13 novembre 2008

Brothers & Sisters [3x o7]

29478266

Do You Believe in Magic ? // 1o 11o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_130435

   Sacrée Nora ! Elle ne trouve rien de mieux que d'inviter George Lafferty à l'anniversaire de mariage de Tommy et Julia (qu'on voit à peine d'ailleurs, ça me fait marrer) ! Leur duo était vraiment très drôle et du coup, l'idée d'une possible romance entre eux est assez séduisante. Ca pourrait paraître too much mais ça coucle presque de source après cet épisode. Pour cela, il va falloir que Nora rattrape les conneries de Holly. Enfin, conneries, ça reste à prouver. On imagine qu'elle a raconté à George toute son histoire, notamment l'intégration de Rebecca à la famille Walker et en quoi cela a détruit pendant un temps ses liens avec sa fille. Elle n'a pas dû épargner Nora dans son récit. Mais je ne pense pas qu'elle ait raconté d'histoires pour autant, juste sa version des faits. Elle a dû oublier de dire qu'elle a une dent contre les Walker et qu'elle fout la merde chez eux dès que l'occasion se présente. Mais c'est un détail après tout. George devrait revenir bien vite vers Nora et la rencontre avec Ryan ne devrait plus trop tarder. Elle a déjà trop tardé d'ailleurs. On sent bien que les scénaristes veulent étendre la chose un maximum, en reprenant plus ou moins le même shéma qu'avec Rebecca en saison 1. Il me semble qu'elle était apparue pour la première fois vers le 13 ème épisode de la saison. J'espère qu'il ne faudra pas attendre tant pour voir débarquer Ryan. Et puis on parle de lui sans parler de lui et c'est agaçant. Aucun des frères et soeurs ne semble interessé par sa vie, parce qu'il fait, où il vit ...

    Justin et Rebecca ont un gros problème : l'éternel problème du "Je t'aime". A quel moment le dire ? Y'a-t-il un moment parfait ? Que doit-on répondre quand on nous le dit ? C'est vieux comme le monde, vieux comme les séries, c'est pas passionnant mais le couple est tellement mignon que ça passe super bien. On frise la storyline de séries pour ados quand même. Ils n'ont pas 40 ans, certes, et Rebecca avoue que c'est la première fois qu'elle dit "Je t'aime" (ah bon ? Elle ne l'aimait pas son prof avec qui elle couchait avant de revenir à L.A ?). Dans le genre passable, on a Sarah et ses deux geeks. Ils sont plutôt marrants, notamment la magicien, donc là encore, ça passe bien. Mais je persiste à dire que cette histoire ne sert à rien d'autre qu'à occuper Sarah pour quelques épisodes.

   Quoi ? Robert tromperait Kitty selon un journaliste bien informé, photos à l'appui ? Je n'y ai pas cru une seule seconde mais la présence de Kevin au milieu de tout ça m'a fait apprécier cette affaire. On évoque la fameuse "proposition 8" qui vise à annuler le mariage gay en Californie et c'est dans l'actualité. C'est toujours bien agréable ces ponts entre la réalité et la fiction. Ici, le gouverneur de Californie n'est pas Schwarzenneger mais une femme qui trompe son mari ... mais pas avec Robert ! Ouf. Premier clash entre Kevin et Robert et j'adore ça. Robert est très occupé dans cet épisode puisqu'il doit également faire face aux bêtises de Kitty. Elle trouve le moyen de dissuader une mère porteuse de leur confier son bébé à naître. Elle la bombarde de question et lui répéte inlassablement : "Are you sure ?". Le comportement de Kitty est en partie compréhensible. J'ai bien aimé la façon de mener cette histoire, comme le fait qu'au final, la mère porteuse campe sur ses positions et refuse de leur confier son enfant. J'espère que l'on ne reviendra pas dessus dès le prochain épisode. Et puis ce qui est très appréciable aussi, c'est que cette storyline qui aurait pu être déjà vue ne l'est pas grâce aux scénaristes qui ont su prendre un angle différent. On n'a pas affaire à une mère porteuse à peine sortie de l'adolescence, triste et pauvre, mais à une femme accomplie, neurochirugienne en devenir qui ne veut simplement pas s'encombrer d'un enfant afin d'assouvir ses désirs professionnels. Ca change.   

vlcsnap_122764


// Bilan // De bonnes choses mais rien qui soit transcendant au point de considérer cet épisode comme une grande réussite.

