantha Who?. Comme je l'ai déjà dis pour les épisodes précédents, les scènes pseudo-romantiques sans second degré et avec musique de fond cucul se multiplient, tandis que les moments de comédie se réduisent comme peau de chagrin. Regina ne brille plus, pas plus que Dena qui a miraculeusement retrouvé son mec après une longue absence ! Je sens que le final va se transformer en triple mariage...

   Et je me suis trompé ! Dans le Series Finale, il n'y a finalement aucun mariage. Ca se termine malgré tout sur le bonheur de trois couples et le malheur d'un autre. On nage toujours en pleine comédie romantique moyenne mais, au moins, on a droit à une vraie fin sans cliffhanger. Comme prévu, le couple Sam/Todd est enfin réuni. Les divers événements qui les aménent à se retrouver à l'aéroport sont très classiques et rien n'est particulièrement drôle. L'avantage avec une actrice comme Christina Applegate, qui a la comédie dans le sang, c'est qu'elle se démène comme une malade pour au moins faire sourire et elle y parvient toujours ! Sam reste Sam et sa folie fait toujours plaisir à voir. Du coté de Regina et Howard, c'est la séparation. Ca fait trois épisodes que l'on décline invariablement la même intrigue, je commençais donc à trouver le temps long en leur compagnie et ce malgré le talent indéniable de Jean Smart. Il ne se passe pas grand chose pour Dena, à part que son chéri est pris de folie passagère. Ca ne donne pas grand chose mais le coup des chiens à la fin fait son petit effet. Ca a toujours été un des meilleurs ressorts comiques concernant ce personnage attachant et vraiment amusant. Sa réfèrence à Lost m'a évidemment fait bondir de mon canapé ! Le mariage d'Andrea avec Tony Dane n'a donc pas lieu. Les faux parents, c'était marrant; la vie de princesse aussi; et puis le retour de Seth, c'était pas mal non plus. Je l'avais complêtement oublié puisque l'on ne l'avait plus vu depuis un bon moment mais tout compte fait, c'était une conclusion évidente. Jennifer Esposito reste pour moi la révélation de cette série. Elle était vraiment tordante !

vlcsnap_85487


// Bilan // L'été meurtrier se poursuit. Après Pushing Daisies et Eli Stone, c'est au tour de Samantha Who? de rendre l'âme. Ca n'a jamais été une sitcom révolutionnaire mais avec son humour girlie et sa belle brochette d'acteurs talentueux, elle possédait un fort capital sympathie. Elle a toujours été inégale, avec autant de bons épisodes que de ratés, mais elle fait partie des rares sitcoms du moment qui ont su établir leur propre univers, sans trop copier ce qui a été fait avant. On sent bien en virage lors des cinq derniers épisodes pour tenter de sauver la série mais c'était déjà trop tard et ce n'était en plus pas du tout le bon chemin à prendre. La série a été sacrifiée par ABC alors que la chaîne avait proposé dans un premier temps  aux producteurs un deal : "si vous acceptez de réduire le coût de la série en la transformant en une sitcom classique multi-caméras, on la renouvelle". Les producteurs ont accepté et ABC l'a quand même annulée ! C'est peut-être pas plus mal comme ça... Reste maintenant à recaser Christina Applegate quelque part parce que cette femme est simplement excellente.    

28 juillet 2009

[Rentrée 2oo9-2o1o] CBS

36115151_p

CBS, l'indétrônable experte de la télévision américaine, est la première chaîne à passer sur le grill. Avec peu de nouveautés et beaucoup de valeurs sûres, elle mise sur la continuité à la rentrée. Cependant, on notera quelques petites prises de risque...   

Elles nous quittent...

   Cette saison, une fois de plus, n'a pas été particulièrement meurtrière pour la chaîne. 3 des 6 nouveautés lancées ont été annulées, dont la sitcom Worst Week qui n'a jamais véritablement réussi à trouver son public malgré ses qualités indéniables. Il faut dire qu'il n'est pas aisé de se frayer un passage dans l'ombre de Mon Oncle Charlie, qui reste la série numéro un aux Etats-Unis. On se demande toujours pourquoi d'ailleurs. Le drama policier Eleventh Hour, à mi-chemin entre Les Experts et X-Files, pourtant signé Jerry Bruckheimer, n'a pas donné entière satisfaction. Elle avait pourtant environ 12 millions de fidèles mais ce n'était apparemment pas assez. Pas suffisant non plus les 12,5 millions de fans de FBI : Portés Disparus. Après 7 saisons, la série et ses héros ont été jetés comme des malpropres. Au profit de Cold Case, renouvelée malgré sa grande fragilité dans une case pourtant moins difficile que le mardi 22h. Pas facile de comprendre certaines décisions... On parle de cachets trop élevés pour les acteurs de FBI. Ben maintenant ils n'en ont plus du tout, de cachet. Autre annulation que l'on aurait presque tendance à oublier tant elle est survenue tôt dans la saison : The Ex-List. Lorsque CBS essaye de faire du mauvais ABC, c'est bidesque à souhait. L'annulation de The Unit semble tout à fait logique, d'autant que ça aurait déjà dû lui arriver l'année dernière. Et puis, pour finir, celle d'Harper's Island, certainement une des séries les plus attendues de l'année qui s'est rapidement transformée en l'un des plus grands ratés de l'année ! Pitoyable et même pas drôle.   

harpers_island

Elles reviennent...

   Je ne vais pas m'attarder sur les renouvellements en pagaille des séries de la chaîne. On notera que Les Experts commencent doucement à souffrir sans la présence de William Petersen à son générique mais elle reste l'une des valeurs sûres de la chaîne, aux cotés de ses spin-off, et de NCIS, qui a réalisé sa meilleure saison cette année, on ignore pourquoi. Son duo avec le succès surprise de l'année, The Mentalist, n'y est sans doute pas étranger. Ghost Whisperer et Numb3rs assurent toujours le vendredi, accompagnée d'une série canadienne, Flashpoint, qui a su faire ses preuves dans la case sinistrée du vendredi 21h. Le mercredi les Esprits Criminels marchent toujours bien. Du coté des sitcoms, le futur duo Mon Oncle Charlie/The Big Bang Theory devrait faire des miracles à la rentrée, au contraire du duo Old Christine/Gary Unmarried, qui est renconduit mais qui n'a pourtant pas brillé cette année. Rules Of Engagement conserve sa place de sniper à la qualité plus que douteuse. Un dernier mot pour évoquer l'arrivée de Medium sur la chaîne, après l'annulation de NBC. Son duo avec Ghost Whisperer devrait logiquement séduire et NBC va s'en mordre les doigts. Mais qu'est-ce qui lui a pris aussi franchement ?

big_bang_theory_1243499967

Elles arrivent...

   CBS ne lancera aucun nouveau cop-show la saison prochaine, si ce n'est The Bridge, une coproduction canadienne sur un ancien flic devenu chef d'un syndicat de police, le truc pas bandant du tout, et le fameux spin-off de NCIS, originalement intitulé NCIS : Los Angeles. La chaîne n'a pas pu s'en empêcher. Je suppose qu'une fois de plus, les téléspectateurs-moutons seront au rendez-vous : "Hein t'aimes ça ****** !". Voilà qui va en même temps faire la joie de M6 ! Seulement une nouvelle sitcom va être lancée, Accidentally On Purpose. Je lui prévois un destin funeste mais je suis impatient de voir ce que ça va donner car j'adore Jenna Elfman, et à défaut de retrouver Christina Applegate quelque part... Pourquoi je suis pessimiste ? Parce que la précédente sitcom de l'actrice avait vite été annulée par la chaîne alors que ses audiences étaient correctes et que c'était, ma foi, plutôt super sympa. Il s'agissait de Courting Alex (Alex Rose en VF). Et puis parce que l'association avec How I Met Your Mother le lundi à 20h30 était la dernière chose à faire. On sait la sitcom fragile, surtout sans Big Bang en lead-in, donc lancer une nouveauté derrière relève du suicide audimatique à mon avis. C'est ce qui me fait dire aussi que l'heure de la dernière saison pour How I Met a peut-être sonné. Au niveau des dramas, CBS mise beaucoup sur Three Rivers, qui sera diffusée le Dimanche à 21h, suivie de Cold Case. Il s'agit d'une série médicale centrée sur la don d'organe. Au-delà du fait que le concept semble un peu limité, on sent bien que cette série ne sera pas drôle du tout, voire déprimante, et je ne suis pas certain que ce soit ce dont les téléspectateurs ont besoin en ce moment. Et puis Alex O'Loughlin, il est mignon et sympathique, mais il porte déjà le poids du bide de Moonlight sur les épaules, je le sens poissard ! Et puis, toujours dans le genre médical, il y aura Miami Trauma à la mi-saison, qui fera concurrence à... Trauma sur NBC. Il y sera question d'une course contre la montre menée par des chirurgiens spécialisés en traumatologie pour sauver des vies. Toute ressemblance avec milles autres séries est purement fortuite. Enfin, deux séries judiciaires vont faire leur apparition. Ca tombe bien, la chaîne n'en avait pas. The Good Wife d'abord, avec Julianna Margulies dans le rôle-titre. Elle interprétera le rôle d'une avocate mariée à un politicien qui tente de réussir sa carrière malgré les difficultés. Mouais. La série peut être très réussie, les premières critiques sont d'ailleurs très bonnes, mais de là à ce que ça attire le public, c'est autre chose. Je n'y crois pas une seule seconde. Quant à House Rules, prévue pour la mi-saison, je crois que c'est encore pire. Ca a l'air trop pointu pour séduire un très large public. 

19109094_w434_h_q80

Alors ?

Ce n'est encore pas cette année que CBS va réussir à imposer ses nouveautés. Peu de chance pour qu'un miracle à la The Mentalist se reproduise, NCIS : Los Angeles mis à part car, pour le coup, c'est vraiment trop facile. Les valeurs sûres continueront d'assurer mais leur succès n'est pas éternel.... CBS ferait bien de préparer l'après, la chute risque d'être rude. Au petit jeu des pronostics, je pense que la soirée du Dimanche va être très difficile à négocier et qu'au contraire, celle du jeudi va reprendre des couleurs avec l'arrivée de The Mentalist à 22h, qui pourrait d'ailleurs bien vite passer à 21h, reléguant Les Experts à 22h. Le Lundi 20h, le Mercredi 20h et le Mardi 22h pourraient poser problème, tandis que toutes les autres cases resteront dans leur moyenne habituelle.    

27 juillet 2009

Breaking Bad [2x o8]

breakingbad

Better Call Saul //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_310894

   Après un épisode un peu trop léger à mon goût et chiant comme la mort, Breaking Bad retrouve de sa superbe, et ce dès l'intro de l'épisode. Il s'agit d'un plan-séquence (donc tourné sans interruption) d'environ 4 minutes 30 secondes à la fois drôle et captivant, qui met en scène une planque des flics pour faire tomber un dealer. Il s'agit évidemment de l'un des disciples de Jesse. Je me demande où il les a trouvé ses dealers quand même. Aucun ne brille par son intelligence, et certainement pas Badger. Après le générique que nous connaissons bien -et qui, vu la qualité de la série, aurait pu être plus intéressant visuellement- on a droit à une pub signée Saul, l'avocat le plus marrant et véreux d'Alburquerque, qui fait ainsi son entrée dans la série. Il m'a plu tout de suite je dois dire. Au-delà du fait qu'il apporte beaucoup d'humour à Breaking Bad, il semble central pour la suite des affaires de Walt et Jesse. Et quand je dis "central", je devrais peut-être plutôt utiliser le mot "indispensable". Il a tout de suite compris que nos deux compères étaient de sacrés amateurs qui n'allaient pas survivre longtemps dans ce monde de gangsters sans un coup de pouce de sa part. Moyennant finance bien entendu. Pendant tout l'épisode, on accentue bien l'amateurisme du duo, peut-être même un peu trop. Pendant ce temps-là, Walt est moins agaçant et ça fait du bien. Il commençait à gravement me stresser.

   Après son escapade avec les DEA, Hank a du mal à se remettre mais en tout bon macho qui se respecte, il ne veut pas montrer ses émotions à sa femme, ni même à Walt. Je ne parle même pas de ses collègues de boulot. Nulle doute que tout ça finira par exploser. En attendant, il se lance dans une filature tout à fait captivante, à l'image de la série donc. Skyler est quasi-abstende l'épisode. Comme à chaque fois qu'un des personnages principaux de la série disparaît pour une raison ou pour une autre, il se passe suffisamment de choses à coté pour que son absence ne se fasse pas ressentir. J'aurai tout de même aimé voir son intrigue avec son boss avancer. Et puis entre deux coups de tension, Jesse roucoule avec sa belle voisine, toujours très énigmatique. J'aime vraiment voir Jesse dans une relation amoureuse. Ca lui permet de nous offrir autre chose que sa colère habituelle. Je suppose que les choses vont vite se compliquer entre eux...

vlcsnap_289409


// Bilan // Pas de répit pour les héros de Breaking Bad ! Encore un épisode haletant et très intéressant du point de vue de la réalisation, avec une dose d'humour plus prononcée qu'à l'accoutumée.   

      


Dollhouse [1x o6]

dollhouse

Man On The Street // 4 14o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_258068

   Alors là, bravo ! J'avais lu (dans vos commentaires ici-même notamment) que ce sixième épisode était meilleur que les précédents et c'est complêtement vrai. Whedon exploite enfin le potentiel de la série. Il y a encore plein d'imperfections mais je ne me suis pas ennuyé une seconde pour une fois. Il faut dire que l'idée du documentaire, où les citoyens lambda sont interrogés sur le mythe de la dollhouse, donne du rythme à l'épisode et de l'humour surtout, ce dont la série manquait cruellement depuis le début. Maintenant, il n'y aura pas ces interviews dans les prochains épisodes donc il faudra trouver autre chose pour donner du rythme à l'ensemble. De vraies bonnes intrigues, ce serait pas mal par exemple. Celle du viol dans cet épisode était particulièrement bien menée. Sierra semble avoir été violée et les soupçons se portent logiquement sur Victor. Evidemment, ce n'est pas du tout lui. Les protagonistes étant peu nombreux, il n'y avait pas cinquante possibilités mais ça va très vite donc pas tellement le temps de se poser des questions. C'est l'occasion de voir davantage les autres dolls et rien que pour ça, je suis content. Dichen Lachman a mille fois plus de charisme que Eliza Dushku, et je trouve son personnage plus attachant, bizzarement. Autant dire que je n'étais pas mécontent de voir si peu Echo.

   L'enquête de Ballard a enfin pris un tournant intéressant, très prenant même. Je ne m'attendais pas à ce qu'il rencontre Echo/Caroline si tôt. Et je ne m'attendais pas non plus à ce que cette scène soit drôle. Non parce que le coup du "Porn!" toutes les deux secondes, c'était excellent et innatendu. L'histoire du jour, celle de cet homme qui a perdu sa femme trop tôt et qui veut vivre chaque année ce qu'il n'a justement jamais pu vivre avec elle, était vraiment poignante. Il y avait les aveux à Ballard mais surtout la fin, sur une jolie musique et une Eliza Dushlu convaincante, pour une fois. Un peu d'émotion, ça ne fait pas de mal dans une série surtout tournée vers l'action. Y'en a pour tous les goûts. Non parce que personnellement, la scène de bagarre entre Echo et Ballard par exemple, ça ne m'a pas plus branché que ça. C'était bien fait mais bon, ça m'emmerde plus qu'autre chose. On a quand même appris une chose intéressante : il y a une taupe à la dollhouse ! Qui ? Dominic ? Le Dr Saunders ? Là encore, il n'y a pas mille possibilités mais ça a le mérite d'intriguer énormément. Tout ce qui a pu se passer autour de Mellie-Lasagnes-Rouleau de Printemps était pas mal non plus. C'est dommage que sa relation avec Ballard ait vraiment commencé dans cet épisode. Si les choses avaient été plus délayées, on se serait sans doute fait moins chier au cours de épisodes précédents. D'un autre coté, on aurait moins ressenti la montée en puissance qui nous a fait croire que Mellie allait être assassinée, avant d'apprendre finalement, sans grandes surprises, qu'elle était une doll elle-aussi. Avec un prénom pareil en même temps ! Le coup de la caméra cachée est un peu exagéré en revanche. A part ça, ravi d'apprendre qu'il existe une vingtaine d'autres dollhouses dans le monde. Ce ne sera certainement jamais exploité, trop compliqué, mais ça donne de l'ampleur à la chose, et plus d'ambition à la série. C'est pas plus mal.

vlcsnap_262660


// Bilan // Le meilleur épisode depuis le début de la série, avec du rythme et des révélations. Par contre, il me conforte dans l'idée que Dollhouse aurait été meilleure en ne se concentrant pas exclusivement sur Echo. On la voit peu ici et c'est agréable de découvrir davantage les personnages secondaires. Et puis la série s'est achetée de l'humour, ce n'est pas négligeable !    

   

25 juillet 2009

Samantha Who ? [2x 17 & 2x 18]

samwho

The Dream Job // The First Date

3 41o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3mini // dnes_v2_poll_stars2mini


vlcsnap_105755

   The Dream Job était un épisode correct. Ni super drôle, ni super pas drôle. Comme d'habitude, on doit les meilleurs scènes au duo Andrea/Dena ! Le coup du mariage, en soit, c'est marrant, mais le coup des robes de demoiselles d'honneur ridicules, c'est classique et ça marche du tonnerre à chaque fois ! L'arrivée de Dena était excellente, et celle de Sam aussi. En revanche, la partie "boulot" était moins amusante. Déjà parce que ce n'est pas la première fois en deux petites saisons qu'on nous fait le coup de "Sam essaye de travaille" et on sait dès le départ plus ou moins comment ça va se passer. A partir du moment où elle engage Andrea, on comprend que ça va merder et mettre leur amitié en danger. Le patron incarné par Billy Zane n'était encore pas drôle. Il avait déjà foutu en l'air un épisode. A la limite, j'aurai préféré Timothy Olyphant, qui était prévu dans ce rôle au départ mais qui a préféré choisir Damages (on le comprend). Dans tous les cas, c'est mieux pour une sitcom de prendre un acteur qui a un sens comique il me semble. Ce n'est pas leur cas. L'intrigue sur les parents de Sam était bien trop pauvre pour tenir debout et puis la fin de l'épisode, façon drama avec la musique triste & co., je n'ai pas bien compris ce que ça venait faire là. Remarque, Samantha Who? aurait fait une bonne dramédie. Mais c'est une sitcom donc on assume et on se concentre sur la comédie !

   Justement, le second épisode, The First Date, se rapproche encore un peu plus de la comédie romantique plus romantique que comique. Ca pue le déjà-vu dix mille fois dans des films moyens ou des séries moyennes, et l'alchimie entre Christina Applegate et Barry Watson ne suffit plus. Puis c'est lassant de les voir se tourner autour, se mettre ensemble puis voir finalement tout capoter au dernier moment. Il y avait quelques bonnes idées quand même dans l'ensemble, je n'ai plus l'impression d'avoir à faire avec la même série... Perturbant donc. Le reste de l'épisode est très anecdotique. Dena et Andrea sont assez peu présentes mais le coup du documentaire pour une émission de télé-réalité sur une future mariée a le mérite d'être original, à défaut d'être vraiment drôle. La retraite selon Howard consiste à regarder l'intégrale de X-Files, de Alf et de Lonesome Dove. Rien que pour les réfèrences (et les réactions de Regina), j'adhère !

vlcsnap_238961


// Bilan // Ces deux épisodes me donnent l'impression que dans une dernière lueur d'espoir, les producteurs de la série (dont Christina Applegate) ont tenté de re-lifter la série. Je n'aime pas trop cette nouvelle version plus classique, plus girlie et vraiment beaucoup moins drôle. 

24 juillet 2009

Nurse Jackie [1x o8]

nursejackie

Pupil //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_146702

   Miracle ! Avec ce 8ème épisode, Nurse Jackie commence doucement à s'éloigner du stand-alone pour proposer des intrigues au long cours. Et là encore, ça fonctionne à merveille ! Pour la première fois, Jackie est véritablement mise en danger. Zoey a failli la surprendre en train de sniffer dans les chiottes. Je suis à peu près sûr que Zoey se doute de quelque chose car elle nous a régulièrement prouvé que sous ses airs de brave fille se cachait un sens aigü de l'observation. Une partie du secret de Jackie est dévoilé à son amant, Eddie, puisqu'elle laisse échapper devant le Dr Cooper qu'elle a un enfant. Il ne tarde pas à le confier à Eddie. Sa réaction est celle que l'on attendait : il prend les choses calmement et laisse à Jackie le choix de lui en parler quand elle sera prête. Enfin quand elle aura eu le temps d'élaborer un bon gros mensonge. J'ai toujours beaucoup de mal à comprendre pourquoi Jackie tient tant à cacher tout un pan de sa vie à ses collègues mais le développement progressif de cette intrigue est vraiment intéressant.

   Un peu moins mis en avant que d'habitude, les nombreux personnages secondaires sont néanmoins en forme. On voit peu Eleanor et elle n'est pas spécialement drôle dans son unique scène, et puis c'est frustrant de ne pas reparler de ses misères évoquées dans l'épisode précédent. Un peu de continuité, c'est mieux. La semaine prochaine peut-être ? Mais tous les autres s'en sortent très bien, notamment Cooper qui se dévoile de plus en plus et qui est un curieux mélange de prince charming et de big asshole. Zoey prend de plus en plus de responsabilité et c'est un régal de la voir gérer des patients toute seule. Elle essaye de faire sa Jackie mais elle s'emmêle un peu les pinceaux ! A ma grande surprise, Gloria a toujours le bébé de la semaine dernière dans son bureau. Ca la rend plus humaine mais je la préfère en connasse coincée. Mo-Mo reste l'un des personnages secondaires les moins exploités jusqu'ici et chacune de ses remarques ou celles qu'on lui fait sont liées à son homosexualité. C'est un peu agaçant et c'est en même temps toujours très drôle. Un petit nouveau complêtement à l'ouest fait son apparition. Un bon ajout. On manquait d'un grand benêt. Les angoisses de Grace suivent leurs cours. Ce n'est pas hyper passionnant mais ça permet d'amener des scènes plus tendres. Kevin est toujours assez transparent mais je pense que c'est voulu. Il est tellement parfait que Jackie s'emmerde comme pas possible avec lui !

vlcsnap_156018


// Bilan // Les intrigues prennent enfin un peu plus d'épaisseur tandis que les cas médicaux passent vraiment au second plan et ne servent que de toile de fond et de ressort tantôt comique, tantôt émouvant, sans jamais en faire trop ni dans l'un ni dans l'autre genre. Un parfait équilibre servi par d'excellents personnages.

23 juillet 2009

Weeds [5x o7]

Weeds

Where The Sidewalk Ends //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_160737

   Après un épisode raté spécial "Oui-Oui fume de la marijuana", Weeds revient à ses racines et c'est bien mieux comme ça. Si je me doutais que la naissance d'Esteban Jr était imminente, je ne pensais pas que ça arriverait dès cet épisode. Voilà un bond dans le temps qui n'a pas été inutile. Si d'autres séries pouvaient en prendre de la graine ! La fin de l'épisode m'a laissé dubitatif et j'imagine que c'est voulu. La présence du bébé donne le sourire à tout le monde, en particulier à Esteban, mais que va-t-il se passer ensuite ? Nancy s'est quand même enfuit de sa prison dorée et a ainsi déjoué les plans de son ex-futur mari (sauf si elle s'est fait du cinéma) J'aimerai autant qu'il ne lui pardonne pas, qu'on passe à autre chose. En même temps, à part un départ de Ren Mar, je ne vois pas comment Nancy va pouvoir s'en sortir cette fois ! Comme le souligne très bien Celia, Nancy trouve toujours un moyen de se tirer de la pire situation... Mais rarement seule ! Elle a toujours besoin d'aide et c'est souvent Andy qui s'y colle. Leur dispute est terminée, c'est lui qui vient la chercher chez Esteban. Leur conversation qui a suivi dans la General Lee était vraiment très drôle et typique du duo. Je retiens surtout le "I'm not rapey enough, you like it rough !". L'entrée chaotique dans la voiture était pas mal non plus ! Andy est toujours amoureux de Nancy et j'ai de plus en plus l'impression que ce couple est possible. Ca viendra. Le mystère autour de la femme qui est venue voir Esteban reste entier. On sait qui elle est -la femme la plus puissante de la ville voire du pays- mais on ignore tout de son chantage. 

   Celia nous est revenue en grande forme et c'est bien normal puisqu'Isabelle était à ses cotés ! Ces deux-là quand elles sont ensemble, c'est toujours du caviar. Le coup d'Isabelle maquillée comme un camion volé m'a fait crever de rire, tout comme les nombreuses allusions à sa sexualité. D'ailleurs, elle vient de se trouver un love interest. Ce serait pas mal de ne pas en rester là et de l'exploiter ! Finalement, l'intrigue de Celia sur la vente de maquillage à domicile n'aura duré qu'un épisode mais le "cours" auquel elle participe était un des meilleurs moments de l'épisode ! "My nipples are hard and my lady is wet". Enorme ! Etonnamment, l'intrigue de Silas et Doug passait bien cette semaine. C'est vraiment une fois sur deux. Doug était lourd, comme d'hab', mais drôle quand même. Je n'avais pas du tout vu venir le coup du flic infiltré dans le magasin. La réconciliation était facile et ridicule par contre. Mais mieux vaut ça que faire traîner leur dispute. Content de retrouver Dean le temps d'une scène même si on l'a connu plus marrant. Il ne vaut pas grand chose sans Celia. Pour terminer, Shane n'a pas d'intrigue propre mais que ce soit avec sa mère ou avec Celia, quand il parle, il ne dit pas que des conneries. Je préfère largement ce Shane là, celui des débuts, au Shane de la saison passé, insupportable.

vlcsnap_150233


// Bilan // Je me dis parfois que j'ai été trop dur avec Weeds par le passé. Certes, les saisons 3 et 4 étaient décevantes mais tout compte fait, c'était pas si mal. Disons que c'est typiquement le genre de série qu'il est difficile de juger sur un seul épisode. Et cette 5ème saison est encore un cran au-dessus.

      

22 juillet 2009

Eli Stone [2x 13]

dnes_v2_eli_mini_ban

Flight Path (Series Finale) // 2 7oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_62128

   Eli Stone a commencé sur "Faith" de George Michael et se termine sur un grand halo de lumière, accompagné d'un happy-end. Comme pour nous dire que tant qu'on a la foi, quelle qu'elle soit, tout va bien. Je suis un peu triste que si peu de gens aient eu l'occasion de se plonger dans l'univers un peu fou de cet avocat rêveur et utopiste, car Eli Stone fait partie de ces rares séries qui vous mettent du baume au coeur et qui bousculent vos émotions à travers quelques scènes, en quelques mots et quelques notes de musique. On reconnaît bien là l'ami Greg Berlanti, créateur de la série aux cotés de Marc Guggenheim. On lui doit déjà la simple et charmante Everwood, mais aussi Brothers & Sisters, Jack & Bobby et Dirty Sexy Money. Toutes ces séries possèdent un point commun malgré toutes leurs différences : elles traitent de la relation père/fils, et même plus largement de la relation père/enfant, avec beaucoup de justesse et de pudeur. Voilà une thématique universelle qui parle à tous. L'épisode final d'Eli Stone réconcilie le père et le fils Stone dans une scène magnifique, amenée de manière peu subtile certes, mais qui touche profondément si l'on s'est investi émotionnellement dans les doutes et les pérégrinations du héros au cours de ces 26 épisodes. Une bien belle conclusion qui permet de ne pas terminer la série sur un goût amer comme c'est trop souvent le cas pour les séries stoppées en pleine course.

   Ce Series Finale n'est clairement pas à la hauteur de certains épisodes de la saison 1 mais il me réconcilie avec Eli Stone après quelques déceptions au cours des derniers épisodes. Sans doute par manque de moyen, en effets spéciaux et en droits d'auteur, il a fallu faire une croix sur les scènes chantées et dansées si sympathiques et sur les visions impressionnantes d'Eli. On a tout de même droit dans ce final à un crash d'avion un peu brouillon. Il a fallu aussi faire une croix sur les interventions hilarantes de Patti mais, pour le coup, je ne comprends pas pourquoi. Loretta Devine va me manquer et j'espère la retrouver très vite dans une autre série (puisque c'est foutu pour Legally Mad). En revanche, la série nous a toujours gâté en guest-stars et ce dernier épisode ne déroge pas à la règle avec la présence de Jaime Murray (Dexter, Les Arnaqueurs VIP) et la trop courte apparition de Gregory Smith (Everwood) sous forme de clin d'oeil. A noter qu'il se cherche toujours capillairement parlant et il n'arrive décidément pas à se trouver. C'est une catastrophe ! Le cas du jour, le dernier, est particulièrement émouvant et s'accorde parfaitement avec les intrigues d'Eli et des autres personnages. Taylor et Matt décident de se marier, Jordan voudrait reconquérir sa femme et Eli avoue, sans le vouloir, son amour pour Maggie à son père. Sans s'en rendre compte, il a également sauvé la vie de Grace, son âme-soeur, que l'on ne voit pas évidemment mais qui n'a jamais quitté notre esprit depuis son unique apparition dans l'épisode 2 de la saison 2. Y'a pas à dire, Eli va me manquer.

vlcsnap_54393


// Bilan // C'est sur un bien belle note que s'achève pour nous la drôle de vie d'Eli Stone et de ses amis. On aurait aimé que cela continue, tant la mythologie de la série paraissait riche, mais le sort en a décidé autrement. Pour tous ceux qui n'ont jamais eu l'envie ou l'occasion de se pencher sur la série, pensez-y ! Elle vaut le coup. Bye Bye Eli !