31464681

Posté par LullabyBoy à 15:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


Prison Break [4x 1o]

dnes_v2_pbreak_mini_ban

The Legend // 5 38o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars1


vlcsnap_46172

   La bande à Scofield a la mémoire bien courte on dirait. Voilà que Bellick est élévé au rang de petit saint. Quand on pense que ce que l'on voit défiler sous nos yeux depuis 4 ans se passe en fait sur une période de quelques mois seulement, c'est d'autant plus flagrant. L'acte héroïque de Bellick mérite d'être salué mais de là à oublier toutes les crasses qu'il a pu leur faire à Fox River mais aussi en dehors, définitivement non, ce n'est pas crédible un instant. La scène finale se veut émouvante, avec les petits violons en musique de fond et les têtes abobinablement défaites de nos personnages, mais une fois de plus, ça ne marche pas un seul instant. Y'at-il quelqu'un dans la salle qui a été ému ? On passera sur les quelques scènes guimauves de flashbacks qui n'apportent strictement rien, si ce n'est encore un peu plus de ridicule.

   Michael et Sara passent la moitié de l'épisode à l'hôpital. L'occasion de nous rappeler qu'il n'y a aucune alchimie entre les deux acteurs. J'ai beaucoup aimé le passage niais où Sara raconte à Michael, l'oeil malicieux, qu'elle a dit à l'infirmière qu'elle était sa femme ! Mouarf mouarf mouarf. On se marre. Michael est atteint d'une maladie génétique, grave et rare. Rien que ça. Vous me pardonnerez de ne pas avoir retenu le nom de la dite-maladie. Il doit se faire opérer d'urgences sinon il va mourir ! Que cette manie de poser systématiquement des ultimatum m'agace ! Je ne comprends toujours pas comment les scénaristes ont pu imaginer que ça serait intéressant de rendre Michael malade et de le révéler si tôt dans la saison. On sait pertinement que s'il venait  mourir, ça ne serait pas avant le series finale. Les divers rebondissements n'apportent donc rien. Ni inquiétude, ni émotion quelconque.

   Alors que Sucre et Lincoln arrivent au pied de Scylla (qui n'est finalement ni plus ni moins qu'un coffre-fort géant), une alarme retentit. Sucre a marché sur un déclencheur et il n'ose plus enlever son pied de peur qu'une bombe ne leur explose à la gueule. Toute personne normalement constituée aurait eu le réflexe de retirer son pied à la seconde même où l'alarme aurait rententi. Mais ça aurait forcément foutu l'épisode en l'air, et la vie de deux personnages par la même occasion. On va donc étirer un maximum cette storyline, avec tout plein de gros plans sur le visage dégoulinant de Sucre qui hésite à retirer son pied malgré les encouragements de ses camarades (ils ont été rejoints par Gretchen). Mahone arrive en sauveur et appuie tout simplement sur un bouton que les autres n'avaient même pas vu ! Nouvelle preuve que ce sont tous de vrais idiots.

   Parce qu'il faut bien une dose d'ennuie : T.Bag continue de faire le kéké devant qui veut l'entendre. Heureusement que Robert Knepper est toujours habité par son personnage, ça rend la chose un minimum distrayante. Et puis Mahone part à la recherche d'un ex de la Company, un certain Baker. Je n'ai rien compris à leurs dialogues, c'était trop compliqué et trop flou pour moi, sûrement.

vlcsnap_37106


// Bilan // Rendez-vous compte ! On n'en est même pas à la moitié de la saison qu'elle a déjà atteint ses limites ! Entre absence totale d'émotion et ennuie chronique, Prison Break s'enfonce encore un peu plus dans le ridicule ...

dnesv2finarticleminibanpk8

Posté par LullabyBoy à 00:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :